Barneville-Carteret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barneville-Carteret
Barneville-Carteret
Le havre de Carteret vu du ciel.
Blason de Barneville-Carteret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
David Legouet
2020-2026
Code postal 50270
Code commune 50031
Démographie
Gentilé Barnevillais et Carteretais
Population
municipale
2 191 hab. (2021 en diminution de 1,22 % par rapport à 2015)
Densité 213 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 52″ nord, 1° 45′ 10″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 100 m
Superficie 10,29 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Pieux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Barneville-Carteret
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Barneville-Carteret
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Barneville-Carteret
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Barneville-Carteret
Liens
Site web barneville-carteret.fr

Barneville-Carteret (prononcé [baʁnəvilkaʁtʁe] ou [baʁnvilkaʁtʁe]) est une commune française, située sur la Côte des Isles dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 191 habitants[Note 1].

Station balnéaire de la côte des Isles, elle résulte de la fusion en 1964[1] des deux bourgs voisins mais distincts : Barneville-sur-Mer (prononcé /baʁnəvilsyʁmɛʁ/) et Carteret (prononcé /kaʁtʁe:/) dont le port offre des liaisons maritimes vers les îles Anglo-Normandes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Barneville-Carteret fait partie des 303 communes françaises identifiées comme gravement menacées par la montée des eaux[2], en raison du réchauffement climatique[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé à l'extrémité du Massif armoricain, le Cap de Carteret conserve les traces de la formation, sur les granites déformés et schistes métamorphiques du Précambrien, de la chaîne hercynienne par le plissement des arkoses du Cambrien et des schistes et grès armoricains de l’Ordovicien[réf. souhaitée].

De Barneville à Saint-Jean-de-la-Rivière, le littoral est bordé de cordons dunaires et de marais arrière-littoraux.

La France métropolitaine recèle peu de fossiles du Cambrien[Note 2]. Dans la région de Carteret, on rencontre Allonnia (en) tripodophora, de la classe des Coeloscleritophora (en) , et Protopharetra bigoti, de la classe des Archaeocyatha, ainsi que des stromatolithes[5], tous rapportés au Cambrien inférieur[6].

Dans les régions de Carteret et de Flamanville, on rencontre Didymograptus murchisoni, de la classe des graptolites, rapporté à l'Ordovicien[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par la mer, elle s'est constituée autour d'un des huit havres de la Côte des Havres. Un des objectifs de la construction du port, au XIXe siècle, est de fixer l'embouchure de la Gerfleur qui varie parfois de plusieurs centaines de mètres entre le cap et plus au sud[7]. le petit fleuve côtier débouche dans le havre au niveau du hameau du Tôt. La Gerfleur reçoit ensuite deux affluents : le Fleuve qui court derrière le cordon dunaire depuis Saint-Georges-de-la-Rivière et forme le fond du havre traversant la digue de la D 130 reliant le bourg de Barneville et Barneville-Plage et le ruisseau des Douits, canalisé dans la traversée de la partie urbanisée, qui débouchait au fond du Port-Américain ou Petit-Port aujourd'hui intégré dans le bassin à flot de la deuxième version du port à flot de Carteret ()[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 10,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 887 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[13] complétée par des études régionales[14] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1986 à 2006 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[15]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records BARNEVILLE CART (50) - alt : 62 m 49° 22′ 24″ N, 1° 48′ 18″ O
Statistiques établies sur la période 1986-2006 - Records établis sur la période du 01-09-1986 au 31-12-2006
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4,5 4,6 6 7,1 10 12,4 14,6 15,2 13,6 11,3 7,7 5,4 9,4
Température moyenne (°C) 6,4 6,7 8,4 9,9 13,2 15,6 17,7 18,3 16,4 13,5 9,8 7,3 12
Température maximale moyenne (°C) 8,3 8,8 10,8 12,7 16,4 18,8 20,8 21,5 19,2 15,8 11,9 9,3 14,6
Record de froid (°C)
date du record
−11,2
12.01.1987
−11,4
07.02.1991
−1
13.03.06
−0,7
11.04.03
3,3
07.05.1997
6,6
02.06.1991
10
11.07.00
10,8
01.08.02
7
23.09.1986
−1
28.10.03
−4
29.11.1993
−5,6
29.12.1996
−11,4
1991
Record de chaleur (°C)
date du record
13,3
16.01.1996
15
23.02.1990
21
26.03.03
25,5
17.04.03
29,8
21.05.1989
30,5
19.06.05
32,5
18.07.06
33,6
02.08.1990
29,9
04.09.05
24,2
13.10.1995
17,2
06.11.03
14
05.12.06
33,6
1990
Précipitations (mm) 61,9 49,6 43,9 48,5 36,7 35,7 34,3 32,7 47 72 66,3 75,3 603,9
Source : « Fiche 50031001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Barneville-Carteret est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[21]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (30,6 %), zones agricoles hétérogènes (29 %), terres arables (13,7 %), prairies (13,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8 %), zones humides côtières (1,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %), forêts (1 %)[24]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Manéo logo.

Liaisons routières[modifier | modifier le code]

Barneville-Carteret est principalement traversée par la D 650 dite route touristique puisqu'elle longe la côte et dessert principalement des stations balnéaires de Cherbourg-en-Cotentin à Agon-Coutainville.

La commune est desservie toute l'année par deux lignes Manéo (autocar) :

Une ligne s'ajoute en période estivale :

Liaisons maritimes[modifier | modifier le code]

Elles ne sont assurées qu'à la belle saison (avril-septembre). Les horaires sont dépendants de l'heure de la marée haute qui conditionne l'accès des bateaux à l'avant-port et au quai d'embarquement.

