Vicq-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vicq-sur-Mer
Vicq-sur-Mer
Le bourg de Cosqueville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Richard Leterrier
2020-2026
Code postal 50330
Code commune 50142
Démographie
Gentilé Vicquois
Population
municipale
1 054 hab. (2019)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 42″ nord, 1° 24′ 27″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 85 m
Superficie 20,58 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Cherbourg-en-Cotentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Val-de-Saire
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Vicq-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Vicq-sur-Mer
Liens
Site web vicq-sur-mer.fr

Vicq-sur-Mer[1] est une commune française située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 054 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 10,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 965 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Gonneville », sur la commune de Gonneville-Le Theil, mise en service en 1959[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 919,7 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 17 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vicq-sur-Mer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Cherbourg-en-Cotentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 77 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Vicq-sur-Mer est officiellement créé le au moment de la création de la commune.

Le nom de la commune nouvelle est issu d'une consultation des habitants[23]. Soixante-cinq personnes, habitant les communes consultées, ont déposé leurs propositions dans une urne entre le et le . Les vingt-neuf élus des quatre communes concernées se sont réunis lors d'une séance publique pour choisir le nom de la commune nouvelle. Trois propositions ont été retenues : Cotensaire, Côteville-en-Saire et Vicq-sur-Mer. Après avoir procédé au vote entre les deux dernières propositions, et avec un total de 19 voix, c'est le nom Vicq-sur-Mer qui a été finalement choisi, privilégiant la référence à un hameau existant. En effet, le nom de la commune nouvelle reprend le microtoponyme Vicq qui est celui d'un hameau situé sur la côte de Cosqueville

Le microtoponyme Vicq désigne à l'origine la plage située dans une anse, mais a aussi donné son nom à un rocher situé au large : Le Vicq[24]. Il remonte à l'ancien scandinave vík « baie »[24], « anse ». Généralement, -vic ou -vy (variantes -vie, -vouy, -ouy) est employé comme deuxième élément d'un composé toponymique cf. Brévy, Plainvic, Sylvie, etc. Ils sont très nombreux dans le Cotentin, mais beaucoup moins fréquents ailleurs en Normandie, et en dehors de la région inexistants. L'ancien normand wic, vic a également donné le diminutif viquet « petite porte, cachette, recoin, guichet », d'où guichet en français[25]. Le Viquet est aussi un toponyme de la commune de Coudeville-sur-Mer.

Homonymie avec la plage de Vík en Islande. En revanche, l'homophonie avec les autres Vicq, Vic de France est fortuite, puisque dans ce cas, il s'agit du mot roman vic « bourg, village », issu du latin vicus.

Histoire[modifier | modifier le code]

les quatre communes déléguées

La commune est créée le par la fusion de quatre communes Cosqueville, Gouberville, Néville-sur-Mer et Réthoville, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales.

Le statut de commune déléguée est supprimée en par décision du conseil municipal[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En attendant les élections municipales de 2020, le conseil municipal réunit l'ensemble des conseillers en date de 2015.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8 janvier 2016 En cours Richard Leterrier[27]   Préparateur DCNS

Démographie[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Cosqueville
(siège)
50142 CC de Saint-Pierre-Église 10,90 591 (2018) 54


Réthoville 50432 CC de Saint-Pierre-Église 3,43 132 (2018) 38
Néville-sur-Mer 50375 CC de Saint-Pierre-Église 3,46 194 (2018) 56
Gouberville 50211 CC de Saint-Pierre-Église 2,79 121 (2018) 43

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 1 054 habitants[Note 9].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2019
1 0121 0201 0271 0331 054
(Sources : Insee à partir de 2014[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Cosqueville, d'origine romane, dont le clocher date du XVe siècle. Le chœur d'origine a été démoli en 1770, de même que l'autel, lors de la Révolution. L'une de ses chapelles anciennement dédiée à saint Fiacre a été rebaptisée chapelle de la Sainte-Vierge. L'autre de ses chapelles, à l'origine dédiée à sainte Anne, est la chapelle Saint-Jean. Des cinq cloches de l'église qui dataient de 1770 n'en subsiste qu'une seule, les quatre autres ayant été emmenées à Cherbourg à la Révolution[29].
  • Église Saint-Martin ; elle abrite trois statues (saint Jacques, sainte Catherine, la Vierge) qui sont protégées au titre des monuments historiques[30].
  • La Vierge de la Fourche aux Loups.
  • L'église Notre-Dame du XIIIe siècle est inscrite aux Monuments historiques[31]. Il ne reste actuellement de l'ancienne église de Gouberville que le pignon ouest avec le portail et la fenêtre, la base de la tour et les trois fenêtres du chevet[32]. D'après M. du Moncel, ces ouvertures remontent à la première moitié du XIIIe siècle. Depuis, tout a été remanié ou reconstruit sous les différents curés qui se sont succédé.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le moulin de la Coudrairie.
Le manoir d'Herclat.
  • Moulin de la Coudrairie, appelé aussi moulin de Marie Ravenel, puisque c'est ici que travaillait la poétesse. Le moulin a été restauré en 1999.
  • Manoir d'Herclat (XVIe/début XVIIe siècle), inscrit au titre des Monuments historiques depuis le [33] (famille Thomas, sieur d'Herclat, installée vers 1550, capitaines garde-côtes, liée aux Goubeville puis famille de Beaudrap puis Dumoustier de Canchy jusqu'en 1978).
  • Fortin de la guerre de Sept Ans[34].
  • Le manoir, du XIIe siècle, autrefois entouré de douves, dont il subsiste une tourelle[35].
  • La motte féodale, située à côté de l'église dans un champ dit le Clos-à-Bœuf[36].
  • La Maison de Cosqueville appelée le château, construit en 1751. En 1912, elle a été agrandie, notamment d'une tourelle[37].
  • Les quatorze puits communaux, propriétés privées, sont surveillés par l'association Transmission des Cultures et du Patrimoine[38].
  • Château (1853).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le littoral de la commune de Gouberville (Bucaille, Hennemare) et l'étang de Gattemare font partie du site d'importance communautaire Caps et marais arrière-littoraux de la pointe de Barfleur au cap Lévi proposé au réseau Natura 2000[39]. Notons l'origine scandinave des noms du littoral : Hannimara "mer de Hanni" > Hennemare, Gattomara "mer de Gatto" > Gattemare
  • Le marais de Réthoville
  • Le jardin de Cosqueville
  • La pointe du rocher de Tabot ou pointe du rocher au Pique, connue comme lieu de naufrage.
  • Rivière de la Couplière (se jette dans Gattemare).
  • Fontaine Babillette.
  • Fontaine Saint Benoît

