Jobourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Johannesbourg, également surnommée « Joburg ».
Jobourg
Le nez de Jobourg et l'anse de Sennival, depuis le nez des Voidries.
Le nez de Jobourg et l'anse de Sennival, depuis le nez des Voidries.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton La Hague
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Paul Lecouvey
2017-2020
Code postal 50440
Code commune 50257
Démographie
Population 483 hab. (2014 en augmentation de 0,84 % par rapport à 2009)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 58″ nord, 1° 54′ 14″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 181 m
Superficie 10,15 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Hague
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Jobourg

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Jobourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Jobourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Jobourg

Jobourg est une ancienne commune française du département de la Manche, dans la région Normandie, peuplée de 483 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Jobourg se situe à l'extrême nord-ouest de la péninsule du Cotentin. Le nez de Jobourg est un cap qui s'avance dans la mer de la Manche. Les gneiss icartiens y affleurent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Jorborch au XIIe siècle, Jorborc en 1180, Jorbourg en 1218, Jorborc en 1221, Jorburch en 1239, Jobourt en 1323[1].

Les formes anciennes indiquent que le [r] s'est amuï vers le XIVe siècle devant la consonne suivante, phénomène récurrent dans la toponymie normande et ailleurs. En tout état de cause, il n'y a pas lieu de voir un Jovis burgum, forme latinisée que l'on rencontre parfois dans les textes médiévaux. Il s'agit d'une fantaisie de scribe, telle que l'on trouve de manière récurrente en toponymie (cf. Louviers, Fécamp, etc.)

François de Beaurepaire rapproche le type toponymique Jorborc du composé toponymique vieil anglais eorðburg signifiant « mur ou rempart de terre étayé par une structure de pieux en bois » et la situation de Jobourg près du Hague-Dick renforcerait cette hypothèse linguistique[1]. Le toponyme normand de l'île voisine de Guernesey, Jerbourg (castrum de Gierebourc 1364) serait de même nature, ainsi que les noms de lieux anglais Yarborough Camp et Arbury[1].

René Lepelley privilégie l'hypothèse d'un composé issu de l'ancien scandinave basé sur les termes jǫrð « terre » et borg « forteresse »[2]. En réalité, borg pouvait avoir le sens primitif de « mur, rempart ». *Jǫrðborg devait avoir le sens global de « mur de terre, rempart de terre » tout comme le vieil anglais eorðburg. Phonétiquement une étymologie scandinave s'accorde mieux avec les formes anciennes.

Article détaillé : Bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1907 : Fermeture de la brigade de douanes du village de Merquetot.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 1840) (après 1840) Jean-Thomas Fleury[3]    
         
1959 1983 Charles Gosselin    
1983 1995 Louis Sanson SE  
1995 2008 Jean-Charles Duval SE  
2008[4] en cours Jean-Paul Lecouvey[5] SE Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2014, la commune comptait 483 habitants[Note 2], en augmentation de 0,84 % par rapport à 2009 (Manche : +0,44 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
699 711 758 824 924 863 810 735 744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686 621 623 593 565 532 501 505 534
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
448 431 420 324 325 310 295 267 256
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
235 341 301 336 403 377 441 445 449
2013 2014 - - - - - - -
482 483 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les gratte-dos de Jobourg.
Le CROSS-ma.
Les chèvres sauvages.

L'activité agricole demeure importante dans l'économie locale et dans la tradition, comme en témoigne la foire aux moutons, valorisant le roussin de la Hague à la mi-août.

Jobourg est une des quatre communes d'implantation de l'usine de retraitement des combustibles irradiés d'Areva NC.

Depuis 1977 (et 1984 dans ses locaux actuels), le CROSS-ma de Jobourg est chargé de surveiller le Rail des Casquets et de coordonner le sauvetage en mer entre le cap d'Antifer et le mont Saint-Michel. Il accueille également en son sein les gestionnaires de la base de données nationale "Trafic 2000".

Le tourisme est important sur la commune, notamment du fait du Nez de Jobourg qui contribue à la notoriété de la localité et qui est l'un des lieux les plus visités de la Manche. Elle accueille trois restaurants et de nombreux gîtes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane.

Activité manifestations[modifier | modifier le code]

Jobourg dans les arts[modifier | modifier le code]

Au cinéma, Jobourg apparaît comme décor dans Une vie d'Alexandre Astruc, et est cité comme lieu de l'un des deux meurtres du film Garde à vue de Claude Miller avec Michel Serrault, Lino Ventura et Romy Schneider. Plusieurs plans et de nombreuses indications topographiques de la ville y sont donnés.

La côte et la lande de Jobourg donnent l'inspiration à de nombreux peintres, de même que l'église romane représentée par Jean-François Millet et Félix Buhot notamment.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simon Segal (1898-1969), peintre de l´École de Paris, a vécu au hameau Thiébot entre 1946 et 1953. Il a peint de nombreux enfants de la commune, ainsi que des paysages de la Manche. Une exposition lui a été consacrée au musée Thomas-Henry de Cherbourg en 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 142 - 143
  2. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, (ISBN 2-905461-80-2), p. 154.
  3. Annuaire du département de la Manche, 12e année 1840, p 222
  4. « Jean-Paul Lecouvey élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 janvier 2015)
  5. Réélection 2014 : « Jobourg (50440) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. Site du doyenné

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :