Le Vrétot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Vrétot
Le Vrétot
L'église Notre-Dame-des-Anges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué Guy Laisney
2020-2026
Code postal 50260
Code commune 50646
Démographie
Gentilé Vrétotais
Population 632 hab. (2017)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 07″ nord, 1° 42′ 39″ ouest
Altitude Min. 18 m
Max. 127 m
Superficie 20,56 km2
Élections
Départementales Bricquebec
Historique
Commune(s) d'intégration Bricquebec-en-Cotentin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Le Vrétot
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Le Vrétot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Vrétot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Vrétot

Le Vrétot est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Bricquebec-en-Cotentin.

Elle est peuplée de 632 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Vrétot se situe sur la route de Bricquebec à Barneville-Carteret.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ovretoth vers 1062 (Fauroux 205); Ulvetot au XIIe siècle; Ovritot vers 1210, en 1221 (Feoda); [de] Vritot en 1250; Ouvritot vers 1280 (Pouillé)[2].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -tot, élément qui représente l'ancien scandinave topt, toft « site d'une habitation, d'une ferme, ancienne ferme »[2],[3],[4].

L'interprétation du premier élément Le Vré- ne fait pas l'unanimité chez les spécialistes, si tous sont bien d'accord sur une altération d'un élément Ovre- / Ovri- constatée dans les formes anciennes, ils se divisent cependant sur son identification. Il s'agit soit d'un anthroponyme en l'occurrence anglo-saxon Olvricus[2] / Ulvricus[2],[3] (comprendre Olvric / Ulvric), soit d'un autre élément, à savoir øfri « supérieur, d'en haut »[4] (comprendre öfri, cf. islandais efri).

Remarque : L'altération Ouvretot > Le Vrétot est explicable par le fait qu’Ouvretot a été compris « ou Vrétot », c'est-à-dire « au Vrétot », ou étant l'ancienne prononciation régionale de au, d'où Le Vrétot[2]. Dans l'anthroponymie scandinave, il existe aussi un nom de personne norrois UlfríkR (ancien danois Ulfrik) / Úlfrekr[5].

Le gentilé est Vrétotais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Le Vrétot intègre avec cinq autres communes la commune de Bricquebec-en-Cotentin[6] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Bricquebec, Les Perques, Quettetot, Saint-Martin-le-Hébert, Le Valdécie et Le Vrétot deviennent des communes déléguées et Bricquebec est le chef-lieu de la commune nouvelle..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1821 Antoine Jean Jacques Surcouf   Cultivateur
1821 1841 Jean Félix Lainey    
1841 1870 Pierre Charles Buret   Cultivateur
1870 1896 Jean François Alexandre Mendret   Cultivateur
1896 1904 Gaston Chazot    
1904 1917 Jacques Mendret    
1918 1930 Jean-Baptiste Godefroy    
1930 1935 Jean Delvaux    
1935 1960 Jules Montrieul    
1960 1977 Alexandre Postaire    
1977 1983 Aldophe Pouchin    
1983 1995 Joseph Marie    
1995 décembre 2015 Yvonne Martin[8]    
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Bricquebec-en-Cotentin le jusqu'en 2020 et Yvonne Martin devient maire délégué.

Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
jan. 2016 mai 2020 Yvonne Martin    
mai 2020[9] En cours Guy Laisney DVD Magasinier à la retraite

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune comptait 632 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Le Vrétot[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7301 2781 2951 4371 2161 2251 1931 2001 152
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0201 044995940870832833800783
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
753735743582626702666683670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
628605493499458520544599630
2017 - - - - - - - -
632--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a b c d et e François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425)
  3. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2)
  4. a et b Renaud, Jean, 1947-, Vikings et noms de lieux de Normandie : dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, Cully, OREP, , 203 p. (ISBN 978-2-915762-89-1, OCLC 436843167, lire en ligne)
  5. Lire en ligne sur le site de Nordic Names [1]
  6. « Recueil des actes administratifs de décembre 2015_ », sur le site de la préfecture de la Manche (consulté le 10 décembre 2015).
  7. Jacques Blin, étude sur les maires des communes du canton de Bricquebec à partir des registres d'état civil
  8. Réélection 2014 : « Yvonne Martin garde les clefs de la mairie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  9. « Denis Lefer premier magistrat de la cité du Donjon », sur actu.fr, La Presse de la Manche (consulté le 8 juin 2020).
  10. Date du prochain recensement à Le Vrétot, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 .
  13. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 116.
  14. « retable aux douze apôtres », notice no PM50001468, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « groupe sculpté : Vierge à l'Enfant couronnée par les anges », notice no PM50001303, base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Girard et Lecœur 2005, p. 10.
  17. Jack Lepetit-Vattier, « La baronnie de Bricquebec - L'emprise d'un grand domaine seigneurial », Vieilles maisons françaises (vmf), patrimoine en mouvement, no 232,‎ , p. 27 (ISSN 0049-6316).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :