Saint-Martin-le-Gréard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-le-Gréard
Saint-Martin-le-Gréard
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Canton Cherbourg-Octeville-3
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Philippe Lamort
2014-2020
Code postal 50690
Code commune 50519
Démographie
Gentilé Saint-Martinais
Population
municipale
491 hab. (2015 en augmentation de 13,13 % par rapport à 2010)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 27″ nord, 1° 39′ 03″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 126 m
Superficie 2,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Gréard

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Gréard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Gréard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-le-Gréard
Liens
Site web stmartinlegreard.free.fr

Saint-Martin-le-Gréard est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 491 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Peuplée de 491 habitants pour une superficie de 288 hectares, la commune est un peu excentrée au nord-ouest de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 12 km au sud de Cherbourg, à 14 km à l'est des Pieux, à 14 km au nord de Bricquebec et à 15 km au nord-ouest de Valognes[1].

Le point culminant (126 m) se situe au nord-ouest, près du lieu-dit la Haute Lande. Le point le plus bas (59/62 m) correspond à la sortie de la Douve du territoire, au sud-est. La commune est bocagère.

Traversée par la départementale no 56, Saint-Martin-le-Gréard est bordée par cinq communes : Hardinvast, Tollevast, Brix, Breuville et Couville. Saint-Martin-le-Gréard est composée de cinq villages principaux, le Bourg, le Bauché, les Calais, les Roumy et l'Écluse. On lui attribue huit hameaux, le hameau Lecarpentier, les Liais, l'Oraille, le Palais, les Martins, la Mare Vernier, la Haute Lande, et les Patous.

Communes limitrophes de Saint-Martin-le-Gréard[2]
Hardinvast,
Couville
Hardinvast Hardinvast,
Tollevast
Couville Saint-Martin-le-Gréard[2] Brix
Breuville Breuville Breuville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes S. Martinus vers 1000[3], vers 1150 Sanctus Martinus le Girart[4], puis en 1280 Sancti Martini le Guérart, en 1321 Saint Martin de Guérart, 1398 Saint Martin de Gréard, 1410 Saint Martin de Gréart, pour devenir Saint Martin le Gréard. La paroisse est dédiée à Martin de Tours. Gréard est un patronyme typique du Cotentin, forme contractée de Guérard (forme normanno-picarde de Gérard), tout comme Grard (cf. Gratot, Graville).

Le hameau de l'Écluse n'est pas situé sur la Douve comme on pourrait s'y attendre. En effet, d'après Jean Adigard des Gautries, il s'agit d'une altération de *Coléglise / *Coliglise (Coleclesia vers 1000), c'est-à-dire une chapelle bâtie ou sur la propriété d'un certain Koli, anthroponyme scandinave tout comme Arnketill dans Arthéglise ou Búi dans Buglise (Seine-Maritime, Buiglise XIe siècle).

Le gentilé est Saint-Martinais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-le-Gréard dépendait de la baronnie de Brix et fut donnée aux abbés de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 1114 par Adam de Bueys, baron de Brix.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Auguste Hamel    
1953 1959 Charles Poisson    
1959 1977 Henri Pesnel    
1977 mars 2001 Pierre Brad SE  
mars 2001[6] en cours Philippe Lamort[7] SE Technicien EDF
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 491 habitants[Note 2], en augmentation de 13,13 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Saint-Martin-le-Gréard est la commune la moins peuplée du canton de Cherbourg-Octeville-Sud-Ouest.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212210264319314282301269251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
235227237235218260219204205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
179197202186182168167180167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
166153153208216264316418490
2015 - - - - - - - -
491--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Les habitants décidèrent de faire bâtir une petite chapelle, et de prendre pour saint patron saint Martin. L’église fut construite en trois étapes, les premières fondations remontent au XIIe siècle. L'abbé Adam, prêtre de Sottevast fut chargé d’agrandir cette chapelle. Quelques années plus tard, l'abbé Lepigeon, prêtre de Colomby, avec ses habitants, élargirent le chœur et bâtirent une nouvelle sacristie. Cette petite église possède des biens conséquents, un presbytère avec dix hectares de terre, et un titre de succursale. Pendant la Révolution, en 1791, le bâtiment et les champs furent vendus à l’enchère, à un des habitants, M. Voisin. Actuellement, on peut voir la statue de saint Martin, à gauche du maître-autel. Celui-ci provient de Bricquebec, daté entre le XVIIe siècle et Premier Empire. La tour construite en pierre de Couville date de 1875. Une statue en pierre calcaire polychrome du XIXe, en l'honneur de saint Fiacre. À droite, un autel orné de la Donation du Rosaire, bois peint et doré en partie du XIVe et XVIIe. Les vitraux actuels ont remplacé ceux détruits lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans le cimetière qui entoure l’église, on peut voir un calvaire du XVIIe, ainsi que des pierres tombales du XVIe et XVIIe, à gauche de l'allée centrale. Elle est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Sainte-Bernadette du doyenné de Cherbourg-Hague[12].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Au hameau de l'Écluse, une ferme garde encore les restes d'une demeure du XVIe. Cette ancienne sergenterie dépendant de la baronnie de la Lutumière à Brix, berceau des rois d'Écosse. Actuellement, il reste un puits, des fenêtres à meneaux, une porte à accolade, une vaste cheminée, un écu lisse.

Vers le hameau Roumy, sur la pente de la vallée de l'Ouve (la Douve), une source modeste porte le nom original et poétique de source des secrets. Mais nul dit l'origine de ce nom romanesque. C'est une autre source appelée la Delle, nom probablement d'origine germanique pré-scandinave, signifiant « pièce de terre » que l'on peut voir au hameau Palais. Il est probable qu'il y ait en cet endroit, quelques vestiges de présence ancienne, du moins médiévale.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1561
  5. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche, Éditions Eurocibles, (ISBN 978-2354-58-0360), p. 577
  6. « Municipales à Saint-Martin-le-Gréard. Philippe Lamort vise un 3e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 novembre 2016)
  7. a et b Réélection 2014 : « Philippe Lamort, réélu sans surprise », sur Ouest-france.fr (consulté le 4 avril 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Site du diocèse

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :