Couville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couville
Couville
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Sédrick Gourdin
2020-2026
Code postal 50690
Code commune 50149
Démographie
Gentilé Couvillais
Population
municipale
1 165 hab. (2018 en augmentation de 8,17 % par rapport à 2013)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 13″ nord, 1° 41′ 09″ ouest
Altitude Min. 45 m
Max. 130 m
Superficie 8,60 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Cherbourg-en-Cotentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cherbourg-en-Cotentin-3
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Couville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Couville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couville
Liens
Site web www.mairie-de-couville.fr

Couville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 165 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Couville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cherbourg-en-Cotentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 77 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Kalvilla vers l'an mille[7]. Il est issu d'un anthroponyme : norrois selon Ernest Nègre (Kali)[7] et René Lepelley (Koli)[8], ou germanique (Colo) selon Albert Dauzat[9]. Le second élément est l'ancien français vile dans son sens originel de « domaine rural », issu du latin villa rustica.

Le gentilé est Couvillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à la gare de Couville que fut découverte une malle sanglante et que fut arrêté un couple formé par Joseph Aubert et Marguerite Dubois, les auteurs de l'homicide d'un jeune philatéliste. Cette affaire fut jugée aux assises de la Seine, du 26 au 29 octobre 1896. Son retentissement trouva un large écho dans la presse internationale de l'époque[10].

En 1943, la commune voit se construire une plate-forme de lancement de missiles V1 dont l'existence, une fois découverte, provoqua une série de bombardements. Un site analogue est alors poursuivi en souterrain à Brécourt sur la commune d'Hainneville[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2008 René Bihel    
mars 2008[12] mai 2020 Alain Pinabel[13] SE Technicien
mai 2020[14] En cours Sédrick Gourdin SE Formateur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 1 165 habitants[Note 4], en augmentation de 8,17 % par rapport à 2013 (Manche : −0,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
543544664729750714677647660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682583651533530579494440498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475485480464520517465438468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4634124886578218209229371 030
2017 2018 - - - - - - -
1 1431 165-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

C'est de la gare de Couville que devait partir le minerai de fer exploité par la société des Mines de May-sur-Orne, qui avait repris en 1951 les activités de la Mine de fer de Flamanville fermée en 1940 du fait de la Deuxième Guerre mondiale. Après la fermeture de la mine en 1962, c'est l'installation de l'Usine de retraitement de la Hague, qui a relancé l'activité économique de la région.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame (XIIIe siècle), abritant plusieurs œuvres classées à titre d'objets aux monuments historiques, dont les fonts baptismaux romans du XIIe siècle, posés sur quatre colonnettes simples, et dont la cuve quadrangulaire est ornée d'un bas-relief figurant en face est un monstre ailé, en face ouest des arcatures, en face nord une étoile à cinq branches, et en face sud une fleur stylisée à quatre pétales dans un cercle.[19]. L'église est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Sainte-Bernadette du doyenné de Cherbourg-Hague[20]. On a retrouvé dans l'édifice des sarcophages mérovingiens[21].
  • Château Saint-Luc du XVIIe siècle. Château construit par Guillaume Simon (c. 1609-1676) et qui prit le nom de Saint-Luc lorsqu'il devint la propriété de Louis Lucas. Sur la tour sont insérées les armes du seigneur de Couville, Guillaume Simon (c. 1609-1676) d'azur à la croix d'argent chargée de cinq croissants de gueules et cantonnée de quatre cygnes d'argent et de son épouse Suzanne Poërier d'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles d'argent et en pointe d'un croissant de même. Un casque de profil surmonte l'écu[22].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

L'Association des parents d’élèves de Couville organise chaque année des manifestations.

  • Les Foulées couvillaises, généralement organisée fin mars. Des trails et des randonnées sont proposées le matin, puis un éveil athlétique composés de trois courses à pied aux enfants l'après-midi.
  • La chasse aux œufs de Pâques, chaque lundi de Pâques. Une chasse aux œufs dans l'enceinte de l'école de Couville.
  • Une soirée au théâtre, en association avec la troupe de théâtre de la commune, une pièce de théâtre est présentée.
  • Un vide-greniers organisé au mois de mai, sous chapiteau, avec restauration.
  • La kermesse de fin d'année, organisée fin juin. La journée se termine par une retraite aux flambeaux et par un feu d'artifice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1022.
  8. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 51.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  10. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, Paris, 2012.
  11. Site V1 de Couville sur Wikimanche.
  12. « Alain Pinabel succède à René Bihel », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 mars 2015).
  13. Réélection 2014 : « Couville (50690) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 mars 2015).
  14. a et b « Sédrick Gourdin, nouveau maire de Couville », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 mai 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Fonts baptismaux », notice no PM50001411, base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. Site du diocèse.
  21. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 55.
  22. Collectif, Blasons armoriés du Clos du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 214 p. (ISBN 2-85480-543-7), p. 35.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :