Saint-Lô-d'Ourville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Lô-d'Ourville
Saint-Lô-d'Ourville
Le manoir du Parc.
Blason de Saint-Lô-d'Ourville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité CA du Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué
Mandat
André Cruchon
2020-2026
Code postal 50580
Code commune 50503
Démographie
Population 495 hab. (2018)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 05″ nord, 1° 40′ 10″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 38 m
Superficie 10,70 km2
Élections
Départementales Les Pieux
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Port-Bail-sur-Mer
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Lô-d'Ourville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Lô-d'Ourville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Lô-d'Ourville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Lô-d'Ourville

Saint-Lô-d'Ourville est une ancienne commune française, située sur la Côte des Isles dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 495 habitants[Note 1], commune déléguée au sein de Port-Bail-sur-Mer depuis le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme Orvilla en 1115, composé probablement avec le nom de personne germanique (franc) Uro et le suffixe Ville[1].

La paroisse, mentionné sur un document de 1115 sous la forme Sancti Laudi de Orvilla, est bien plus ancienne puisque sa fondation remonte au VIe siècle. Jusqu'en 1925 le nom officiel de la commune était Ourville[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse, dont la fondation remonte au VIe siècle, est sous le vocable de saint Lô, 5e évêque de Coutances. L'abbaye de Lessay nommait à la cure. L'abbaye, qui possédait des biens importants sur la paroisse, percevait la dîme. Robert de la Haie (Robert de La Haye), sénéchal du duc de Normandie Henri Ier, confirma en 1134 la donation. Celle-ci fut contesté par la suite, car en 1234, Robert d'Argences, chevalier, seigneur du Parc d'Ourville, renonce au patronage de la paroisse en faveur de l'abbaye[3].

Le , Saint-Lô-d'Ourville fusionne avec Denneville et Portbail pour créer la commune nouvelle de Port-Bail-sur-Mer par arrêté préfectoral du [4]. Les trois anciennes communes deviennent des communes déléguées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes Saint-Lô-d'Ourville

Les armes de la commune Saint-Lô-d'Ourville se blasonnent ainsi :
D'azur au cygne d'argent becqué et membré de gueules, au chef d'or chargé de trois merlettes de sable.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1968 mars 2008 Jean Lamy    
mars 2008[5] 2015[6] Roger Lozouet[7] SE Agent de codification
décembre 2015[8] décembre 2018 André Ade SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 mai 2020 André Ade SE Retraité
mai 2020[9] En cours André Cruchon   Retraité du ministère de la Défense
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 495 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Lô-d'Ourville[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
777706875972908909919861888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
832772753706676600740610616
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
585554530427409449473485485
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
399380403397404478553530517
2018 - - - - - - - -
495--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église au centre du bourg.
Il s'agit d'un ensemble manorial complet du XIIIe siècle, avec logis seigneurial et logis en dépendance protégés par un mur défensif, chapelle, colombier, moulin, pressoir, douves, vivier, jardin fossoyé et bâtiments agricoles en cour fermée autour du logis. Le domaine est inscrit au titre des monuments historiques.
  • Ancien prieuré d'Avarville, siège de la baronnie ecclésial d'Avarville, l'un des huit fiefs relevant de l'abbaye de Lessay, et qui avait également le droit exclusif d'enlever la tangue, et le droit de gravage ou varech sur l'étendue de la baronnie[15]. Ainsi, les moines récupérèrent en l'an 1435 « un tonnel et deux pipes de vin arrivés à vreq ès mettes de la dite seignourie » ou encore, en 1758, un « canon trouvé au gravage, de Saint-Lô-d'Ourville »[15]. Au XVe siècle, la baronnie possédait les terres de la Dicquerie, des terres à Ourville, Omonville, Denneville, Saint-Jean, Saint-Georges-de-la-Rivière, Le Maisnil, Saint Morice. À la veille de la Révolution, la baronnie est divisé en 65 fiefs répartis sur la paroisse de Saint-Lô-d'Ourville et quatre sur la paroisse voisine de Denneville[16].
  • Dunes de Lindbergh.
  • Lindbergh-Plage.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Bernage, « Noms de lieux scandinaves dans le canton de Barneville-Carteret », Vikland, la revue du Cotentin, no 1,‎ avril-mai-juin 2012, p. 9 (ISSN 0224-7992).
  2. Jeanine Bavay, « Saint-Lô-d'Ourville », Vikland, la revue du Cotentin, no 1,‎ avril-mai-juin 2012, p. 38 (ISSN 0224-7992).
  3. Bavay - Saint-Lô-d'Ourville, Vikland n°1, p. 36.
  4. « RAA SP 94 », sur manche.gouv.fr, (consulté le ).
  5. « Roger Lozouet succède à Jean Lamy », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  6. « Nécrologie. Le maire, Roger Lozouet, s'est éteint », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  7. Réélection 2014 : « Saint-Lô-d'Ourville (50580) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  8. « André Ade se met dans les pas de Roger Lozouet », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  9. « Municipales à Port-Bail-sur-Mer. François Rousseau maire de la commune nouvelle », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  10. Date du prochain recensement à Saint-Lô-d'Ourville, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  13. Maurice Lecœur, Le Moyen Âge dans le Cotentin : Histoire & Vestiges, Isoète, , 141 p. (ISBN 978-2-9139-2072-9), p. 81.
  14. « Notice n°PA50000016 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. a et b Bernard Beck (photogr. Bernard Pagnon), Quand les Normands bâtissaient les églises : 15 siècles de vie des hommes, d'histoire et d'architecture religieuse dans la Manche, Coutances, Éditions OCEP, , 204 p. (ISBN 2-7134-0053-8), p. 35.
  16. Georges Bernage, « Varreville », Vikland, la revue du Cotentin, no 1,‎ avril-mai-juin 2012, p. 46 (ISSN 0224-7992).

Liens externes[modifier | modifier le code]