Saussemesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d’aide sur l’homonymie Sauxemesnil redirige ici.
Saussemesnil
L'église Saint-Grégoire.
L'église Saint-Grégoire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Canton Valognes
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur du Cotentin
Maire
Mandat
Joël Diesny
2014-2020
Code postal 50700
Code commune 50567
Démographie
Gentilé Sauxemesnillais
Population
municipale
917 hab. (2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 12″ Nord 1° 29′ 02″ Ouest / 49.57, -1.483889
Altitude Min. 60 m – Max. 175 m
Superficie 21,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saussemesnil

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saussemesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saussemesnil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saussemesnil
Liens
Site web www.sauxemesnil.fr

Saussemesnil ou Sauxemesnil ou Sauxemesnil-Ruffosses[1] est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 917 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord de la péninsule du Cotentin. Elle est composée des deux bourgs (et historiquement, deux paroisses) bien distincts de Saussemesnil (formé par les habitations du hameau Dorey, du hameau de l'Église et du Calvaire) et Ruffosses, distants de 4.5 km environ et d'importances comparables, à mi-distance desquels est sis un hameau composé de la mairie, de la salle communale, et de l'école maternelle. Une école primaire est en activité au bourg de Ruffosses. Les deux villages sont particulièrement bien équipés en commerces de proximité : bar, épicerie, dépôt de pain à Saussemesnil, boulangerie-pâtisserie, épicerie, bar et restaurant à Ruffosses.

Le hameau du Calvaire est à 7,5 km au nord de Valognes, à 14 km à l'ouest de Quettehou, à 15 km au sud-ouest de Saint-Pierre-Église et à 15 km au sud-est de Cherbourg-Octeville[2].

Ruffosses, dont le développement fut lié à la déforestation d'importantes sections de la forêt de Brix, n'a jamais été une commune à part entière. Cependant, jusqu'au milieu des années 1990, un système de sectionnement électoral imposant aux administrés de Ruffosses et Saussemesnil d'élire des conseillers municipaux de leurs villages respectifs favorisait un certain équilibre de la représentation des deux sections au conseil municipal. Les deux bourgs ont chacun leur monument aux morts.

La commune s'étend jusqu'aux bois de l'Ermitage et de Roudoux à l'ouest, du Coudray au nord, de Barnavast à l'est et du Piège au sud. Le paysage est vallonné et typiquement bocager, l'altitude variant entre 60 mètres à la sortie de la Gloire du territoire au sud et 175 mètres en limite ouest à la Sorellerie, un des points culminants du Nord-Cotentin, dépassé de quelques mètres seulement par les hauteurs de la Hague.

Communes limitrophes de Saussemesnil[3]
Le Mesnil-au-Val Gonneville-le-Theil
(comm. dél. du Theil)
Gonneville-le-Theil
(comm. dél. du Theil)
Brix Saussemesnil[3] Montaigu-la-Brisette
Brix,
Saint-Joseph (sur une centaine de mètres)
Tamerville Tamerville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la paroisse est mentionné pour la première fois vers 1125 sous la forme Saxemaisnil (cart. Mbg f 113 ) puis à nouveau sous cette forme de 1159 à 1180 et enfin sous la forme latinisée Sausemesnillo, à l'occasion d'un procès en juillet 1288 contre Montaigu-la-Brisette, paroisse voisine au sujet des dîmes novales, c'est-à-dire l'impôt levé par l'Église sur les terres nouvellement défrichées.

Pour Jean Adigard des Gautries, repris par Albert Dauzat et Charles Rostaing[4], François de Beaurepaire[5] et René Lepelley[6], il s'agit d'un nom de personne norrois Saxi, déjà repéré dans Saucemare ancien nom de lieu à Sauxemesnil[7] et dans Saussetour à Fresville (Sauxetorp fin XIIe siècle), Sauxtour à Théville (Sauxetourp 1292), Mesnil-Saulce à Fresney-le-Vieux (Calvados, Mesnil-Saxe 1228), ainsi que dans les Sassetot-le-Mauconduit et Sassetot-le-Malgardé (Sauxetot v. 1210) de Seine-Maritime. Tous ces toponymes, exclusivement normands, présentent des formes anciennes avec -x- ayant dans certains cas, évolué en [s]. De plus, l'élément sax- / saux- est le plus souvent associé à un appellatif d'origine norroise (-tot, -torp, -mare). Enfin, l'appellatif -mesnil entre la plupart du temps en composition avec un nom de personne, sauf dans les cas ou il est associé à un adjectif roman aisément reconnaissable.

