Saint-Sauveur-de-Pierrepont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Sauveur-de-Pierrepont
Saint-Sauveur-de-Pierrepont
L'église Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Intercommunalité Communauté de communes Côte Ouest Centre Manche
Maire
Mandat
Fabienne Angot
2020-2026
Code postal 50250
Code commune 50548
Démographie
Gentilé Pierrepontais
Population
municipale
128 hab. (2017 en diminution de 3,76 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 08″ nord, 1° 35′ 39″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 42 m
Superficie 8,18 km2
Élections
Départementales Canton de Créances
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Pierrepont
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Pierrepont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Pierrepont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Pierrepont

Saint-Sauveur-de-Pierrepont est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 128 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-ouest de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 7 km au nord-ouest de La Haye-du-Puits, à 9 km à l'est de Portbail et à 9 km au sud-ouest de Saint-Sauveur-le-Vicomte[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Salvador de Perrepont en 1153[3]. L'hagiotoponyme Saint-Sauveur désigne le Christ. Pierrepont serait dû à la présence d'un pont de pierre[4].

Le gentilé est Pierrepontais[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune de nombreux objets d'origine romaine et mérovingienne furent découvert[5].

Le 18 juin 1940 combat héroïque[modifier | modifier le code]

Route barrée par une poignée d'hommes (une trentaine de marins et 80 soldats) commandés par l'ingénieur du génie maritime Ramas à la Gespenter Division armée de Rommel. Tentative de pourparlers relative à l'armistice, mais les ordres sont restés clairs « résister sans esprit de recul ». Armée française en position favorable, mais inégal rapport de force 1 contre 10. Combat acharné. Au bout d'une trentaine de minutes Henri Ramas est tué comme deux de ses hommes. Destruction de un sur les deux canons de 75 par les Allemands. Cette résistance permit de retarder l'avance des Allemands de plus d'une dizaine d'heures, ce qui permit aux forces britanniques de rembarquer et d'effectuer le sabotage du matériel qui aurait pu servir à l'ennemi. Les blindés de Rommel seront encore arrêtés à 5 km de Cherbourg au pont de Martinvast[6].

Fusions de communes[modifier | modifier le code]

Le , Baudreville, Bolleville, Saint-Nicolas-de-Pierrepont et Saint-Sauveur-de-Pierrepont fusionnent tout en conservant un statut de communes associées, la commune ainsi créée prenant le nom de Pierrepont-en-Cotentin. Le , imitant Baudreville qui s'était retirée en 1980, Bolleville, Saint-Nicolas-de-Pierrepont et Saint-Sauveur-de-Pierrepont défusionnent, mettant fin à l'existence de la commune de Pierrepont-en-Cotentin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1943 1945 Louis Lerossignol    
1945 1947 Louis Vignon    
1947 1972 Roger Angot    
1972 1982 Roger Angot   Maire de Pierrepont-en-Cotentin (commune fusionnée)
1982 1995 Roger Angot    
juin 1995[7] mars 2014 Pierre Hardy SE Agriculteur
mars 2014[8] En cours Jocelyne Vignon SE Secrétaire
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 128 habitants[Note 2], en diminution de 3,76 % par rapport à 2012 (Manche : -0,49 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516545585575587593591590555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542524488441426393401407384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365301274252254277282240237
1962 1968 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2017
210186121143134133132134128
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancienne église de Saint-Sauveur-de-Pierrepont.

Activité, manifestations et label[modifier | modifier le code]

La commune est un village fleuri (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Émile Couillard (1880 - 1951), historien du Mont-Saint-Michel, écrivain et abbé, est né et a grandi à Saint-Sauveur-de-Pierrepont, dans le hameau des Duvées.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1524
  4. a b et c René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 603
  5. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-9145-4196-1), p. 41.
  6. « Site de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre - Le combat héroïque de Henri Ramas et de ses hommes dans la défense de Cherbourg juin 1940 » [PDF]
  7. « Saint-Sauveur-de-Pierrepont. Pierre Hardy ne se représentera pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er septembre 2015)
  8. a et b « Jocelyne Vignon est élue maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 3 avril 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Œuvres mobilières à Saint-Sauveur-de-Pierrepont », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 51.
  15. Notice no PA00110538, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Notice no PM50000827, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no PM50000826, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 1er septembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]