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles de Gouberville (1521-1578), auteur d'un "livre de raison", décrivant la vie d'un hobereau à la fin de la Renaissance
  • Marie Ravenel, meunière et poétesse, née au moulin de la Coudraie (1811-1893).
  • Sophie Massieu, journaliste et animatrice télé, originaire de Réthoville[40].
  • Le commandant Pugnet, connu pour avoir été le premier commandant du paquebot Normandie, a habité Cosqueville[41].
  • Jean-Baptiste Michel Pontus, né au manoir de Herclat à Néville-sur-Mer le et décédé à Paris le , prêtre dans l'ordre religieux des Sulpiciens et vicaire de Saint-Sulpice à Paris à partir de 1788. Il refuse de prêter serment à la constitution civile du clergé et est massacré le . Il est béatifié le par le pape Pie XI[42].
  • Charles Omond, né le à Néville-sur-Mer et décédé le à Saint-Servan (Saint-Malo). Il est le septième fils d'une famille de dix garçons. Fils de Louis Auguste Xavier Omond et de Marie Aimable Rosalie Dodeman. Ordonné prêtre le . Il fut successivement professeur à Saint-Lô, vicaire à Villedieu-les-Poêles (le ), administrateur de Précey, Crollon (le ), curé de Montpinchon (le ), curé-doyen de Canisy (le ), curé de Regnéville-sur-Mer et administrateur de Grimouville et Urville (le ), aumônier de la maison des Petites sœurs des pauvres de Granville (le ). Autorisé à prendre sa retraite le , il réside chez les Petites Sœurs des Pauvres à Saint-Servan, où il décède. Il repose au cimetière de Néville-sur-Mer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commune nouvelle. Vicq-sur-Mer est née
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Gonneville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Vicq-sur-Mer et Gonneville-Le Theil », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Gonneville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Vicq-sur-Mer et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. La Presse de la Manche, 22 octobre 2015.
  24. a et b Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie. Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, éditions OREP, 2009 (ISBN 978-2-915762-89-1), p. 32.
  25. Site du CNRTL : étymologie de guichet : http://www.cnrtl.fr/etymologie/guichet.
  26. [PDF] Conseil municipal du 16 octobre 2019 - Délibération 6 : Suppressions des communes déléguées
  27. « Richard Leterrier élu maire de la commune nouvelle Vicq-sur-Mer », Ouest-France, 13 janvier 2016.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-religieux/eglise-de-cosqueville/default.asp
  30. « Liste des notices pour la commune de Réthoville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. « Église », notice no PA00110413, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. D'après Louis Drouet-Recherches Historiques sur les vingt communes du canton de St. Pierre Église-Imprimerie Saint Joseph Cherbourg 1893
  33. « Manoir d'Herclat », notice no PA00110526, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. fort-de-rethoville
  35. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/le-manoir/default.asp
  36. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/la-motte-feodale/default.asp
  37. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-historique/la-maison-de-cosqueville/default.asp
  38. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/patrimoine-vernaculaire/les-puits/default.asp
  39. « Fiche FR2500085 du réseau Natura 2000 sur le site du ministère de l'écologie » (consulté le ).
  40. « Ouest-france.fr - La journaliste aveugle regarde le monde » (consulté le ).
  41. http://www.mairie-cosqueville.fr/fr/tourisme-et-patrimoine/histoire-locale/personnages-remarquables/default.asp
  42. J.-M. Lejeune, Le Bienheureux Jean-Baptiste Michel Pontus de Néville et ses compagnons martyrs de la Révolution française, Imprimerie la Dépêche, Cherbourg, 1989.