Stéphane Laîné[8] réfute la signification de la graphie Sauxemesnillo[pas clair] comme « domaine de Saxi ». Selon lui, les règles phonétiques n'autorisent pas cette explication[Laquelle ?], et il privilégie l'explication d'une double graphie par commodité[style à revoir] de clerc, comme celle de Bruxelles dont le "x" se prononce "ss".

Le gentilé est Sauxemesnillais[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un front continu de défrichement pendant cinq siècles[modifier | modifier le code]

C'est grâce à ce contentieux sur les dîmes novales qu'on peut suivre pas à pas le développement de la paroisse, la règle étant simple : le clergé ne prélève qu'à partir du moment où la terre a été réellement mise en valeur, ce qui constitue pour nous un marqueur intéressant. Si procès il y a, c'est d'une part parce que plusieurs ecclésiastiques se disputent la récolte (abbé de Montebourg, curé de Sauxemesnil, chapitre de Coutances) et d'autre part en raison du caractère confus du front de défrichement percé d'enclaves et de chemin creux. Comme si la progression avait été stoppée net dès le début, c'est alors vers le nord-ouest, l'ouest et le sud ouest que la paroisse s'est agrandie au fil du temps, agrandissements épaulés par des sanctuaires périphériques (Saint Martin à l'If, Ruffosses). L'histoire du peuplement marque une pause très sensible de la fin du XIVe siècle jusqu'au milieu du XVe siècle : cette partie de la presqu'île a été très durement touchée par le « grand vuydement » de 1378 imposé par la Couronne, nom donné à la politique de la terre brûlée pratiquée en Nord-Cotentin pour ralentir l'avancée anglaise dont les exactions ont probablement chassé devant elle les récalcitrants au départ. Et il y a tout lieu de penser que ceux qui n'ont pas déguerpi ont été malmenés ou enrôlés de force par les soudards et les brigands qui infestaient les bois environnants. Les indices fiscaux dont on dispose pour cette période sont assez accablants. Le pays est comme vidé durablement de sa population. C'est à la fin de cette époque de malheurs que dans un souci de reconstruction la Couronne a octroyé ou confirmé en 1461 aux habitants de cette partie du Cotentin des droits d'usage qui les autorisaient à prélever de la terre à pots. Ces droits ne visaient pas particulièrement Sauxemesnil dont le nom n'est même pas cité dans l'acte. Les intéressés se sont dépêchés d'affirmer que ces droits étaient antérieurs au débarquement anglais de 1407 mais si leurs déclarations ne prouvent rien, cela fait toujours plaisir.

La seconde histoire de Sauxemesnil commence véritablement avec le premier tiers du XVIe siècle, c'est-à-dire un peu avant Gilles de Gouberville. Les mentions les plus anciennes d'implantation de défricheurs nommément connus nous placent dans le giron de la sergenterie Pinel, dont le ressort présidait déjà à la reconnaissance des droits en 1461. Les autres intervenants sont les Laîné, famille la plus ancienne connue dans cette contrée et dont l'un des ancêtres Thomas Laîné était titulaire d'une vaquerie à son nom qui renvoie à d'autres droits d'usage. Il est temps de parler des fieffes faites par adjudication sur les lisières du Domaine royal. Le XVIe siècle a été un siècle d'émergence du droit forestier et de l'administration mise en place pour l'appliquer. Cette émergence a été contrecarrée par les besoins financiers de la monarchie jamais à court d'expédients pour se renflouer en période de guerre civile. Un de ses expédients consistait à organiser de grandes braderies locales en faveur des populations riveraines de la forêt avec le but doublement louable de mettre en valeur des portions de « terres vaines et vagues » désormais inutiles et de fixer des populations enclines à se servir elles-mêmes sans penser au lendemain. Le fait est que ces adjudications étaient faites par les commissaires du roi envoyés exprès à cet effet et que les premiers acquéreurs de ces lots de terres à mettre en valeur étaient les officiers de Valognes qui étaient en même temps seigneurs dans les paroisses environnantes. La liste est longue de ceux d'entre eux qui en ont croqué, le tour de passe passe consistant à tromper son monde sur les surfaces et la qualité des portions mises en vente. L'astuce consistant à sous-concéder à ses propres vassaux des lots de terre où il était précisément interdit de bâtir et au grand jamais d'y construire des fours dont on devine le risque incendiaire. Un peu comme dans la sous-traitance de sous-traitance aujourd'hui et leur cahier des charges, les clauses premières du contrat ont été oubliées à la première sous-concession. On va ainsi vu rapidement se créer de véritables hameaux de tuiliers et potiers dont l'administration centrale n'a découvert qu'un siècle plus tard l'existence, lors de l'inspection générale appelée Réformation menée ici par Guy Chamillart et son lieutenant.

Potiers de Saussemesnil[modifier | modifier le code]

Réunion de plusieurs hameaux potiers implantés pendant les dernières vagues de défrichements, la paroisse a été avec Néhou et Vindefontaine l'un des principaux centres potiers du Cotentin de la fin du Moyen Âge jusqu'au début du XXe siècle, encouragé par les seigneurs locaux qui, en tant qu'officiers des Eaux et Forêts auraient dû empêcher la construction des fours à pots dans les lisières, tels Gilles de Gouberville. De vastes tribus potières répondant au nom de Mouchel, Lepoittevin et Vallognes dans se sont concentrées dans quatre hameaux longeant les frontières occidentales de la paroisse : le Grand et Petit Hameau Mouchel près de Monvason, les Rabusquets à l'ouest et Sicqueval à la limite de Tamerville.

Une sorte de monopole familial fondé sur les alliances matrimoniales entre clans dominants excluant de fait les intrus. C'est en partie pour cette raison qu'à la différence des centres potiers de Vindefontaine et de Ger, Saussemesnil est une communauté potière non statuée, c'est-à-dire tout sauf une corporation réglementée par des statuts : les seuls titres justificatifs de cette communauté sont usagers, c'est-à-dire qu'elle n'existe que pour le droit de prendre de la terre à pots dans la "Haye de Valognes" (Négreville) et du « bois morgu ou à demy pourry » dans la forêt de Brix. Droit pour lequel un prévôt des potiers de Saussemesnil levait le paiement d'une rente au Domaine royal dès les années 1550. En principe les droits d'usage avaient été abolis depuis le Code forestier mais on avait fait exception pour certains cas comme Saussemesnil et Néhou à condition de limiter l'activité à un four, un hameau et un chef de famille : 2 pour les Mouchel, 1 pour les Lepoittevin et un pour les Vallognes. Ces dispositions imposées par jugement en 1674 n'ont jamais été appliquées par une entente immédiate entre potiers interdits et privilégiés à coups de vente fictives, de rotations de jouissance du four entre frères puis cousins et enfin de constructions de four dans les lisières. En 1782, le centre comprend une dizaine de fours et 32 artisans potiers. Le caractère sauvage des lisières, l'homonymie généralisée et la complicité des autorités locales (les seigneurs de Saussemesnil furent longtemps officiers des Eaux et Forêts de Valognes et les Mouchel se font recruter comme gardes-bois) ont été le plus sûr des abris.

Même si toutes ne sont pas potières, chaque tribu se divise en clans distincts reconnaissables au port d'un avernom, c'est-à-dire un surnom clanique et héréditaire. On a compté plus d'une centaine d'avernoms pour les seuls Mouchel. On a des raisons de penser que la consanguinité assez forte (6 % des mariages) n'est pas seulement liée à la nécessité de verrouiller la profession à tout mariage étranger, au besoin de se rapprocher d'un four à pots légal ou de trouver un lignage qui légitime l'activité (les 3/4 de la profession sont des illégaux). La poterie n'est qu'un élément d'une conception ancienne et très élargie de la famille dont les activités sont étrangement complémentaires et analogues à celle d'une entreprise (atelier de potier, cabaretier, adjudicataire des bois, garde forestier etc...) On pense même qu'en faisant travailler les frères, cousins et beaux-frères, la profession pratique le micro-crédit et évite le salariat parce que les prix de vente de la vaisselle sont désespérément bas et supportent très difficilement la concurrence des autres matériaux. C'est probablement une des raisons de sa survie prolongée franchissant sans encombre la Révolution et la disparition des privilèges et n'acceptant définitivement les intrus qu'à condition qu'ils épousent des filles de la Tribu potière fondatrice, celle des Mouchel dit Les Riettes dont descendit la majorité des clans potiers et qui a partie liée avec l'église locale puisque plusieurs de ses descendants ont pratiqué la statuaire religieuse.

