Benoîtville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Benoîtville
Benoîtville
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Daniel Gancel
2020-2026
Code postal 50340
Code commune 50045
Démographie
Gentilé Benoisvillais
Population
municipale
610 hab. (2020 en diminution de 1,61 % par rapport à 2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 43″ nord, 1° 46′ 45″ ouest
Altitude Min. 35 m
Max. 131 m
Superficie 8,29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Cherbourg-en-Cotentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Pieux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Benoîtville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Benoîtville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Benoîtville
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Benoîtville

Benoîtville ou Benoistville[1] est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 610 habitants[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[5]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Cotentin et à l'ouest du département de la Manche, frais, humide et pluvieux, où les contrastes pluviométrique et thermique sont parfois très prononcés en quelques kilomètres quand le relief est marqué[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 856 mm, avec 13,7 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de La Hague à 16 km à vol d'oiseau[7], est de 13,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 480,0 mm[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Benoîtville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cherbourg-en-Cotentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 77 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,2 %), zones agricoles hétérogènes (35,4 %), prairies (8,4 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Benedicti villa entre 996 et 1008[16], Benedicta villa vers 1080, et entre 1156 et 1181[17], ecclesia Benedicte ville entre 1174 et 1182[18], Benedictivilla en 1195[19], Benedicta villa en 1215[17], ecclesia de Benedictavilla en 1332[20], Benedicta villa en 1351 et en 1352[21], Benestville en 1421[17].

La première attestation, Benedicti villa, « le domaine rural de Benedictus », qui précède de près d'un siècle les formes en -a, a pu avoir pendant un certain temps une coexistence avec les autres formes.

Au vu de la forme Benedicta villa attestée du XIe au XIVe siècle, Albert Dauzat[22], Auguste Vincent[23], suivi de François de Beaurepaire[17], ont opté pour une interprétation par un adjectif qualifiant le mot ville, à savoir « la ville bénie »[24].

En , le conseil municipal vote pour la dénomination officielle de « Benoistville »[1] ; en effet, en 1996, la commune avait déjà fait part de son désaccord sur l’orthographe « Benoîtville » enregistré par l’Insee.

Le gentilé est Benoîtvillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la paroisse relevait de l'honneur de Néhou[25].

Guillaume Cosquet (XIIIe siècle), seigneur de Mortemer à Benoistville, et également propriétaire à Cosqueville dans le Val de Saire, donna l'étang à l'abbaye de Montebourg[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  1991 Albert Leroy    
avril 1991 14 mars 2008 Henri Legoupil    
mars 2008 En cours Daniel Gancel[27] SE Retraité de la gendarmerie, clerc d'huissier
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[27].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[29].

En 2020, la commune comptait 610 habitants[Note 3], en diminution de 1,61 % par rapport à 2014 (Manche : −0,97 %, France hors Mayotte : +1,9 %). Benoîtville a compté jusqu'à 667 habitants en 1841.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650552613614615652667660646
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
602570555522507511502462441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
428420434432434408398424420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
363336320416443458524541571
2014 2019 2020 - - - - - -
620608610------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Une laiterie fonctionna de 1904 à 1969.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre (XIIIe, XIXe – XXe siècle), avec une nef et un chœur des XIIIe – XIVe siècles et dont le clocher flèche du XIXe siècle est inscrit au titre des monuments historiques[32]. Elle abrite des statues anciennes dont une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle classée au titre objet en 1972[33]. Sont également conservés un lavabo du sanctuaire (XIIe), une verrière (XXe) de Gabriel Loire, les statues de saint Fiacre (XVIe) restaurée et originale, saint Pierre et saint Éloi (XVIIIe)[26].
L'église est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Notre-Dame du doyenné de Cherbourg-Hague[34].
  • La maison de Benoistville. Ancien manoir seigneurial des XVIIe, remanié au XVIIIe siècle[26].
  • Croix de chemin dites croix Georges (XIXe siècle) et croix Cosquet (XVIIe siècle).
  • Croix de cimetière (XIXe siècle).
  • Calvaire daté de 1805, restauré en 1862.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Delattre et Emmanuel Delattre, La Manche les 602 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 280 p. (ISBN 978-2-9159-0709-4), p. 27.
  • René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 84.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Coordonnées, superficie : IGN[35].
Altitudes : répertoire géographique des communes[36].
  1. a et b Cotentin : vous ne pourrez plus vous tromper, cette commune détermine (enfin) son nom officiel ! .
  2. Population municipale 2020.
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  6. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  7. « Orthodromie entre Benoîtville et La Hague », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station météorologique Cap de la Hague, commune de La Hague - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, page 85, § 11.
  17. a b c et d François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, page 78.
  18. Léopold Delisle, op. cit., t. II, 1920, page 154, § DLXX.
  19. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, page 86a.
  20. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, page 314G.
  21. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., page 376D.
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, page 71b.
  23. Auguste Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, p. 290, § 758.
  24. René Lepelley, (Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, page 65a).
  25. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècle) : Étude historique et topographique », dans Archéologie médiévale, t. 12, (lire en ligne sur Persée.), p. 184.
  26. a b et c Gautier 2014, p. 84.
  27. a et b Réélection 2020 : « Benoîtville. Un troisième mandat pour Daniel Gancel », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  32. « Église », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Statue : Vierge à l'Enfant », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. Site du doyenné.
  35. « Benoîtville sur le site de l'Institut géographique national »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (archive Wikiwix).
  36. Site de l'IGN.