  • Barneville-Carteret - Jersey
    • Arrivée à Gorey (assurée par les Vedettes du Cotentin depuis 2010 et par Manche-îles express).
    • Arrivée à Saint-Hélier (assurée par Manche Îles Express).
  • Barneville-Carteret - Guernesey.
    • Arrivée à St. Peter Port (assurée par Manche Îles Express).

Liaisons ferroviaires[modifier | modifier le code]

En période estivale, les mardis, mercredis, jeudis et dimanches, on peut aller de Portbail au centre de Carteret en prenant le train touristique du Cotentin.

Distante de 29 km, la gare de Valognes est desservie par la ligne SNCF Paris-Caen-Cherbourg.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Parce qu'elle est historiquement issue des regroupements de plusieurs villages et plus particulièrement de deux anciennes paroisses et anciennes communes[Note 7], la commune de Barneville-Carteret abrite trois lieux principaux bien distants (1 km minimum) les uns des autres. Chacun de ces lieux a une histoire et une fonction propres et différentes.

Carteret et son Port[modifier | modifier le code]

Le port au XIXe siècle vu par Adolphe Lalyre.

Le bourg de Carteret, est écartelé entre la première église paroissiale qui remonte au Haut Moyen Âge et présente la particularité d'être située sur le littoral à 1,5 km du centre-bourg jusqu'au XVIIe, et son habitat qui se constitue, à l'abri, sur la rive droite de son havre. Il devient un port qui connait des aménagements du XIXe au XXIe siècle. Le bourg se développe avec ses installations portuaires anciennes et récentes, sa gare ferroviaire, ses deux églises qui se succèdent après l'abandon de l'église du littoral[Note 8], ses commerces, son cinéma et le marché du jeudi encore très vivant. Il s'étend à l'est par ses vieilles maisons d'armateur et son manoir du XVIIIe le long du havre et à l'ouest par les villas et résidences secondaires qui se sont construites sur la corniche encore inhabitée en 1850[Note 9].

Le port de Carteret, parfois appelé « port des Isles », est aujourd'hui le port multifonctions de Barneville-Carteret. Il se situe à l'extrémité de l'estuaire de la Gerfleur, sur la rive droite de celle-ci, dominé par le cap de Carteret. À l'entrée du chenal d'accès au havre, l'actuel port de pêche et de plaisance de Carteret est protégé par une digue[25].

Il porte le label Pavillon bleu en 2011[26].

Le Bourg de Barneville[modifier | modifier le code]

Bâti sur la ligne de crête de la colline selon un plan datant du Moyen Âge, il s'étire autour de l'église Saint-Germain-d'Auxerre. Elle est de style roman et fortifiée au Moyen Âge avec un rôle de vigie de la côte. On y trouve les principaux commerces et services de la commune. Le centre du bourg est particulièrement animé le samedi jour de marché avec les principales pêches et productions locales : poissons, crustacés, coquillages, fleurs, fruits, légumes…

Dans la rue « Dessous le bourg », on peut apercevoir des restes de remparts qui protégeaient la ville côté mer et qui, offrant un panorama sur la havre de Carteret, la mer et les iles anglo-normandes, servaient probablement de ronde à des sentinelles au Moyen Âge.

Barneville-Plage[modifier | modifier le code]

Les cabines de Carteret.

Cette zone résidentielle et vacancière, principalement des campings et des résidences secondaires, s'est construite à partir de la fin du XIXe siècle sur le cordon dunaire littoral, aucune habitation n'est visible sur le cadastre napoléonien ou sur la carte. L'agglomération est quasiment inactive hors saison et atteint une forte fréquentation en période estivale. La zone vacancière s'est étendue sur le territoire de la commune avoisinante, Saint-Jean-de-la-Rivière.

Les hameaux[modifier | modifier le code]

Plusieurs hameaux avec leurs spécificités propres complètent ces foyers d'habitations.

Deux des anciens villages du havre sont encore bien individualisés. À l'instar du village du Tôt, le village des Rivières est un petit hameau situé sur le chemin qui mène depuis le bourg de Saint-Jean-de-la-Rivière le long du Fleuve jusqu'à sa confluence avec la Gerfleur. Construit en bordure de havre, au fond de celui-ci, il abrite autrefois des pêcheurs qui peuvent mouiller et échouer leurs embarcations non loin de leurs maisons, profitant de l'abri naturel. Sont aménagées jusqu'au XIXe des salines, des pêcheries à pied[Note 10], un moulin est même attesté au Tôt sur la carte de l'état major (1820-1860). Le village est à cheval sur les communes de Barneville-Carteret au nord-ouest et sur celle de Saint-Jean-de-la-Rivière au sud-est.

Plus à l'intérieur, au nord, quatre hameaux sont séparés des agglomérations : le Valnote, le Hameau Quinetot, le Hameau Toulorge et le plus élevé en altitude à 54 m le Hameau des Landes.

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Extension portuaire[modifier | modifier le code]

Port de plaisance en eau (marina)[modifier | modifier le code]

Très prisée pour ses places en eau, la marina (ou port de plaisance) de Barneville-Carteret fait état de listes d'attente de plus de dix ans depuis le début des années 2000. Depuis, et devant ce constat, la mairie, les professionnels du nautisme, du tourisme et le conseil général se penchent sur plusieurs projets d'aménagement et mènent une bataille juridique contre l'association Manche Nature, qui a obtenu en 2008 du tribunal administratif de Caen l'annulation du projet pour non-conformité avec la loi littoral. La deuxième version du port à flot est inauguré le [27]. Sa capacité est portée à 700 anneaux et avance la porte d'entrée dont le seuil est à + 5,00 m sur la partie rétrécie du port où le courant de flot et de jusant est le plus fort. Sa gestion est confiée à la Société publique d’exploitation portuaire de la Manche[28].

