Le Ham (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Ham
Le Ham (Manche)
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Ghislain Dubois
2020-2026
Code postal 50310
Code commune 50227
Démographie
Gentilé Hamais
Population
municipale
307 hab. (2017 en diminution de 15,89 % par rapport à 2012)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 03″ nord, 1° 25′ 03″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 26 m
Superficie 3,86 km2
Élections
Départementales Canton de Valognes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Ham
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Le Ham
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Ham
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Ham

Le Ham est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 307 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en Cotentin. Son principal hameau, le Val, est à 5,5 km au sud-est de Montebourg, à 9,5 km au sud-est de Valognes, à 12 km au nord-est de Saint-Sauveur-le-Vicomte et à 13 km au nord-ouest de Sainte-Mère-Église[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ham entre 1023 et 1026 (AG NLM); de Hamo au XIIe siècle (cartulaire de Montebourg); Ham au XIIe siècle (d°, f° 73, 163); Liham (Wace, Roman de Rou II, p. 321. Avec agglutination de l'article défini ancien li > le); de Hamo XIIIe siècle (Thomas Hélie, 566)[3]

Le nom de la commune est issu du vieil anglais ham[3],[4] (comprendre hām) « maison, foyer, groupe d'habitations » ou du francique haim « maison, foyer ». La première hypothèse est sans doute préférable pour le Cotentin[3], ailleurs en France, il est plutôt d'origine francique. Le sens actuel du mot hameau, issu du normand hamel qui dérive de ham est sans doute lié à sa signification dans le dialecte normand. cf. Louis Guinet. Le mot ham était employé comme nom commun dans le nord de la France et signifiait « foyer, village ».

Le toponyme Hémevez est dérivé du nom de ce village.

Homonymie avec Le Ham (Calvados) et le Ham (Mayenne).

En 1828, Louis Du Bois proposa de renommer cette commune Le Ham-sur-Merderet, afin de la distinguer de son homonyme du Calvados, rebaptisé par lui Le Ham-sur-Dive[5]. Cette proposition ne fut pas retenue.

Le gentilé est Hamais[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et son porche d'entrée.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Amand Leviautre    
2008 En cours Guy Buttet[7]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2017, la commune comptait 307 habitants[Note 2], en diminution de 15,89 % par rapport à 2012 (Manche : -0,49 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Le Ham a compté jusqu'à 417 habitants en 1968.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302302297349281279302268252
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
243246264267257237232242228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
214239214269342326327322334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
390417402373387348323346318
2017 - - - - - - - -
307--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le manoir de Mesnildot.
Le manoir de Sigosville.
  • L'église Saint-Pierre, au Val, est inscrite aux monuments historiques pour son portail[12]. Quatre statues sont classées à titre d'objets (Vierge à l'Enfant, saint Pierre et saint Fromond du XIVe siècle et sainte Barbe du XVIe siècle)[13]. Elle fut bâtie vers 1080 par Herfast de Crépon, frère de Gunnor de Normandie, après que la première église du VIIe siècle eut été détruite par le chef Viking Hasting[14].
  • L'autel du Ham, autel de l'ancienne abbaye d'époque mérovingienne, est exposé à la bibliothèque de Valognes.
  • Le manoir de Sigosville : manoir du XVIe siècle[15] qui se présentait à l'origine comme une cour carrée fermée. En haut de la tour d'escalier se trouvait un colombier. À voir également une arquebusière double avec trou de visée.
  • La Cour des Mares (XVIe siècle).
  • Le manoir du Mesnildot (début XVIIe siècle[16]) : le corps principal est flanqué de deux pavillons latéraux qui s'éclairent par des demi-fenêtres. Un fort chaînage horizontal ceinture complètement l'édifice, séparant ainsi le rez-de-chaussée du premier étage. Les baies sont toutes à linteaux droits.
  • Ancienne abbaye bénédictine du Ham relevant de Saint-Wandrille. Ruinée, au XIIe siècle Guillaume du Hommet, bouteiller du duc de Normandie et seigneur du Ham, en fait un prieuré dédié à Saint-Pierre et le donne à Saint-Père de Chartres[17].
  • Chapelle Saint-Christophe (détruite).
  • Voies romaines (encore visibles aujourd'hui).
  • Gare de Montebourg (fermée, située sur la commune du Ham).

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a b et c François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 131 - 132
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 56.
  5. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 473.
  6. « Ouest-france.fr - Mairie du Ham » (consulté le 1er septembre 2010).
  7. a et b Réélection 2014 : « Le Ham (50310) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 mai 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. « Église », notice no PA00110426, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Œuvres mobilières au Ham », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Jean-Louis Adam, Quelques notes sur Valognes, 1905.
  15. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 160.
  16. Girard et Lecœur 2005, p. 200.
  17. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours ; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 425.
  18. Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, Éditions Eurocibles, Marigny, 2001, (ISBN 2914541090)

Lien externe[modifier | modifier le code]