Saint-Marcouf (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcouf.
Saint-Marcouf
L’église Saint-Marcouf de Saint-Marcouf.
L’église Saint-Marcouf de Saint-Marcouf.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Canton Valognes
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Jean-Claude Legoupil
2014-2020
Code postal 50310
Code commune 50507
Démographie
Gentilé Saint-Marculfiens
Population
municipale
336 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 23″ nord, 1° 17′ 27″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 36 m
Superficie 13,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Marcouf

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Marcouf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcouf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcouf

Saint-Marcouf (officieusement Saint-Marcouf-de-l'Isle) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 336 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Marcouf[1]
Fontenay-sur-Mer Fontenay-sur-Mer Mer de la Manche
Saint-Floxel,
Joganville,
Émondeville
Saint-Marcouf[1] Mer de la Manche
Azeville Ravenoville Ravenoville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vers le VIe siècle de notre ère, Saint-Marcouf est mentionnée sous la forme latinisée Nantus[2].

Le nom actuel fait référence à saint Marcouf, fondateur d'une abbaye en ce lieu. Le gentilé est Saint-Marculfiens[3].

Il semble que la forme moderne Nanteuil, que l'on rencontre parfois dans les écrits, soit issue d'une confusion avec l'abbaye Notre-Dame de Nanteuil en Charente, puisque cette forme n'apparait nullement dans les anciennes attestations concernant Saint-Marcouf. Dans la Vita Marculfi B, il est écrit : fiscum in pago Constantino qui Nantus dicitur. Le martyrologue sénonais parle quant à lui d'in Onellico Nanto monasterio depositio Marculfi abbatis. Chez Wace, dans son Roman de Rou, on trouve : A saint Marcoust en la rivière, riche abaie et planière, Nantes a cel jour avoit non cele contree d'environ.

L'ancien nom de lieu de Nantes est un type toponymique d'origine celtique (gaulois) commun en France, qui représente le mot gaulois nantu-, nanto- « val, ruisseau » (cf. gallois nant, francoprovençal savoyard nant, même sens). Il est attesté dans le glossaire de Vienne qui traduit en latin des mots gaulois : nanto : valle; trinanto : tres valles et dans l'Inscription de Cajarc :..in uertamon nantou(s) « ...au sommet de la vallée ». Il reste très fréquent en toponymie : Nant, Nans, Namps-au-Mont, etc.[4]. Cependant, comme il n'y a pas de vallée à Saint-Marcouf, il désigne un ruisseau.

Crisbecq est à l'origine le nom scandinave du ruisseau qui a pu se substituer à celui de Nantes, disparu. Il procède du norrois bekkr « ruisseau » et de l'élément norrois [?] cres(s) / cris- déja repéré dans les Cristot, Crétot, Cresseveuille de Normandie. Son sens est obscur.

Remarque : les anciens anthroponymes terminés par -wulf, -wolf (germanique continental) et -ulfr, -olfr (scandinave) se retrouvent sous la forme d'une terminaison -ouf spécifique au Cotentin et à une partie de la Basse-Normandie, alors qu'ailleurs en Normandie, elle a évolué en -ou(l)t, -ou, ainsi Ingouf correspond à Ygout ou Gounouf à Gounou, etc. Ainsi saint Marcouf est-il connu également sous le nom de saint Marcou(lt).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : batterie de Crisbecq.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, sur le territoire de la commune se trouvait la batterie allemande de Crisbecq (aussi appelée batterie de Marcouf) au-dessus du hameau homonyme et une des principales batteries côtières allemandes du mur de l'Atlantique en Normandie. Elle subit plusieurs bombardements aériens alliés à partir d'avril 1944 dont un très important la veille du débarquement, dans la nuit du 5 au 6 juin. Néanmoins, la batterie restera opérationnelle et ouvrira le feu dès le 6 juin au matin sur le secteur d'Utah Beach tout proche, coulant l'USS Corry un destroyer de l'US Navy et touchant d'autres navires. Elle ne sera réduite au silence que le 8 juin après un feu naval de trois cuirassés américains. Elle résistera aux attaques terrestres plusieurs jours et ne sera investie qu'au 12 juin au matin, sans combats, par l'infanterie américaine, le reste encore valide de sa garnison s'étant replié plus au nord la nuit précédente.

Libération de Saint-Marcouf, le 8 juin 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Marcouf

Les armes de la commune de Saint-Marcouf se blasonnent ainsi :

D'azur à deux ancres passées en sautoir celle en barre brochante, les gumènes entrelacées le tout d'argent, au chef bastillé de cinq pièces aussi d'argent chargé d'un sabre d'abordage de gueules en fasce la pointe à dextre[5].

Armes dues à Denis Joulain, officielles depuis le 8 octobre 2009.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
v. 1860  ? M. le comte de Pontgibaud[6]    
 ? mars 2001 Paulette Philippe    
mars 2001 2005 Henri Sabourin    
2005[7] mars 2008 Joseph Goubert    
mars 2008[8] mars 2014 Brigitte Demange SE Infirmière
mars 2014[9] en cours Jean-Claude Legoupil SE Inséminateur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 336 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Marcouf[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
646 549 692 844 752 801 811 749 739
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
701 700 701 676 678 647 628 640 644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
684 675 632 562 535 503 545 438 483
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
492 506 390 371 332 376 334 331 336
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La crypte romane de l'église saint Marcouf.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425)
  3. « Ouest-france.fr - Mairie de Saint-Marcouf » (consulté le 5 juin 2011)
  4. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003, p. 230 - 231.
  5. « GASO, la banque du blason - Saint-Marcouf » (consulté le 5 juin 2011)
  6. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 102
  7. « Municipales : Joseph Goubert repart », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2015)
  8. « Brigitte Demange élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2015)
  9. « Jean-Claude Legoupil est élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 février 2015)
  10. « Saint-Marcouf (50310) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 mai 2014)
  11. Date du prochain recensement à Saint-Marcouf, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Notice no PA00110589, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Tableau : Sainte Dorothée couronnée par l'Enfant Jésus, cadre », notice no PM50001342, base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Hippolyte Gancel, Les Saints qui guérissent en Normandie, Rennes, Éditions Ouest-France, (ISBN 978-2-7373-4726-9), p. 56-57

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :