Lalinde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Lalinde
Vue générale de Lalinde.
Vue générale de Lalinde.
Blason de Lalinde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Lalinde
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
(siège)
Maire
Mandat
Christian Bourrier
2014-2020
Code postal 24150
Code commune 24223
Démographie
Gentilé Lindois
Population
municipale
2 951 hab. (2013)
Densité 107 hab./km2
Population
aire urbaine
5 039 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 13″ Nord 0° 44′ 17″ Est / 44.836944, 0.738056
Altitude Min. 25 m – Max. 194 m
Superficie 27,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Lalinde

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Lalinde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lalinde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lalinde
Liens
Site web site officiel de la mairie

Lalinde est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. De 1790 à 2015, la commune a été le chef-lieu du canton de Lalinde, puis depuis 2015, son bureau centralisateur.

Géographie[modifier | modifier le code]

En amont du pont de Lalinde, la Dordogne sépare Lalinde à gauche de Couze-et-Saint-Front à droite.

Au sud du département de la Dordogne, en Périgord pourpre, la commune de Lalinde est entièrement située en rive droite de la Dordogne qui limite la commune au sud. À une distance maximale de 300 mètres, le canal de Lalinde longe la Dordogne d'est en ouest.

L'altitude minimale se trouve au sud-ouest, là où la Dordogne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Saint-Capraise-de-Lalinde et Couze-et-Saint-Front. L'altitude maximale avec 194 mètres est localisée à l'extrême nord, sur la route départementale 8, en limite de la commune de Pressignac-Vicq.

La ville, ancienne bastide, se situe, en distances orthodromiques, treize kilomètres à l'ouest du Buisson-de-Cadouin et vingt kilomètres à l'est de Bergerac. Enserrée entre la Dordogne et le canal de Lalinde, elle est traversée par la route départementale 703.

La commune est également desservie par les routes départementales 8, 8E1, 8E2 et 31, ainsi que par la ligne SNCF Libourne-Cazoulès par autorail Espérance en gare de Lalinde.

Le chemin de grande randonnée GR 6 longe le canal de Lalinde depuis le barrage de Mauzac jusqu'au bassin de chargement du canal et traverse la bastide pour emprunter le pont de Lalinde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lalinde
Pressignac-Vicq
Baneuil Lalinde Mauzac-et-Grand-Castang
Couze-et-Saint-Front Pontours Badefols-sur-Dordogne

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de La Linda[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Lalinde a été identifiée comme étant l'antique station Diolindum de la table de Peutinger. Des études récentes ont encore fortifié la thèse des historiens de la Gaule qui ont placé cette mansio à Lalinde. Au XIe siècle, une paroisse sera créée en bordure de la rivière Dordogne, qui portera le nom de Linda. En 1242, apparaît pour la première fois dans les textes un seigneur du lieu, Geoffroy de La Lynde. Quelques années plus tard, en 1267, une bastide sera construite par le roi d'Angleterre. C'est un chevalier anglais dont les ancêtres avaient émigré en Angleterre à l'époque de Guillaume le Conquérant, qui aura la charge de la construction de cette ville. Il portait le nom de Jean de La Lynde. Cette homonymie a fait croire pendant longtemps que ce personnage avait laissé son nom à la ville[2].

Vers 1596, le roi Henri IV nomme Arnaud de Baudet, fils de Guy de Baudet et époux de Judith de Larmandie, gouverneur de la ville royale de Lalinde et vend son droit de justice et domaine de la ville à Jacques Nompar de Caumont[3].

Depuis des recherches effectuées aux archives anglaises en 1990 par un auteur local, nous savons que la famille de La Lynde n'a jamais vécu sur le sol périgourdin. Cette famille apparaît dans le comté de Dorset depuis le XIe siècle, où elle possédait d'énormes domaines.

En 1794, les communes de Drayaux et Sainte-Colombe fusionnent avec Lalinde.