Population et société[modifier | modifier le code]

Onomastique et homonymie[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, 45 % des presque 2000 habitants se nomment Mouchel, Lepoittevin ou Vallongnes. S'y ajoute une homonymie des familles de second rang (en effectif) comme les Touraine et Vautier, et parfois à cheval sur plusieurs paroisses comme les Leblond.

Il est clair que ce sont les défrichements et non pas la poterie qui sont à l'origine de cette agglutination de populations auxquelles la forêt procure tantôt le bois, tantôt la pâture (illégale) le travail salarié (dans les ventes) tantôt les terres à défricher quand les lisières sont suffisamment saccagées pour être bradées.

L'apparition des surnoms est parallèle aux vagues de défrichement, à une vingtaine d'années près, comme s'il avait fallu prendre en compte l'installation d'une génération autour d'un hameau. Les premiers surnoms du XVIe siècle n'ont pas tenu plus d'une génération peut-être à cause de la guerre de la Ligue dans laquelle Saussemesnil est impliqué activement. Les Hervieu, seigneurs de Sauxemesnil au bord de la ruine ont en effet à plusieurs reprises pris les armes pour bouter tantôt les Anglais fidèles soutiens des Protestants puis les troupes royales de Cherbourg lorsque le Roi de France lui-même fut protestant. Un échec sanglant en 1593 devant les portes de Cherbourg laisse plusieurs centaines de victimes sur le terrain. Des Mouchel, Raynel Gréard et Hamon figurent dans la liste des comploteurs qui ont suivi leurs maîtres lors de ce coup manqué.

La seconde vague est celle du milieu du XVIIe siècle à laquelle correspondent les plus anciens avernoms, surnoms héréditaires et claniques par opposition aux sobriquets individuels qui s'éteignent avec leur titulaire. Dans la pratique, l'individu est appelé par son surnom précédé ou non par son prénom. Ils prennent leurs sources dans le nom d'une terre (Vallongnes dit Laforge, propriétaires de la parcelle de la forge Berryer, Mouchel dit Muscadin propriétaires du jardin Muscadin) d'une ferme louée (Mouchel dit Latourelle), d'un seigneur dont on est fermier (Mouchel dit Grenneville / Grainville), du hameau d'origine (Lepoittevin dit Rabusquets : du verbe rabutchir employé pour le travail de la terre, Mouchel dit Lasablonnière : le sablon était imposé aux métayers de Sauxemesnil pour amender le sol trop acide, Vallongnes dit Rombisson : le Rond Buisson était un bosquet détaché des reins de la forêt de Brix) de la profession d'origine (Mouchel dit Le Querrier, puis Leguerrier du verbe querrir qui signifie transporter, Lepoittevin dit Tronche, du verbe troncher qui signifie couper le bois) du souvenir de l'ancêtre (Mouchel dit Grand Robert, Leblond dit Maro) ou d'un défaut familial supposé héréditaire (Mouchel dit Gros Dos, Vallongnes dit Les Gros Yeux), ainsi que, plus curieusement, dans le nom de famille de l'épouse (Mouchel dit Lecappelain, du nom de leur mère).

Il arrive qu'un surnom maternel bascule vers un autre clan (les Mouchel dit Drillot dit Latourelle et dit Cauco), ou qu'il mute à cause du découplage entre l'oral et l'écrit (Les Mouchel Leguerrier et les Mouchel dit Carrière, descendaient ainsi des Mouchel Lequerrier, l'origine du mot a été oubliée; Les Mouchel dit Les Riettes sont les descendants des Mouchel l'Orillette par référence au tènement de l'Oraille, c'est-à-dire l'orée de la forêt où le clan a fait souche).

Structure sociale et foncière[modifier | modifier le code]

En 1754-1755, la population sauxemesnillaise est composée de 345 propriétaires exploitants et 14 fermiers répartis sur une superficie de près de 1 400 acres de terre labourable et 270 vergées de prairie, le tout de fonds médiocres et plutôt maigre en labour selon les commentaires du personnel de l'Intendance de Caen. La chose est confirmée par le nombre important de fours à chaux (illégaux) implantés dans les limites de la paroisse : les sols forestiers sont acides et nécessitent d'être amendés. Les travaux de Charles Butel sur la commune au siècle suivant confirment une forte densité de petits et moyens exploitants condamnés à des activités professionnelles complémentaires à la fois par la faible superficie par tête, un parcellaire à mailles fines, la proximité tentante de la forêt et la qualité très inégale des sols de plus en plus gorgés d'eau et d'argile à mesure qu'on s'avance en direction du Grand Bosq. Mais pour être exact, on doit dire aussi qu'une part importante de la communauté potière ne fait pas des pots parce qu'elle a besoin d'un revenu complémentaire mais d'abord et avant tout pour le maintien du privilège en droit sinon en fait. Tout indique que la rentabilité de la profession parait notoirement critique à cause de la petite taille des fours et du prix du bois en constante augmentation au cours du XVIIIe siècle. La quinzaine de grosses fermes est constituée de façon classique par les fermes des seigneurs locaux (Hervieu, Muldrac) qui se partagent la paroisse et résident le plus souvent dans leur hôtel particulier à Valognes. Une partie de ces fermiers sont aussi fermiers des dîmes pour les prieurs, curés, abbés et Chapitre de Coutances qui prélèvent leur juste part des récoltes sur les défrichements à coups de procès-fleuves. Ils sont tout naturellement proches des familles de meuniers (les Lecorps et les Touraine au XVIIe siècle, les Bertault au siècle suivant)installés sur les rives de la Gloire et ses affluents. De façon plus originale certains de ces fermiers sont aussi des descendants de ces défricheurs potiers (Mouchel dit Vichard descendants des Mouchel dit Leguerrier, Mouchel dit Lafosse) qui ont tellement fait leur pré carré qu'ils peuvent laisser le métier de la poterie à des collatéraux ou à des beaux-frères homonymes. Tout se passe comme si la poterie, les défrichements continuels et les métiers de la forêt servaient de retardateurs à l'exode rural grâce à ce jeu séculaire de solidarité lignagère[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saussemesnil

Les armes de la commune de Saussemesnil se blasonnent ainsi :
Taillé : au premier d'azur au pot à une anse au naturel senestré, en chef, d'une lettre S capitale cousue de gueules, au second de sinople aux deux peupliers arrachés au naturel rangés en barre, celui du chef plus épais, adextrés, en pointe, d'une lettre R capitale cousue de gueules, le tout soutenu d'une plaine cousue d'azur ; au bâton en barre de gueules brochant sur la partition[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 2001) mars 2008 Gilbert Février    
mars 2008[12] mars 2014 Geneviève Huet SE Rédacteur territorial
mars 2014[13] en cours Joël Diesny SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de l'Ancien Régime à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Population de Saussemesnil en nombre de feux[15]

  • 1431 : 38
  • 1521 : 62
  • 1652 : 178
  • 1695 : 250
  • 1713 : 380 (?)
  • 1727 : 293
  • 1789 : 349

Sur la base finale de quatre habitants par feu en moyenne, sachant que Saussemesnil n'a pas achevé sa transition démographique à la fin de l'Ancien Régime (taux d'accroissement naturel 1792 = 3 %). En 1793, le recensement compte 1 294 habitants. La forte croissance de population à la fin du XVIIe siècle et au milieu du XVIIIe siècle est à mettre en relation avec les vagues de défrichements de la forêt de Brix. D'autre part les adjudications forestières de la Maîtrise des Eaux & forêts de Valognes introduisent à Saussemesnil un surcroît de population qui n'est pas durablement attachée à la paroisse et qui vit des petits métiers du bois dans des conditions difficiles, souvent des bijudes ou cabanes au fonds des clairières. Cette situation explique en partie le maintien prolongé d'une mortalité élevée. C'est aussi pourquoi les statistiques de la période sont encore plus sujettes à caution que d'habitude. La paroisse reste très fortement endogame (plus de 80 % des mariages). La prédominance de Saussemesnil vis-à-vis de ses voisines lui a valu à titre éphémère pendant la Révolution le rang de chef-lieu de canton.

En 2013, la commune comptait 917 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans [16] et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

C'est en 1831 que Saussemesnil a atteint son maximum démographique avec 2 011 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 294 1 638 1 820 1 878 2 011 1 823 1 912 1 832 1 845
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 767 1 676 1 665 1 436 1 459 1 385 1 336 1 230 1 198
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 155 1 071 1 061 915 911 873 925 923 847
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
762 726 681 772 853 915 917 918 925
2013 - - - - - - - -
917 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-des-Anges de Ruffosses.
La statue de la Sainte-Trinité.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Mouchel dit Lamare, potier-statuaire, né en février 1719, décédé en novembre 1786, fils du potier Léonard Mouchel dit Lamare et Marie Joret. On lui attribue plusieurs statues d'églises dans les environs et il y a une facture signée de lui pour la réalisation de la couverture (tuiles faîtières à dentelles) du château de Pont-Rilly en 1770. C'est par ailleurs le syndic de la communauté des potiers de Sauxemesnil pendant le conflit qui a opposé la profession aux concessionnaires de la forêt de Brix entre 1772 et 1782. Il s'est donc rendu à Rouen avec les frères Lepoittevin dit Rabusquets pour plaider la cause de leurs droits d'usage. A été interrogé par la justice au début de l'année 1782 après l'agression contre le garde Robert Souveraine.
  • Nicolas Mouchel-Cauco dit Colin Cauco, né en 1794, décédé en novembre 1874, potier-statuaire, fils de Jean-Louis Grégoire Mouchel Cauco et de Jeanne Françoise Thérèse Mouchel dit Lamare, c'est-à-dire parent du précédent. Ses contemporains ont dit ses dons remarquables et sa faculté d'imiter tout modèle qui lui était présenté, ce qui n'a pas empêché qu'il soit mort misérablement. La fontaine récemment achetée par le musée de Normandie est signée de lui.
  • Jean-Baptiste, comte Lebrun de Rochemont (1736-1822), sénateur du Premier Empire et frère du consul Charles-François Lebrun (1739-1824), architrésorier de l'Empire, propriétaire du château de Rochemont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom retenu pour le site officiel de la commune.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Dictionnaire étymologique des noms de Lieux en France, éditions larousse 1968
  5. Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1986. ISBN 2-7084-0299-4
  6. Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presse Universitaire de Caen 1996
  7. Au contraire de Saucemare, Sausseuzemare-en-Caux et Sausseuzemare-en-Bray contiennent bien le nom du saule, sausse en ancien français, resté dans certains dialectes.
  8. Stéphane Lainé, Évolution phonétique des toponymes dans le Nord-Cotentin, thèse de doctorat, spécialité sciences du langage, linguistique et phonétique générale, Université de Caen, décembre 2006.
  9. « Ouest-france.fr - Mairie de Saussemesnil » (consulté le 24 mars 2010)
  10. Sources : Archives départementales du Calvados, Intendance, C 288 et C 4384 ; Charles Butel, Étude démographique et socio-professionnelle de deux communes rurales du Cotentin, Saussemesnil et Yvetot-Bocage, (1841-1914), mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1983.
  11. « GASO, la banque du blason - Sauxemesnil manche » (consulté le 24 mars 2010)
  12. « Geneviève Huet a été élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 août 2014)
  13. « Joël Diesny a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 août 2014)
  14. « Saussemesnil (50700) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 avril 2014)
  15. Sources : Archives départementales du Calvados : Sous-série 4C 263 (Bureau des finances, taille) Intendance, C 288 et Archives départementales de la Manche : Registres paroissiaux de Sauxemesnil ; Archives nationales D IV bis 151)
  16. Date du prochain recensement à Saussemesnil, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  19. « L'église Saint-Grégoire de Sauxemesnil », La Presse de la Manche, 5 août 2008, p. 5

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Fontanel, Le cartulaire du Chapitre Cathédral de Coutances, étude et édition critique, Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2003.
  • Abbé Lerosier, Histoire paroissiale de Sauxemesnil,c. 1895 (manuscrit)
  • Stephen-Chauvet (Dr.) La céramique bas-normande ancienne, Mortain, 1950 et la Normandie ancestrale, 2 volumes, Bayeux, 1951.
  • Michel de Boüard, L'artisanat en Normandie, éditions Mars & mercure, 1978.
  • Patrice Mouchel-Vallon, Travail, familles et poterie en Nord-Cotentin, analyse comparée des communautés potières de Sauxemesnil et Néhou à partir d'une reconstitution de leur milieu familial et professionnel, St Lo, Société d'histoire et d'archéologie de la Manche, 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]