Razac-sur-l'Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Razac.
Razac-sur-l'Isle
La source des Moulineaux, à Razac-sur-l'Isle.
La source des Moulineaux, à Razac-sur-l'Isle.
Blason de Razac-sur-l'Isle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Coulounieix-Chamiers
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Bernadette Paul
2014-2020
Code postal 24430
Code commune 24350
Démographie
Gentilé Razacois
Population
municipale
2 400 hab. (2013)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 53″ N 0° 36′ 02″ E / 45.1647222222, 0.60055555555645° 09′ 53″ Nord 0° 36′ 02″ Est / 45.1647222222, 0.600555555556
Altitude Min. 69 m – Max. 203 m
Superficie 14,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Razac-sur-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Razac-sur-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Razac-sur-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Razac-sur-l'Isle
Liens
Site web razac-sur-lisle.com

Razac-sur-l'Isle est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Incluse dans l'aire urbaine de Périgueux[1], la commune de Razac-sur-l'Isle est limitée au nord et à l'ouest par l'Isle qui la sépare d'Annesse-et-Beaulieu. En période pluvieuse, les eaux de son affluent le Cerf rejoignent l'Isle au nord-ouest du centre-ville de Razac.

Le centre-ville de Razac-sur-l'Isle se situe 9 kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Périgueux et 6 kilomètres à l'est-nord-est de Saint-Astier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Razac-sur-l'Isle
Annesse-et-Beaulieu Marsac-sur-l'Isle
Razac-sur-l'Isle Coulounieix-Chamiers
Montrem Coursac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le lit asséché du ruisseau le Cerf à Razac-sur-l'Isle. Vue prise vers l'amont, au pont de la route départementale 6089

Au nord et en bordure de l'Isle, le captage des eaux de la source des Moulineaux permet d'alimenter seize communes en eau[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le centre ville de Razac-sur-l'Isle est traversé par la route départementale 6089 (l'ancienne route nationale 89).

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Rasac d'Eila[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

On relève au XIIIe siècle, les noms de Razacum ou Rezac, puis en 1312 de Resac, en 1348 de Razak et en 1397 de Raszac. Étymologiquement, deux possibilités s'offrent pour l'origine du nom : "Radacus", nom d'une personne d'origine Germanique, ou, "ratis", nom gaulois de la fougère. L'Isle étant le nom de la rivière, affluent de la Dordogne, qui coule à l'ouest de la commune, et qui avec le temps est venu en complément de nom afin de différencier les 3 Razac existant. L'église paroissiale, sous le patronage de Notre-Dame de l'Assomption, est mentionnée dès le XIIe siècle et juste à coté, un château fort, construit à la même époque, subsista jusqu'à la révolution française, époque, ou il menaçait déjà ruine. Il disparut, servant de carrière de pierres, pour agrandir l'habitat du bourg. Sa description ne nous est pas bien connue, mais nous savons qu'il avait un fort puissant donjon et une grande cour.

Au Moyen-Age, la Paroisse de Razac relevait de la Ville et Châtellenie de Périgueux, mais durant la guerre de Cent Ans, le château fut tenu par les Anglais à plusieurs périodes. En 1451, le comte Jean de Périgord octroya la Seigneurie de Razac à l'un de ses fidèles : le chevalier Hugues de Bayly. Les descendants de ce dernier seront Seigneurs de Razac jusqu'à la révolution française, ils furent même reçu aux Honneurs de la Cour, à Versailles, sous le titre de marquis. En 1792, le dernier seigneur Henri de Bayly, parti en exil et mourut en 1798 en émigration.

Sous l'Ancien Régime, Razac relevait de la Sénéchaussée et du Diocèse de Périgueux. 4 seigneuries principales se partageaient alors la Paroisse : celle de Razac, centré sur le bourg et son château, celle d'Antoniac, en limite de Beaulieu et de Marsac, centré sur le château du même nom, aujourd'hui devenu une grosse ferme, celle de Siorac, située à l'ouest, en dela de l'Isle et celle de Marsaguet, qui était alors situé en partie sur Coursac et en partie sur Razac, centré sur le château du même nom (la limite entre les deux paroisses passait alors au beau milieu du château, faisant que la salle à manger du château était à Razac et la chambre à coucher seigneuriale à Coursac, et le seigneur du lieu, était considérer comme Coursacois et non Razacois, car né dans la chambre). En 1709, une grande gelée eu lieu. Un curé du Périgord écrivit qu'elle commença le 7 janvier et elle dura jusqu'au 21 du même mois, faisant mourir tout les châtaigners, noyers, cerisiers, pruniers, et une grande partie des pommiers, poiriers, vignes et blés. Elle fit d'énormes dégats et les conséquences en furent terrible pour l'année qui suivit, par l'absence de toute récolte durant l'année 1709. Du 13 janvier au 9 décembre 1710, 67 Razacois en décédèrent, le plus jeune âgé de 7 mois, le plus âgé, le seigneur de Siorac, à 82 ans, alors qu'en comparaison, seuls 13 Razacois pour toute l'année 1708 et pour toute l'année 1712 décédèrent.

La Révolution française abolit quasiment toutes les institutions qui existaient et en instaura de nouvelles. Razac devint alors une commune, qui dépendit du canton de Grignols, dont le siège fut transferré en 1829 à Saint-Astier, du dictrict puis arrondissement de Périgueux et du département de la Dordogne. En 1799, les limites avec les communes voisines de Coursac et d'Annesse-et-Beaulieu furent modifiées. Razac y gagna le château de Marsaguet dans sa totalité, mais perdit le château de Siorac et les hameaux de Gravelle et de Langlade, qui furent intégrer à la commune voisine d'Annesse-et-Beaulieu. En 1841, au début du mois de septembre, une grave épidémie sévi en Périgord : la Suette. En 3 jours, 11 Razacois, le plus jeune âgé de 18 ans et le plus âgé de 45 ans en décédèrent, y compris le curé même de Razac. En 1849/1850 le cimetière de Razac, qui s'élevait depuis toujours autour de l'église fut transféré là ou on peut le voir de nos jours. La chose ne fut pas aisé à faire, car depuis 1820 les autorités eurent du mal à mener ce changement à terme. En 1856-1857, fut poser et inaugurer le chemin de fer passant par Razac-sur-l'Isle. Le Périgourdin Pierre Magne, ministre de l'empereur Napoléon III, fit beaucoup pour étendre le réseau ferré en Périgord. En 1866, l'église Notre-Dame fut totalement inversée : l'autel fut transporté d'est en ouest, l'ancienne porte (à l'ouest) fut murée et une nouvelle porte (la porte actuelle) fut ouverte à l'est. En 1910, pour la 1re fois et la seule jusqu'à présent, eut lieu à Razac-sur-l'Isle la félibrée (manifestation folklorique dédiée à l'Occitanisme). Cette fête faillit bien être un désastre, car la pluie avait tombée en abondance depuis des mois. A cette occasion le maire de Razac, ouvrit sa propriété des Papasols (à l'angle de la route de Périgueux et de la route de Gravelle)ou fut établie la "taublade" (table des festivités). 1914-1918 1re Guerre Mondiale : 25 Razacois y laissèrent la vie dans la défense de la patrie. En 1924, le monument aux morts fut érigé place de l'église (aujourd'hui place Roger Gauthier). Il fut ensuite transféré dans le jardin de l'actuelle mairie. Dans la soirée du 27 décembre 1999, une terrible tempête s'abattit sur le sud de la France. Elle en bouleversa le paysage. Le Périgord fut sinistré à 95%. A Razac partout dans la commune, chênes, noyers, pins et sapins furent abattut comme de simples brins de paille, les cheminées tombérent et le bourg n'eu plus d'eau courante. Le réseau éléctrique et téléphonique fut jeter à bas, et beaucoup durent vivre pendant des jours et des jours avec des bougies, sans électricité et sans chauffage. En 2015, par une réforme de l'administration de l'Etat, la commune de Razac-sur-l'Isle fut soustraite du canton de Saint-Astier, pour être intégré dans un canton, nouvellement créé : celui de Coulounieix-Chamiers.

Liste des seigneurs de Razac[modifier | modifier le code]

  • 1451-1493 Hugues de Bayly, (mort en 1493).
  • 1493-1533 Bertrand Ier de Bayly, (mort en 1533), petit-fils du précédent
  • 1533-1549 Poncet de Bayly, (mort en 1549), fils du précédent
  • 1549-1583 Guillaume de Bayly, (mort en 1583), frère du précédent
  • 1583-1628 Alain de Bayly, (mort en 1628), fils du précédent
  • 1628-1698 Bertrand II de Bayly, (mort en 1698), fils du précédent
  • 1698-1713 Pierre-Jean de Bayly, (né en 1653, mort en 1713), fils du précédent
  • 1713-1777 Joseph de Bayly, (né en 1681, mort en 1777), fils du précédent
  • 1777-1792 Henri de Bayly, (né en 1763, mort en 1798), petit-fils du précédent

Liste des prêtres catholiques locaux de Razac[modifier | modifier le code]

Ci-dessous la liste des curés et des vicaires depuis le XVIIIe siècle :

  • 1688-1731 Jacques Desdoit (1660-1731), curé de la paroisse
  • 1731-1735 Charles Beaubos, curé de la paroisse
  • 1735-1745 Jean de Badillac, curé de la paroisse
    • 1736 abbés Delas et Larenaudie, vicaires
    • 1738 abbés Dessales et Seguin, vicaires
    • 1742 abbés Lervyzant et Moulinerd, vicaires
    • 1743 abbé Audebert, vicaire
  • 1747-1763 Antoine Durouchail (1703-1763), curé de la paroisse
    • 1756 abbé Lapouyade, vicaire
    • 17?? abbé Debays, vicaire
  • 1763-1765 Guillaume Comte (1723-1765), curé de la paroisse
    • 17?? abbé Dartensec, vicaire
  • 1766-1776 Jean Comte (1731-1776), curé de la paroisse
  • 1776-1795 Jacques Limouzin (né en 1747), curé de la paroisse
    • 1776 abbé Desveaulx, vicaire
    • 1784 abbés Marnyhac et Suquet, vicaires
    • 1787 abbé Luguet, vicaire (quitte la paroisse en 1789)
    • 1792 abbé Valette, vicaire (quitte la paroisse en 1792)
  • 1803-1832 François Cellerier (1751-1832), curé de la paroisse
  • 1833-1836 Jean-Baptiste Souchet, (né en 1807), curé de la paroisse
  • 1837-1841 Aubin-Martial Goudeaud (1807-1841), curé de la paroisse
  • 1841-1842 Jean Feytout (1797-1868), curé de la paroisse
  • 1842-1843 Clément Mante (1805-1843), curé de la paroisse
  • 1843-1848 François-Xavier Baguenard (né en 1812), curé de la paroisse
  • 1848-1857 Léopold-Antoine Lacombe (810-1857), curé de la paroisse
  • 1857-1897 Jules Chateau (1831-1897), curé de la paroisse
  • 1897-1901 Pierre Goubier (1854-1938), curé de la paroisse
  • 1901-1907 Gabriel Laly (1860-1907), curé de la paroisse
  • 1907-1914 Jean Mabit (1845-1914), curé de la paroisse
  • 1914-1946 Joseph d'Artensec (1874-1946), curé de la paroisse et 1er adjoint du maire Mr Parrot-Lagarennes
  • 1947-1953 Jean-Pierre Cayla (1878-1953), curé de la paroisse
  • 1953-1976 Paul Pigeat (+1977), curé de la paroisse et curé de la paroisse de Montrem
  • 1976-1989 Guilhem d'Abbadie d'Arrast, curé de la paroisse
  • 1989-2000 Luc Ollivier (1932-2014), curé de la paroisse
  • 2000-2006 Christian Clament, né en 1930, curé de la paroisse, dernier prêtre local

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Razac-sur-l'Isle a été rattachée au canton de Saint-Astier qui dépendait du district de Périgueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est supprimé et la commune est rattachée au canton de Grignols dépendant de l'arrondissement de Périgueux. Il change de nom et devient le canton de Saint-Astier en 1829, à la suite du transfert du chef-lieu de Grignols vers Saint-Astier[4].

Lors de l'importante réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014 et supprimant la moitié des cantons du département, la commune est la seule à quitter ce canton pour celui de Coulounieix-Chamiers pour les élections départementales de mars 2015[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Razac-sur-l'Isle intègre la communauté d'agglomération périgourdine créée trois ans plus tôt. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie : Le Grand Périgueux.

Administration municipale, tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Jadis le nombre de conseillers municipaux, maire et adjoint compris, fut de 12 aux élections municipales de 1836. Le nombre changea lors des élections municipales de 1912 avec 14 membres. Il revint à 12 membres aux élections municipales de 1919 puis passa à 13 aux élections municipales de 1965 et à 17 aux élections municipales de 1977. Depuis les élections municipales de 1983 le conseil municipal est composé de 19 membres dont le maire et cinq adjoints[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1794 Jean-Baptiste Gintrac    
1794 1795 Pierre Tronche    
1795 1795 Jean-Baptiste Gintrac    
1795 1799 Pierre Tronche    
1799 1822 Élie Deschamps    
1822 1830 Yrieix Debord    
1830 1849 Ambroise Brouillaux-Léger    
1849 1855 Guillaume-Félix Vergnaud    
1855 1868 Pierre-Sylvain Brouillaux-Léger    
1868 1884 Paul-Romain Deschamps    
1884 1892 François Guillaume    
1892 1904 Antoine-Adrien Dubet    
1904 1906 Jean Robert    
1906 1919 Léon Deschamps    
1919 1929 Joseph Parrot-Lagarennes    
1929 1964 Roger Gauthier    
1964 1995 Roger Roudier PS Directeur d'école primaire
Sénateur en 1988-1989
1995 mars 2014 Jean-Guy Nasseys DVG Retraité
mars 2014 en cours Bernadette Paul[7] PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Razac-sur-l'Isle depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Razac-sur-l'Isle[8]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2013, Razac-sur-l'Isle comptait 2 400 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
950 714 763 829 869 858 846 889 895
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
923 897 855 865 910 932 995 880 862
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
811 809 723 783 829 829 837 941 1 065
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 218 1 364 1 702 2 062 2 212 2 276 2 394 2 438 2 425
2013 - - - - - - - -
2 400 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Razac-sur-l'Isle en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,4 
7,7 
75 à 89 ans
10,7 
16,1 
60 à 74 ans
16,8 
20,9 
45 à 59 ans
21,5 
20,6 
30 à 44 ans
21,8 
12,8 
15 à 29 ans
12,1 
21,5 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département de la Dordogne en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,7 
9,7 
75 à 89 ans
13,5 
17,4 
60 à 74 ans
17,7 
22,6 
45 à 59 ans
21,6 
18,8 
30 à 44 ans
18,1 
14,7 
15 à 29 ans
13,1 
16,2 
0 à 14 ans
14,3 

L'agglomération de Razac-sur-l'Isle[modifier | modifier le code]

En 2010, l'unité urbaine (l'agglomération) de Razac-sur-l'Isle regroupe deux communes : Annesse-et-Beaulieu et Razac-sur-l'Isle[12], soit 3 906 habitants en 2008[13].

Cette agglomération fait partie de l'aire urbaine de Périgueux[14].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Razac-sur-l'Isle est située dans l'académie de Bordeaux.

La ville administre deux écoles maternelles communales[15].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La paroisse de Razac étant sous le patronage de Notre Dame la Vierge Marie, la fête patronale a lieu le 1er dimanche suivant le 15 août. Jadis, une autre fête foraine avait lieu à la gare S.N.C.F., mais celle-ci n'existe plus. Une manifestation rurale eut un temps lieu au domaine du Soulier (battage à l'ancienne, concours de chien truffier, etc…), mais cette manifestation ne se fait plus non plus.

Cultes[modifier | modifier le code]

Razac a toujours été une paroisse du diocèse de Périgueux, mais en 1997 à la suite d'une réorganisation de l'Église catholique romaine en Périgord, l'évêque d'alors prit la décision d'abolir toutes les paroisses de son diocèse et de les remplacer par d'autres, beaucoup plus étendues en superficie et comprenant les anciennes paroisses abolies.

La « paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Paul-des-Rives-de-l'Isle », nouvellement créée, inclut donc, outre l'ancienne paroisse de Razac, celles d'Annesse, de Beaulieu, de Bourrou, de Bruc-de-Grignols, de Chantérac, de Coursac, de Douzillac, de Léguillac-de-l'Auche, de Manzac, de Montrem, de Neuvic, de Saint-Aquilin, de Saint-Astier, de Saint-Germain-du-Salembre, de Saint-Léon, de Saint-Paul-de-Serre, de Saint-Séverin-d'Estissac et de Vallereuil.

Relevant de l'Église catholique romaine, l'église Notre-Dame de Razac est le seul bâtiment cultuel de la commune de Razac-sur-l'Isle. Depuis 2006 il n'y a plus de prêtre local, curé de Razac. Aussi en 2012, c'est généralement l'équipe paroissiale responsable de la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Paul-des-Rives-de-l'Isle, résidant à Saint-Astier, chef-lieu du canton dont faisait partie la commune de Razac-sur-l'Isle, qui assure le culte sur cette dernière. Pour la liste des curés et vicaires de Razac : voir dans partie « Histoire ».

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 16 474 €, ce qui place Razac-sur-l'Isle au 13 175e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[16].

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2012[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 1 034 personnes, soit 42,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (82) a augmenté par rapport à 2007 (73) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 7,9 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune offre 476 emplois pour une population de 2 414 habitants[18]. Le secteur tertiaire prédomine avec 34,9 % des emplois.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Nombre d'emplois 12 87 96 166 114
Pourcentage 2,5 % 18,3 % 20,2 % 34,9 % 24,0 %
Source des données[18].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 127 établissements[19], dont soixante-sept au niveau des commerces, transports ou services, vingt-six dans la construction, dix-neuf relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, neuf dans l'industrie, et six dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[20].

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2007, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, l'entreprise Mory Vingt Quatre (Messagerie, fret express) se classait 20e en termes de chiffre d'affaires HT dans le secteur des services, avec 6 371 k€[21]. Cette société a fait l'objet d'une liquidation judiciaire prononcée en avril 2012[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

À l'ouest, en limite d'Annesse-et-Beaulieu, la zone de bocage et de prairies humides ou inondables que représente la vallée de l'Isle est classée zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Razac-sur-l'Isle

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

d'azur à trois aiglettes d'argent en fasce bordées de quatre burelles du mêmes, deux en chef et deux en pointe. Le blason de la commune, a pour origine le blason de la famille de Bayly[réf. nécessaire].

.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. d'Abbadie d'Arrast, Au pays des fougères Histoire et Histoires de Razac sur l'Isle, Périgueux, 1991, Imprimerie Fanlac.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux », Insee (consulté le 13 avril 2012)
  2. [PDF] Document de la DDASS de la Dordogne
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 28 août 2013.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 18 décembre 2014)
  6. « Les élus », sur site de la mairie de Razac-sur-l'Isle (consulté le 5 novembre 2009)
  7. Joël Larivière, Bernadette Paul investie maire, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 21.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 18 mars 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  10. « Evolution et structure de la population à Razac-sur-l'Isle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Dordogne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  12. Insee, unité urbaine 2010 de Razac-sur-l'Isle, consulté le 29 octobre 2011.
  13. Insee, unité urbaine de Razac-sur-l'Isle, consulté le 29 octobre 2011.
  14. Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Périgueux, consulté le 29 octobre 2011.
  15. « Enfance-Jeunesse », sur site de la mairie de Razac-sur-l'Isle (consulté le 5 novembre 2009)
  16. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  17. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 21 novembre 2015.
  18. a et b Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 21 novembre 2015.
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 21 novembre 2015).
  20. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 21 novembre 2015.
  21. Sud Ouest éco, supplément au journal Sud Ouest, édition Dordogne du 13 novembre 2008, page 20
  22. Liquidation judiciaire Mory 24 sur le site Procedure Collective.fr, consulté le 21 novembre 2015.
  23. [PDF] DIREN Aquitaine - Vallée de l'Isle entre Razac-sur-l'Isle et Saint-Astier