Port à sec[modifier | modifier le code]

En parallèle, sans que cela signifie l'abandon total du projet d'extension du port en eau, la municipalité travaille, à partir de 2009, en collaboration avec les professionnels du nautisme du secteur (comme le chantier naval Carteret Marine), sur la construction d'un port à sec. C'est le début d'un feuilleton administratif qui dure depuis trois ans entre la municipalité et les opposants au projet.

Pôle nautique[modifier | modifier le code]

Début 2012, afin de promouvoir les activités nautiques et dans l'esprit du projet d'extension du port de plaisance, la communauté de communes de la Côte des Isles annonce le projet de construction d'un « pôle nautique » pour accueillir l'école de voile et le club d'aviron de la commune.

École élémentaire et gendarmerie[modifier | modifier le code]

Après la constatation d'une nouvelle hausse de fréquentation estivale (plus de 20 000 estivants depuis 2008), la municipalité décide la construction d'une nouvelle gendarmerie mieux équipée que la précédente et située de façon plus pratique pour améliorer les interventions, notamment le samedi matin, jour de marché. Les travaux de la nouvelle gendarmerie ont commencé fin 2011, ainsi que ceux de l'école élémentaire avec de nouveaux équipements.

Sapeurs-pompiers[modifier | modifier le code]

La commune de Barneville-Carteret accueille un centre de secours qui a été rénové en 2014. Trente quatre sapeurs-pompiers, tous volontaires, défendent les onze communes de leur secteur de première intervention. Ils réalisent en moyenne 550 à 650 interventions par an. Pour ce faire, ils sont dotés de sept véhicules et d'une embarcation[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Barnavilla en 1023[29] et 1026[30], Barnevilla en 1082 et au XIIe siècle, Barneville vers 1187, et Barneville-sur-Mer de 1962 à 1964[31].

Barneville : la « ville de Barni », nom de personne scandinave[32], c'est-à-dire vieux danois dans ce cas précis, vers 1187[31].

Carteret est une ancienne commune réunie à celle de Barneville en 1964[33]. Carteret est attesté sous les formes Carterei, de Cartreio en 1125 ; Chartrai en 1156[33], de Cartrahio en 1167 ; Cartret en 1179 ; Carterei en 1180 ; de Kartraio au XIIe siècle, Cartrait, Kartrait vers 1210[34] ; Cartreit vers 1280 ; Quartrayt en 1318[31].

Carteret : du scandinave kart (« terrain caillouteux ») et du scandinave reið qui signifie « mouillage »[32].

Les gentilés sont Barnevillais et Carteretais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement paléolithique du Cotentin est attesté sur trois sites le Val de Saire, l'homme de Néandertal au Pou en haut de plage au pied du cap du Rozel et en 2007 sur le territoire de la commune au carrefour Boudet avec la découverte d'éléments lithiques pour l'instant daté de 320 000 ans[35]. Les explorations archéologiques du cap de Carteret révèlent une occupation du mésolithique à l'âge du bronze[36] ; à ces époques le tracé du rivage est proche de celui que nous connaissons avec un niveau de la mer un peu plus bas[37].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de preuve archéologique de l'utilisation romaine du cap de Carteret à des fins militaires ni de vestiges d'habitations gallo-romaines sur le territoire de la commune[36]. Selon certains une voie secondaire aboutit à Carteret au lieu nommé « le Castel », où un camp romain (exploratorium) surveille la côte et le havre contre un éventuel débarquement d'un envahisseur[38]. Seuls sont attestés les importants vestiges dans le bourg de Portbail proche[39], et les liaisons avec les villes d'Alauna (Valognes), Coriallo (Cherbourg) et Cosedia (Coutances) dans ce qui sera le Cotentin.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas beaucoup l'histoire du Cotentin au début du Moyen Âge. Le littoral est peuplé et sa christianisation attribuée à Germain le Scot, autour de 429. Il fait partie de la Neustrie sous l'autorité du roi des Francs.

Entre 850 et 933, le secteur de Barneville et de Carteret, comme tout le reste du Cotentin, est régulièrement la cible de violents raids vikings qui font fuir la quasi-totalité des habitants, paysans et pêcheurs. Pour faire face aux incursions Vikings, le Cotentin est cédé par le traité de Compiègne, par le roi Charles le Chauve, à Salomon de Bretagne en échange d'un serment d’alliance et une promesse d’aide contre les Vikings. Ceux-ci s’installent pourtant progressivement, notamment à Barneville-Carteret. C'est d'abord un Viking, probablement un seigneur danois, qui installe une petite ferme fortifiée à l'emplacement actuel de l'église Saint-Germain-d'Auxerre. En 933, Guillaume Longue-Épée, duc de Normandie, récupère l’Avranchin, le Cotentin et les îles Anglo-Normandes dans son duché. C'est à cette date que Barneville-Carteret (qui n'existe pas encore) devient officiellement « Normande ».

Un petit port est aménagé à cette époque à l'abri du Cap de Carteret, probablement à l'emplacement actuel du manoir de Carteret. C'est ici que va naître la famille Carteret, puissante famille de la noblesse normande, les dernières traces de leur château disparaissent avec la construction de la gare[Note 11]. Elle fait souche dans les îles Anglo-Normandes depuis Guy de Carteret (vers 960–1004). Renaud Ier de Carteret (1055-1106), chevalier et seigneur de Carteret, est le premier seigneur de Saint-Ouen, situé sur l'île de Jersey. Les parties les plus anciennes de Carteret datent de l'époque romane (XIe et XIIe siècles)[40].

Au XIe siècle, le territoire de Barneville appartient au comté de Mortain[41],[Note 12], et c'est probablement à la même époque que le comte érige la terre de Barneville en fief, qu'il donne à l'un de ses chevaliers[Note 13]. De cette époque, subsiste, à l'est, derrière l'église, la fortification en terre connu sous le nom de « Pic Malet »[Note 14] érigée par les premiers seigneurs de Barneville[41], vassaux du comte de Mortain et portent le nom de leur principale terre[43]. Un Roger de Barneville ( 1098), accompagna le duc de Normandie Robert Courteheuse à la première croisade. Après s'être distingué au siège de Nicée, il fut transpercé d'une flèche à Antioche[44].

Au XIIe siècle, la paroisse relevait de l'honneur de Néhou[45]. Toujours au XIIe siècle, Jourdain de Barneville accorde des franchises communales au village[46].

Des chartes des abbayes de Blanchelande et de Lessay indiquent que la famille des Reviers-Vernon aurait été au cours du XIIIe siècle seigneurs de Barneville[47].

Ce serait en 1280, que la terre de Barneville passa à la famille Carbonnel[48]. Richard Ier Carbonnel (fl.  au XIIIe siècle), seigneur de Barneville, qui accompagna Saint Louis à la dernière croisade, passa un accord avec Regnaut de Carteret sur les droits et coutumes du havre de Carteret[44].

Dans le cadre de la guerre de Cent Ans, en 1405, à la suite d'un débarquement anglais à la Hougue, la ville est abandonnée par la plupart de ses habitants[Note 15].

Au Moyen Âge, les seigneurs de Barneville créèrent deux foires annuelles importante, la Saint-Michel et la Saint-Pierre-aux-Liens (1er août)[50], ainsi qu'un marché hebdomadaire.

Le clocher carré de l'église XVe siècle est pourvu d'un parapet sur arcature aveugle et elle aurait été assiégée par les Anglais en [42].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Marie-Bernardine Hennot du Rozel, dame de Barneville, d'Écausseville et du Rozel épouse le Jérôme (alias Jean)-Frédéric Bignon (1747-1784), seigneur d'Hardricourt, et du Rozel, avocat, conseiller au Parlement (2è chambre des enquêtes), Bibliothécaire du Roi en 1770 à la suite de la démission de son père. Il fait achever le salon où sont exposés les globes de Vincenzo Coronelli. Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1781, et acquéreur du château du Plessis-Piquet en 1776 [51]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1881, est ouverte une ligne maritime avec Jersey[46].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le général Rommel en 1944 à Carteret.

Envahies dès , les communes de Carteret et de Barneville-sur-Mer sont des chantiers importants du mur de l'Atlantique. La plupart des fortifications sont toujours visibles à l'exception du site de Baubigny, totalement enfoui dans le sable.

Le , la ville est libérée par une colonne blindée du 69e régiment de la 9e division d'infanterie américaine, qui y installe une ligne de défense. Les militaires américains restent à Barneville et à Carteret jusqu'à l'automne 1945. Au manoir de Graffard, on donne des spectacles de « French cancan » pour les soldats.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Barneville-Carteret
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1965 Marcel Chanu   Pharmacien
1965 1971 Jean Clément   Artisan électricien
1971 1977 Jean-Louis Joly   Hôtelier
1977 1983 Raymond Rondreux DVD Médecin militaire retraité
1983 mars 2001 Raymond Leterrier   Retraité de la Marine marchande
mars 2001 mars 2008 Claude Dupont[52] PS Enseignant
mars 2008[53] mars 2014 Jean-Luc Boussard DVD Avocat
mars 2014[54] mai 2020 Pierre Géhanne SE Chef d'entreprise
mai 2020[55] En cours David Legouet SE Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[55].


Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[56]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[57].

En 2021, la commune comptait 2 191 habitants[Note 16], en diminution de 1,22 % par rapport à 2015 (Manche : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0118409538701 0831 1361 2051 1701 144
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1011 0621 002953906935914928872
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8548568848379311 1101 0491 1811 106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 1661 9242 0122 3272 2222 4292 3242 3342 282
2014 2019 2021 - - - - - -
2 1972 2392 191------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Carteret
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
453475430510513540542
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
511509470499524533494
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
492523560550520581571
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
637690714758979789754
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[59])

Manifestations sportives, culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Fête de la mer, tous les ans au mois d'août sur le port de Carteret.
  • Les Soirées festives de la Potinière en période estivale.
  • La course cycliste dite la Gainsbarre, en hommage au chanteur qui donna un gros chèque au club cycliste organisateur et qui a lieu tous les ans au mois d'avril depuis 2004.
  • Les Trails de la Mère Denis et des Lavandières à travers la Côte des Isles tous les ans depuis 2010, autour du 14 juillet.
  • Le Trail de la Barjo, dont le départ a lieu sur la plage de Barneville au mois de juin tous les ans.
  • Le Tour des ports de la Manche.
  • Le Challenge de La Déroute, régate à la voile organisée chaque année au début du mois de septembre.
  • Le Raid d'aviron de mer Jersey - Carteret a lieu tous les ans, le dernier samedi du mois de juillet et celui des "Culs gelés" en décembre.
  • Le Festival du Cerf-volant, tous les ans en juillet à Barneville-Plage.
  • Le Défi du Daubon, course à la godille ayant lieu tous les ans au mois d'octobre dans le port de Carteret depuis les années cinquante.
  • Le club hippique À cheval, organise des concours de saut d'obstacle et de horse-ball.

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive Côte des Isles fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en division de district[60].

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située face aux îles Anglo-Normandes (Écréhou à 12 km, Jersey à 22 km, Sercq à 40 km, Herm à 45 km, Aurigny à 45 km, Les Minquiers à 45 km, Guernesey à 55 km), et de Chausey à 55 km, Barneville-Carteret est une station balnéaire appréciée d’une clientèle cosmopolite : Français, Anglais et Jersiais, Belges, Néerlandais…[61].