Le 11 juillet 1964, lors de la 19e étape qui relie Bordeaux à Brive-la-Gaillarde, les nombreux spectateurs qui attendent le passage du Tour de France à Port-de-Couze sont percutés par un camion-citerne sur le pont qui enjambe le canal de Lalinde. Emportés par le véhicule, ils tombent dans le canal. L'accident fait neuf morts, parmi lesquels trois enfants, et treize blessés[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Lalinde (appelée la Linde à l'époque) est le chef-lieu du canton de Lalinde qui dépend du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Bergerac[5].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton qui devient plus étendu lors des élections départementales de mars 2015[6]. La commune en est le bureau centralisateur.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Lalinde intègre dès sa création la communauté de communes du Bassin Lindois dont elle est le siège. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2012 et remplacée au 1er janvier 2013 par la communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord dont elle est également le siège.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1947 1953 André Heynard PCF Conseiller général du canton de Lalinde (1945-1949)
1953 1976 Marcel Ventenat RGR Conseiller général du canton de Lalinde (1949-1976)
1976 1977 Albert Laparre SE Premier adjoint du maire décédé
1977 mars 2001 Bernard Gouzot PS Médecin généraliste
mars 2001 mars 2014 Pierre-Alain Péris SE puis PS[7] Greffier-comptable de la fonction publique d'État
Président de la CC des Bastides Dordogne-Périgord (2013-2014)
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Christian Bourrier DVG[8]  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau des jumelages.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2015, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Lalinde[modifier | modifier le code]

En 2013, Lalinde comptait 2 951 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Lalinde[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 593 1 606 1 805 1 818 1 882 1 923 1 941 2 104 2 056
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 138 2 291 2 067 2 066 2 203 2 211 2 255 2 207 2 151
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 096 2 134 2 145 2 065 2 008 2 005 2 173 3 016 2 618
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 150 3 291 3 070 2 949 3 029 2 966 2 938 2 967 2 953
2013 - - - - - - - -
2 951 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'agglomération et l'aire urbaine de Lalinde[modifier | modifier le code]

L'unité urbaine de Lalinde (l'agglomération) regroupe cinq communes : Bayac, Couze-et-Saint-Front, Lalinde, Lanquais, Varennes[12], soit 5 039 habitants en 2012[13].

L'aire urbaine s'étend sur les mêmes communes[14].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2012[15], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 1 004 personnes, soit 34,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (141) a légèrement diminué par rapport à 2007 (144) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 14,0 %.

L'emploi sur la commune[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune offre 1 354 emplois pour une population de 2 953 habitants[16]. L'administration publique, l'enseignement, la santé, et l'action sociale regroupent 34,9 % des emplois et le secteur tertiaire est également très présent avec 33,9 %. Près du quart des emplois de la commune concernent l'industrie.

Répartition des emplois par domaines d'activité

  Agriculture, sylviculture ou pêche Industrie Construction Commerce, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale Total
Nombre d'emplois 24 334 64 459 473 1 354
Pourcentage 1,8 % 24,7 % 4,7 % 33,9 % 34,9 % 100 %
Source des données[16].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 350 établissements[17], dont 208 au niveau des commerces, transports ou services, soixante-dix relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, quarante-trois dans la construction, dix-sept dans l'industrie, et douze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[18].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le commerce, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, Chrisegui - Intermarché (supermarché), implantée à Lalinde, se classe 36e avec 16 046 k€ en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens actuelle, bâtie entre 1899 et 1902, a remplacé l'église Saint-Pierre du Pin, vieil édifice roman du XIIe siècle.
  • La plus vieille église de la commune, l'église Sainte-Colombe se situe à Sainte-Colombe, ancienne commune rattachée à Lalinde à la Révolution. Elle date du XIIe siècle, et sa coupole est la copie conforme de celle que possédait l'ancienne église de Lalinde. Inscrite en 1988, elle est entièrement classée au titre des monument historique depuis 2002[26].
  • À Drayaux, autre ancienne commune rattachée à Lalinde se trouve une modeste église du XIXe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Notamment liées à la présence de la Dordogne, plusieurs zones naturelles du territoire communal sont protégées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Deux zones Natura 2000 sont délimitées sur le territoire de Lalinde :

  • la Dordogne[27], protégée pour différentes espèces de poissons,
  • les coteaux calcaires qui bordent la Dordogne sur sa rive droite[28].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Les îlots en amont de Lalinde.

