Coulounieix-Chamiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coulounieix-Chamiers
La Maladrerie.
La Maladrerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Coulounieix-Chamiers
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Jean-Pierre Roussarie
2014-2020
Code postal 24660
Code commune 24138
Démographie
Gentilé Colomniérois
Population
municipale
8 108 hab. (2013)
Densité 374 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 14″ N 0° 41′ 32″ E / 45.1872222222, 0.69222222222245° 11′ 14″ Nord 0° 41′ 32″ Est / 45.1872222222, 0.692222222222
Altitude Min. 78 m – Max. 222 m
Superficie 21,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Coulounieix-Chamiers

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Coulounieix-Chamiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulounieix-Chamiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulounieix-Chamiers
Liens
Site web Site officiel

Coulounieix-Chamiers est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Isle sert de limite entre Coulounieix-Chamiers (à gauche) et Périgueux.

Incluse dans l'unité urbaine de Périgueux, la commune de Coulounieix-Chamiers constitue au sud-ouest de Périgueux, sa banlieue immédiate.

Traversée au nord par la route départementale (RD) 6089 (l'ancienne nationale 89), limitée à l'est par la RD 6021 (l'ancienne nationale 21) et au sud par l'autoroute A89 qui se croisent à l'échangeur de Périgueux-Centre, Coulounieix-Chamiers est l'un des plus importants nœuds routiers de la Dordogne. La commune est implantée sur la rive gauche de l'Isle qui la sépare de Périgueux au nord.

D'une superficie de 2 170 hectares, dont 1 800 d'espaces naturels, la commune culmine à 222 mètres d'altitude, au niveau du château d'eau implanté au sud du bourg de Coulounieix. Son point le plus bas se situe au nord, à 78 mètres d'altitude, là où l'Isle quitte la commune pour entrer sur celle de Marsac-sur-l'Isle. Coulounieix-Chamiers dispose de 86 km de voirie et 25 km de sentiers de randonnée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Coulounieix-Chamiers
Périgueux
Marsac-sur-l'Isle Coulounieix-Chamiers
Coursac Notre-Dame-de-Sanilhac

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune dispose de 24,35 % de logements sociaux, taux supérieur à l'obligation minimale de 20 % pour les communes de plus de 3 500 habitants dans l'agglomération périgourdine[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de ville en français et en occitan.

En occitan, la commune porte le nom Colonhés e Champs Niers[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 200 av. J.-C., les Pétrocores « habitaient la région située entre la Dordogne et la Vézère », selon Venceslas Kruta[3]. Ils s'installent pendant cette période sur les hauteurs en rive gauche de l'Isle et créent, sur l'actuel territoire de Coulounieix-Chamiers, un camp fortifié à la Boissière, également connu sous le nom de « camp de César à la Curade »[4]. Ce camp est abandonné et la Vesunna gallo-romaine, future Périgueux, est créée sur la rive opposée entre 25 et 16 av. J.-C.[5].

En 1824, les communes de La Cité et Coulounieix fusionnent[6]. En 1958, Coulounieix prend le nom de Coulounieix-Chamiers[7]

Dans les années 1950-1960, l'OTAN installe une base avec 800 soldats au nord de la commune, dans la boucle de l'Isle, à l'emplacement d'une ancienne villa gallo-romaine[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Coulounieix a été rattachée, dès 1790, au canton de Périgueux qui dépendait du district de Périgueux. Les districts sont supprimés en 1795. Le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux en 1800.

La commune prend son nom actuel en 1958. Le canton de Périgueux est scindé en trois en 1973 et Coulounieix-Chamiers fait partie du nouveau canton de Périgueux-Ouest[6].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[9]. La commune est alors rattachée au canton de Coulounieix-Chamiers, avec bureau centralisateur fixé à Coulounieix-Chamiers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2000, elle intègre dès sa création la communauté d'agglomération périgourdine. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1796 Vincent Faure de Gardonne    
1796 1816 Gérôme Gadaud    
1816 1819 Jean-François Gadaud    
1819 1837 Jean Lavaud de Lalaurencie    
1837 1860 Guillaume Lavaud de Lalaurencie    
1860 1865 Alphonse Jay de Beaufort    
1865 1869 De Chasseloup-Laubat    
1869 1878 Martineau    
1878 1892 Guillaume Baylet    
1892 1893 Antoine Reynal    
1893 1902 Gaston de Roffignac    
1902 1904 Marc Lamy-Lapeyrière    
1904 1909 Charles Flotta    
1909 1919 Albert Dubost    
1919 1932 Roger Rousseau    
1932 1944 Léo Laroche    
1944 1962 Léopold Marois    
1962 1965 Marcel Dalesme    
1965 1970 Édouard Therme    
1970 1971 Gabriel Dardailler    
1971 1987 Jean Sigalas PCF  
1987 1989 Camille Daboir PCF  
1989 mars 2008 Michel Dasseux PS Conseiller général jusqu'en 2001
Député de 1997 à 2007
mars 2008[10] (réélu en mars 2014[11]) en cours Jean-Pierre Roussarie PS Professeur des écoles retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Coulounieix-Chamiers sont appelés les Colomniérois[12].