Avec 1 578 résidences secondaires, une capacité hôtelière de 151 chambres et 600 emplacements de camping, on estime la population estivale à 12 000 personnes[62].

La population touristique est attirée, entre autres, par le port de plaisance (311 postes en bassin, 60 places visiteurs et 95 places en échouage). L'activité de la pêche est importante et diversifiée depuis le port de pêche : poissons (barbue, tacaud, roussette), mais surtout crustacés (araignées, tourteaux et homard). Les activités sont nombreuses : baignade et activités nautiques, pêche à pied (sur la plage de Barneville, à marée basse dans les rochers ou le sable, il est possible de récolter des patelles, des coques, des buccins, des bigorneaux, des crabes, des étrilles, des crevettes… À la pointe de Carteret, il est possible de trouver des vives), randonnée dans les dunes, golf et cheval…

Depuis 1993[62], le Pavillon Bleu d'Europe distingue Barneville-Carteret (plages et port), pour la qualité environnementale dont elle est dotée[63]. La commune est station balnéaire classée par décret du [62] et dénommé « commune touristique » depuis [64].

Barneville-Carteret fait partie, avec les communes jusqu'à Portbail et Denneville inclus, de la côte des Isles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Carteret est joint à Portbail par le segment ferroviaire du train touristique du Cotentin. Une gare est aussi présente à Barneville, située entre le bourg et le pont du havre.

Pêche à pied[modifier | modifier le code]

Le homard européen, pêche prisée des visiteurs.

La plage de Barneville et l'estran du Cap de Carteret à marée basse sont des lieux privilégiés de la pêche à pied professionnelle et de loisir. Les espèces prisées et réputées dans ce secteur sont (surnoms locaux) : le tourteau dormeur ; l'étrille portune ; le homard européen ; la salicoque ; le bigorneau noir ; la crépidule et la moussette.

Tourisme gastronomique[modifier | modifier le code]

La ville rassemble des établissements de la gastronomie touristique, très fréquentés, notamment en saison parmi lesquels :

  • l'hôtel de la Marine, sur le port de Carteret. Sa cuisine et son chef, Laurent Cesne suivi de Cyril Boulais sont étoilés au guide Michelin. On peut y déguster des produits de la mer cuisinés sur une nouvelle tendance « la cuisine iodée ». La maison est tenue pendant 140 ans depuis la fin du XIXe siècle par la même famille. Depuis 2016 la maison et ses traditions change de main et un nouveau chef arrive en [65].
  • la Cale Marine ou « Kalakiki » dont les moules-frites au muscadet sont le plat le plus servi de la station.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Neire maôve.
La gare de Carteret.
La chapelle Saint-Louis de Carteret.
L'église Saint-Germain-le-Scot de Carteret.
Le manoir de Graffard.

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Plages[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain de Barneville (XIIe, XVe, XVIIe – XIXe siècles), avec son clocher-tour fortifié du XVe siècle et ses chapiteaux de la nef du XIIe siècle, classée au titre des monuments historiques[67]. Son maître-autel (XVIIIe) est classé au titre objet au monuments historiques[68]. L'église conserve également des statues de saint Sébastien (XVIe), et une Vierge à l'Enfant (XVIIIe). Paroisse Notre-Dame des Isles.
  • Chapelle de la plage à Barneville-plage rue de la sablière, ouverte en 1959 pour les estivants (culte catholique)[69].
  • Église Saint-Germain-le-Scot de Carteret du XXe siècle (désacralisée, culte protestant en saison).
  • Ancienne église Saint-Louis de Carteret (ancienne chapelle castrale des de Carteret, désacralisée, concerts et manifestations culturelles).
  • Vestiges de l'ancienne église Saint-Germain-le-Scot de Carteret (désacralisée depuis 1686)[70].

Villages et rues typiques[modifier | modifier le code]

  • Hameau des Landes.
  • Mielles de Carteret, dites aussi « La Mer de sable ».
  • Muret des falaises du Petit Puits.
  • Rue des Ormes : anciennes maisons de capitaines de marine, dont certaines sont datées.
  • Hameau du Valnotte : table d'orientation.
  • Le village du Tôt et le lavoir de la mère Denis.
  • Village des Rivières : ancien village de pêcheurs.

Manoirs et châteaux[modifier | modifier le code]

  • Le tertre à Malet ou le pic Malet ou la butte à Malet est une ancienne motte castrale en tronc de cône, partiellement aplanie. Située au centre du bourg, derrière et à l'est de l'église de Barneville, elle relevait du fief de Bricquebec. En 1876, on a érigé à son sommet un calvaire. Son diamètre était à sa base d'environ cinquante mètres et d'une hauteur de huit mètres (au niveau du versant sud-est, le seul à peu près intact)[43]. La motte est ceinturée sur les deux tiers de son pourtour par un petit chemin épousant parfaitement l'emplacement des fossés. Ceux-ci mesuraient à peu près 3,50 mètres de large. La largeur de ces derniers est délimitée par un mur de pierre qui isole le site des maisons avoisinantes. L'église peut s'inscrire parfaitement dans le périmètre de la basse-cour[71], ainsi que la Ferme du Parc[72].
  • Le manoir de Graffard (XVIe – XVIIIe siècles), ancien château du XVIe siècle dont il ne reste qu'une des trois ailes. Il est inscrit au titre des monuments historiques[73].
  • Le manoir de Barneville (XVIe – XVIIe siècles). Construit à la fin du XVe siècle, ses fondations les plus anciennes remonteraient au XIIe siècle. Résidence des seigneurs de Barneville il est le témoin de leur prospérité agricole à la Renaissance[74].
  • Le manoir de Carteret, du XVIIIe siècle, borde le port, Barbey d'Aurevilly y aurait séjourné.
  • Le château des Sirènes, sur la corniche avec vue sur le havre, est construit et habité par le peintre Adolphe Lalyre (1848-1933), il est vendu à Henry Franklin-Bouillon[75].
  • Le château de Chimay est construit en 1914 par Clara Ward princesse de Chimay, riche américaine, à Barneville-Plage sur le littoral. Devenu hôtel puis, pendant trente ans, colonie de vacances, il est actuellement divisé en appartements[76].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