La commune présente trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I :

Protection du biotope[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du département de la Dordogne baignées par la Dordogne, Lalinde est soumis à un arrêté préfectoral de protection de biotope de 1991 destiné à favoriser la migration et le frai de plusieurs espèces de poissons[35].

Site remarquable[modifier | modifier le code]

Au sud-est de Sainte-Colombe, le domaine autour du château des Landes, avec ses noyeraies, représente sur 38 hectares un site inscrit depuis 1974[36],[37].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis le début des années 1980, sauf en 2010, Lalinde rassemble au début du mois de mars de nombreux participants pour sa course à pied des « 50 kilomètres de Lalinde ». En fait, il existe deux parcours, l'un de 24,150 km, l'autre de 50 km. En 2014, ces deux courses ont rassemblé un millier de coureurs pour la 32e édition[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Lalinde

Lalinde porte "de gueules à un lion d'or issant d'une forêt de sinople sur une terrasse du même ; au chef cousu d'azur chargé d'une croisette d'or entre deux fleurs de lys de même. (Grand armorial de France)"[39].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 4 mars 2014.
  2. Jean de La Lynde et Lalinde. Christian Bourrier
  3. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1875, tome 2, p. 156
  4. Grégoire Morizet et Anne-Marie Sopkowitz, Les larmes du Tour, Sud Ouest édition Dordogne du 11 juillet 2014, p. 11.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 août 2015).
  7. Voici vos 557 maires, éditions spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 12.
  8. Antoine Tinel, « Libre de mes pensées », Sud Ouest édition Périgueux du 8 décembre 2014, p. 12.
  9. Site des villes et villages fleuris, consulté le 27 décembre 2015.
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 4 mars 2014)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  12. Insee, unité urbaine 2010 de Lalinde, consulté le 29 octobre 2011.
  13. Unité urbaine 2010 de Lalinde (24201), sur le site de l'Insee, consulté le 15 novembre 2015.
  14. Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Lalinde, consulté le 29 octobre 2011.
  15. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 3 novembre 2015.
  16. a et b Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux POP T0 et EMP T8 sur le site de l'Insee, consulté le 3 novembre 2015.
  17. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 3 novembre 2015).
  18. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 3 novembre 2015.
  19. « Commerce : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 26.
  20. « Porte des fortifications dite Porte Romaine », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  21. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 149, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  22. « Château de Laffinoux », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  23. « Château de la Rue », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  24. « Canal de Lalinde (aqueduc et pont-déversoir de la Tuilerie de Villeneuve) », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  25. « Canal de Lalinde (écluse, y compris l'aqueduc et le canal de communication des biefs, le pont supérieur qui lui fait suite et le bassin de chargement avec sa cale de radoub) », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  26. « Église Sainte-Colombe », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 9 octobre 2010.
  27. FR7200660 - La Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 14 décembre 2011.
  28. FR7200664 - Coteaux calcaires de la vallée de la Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 14 décembre 2011.
  29. Coteaux nord de la Dordogne en amont de Lalinde lieu-dit la Plane sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  30. Carte de la ZNIEFF 26640000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  31. Barrage de Mauzac, îlots et rapides de la Gratusse sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  32. Carte de la ZNIEFF 26440000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  33. Combe de Foulissart sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  34. Carte de la ZNIEFF 26050000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  35. Arrêté préfectoral de la Dordogne no 911909 portant conservation du biotope du saumon, de la Grande Alose "Alosa Alosa", alose Feinte "Alosa fallax", lamproie fluviatile "Lampetra fluviatillis", lamproie Marine "Petromyzon Marinus" constitué par l'ensemble du cours de la Rivière Dordogne dans le Département sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  36. Domaine des Landes sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  37. Carte du site inscrit 0000060 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 14 décembre 2011.
  38. Émilie Delpeyrat, 1 000 engagés à Lalinde, Sud Ouest édition Dordogne du 6 mars 2014, p. 31.
  39. Armorial de la noblesse du Périgord d'Alfred de Froidefond de Boulazac, p403.