Démographie de La Cité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1824, les communes de La Cité et de Coulounieix étaient indépendantes.

Évolution démographique
de La Cité
1793 1800 1806 1821
- 462 583 644
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[13])


Démographie de Coulounieix, puis de Coulounieix-Chamiers[modifier | modifier le code]

En 2013, Coulounieix-Chamiers comptait 8 108 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Coulounieix-Chamiers[14]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population de Coulounieix, puis de Coulounieix-Chamiers  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
298 312 328 980 980 1 011 960 1 044 1 045
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 073 1 186 1 188 1 237 1 299 1 333 1 415 1 403 1 436
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 332 1 418 1 461 1 610 1 677 1 719 2 016 2 709 5 816
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 - -
7 421 8 169 8 250 8 403 8 102 8 356 8 108 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique de Coulounieix, puis de Coulounieix-Chamiers



Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Tous les deux ans au mois de novembre, salon « La Folie chocolat » (8e édition en 2015[16]).
  • En 2008, la félibrée s'est tenue sur plusieurs communes de l'agglomération périgourdine, dont Coulounieix-Chamiers.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2012[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 3 431 personnes, soit 42,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (586) a fortement augmenté par rapport à 2007 (432) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 17,1 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune offre 2 648 emplois pour une population de 8 130 habitants[18]. Le secteur administratif (administration publique, enseignement, santé, action sociale) prédomine avec 40,4 % des emplois mais le secteur tertiaire est également très présent avec 36,8 %.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 31 239 332 975 1 070
Pourcentage 1,2 % 9,0 % 12,5 % 36,8 % 40,4 %
Source des données[18].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 515 établissements[19], dont 329 au niveau des commerces, transports ou services, soixante-quatorze dans la construction, soixante-dix relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, vingt-huit dans l'industrie, et quatorze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[20].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les cinquante premières entreprises de Dordogne en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013, la SA Coopérative artisanale (commerce de gros interentreprises de parfumerie et de produits de beauté) qui a son siège social situé à Coulounieix-Chamiers[21] se classe 50e avec 19 819 k€.

Plusieurs entreprises de Coulounieix-Chamiers se classent parmi les cinquante premières du département dans leur secteur économique :

  • dans le commerce[22], SA Coopérative artisanale se classe 26e ;
  • dans l'industrie[23], Dordogne enrobés (fabrication de produits minéraux non métalliques) se classe 21e avec 12 669 k€ ;
  • dans les services[24], Hoche & associés (activités comptables) se classe 43e avec 4 409 k€ ;
  • dans le BTP[25] :
    • V2I conception (construction de bâtiments) se classe 5e avec 10 064 k€ ;
    • Avry le Corvaisier (travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment) se classe 12e avec 7 003 k€.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel de Coulounieix, XIVe siècle, très retouchée.
  • Église Notre-Dame de l'Immaculée-Conception de Chamiers, XXe siècle, de style moderne.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Gasc, « Logements sociaux : les mauvais élèves de l'agglo », Sud Ouest édition Périgueux, 5 novembre 2015, p. 14.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 16 septembre 2013.
  3. Les Celtes, histoire et dictionnaire, Robert Laffont, Paris, 2000. p. 776.
  4. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze, 2003, (ISBN 2-912032-50-4), p. 76.
  5. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze, 2003, (ISBN 2-912032-50-4), p. 573-574.
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Code officiel géographique : 24138 », sur Insee (consulté le 22 janvier 2011)
  8. Adrien Vergnolle, « De camp américain à parc urbain », Sud Ouest édition Périgueux, 19 octobre 2015, p. 16.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 29 mars 2015)
  10. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 17 août 2014.
  11. Claude Roumagous, Une victoire sans triomphalisme, Sud Ouest édition Périgueux du 31 mars 2014, p. 20.
  12. Annuaire des maires de la Dordogne 2009, Mediapress, Périgueux, 2009, (ISSN 1770-3387), p. 115.
  13. « Notice communale de La Cité », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 22 janvier 2011)
  14. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 15 février 2014)
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  16. Grégoire Morizet, « La Folie chocolat : un salon à croquer », Sud Ouest édition Périgueux, 16 novembre 2015, p. 17.
  17. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 27 octobre 2015.
  18. a et b Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 27 octobre 2015.
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 27 octobre 2015).
  20. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 27 octobre 2015.
  21. « Chiffre d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 16.
  22. « Commerce : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 26.
  23. « Industrie : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 24.
  24. « Services : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 28.
  25. « Bâtiment/Travaux publics : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 36.
  26. « Château de la Rolphie », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mai 2013.
  27. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 214.
  28. Panneau d'information du Conseil général de la Dordogne, situé en bordure de l'Isle
  29. « Maison dénommée Maladrerie ou Maison des Anglais », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mai 2013.
  30. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 341.
  31. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 739, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 739.