En 1736, elle était la possession de Pierre Pitteboult, seigneur de Graffard, qui possédait les droits de parc et de four banal attachés à la Ferme[78].
  • Rue Froide :
ancien presbytère de Barneville, avec au-dessus d'une porte l'inscription :
« F(ait) P(ar) M(oi) M(ichel) B(rédonchel) P(rêtre)
CURE ET DOYEN
DE BARNEVILLE
EN L'AN 1748 »
[79] ;
et ancienne grange à dîmes de l'abbaye de Grestain. Il subsiste une petite niche avec un christ en croix usé par le temps[79].

Le village du Tôt et son estuaire (XVIIe – XIXe siècles)[modifier | modifier le code]

Vers le XIXe siècle, des tendeurs de basse-eau (pêcheurs sans lignes ou embarcations qui installent à marée basse des filets sur les rochers de l'estran) s'installent dans l'estuaire de la Gerfleur, près de l'embouchure. Ceux-ci se concentrent en faisant un hameau à l'architecture typique surnommé le « village du Tôt ». Il est longé par le petit fleuve la Gerfleur, avant que celui-ci ne se jette dans la mer. Une jetée et une digue pour protéger les maisons sont construites en 1880, et sont encore visibles aujourd'hui malgré quelques éboulements.

Nicolas Dutot, économiste fondateur de l'étude quantitative des phénomènes économiques y passa son enfance.

La « Mère Denis », Jeanne Marie Le Calvé, s'y installe et se reconvertit en lavandière. Elle sera remarquée en 1972, par les publicitaires de la marque Vedette qui lui donneront le sobriquet de « mère Denis » et viendront tourner leurs publicités au village du Tôt. À la fin du XXe siècle, alors que cela a déjà été le cas par le passé, le village est plusieurs fois inondé dû à l'addition de plusieurs phénomènes : grande marée, orages, tempête, écroulement de digue(s), etc.

Le cap de Carteret[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Scène de plage à Carteret, par Adolphe Lalyre.
  • Famille Carteret.
  • Théodore de Barneville (XIIe siècle).
  • Nicolas Dutot (1684-1741), économiste, l'un des pères de l'étude quantitative des phénomènes économiques, né à Barneville-sur-Mer, au village du Tôt, le [82].
  • Michel Noël (1754-1809), homme politique.
  • Nicolas Noël-Agnès (1794-1866), homme politique.
  • Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889), écrivain français, lié à Carteret par sa jeunesse et ses écrits, et qui fait de la commune le cadre au roman Une Vieille Maîtresse.
  • Arsène Reynaud de Barbarin (1833-1913), officier de marine, domicilié dans la commune.
  • Adolphe Lalyre (1848-1933), peintre, ayant longtemps vécu à Carteret et peint cette côte.
  • François Le Cannellier (1855-1933), vice-amiral.
  • Clara Ward (1873-1916), elle fait construire le château de Chimay.
  • Jeanne Provost (1887-1980), comédienne, propriétaire de l'ancien presbytère.
  • Amiral Thierry d'Argenlieu (1889-1964), fait prisonnier à Cherbourg il s'évade et s'embarque de Carteret vers Jersey le sur le bateau de pêche d'Émile Valmy[83].
  • Jeanne Marie Le Calvé, dite la Mère Denis (1893-1989), personnage de publicités, fut lavandière sur un lavoir de la Gerfleur, au village du Tôt à Barneville-sur-Mer, où a été tourné le film publicitaire qui a fait sa notoriété.
  • Édouard Lebas (1897-1975 à Carteret), préfet et homme politique.
  • Marie-Louise Giraud (1903-1943), avorteuse guillotinée.
  • Paul-Jacques Bonzon (1908-1978), romancier pour la jeunesse.
  • Clément Rosset (1939 à Carteret - 2018), philosophe.
  • Pierre Bameul, né à Barneville-sur-Mer le , écrivain de science-fiction. Sa biographie masquée Enfants de la Guerre, débute dans sa bourgade natale occupée puis libérée (ISBN 978-2-310-03457-9).
  • Agnès Rosenstiehl (1941-), illustratrice et auteur pour enfant, elle possède une cabine de bain conçue par son père Pierre Pinsard et y écrit des épisodes de sa série fétiche Mimi Cracra[84].
  • Guy Lemonnier (1958-), navigateur et aventurier.
  • Stéphane Marie (1960-), présentateur de l'émission Silence, ça pousse ! sur France 5 est originaire du bourg de Barneville.
  • Laurent Cesne (1962-), ancien chef étoilé de l'hôtel de la marine et auteur d'un livre sur la cuisine Iodée.
  • Jean Barros, historien du canton, auteur d'ouvrages sur le patrimoine du Tôt.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Le blason de la commune est de gueules à la tour d'argent ajourée et maçonnée de sable, surmontée de quatre fusées accolées du même[85].

Ces armes ont été adoptées en 1985[85], en référence à la famille de Barneville, seigneurs du lieu entre les XIe et XIIIe siècles. La tour représente celle de l'église de Barneville[62].

Avant l'unification, la commune de Barneville portait de gueules à trois fermaux d'or, qui sont les armes de la famille Malet de Graville.

La commune de Carteret portait « Coupé, au 1er de gueules, à quatre fusées d'argent posées en fasce ; au 2e de gueules, à trois fermaux d'or[86] ».

Barneville-Carteret dans la littérature[modifier | modifier le code]

Films tournés à Barneville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021, légale en 2024.
  2. Dans la France du Nord-Ouest, on en trouve dans les régions de Mamers, Châteaubriant et Cholet, selon le Guide des fossiles de France et des régions limitrophes.
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[11].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[12].
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Barneville et Carteret ont une histoire distincte: deux seigneuries différentes, deux paroisses, deux gares ferroviaires.
  8. L'église Saint-Louis, ancienne chapelle castrale de la famille de Carteret, paroissiale de 1686 à 1908 et l'église Saint-Germain-le-Scot de 1908 à 2017.
  9. Données Géoportail « Carteret » sur Géoportail. et carte de l'état-major de 1820-1866 (Géoportail remonter le temps|https://remonterletemps.ign.fr/).
  10. Tendeurs de basse eau ou écluse à poisson.
  11. Seule subsiste l'ancienne chapelle castrale devenue l'église Saint Louis
  12. Comme celui de Saint-Jean-de-la-Rivière, Gouey et La Haye-d'Ectot.
  13. Les seigneurs de Barneville devaient, en temps de guerre, le service de garde à l'une des portes de la ville de Mortain[41].
  14. Du nom de famille des Mallet de Carteret et Barneville, cité dès 1066[42]. En 1876, on érigea un calvaire au sommet de la butte, ce qui entraina une destruction partielle du site.
  15. Tout comme à Valognes et Saint-Lô alors que les paroisses de Vaudreville, Fontenay, Saint-Floxel, Quinéville, Saint-Martin-d'Audouville sont mises à sac et leurs maisons rasées[49].
  16. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Circulaire du 02/08/11 relative à la mise en œuvre des plans de prévention des risques naturels littoraux », sur aida.ineris.fr.
  3. « Montée des eaux en France : les prévisions alarmantes des scientifiques », sur Reporterre, .
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  5. « Les stromatolithes cambriennes de Barneville-Carteret et de Saint-Jean-de-la-Rivière (Manche) », sur planet-terre.ens-lyon.fr, .
  6. a et b Jean-Claude FISCHER, Guide des fossiles de France et des régions limitrophes, Éditions Dunod, 3e édition, 2016, (ISBN 978-2-10-075014-6), imprimé en France.
  7. « La Batterie d'Ennemont », sur Barneville-Carteret la station site municipal officiel (consulté le ), Le patrimoine militaire.
  8. Plage de Carteret Plage de la Potinière : Profil de vulnérabilité rapport téchnique, Conseil Général de la Manche, , 58 p. (www.manche.fr/planetemanche/imageProvider.aspx?private_resource=13178297&c-d=a&fn=RT_Barneville-Carteret-Carteret.pdf), p. 14-17.
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  11. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  12. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  14. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  15. « Fiche du Poste 50031001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Les communes soumises à la loi littoral », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  22. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  25. Jack Lepetit-Vattier, « La baronnie de Bricquebec - L'emprise d'un grand domaine seigneurial », Vieilles maisons françaises (vmf), patrimoine en mouvement, no 232,‎ , p. 25 (ISSN 0049-6316).
  26. pavillonbleu.org, consulté le 2 février 2012.
  27. Géraldine Lebourgeois, « Le port de Barneville-Carteret, un nouvel atout pour la Côte des Isles », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Barneville Carteret », sur Les ports de la Manche (consulté le ).
  29. Georges Bernage, « Noms de lieux scandinaves dans le canton de Barneville-Carteret », Vikland, la revue du Cotentin, no 1,‎ avril-mai-juin 2012, p. 9 (ISSN 0224-7992).
  30. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non romanes ; formations dialectales, t. 2, Genève, Librairie Droz, , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5), p. 1020.
  31. a b et c Barros 1991, p. 19.
  32. a et b Sources : Les noms de communes et anciennes paroisses de la manche, François Beaurepaire-Dictionnaire étymologique, René Lepelley - Vikings et Noms de lieux de Normandie, Jean Renaud.
  33. a et b François de Beaurepaire - 1986 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche - Page 93.
  34. Nègre 1998, p. 755.
  35. Dominique Cliquet, Jean-Pierre Coutard et Thierry Vasselin, « Barneville-Carteret, Carrefour Boudet », Bilan scientifique de la région Basse Normandie DRAC service régional de l'archéologie,‎ , p. 76 (lire en ligne, consulté le ).
  36. a et b Fabien Delrieu, Cyrille Billard, Gilles Laisné et al., « Barneville-Carteret, Le Cap », Bilan scientifique de la région Basse Normandie DRAC service régional de l'archéologie,‎ , p. 75 (lire en ligne, consulté le ).
  37. Pierre Stephan, « Évolutions morphologiques et indices d’occupation humaine au Pléistocène et à l’Holocène le long des côtes françaises de la Manche et de l’Atlantique », Les Nouvelles de l'Archéologie, no 156 « Estrans, l'archéologie entre terre et mer »,‎ , p. 53-59 (ISSN 2425-1941, lire en ligne).
  38. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-91454-196-1), p. 20.
  39. « Archéologie-Préhistoire-Antiquité », sur Portbail sur mer site officiel de la mairie (consulté le ).
  40. Jean Barros, La chapelle Saint-Louis de Carteret, Association les Amis de la chapelle Saint-Louis, , 61 p. (lire en ligne), p. 5-10.
  41. a b et c Barros 1991, p. 28.
  42. a et b Frédéric Scuvée.
  43. a et b Barros 1992, p. 77.
  44. a et b Gautier 2014, p. 72.
  45. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècle) : Étude historique et topographique », dans Archéologie médiévale, t. 12, (lire en ligne sur Persée.), p. 184.
  46. a et b Delattre, 2002, p. 21.
