Pirou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pirou
Le château.
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Canton Créances
Intercommunalité Communauté de communes Côte Ouest Centre Manche
Maire
Mandat
Noëlle Leforestier
2015-2020
Code postal 50770
Code commune 50403
Démographie
Gentilé Pirouais
Population
municipale
1 507 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 57″ nord, 1° 34′ 08″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 40 m
Superficie 29,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Pirou

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Pirou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pirou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pirou
Liens
Site web www.ville-pirou.fr

Pirou est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 507 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Couvrant 2 911 hectares, le territoire de Pirou est le plus étendu du canton de Lessay et le deuxième de l'arrondissement de Coutances, après Hambye (2 957 hectares).

Communes limitrophes de Pirou[1]
Créances,
Mer de la Manche
Créances Créances
Mer de la Manche Pirou[1] La Feuillie
Mer de la Manche,
Geffosses
Geffosses Muneville-le-Bingard

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du toponyme n'est pas clairement connue. René Lepelley émet l'hypothèse du latin petra, « pierre »[2].

Le gentilé est Pirouais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pirou

Les armes de la commune de Pirou se blasonnent ainsi :
De sinople à la bande d'argent côtoyée de deux cotices du même[3].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Léon Sohier    
1953 1965 Emile Giard    
1965 1971 Jacques Picard    
1971 1995 Claude Massu    
1995 mars 2001 Paulette Lehalle-Deret   Directrice d'école à la retraite
mars 2001[4] 2008 Noëlle Leforestier   Enseignante
2008[5] mars 2014 Noël Augrandjean   Ingénieur
mars 2014[6] février 2015 Michel Challe   Retraité chef d'entreprise BTP
février 2015[7],[Note 2] en cours Noëlle Leforestier SE Retraitée de l'enseignement
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 507 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Pirou[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 3]. Pirou a compté jusqu'à 1 945 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 553 1 614 1 759 1 945 1 738 1 760 1 683 1 690 1 668
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 575 1 531 1 518 1 420 1 436 1 432 1 434 1 411 1 405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 248 1 231 1 176 992 981 972 995 972 1 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 059 1 005 1 016 1 105 1 224 1 313 1 598 1 556 1 507
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

La culture des huîtres et des moules fait vivre bon nombre de locaux. La pêche aux bulots est parfaitement illustrée par les bulotiers ancrés à proximité de la plage.

Le tourisme est l'autre principale ressource de la commune. La plage, sableuse, est longue et belle et permet des bains agréables et vivifiants, et permet la pratique de nombreux sports : planche à voile et kitesurf, bodyboard, char à voile et speed sail. La pêche à pied, réglementée, fait le plaisir des amateurs de coques, palourdes, moules ou huîtres sauvages. La pêche au bar est aussi très courue.

Depuis février 2010, Pirou forme avec Saint-Germain-sur-Ay un groupement de « communes touristiques »[14].

À l'instar de Saint-Rémy-des-Landes, Pirou exporte du courant électrique vers Jersey (à partir du poste de transformation de Périers)[15].

En 1990, un projet immobilier, Aquatour, qui prévoit la construction de 75 maisons, d'un restaurant, des aménagements sportifs et d'un hôtel, échoue en raison de problèmes financiers du promoteur et de permis de construire accordés sans viabilisation. Le chantier s'arrête début 1992, laissant une trentaine de maisons inachevées, provoquant la faillite de plusieurs entreprises et la ruine de particuliers. Si, d'après la maire Noëlle Leforestier, les 80 propriétaires des maisons abandonnées sont indemnisés, l'enquête sur les responsables de ce fiasco se poursuit encore en 2016[16] Ce « village fantôme », comme le nomment les habitants, abrite plus d'une trentaine de bâtiments. Le lieu est peu à peu investi par des poètes, des artistes et des cinéastes. Des graffeurs repeignent les murs de couleurs vives, avec des styles variés, contribuant à la notoriété du lieu. La municipalité a racheté le terrain et un nouveau projet devrait bientôt voir le jour[17] ,[18]. Le 22 novembre 2016 commence la destruction des bâtiments afin de laisser la place à un nouveau projet immobilier qui reste à définir[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Espérance sportive de Pirou fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Rapilly (1740-1797?), libraire, éditeur et marchand d'estampes et auteur d'un plan de Paris, né à Pirou[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Le 5 juin 2014, le tribunal administratif annule les résultats du scrutin de mars 2014 et inverse les résultats. La liste de Noëlle Leforestier remporte le scrutin : « Les élections municipales de Pirou, Courseulles et Cabourg examinées par la justice ». Le maire fait appel le 2 juillet, ce qui rend le jugement suspensif : « Élections municipales à Pirou. Appel du jugement du tribunal »
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253247-9), p. 17
  3. « GASO, la banque du blason - Pirou Manche » (consulté le 18 novembre 2012)
  4. « Noëlle Leforestier présente la liste « Vivre Pirou » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 juillet 2016)
  5. « Le maire ne se représente pas : « Tout est décidé par règlements » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 juillet 2016)
  6. « Michel Challe a été élu maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 juillet 2016)
  7. « Noëlle Leforestier élue maire, a présenté son équipe », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mars 2015)
  8. Pirou M'Interesse
  9. Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p 102
  10. « Pirou (50770) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 mai 2014)
  11. Date du prochain recensement à Pirou, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - février 2010 » (consulté le 28 mars 2010) : page 5.
  15. [PDF] rte-france Voir page 4.
  16. Pauline Tissot, Normandie - Pirou-Plage : un village abandonné réinvesti par des graffeurs, Le Point, 11 février 2016 [1]
  17. Elise Ferret, Manche: une vidéo de Pirou, "le village fantôme" fascine les medias et les internautes, 16 février 2015, [2]
  18. Céline Doublet-Segal, Nous avons visité le «village fantôme» de Pirou, petit paradis du graffiti, Le Figaro, 4 mars 2016 [3]
  19. « Le dernier soupir du « village fantôme » de Pirou », sur Le Monde.fr (consulté le 13 décembre 2016)
  20. « Château », notice no PA00110540, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Œuvres mobilières à Pirou », base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Esp. S. Pirou », sur le site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 23 octobre 2016)
  23. Michel Rapilly (1740-1797?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :