Pierreville (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierreville.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Pierreville
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Canton Les Pieux
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Thierry Lemonnier
2014-2020
Code postal 50340
Code commune 50401
Démographie
Gentilé Pierrevillais
Population
municipale
743 hab. (2014)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 27″ nord, 1° 46′ 49″ ouest
Altitude Min. 35 m – Max. 117 m
Superficie 10,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Pierreville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Pierreville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierreville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierreville

Pierreville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 743 habitants[1] (les Pierrevillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l’origine, Pierreville s’appelait « Maneville » (Magna villa : le grand domaine) et aussi Damandeville.

Puis Petrivilla, Perrevilla (XIIe siècle) et enfin : Petravilla.

Nom lié à l’exploitation de mines et de carrières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Le seigneur de Pierreville était sieur de Maneville.

Sur le cartulaire de l’abbaye de Troarn, il est mention du sire de Pierreville au nombre des barons aux côtés de Guillaume le Conquérant, lors de la bataille d'Hastings.

Existence d’une chapelle à sainte Regonette (Radegonde ?).

Terres de Pierreville devenues possession du prieuré de Brewton, monastère en Angleterre situé près de Bath ; au terme d’un échange de terre entre ce dernier et l’abbaye Saint-Martin de Troarn.

Exploitation des mines par les Anglais dès le Moyen Âge : mines des Godailleries et de la Laverie ; plomb argentifère, et la Ferrière (fer).

Ancien manoir communal en bas de l’église sur le pré.

Chapelle Saint-Ergouef à Surtainville sous la juridiction de Pierreville.

Rôle au niveau départemental de Jacques Marion de la Vallée à la Révolution de 1789.

Venant de Carteret, Victor Hugo est passé à Pierreville en 1842 avant de faire étape aux Pieux en compagnie de Juliette Drouet. Il a mentionné dans son journal le très mauvais état du chemin à cette époque.

Auguste Laisney devient cultivateur à Pierreville et achète la ferme et la terre de Saint-Marcouf vers 1870.

Église refaite et agrandie sous Léon XIII pape de 1878 à 1903.

Louis Laisney et Clément Labée, les deux premiers soldats pierrevillais mort en aout 1914.

Tir de navires français sur les Allemands le 19 juin 1940 lors de l’invasion pour ralentir leur avance. Impact sur la grande route près de la Cauvinerie.

Emplacement de mines antichars placées par l'armée française au "Haut de la route".

Passage de Rommel en juin 1940 et en 1944.

Pierreville était sous la trajectoire des milliers d'avions transportant les parachutistes américains vers leurs zones de saut, dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Eisenhower est passé à Pierreville venant de Barneville vers le 20 juin 1944.

Venue du cardinal Guyot, le 19 juin 1957, pour la confirmation.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1977 Julien Noël - -
1977 juin 1995 Auguste Cauchebrais - -
avril 2014 Olivier Bernard   Cadre d'une filiale d'assurances
avril 2014[2] en cours Thierry Lemonnier Sans étiquette Technicien informatique
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 743 habitants, en augmentation de 9,1 % par rapport à 2009 (Manche : 0,44 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
886 588 790 808 742 732 729 733 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
677 660 704 636 644 620 630 607 597
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
598 617 631 534 554 569 558 529 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
533 531 443 460 550 587 635 723 743
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manoir de Saint-Marcouf.
Bas-relief.
  • Manoir de Saint-Marcouf (XVIIe siècle), propriété de la famille de l’amiral de Tourville (1639). Propriété dans les années 1600 de la famille Faucon, puis de la famille Lesauvage dans les années 1700. Ces deux familles étaient les sieurs de Saint Marcouf ; il eut même dans ces familles des sieurs et patrons de Pierreville. Propriété aussi vers 1829 de la famille Leconte, puis vers 1870-80, de la famille Lagalle, puis en 1900 de la famille Laisney. Il appartient toujours à cette famille.
  • Église Notre-Dame contenant deux objets classés MH : L'Entrée au paradis de quatre personnages conduits par la Vierge et un ange à Pierreville (bas-relief du XIVe siècle) et une statue de sainte Geneviève (appelée aussi sainte Ergouëffe) du XVe siècle. Elle est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Notre-Dame du doyenné de Cherbourg-Hague[7].
  • Croix de Maneville sur le chemin des pointes de la crête.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C’est à Pierreville, qu’est né le 23 janvier 1582, au hameau du même nom, Pierre Padet, qui devint le plus fameux proviseur du Collège d’Harcourt, ancêtre de l’actuel Lycée Saint Louis, au Quartier Latin. Maître es-arts et licencié en théologie, Pierre Padet y occupa pendant 30 ans la chaire de philosophie - qui était très appréciée des étudiants - avant d’être nommé proviseur de cet établissement et d’en poursuivre la réforme entamée par son prédécesseur, Georges Turgot.

Le collège d’Harcourt avait été fondé en 1280 par Raoul d’Harcourt, évêque de Coutances, pour héberger des « écoliers pauvres » venant à Paris poursuivre leurs études. Il fut le lieu d’enseignement secondaire le plus prestigieux de France au temps de la royauté, et nous a donné, entre autres, Racine, Montesquieu, Boileau, Diderot et Talleyrand.

Pierre Padet qui portait le titre de « Lecteur et Professeur du Roi en Philosophie » donna par testament à son neveu René Padet, « régent au collège d'Harcourt », 6000 livres dont une partie devait être versée à l'église de Pierreville pour qu’y soit créée une fondation en sa mémoire.

Pierre Padet mourut à Paris, le 5 février 1665.

Louis Cauchebrais (1890-1965), cultivateur de Pierreville installé à la Ferrière, a tenu un journal racontant ses combats et sa captivité durant la Première Guerre mondiale et décrivant ses impressions. Louis Cauchebrais s'est battu dans les Ardennes, près de Reims et a été fait prisonnier près d'Arras en 1915. Il a été détenu en Allemagne et en Lettonie jusqu'à l'armistice de 1918. Deux fascicules ont été tirés de son journal et édités avec des aquarelles inédites d’Alphonse Robine. Ces témoignages de deux soldats du canton des Pieux sont précieusement conservés dans leurs familles. Louis Cauchebrais a également tenu un journal décrivant l'activité des mines de la Godaillerie et l'évolution de la vie rurale sur plusieurs décennies, y compris à travers des poésies. Sa description de la défaite en 1940 et de l'arrivée des Américains en 1944 y sont particulièrement saisissantes.

[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : IGN[8].
  1. Population municipale 2014.
  2. « Thierry Lemonnier, nouveau maire de Pierreville », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Site du doyenné
  8. Répertoire géographique des communes ([1]).

Lien externe[modifier | modifier le code]