  47. Barros 1991, p. 33.
  48. Barros 1991, p. 34.
  49. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 176 p. (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 35.
  50. Bavay (Barneville), Vikland n°2, p. 8.
  51. Généalogie des Bignon, Racines histoire, p. 7.
  52. La fiche de Claude Dupont sur le Maitron en ligne.
  53. « Jean-Luc Boussard met tout le monde d'accord »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  54. « Pierre Géhanne devient le 7e maire de Barneville-Carteret », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  55. a et b « Le nouveau maire de Barneville-Carteret David Legouet prend ses fonctions », sur actu.fr, La Presse de la Manche (consulté le ).
  56. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  57. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Carteret », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le )..
  60. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – US Côte des Îles » (consulté le ).
  61. http://fr.casinotop10.net/casino-barneville.
  62. a b c et d Barneville-Carteret, station balnéaire classée, Office de tourisme de Barneville-Carteret, 2011.
  63. « Lauréats Pavillon Bleu - 2011 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF] (consulté le ).
  64. « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - 9 novembre 2009 » [PDF] : page 18.
  65. Chantal Leclerc, « Ce restaurant étoilé du Cotentin accueille une équipe au CV prestigieux », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. « Ancien corps de garde de Carteret », notice no PA00135504, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. « Église de Barneville », notice no PA00110331, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. « Maître-autel, gradin d'autel, tabernacle, socle », notice no PM50000062.
  69. « La chapelle de la plage », sur site officiel de la mairie : station de Barneville-Carteret (consulté le ).
  70. « Cultes », sur mairie.barneville-carteret.fr, site officiel de la mairie (consulté le ).
  71. Delacampagne 1982, p. 195.
  72. Barros 1991, p. 29-31.
  73. « Manoir de Graffard », notice no PA00135505, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. Barros 1991, p. 37-42.
  75. http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-30423.html.
  76. « Le Château de Chimay », sur site officiel de la mairie : station de Barneville-Carteret (consulté le ).
  77. « Voiture de voyageurs, type Bruhat », notice no PM50001369.
  78. Barros 1991, p. 25-26.
  79. a et b Barros 1991, p. 26.
  80. « Cabines de plage », sur Barneville-Carteret site officiel de la mairie (consulté le ).
  81. L'émission "Des Racines et des Ailes" du 31/5/23 présentait cette construction succincte mais ingénieuse et son occupation par Agnes Rosentiel
  82. Marc Cheynet de Beaupré, L’énigmatique M. Dutot. Enquête sur l’identité d’un célèbre autant que mystérieux économiste du XVIIIe siècle, Annales de Normandie, 59e année, no 2, juillet-décembre 2009, p. 85-112.
  83. François Rosset, « Les évasions de militaires et de civils depuis Carteret, juin 1940 », sur Académie de Cherbourg (consulté le ).
  84. Chantal Leclerc, « Savez-vous dans quelle ville du Cotentin, la célèbre "Mimi Cracra" a des attaches ? », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne)
  85. a et b « GASO, la banque du blason - Barneville-Carteret Manche »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  86. http://perso.numericable.fr/~briantimms/chf/05bassenormandie.htm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Barros, Le canton de Barneville-Carteret (Côte des Isles) : Le patrimoine, t. 1, Valognes, Éditions de la Côte des Isles, , 391 p. (ISBN 2-9505339-1-4).
  • Jean Barros, Le canton de Barneville-Carteret (Côte des Isles) : Dans l'histoire, t. 2, Valognes, Éditions de la Côte des Isles, , 440 p. (ISBN 2-9505339-2-2).
  • Jean Barros L'église Saint-Germain de Barneville Ed. de la Côte des Isles 1998.
  • Jean Barros Naufrages et sauvetages en Côte des Isles: la station de sauvetage et le phare , les sémaphores de Carteret et de Portbail Isoète 2002.
  • Jean Barros 1944-1945 , La Côte des Isles dans la tourmente des combats pour la libération et la coupure du Cotentin Ed. de la Côte des Isles 2009.
  • Jeannine Bavay, « Barneville », Vikland, la revue du Cotentin, no 2,‎ juillet-août-septembre 2012, p. 8-29 (ISSN 0224-7992).
  • G. Debout, 1993 - Inventaire de la richesse avifaunistique du havre de Barneville-Carteret.Étude d'impact du port de plaisance.
  • Daniel Delattre et Emmanuel Delattre, La Manche les 602 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 280 p. (ISBN 978-2-9159-0709-4), p. 21.
  • B. Foucault (de), 1995 - Synthèse phytosociologique sur la végétation observée en Cotentin (Manche, France).Bull. Soc. Linn. N.-Pic., N°spécial Cotentin. 48 (4), 1995 : 29-44.
  • René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 72.
  • J.M. Gehu, Inventaire des ZNIEFF du littoral atlantique. C.R.E.P.I.S. et Phytosociologie, Bailleul/Région BN/Secrétariat Env. 1984.
  • René Le Tenneur et Jean Barros, Carteret, ses seigneurs et les îles Anglo-Normandes, 220 p., 1986.
  • Jean-Marc Piel, Barneville-Carteret à la lumière de Barbey d'Aurevilly, Les Cahiers du temps, 2005.
  • G.A. Porteres, février 1993 - Port de Barneville-Carteret. Projet de port de plaisance. Étude d'impact floristique et faunistique.
  • Nicolas Remon, Il était cent et une fois Carteret, éd. la Fenêtre ouverte, 1984 (cartes postales anciennes).
  • Nicolas Remon, Il était cent et une fois Barneville, éd. la Fenêtre ouverte, 1986 (cartes postales anciennes).
  • François Rosset La Blanche Marine Carteret et ses habitants 18 juin 1940-31 décembre 1964, Orep éditions, 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]