Tourlaville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tourlaville
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Tourlaville
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Commune Cherbourg-en-Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué Gilbert Lepoittevin
2016-2020
Code postal 50110
Code commune 50602
Démographie
Gentilé Tourlavillais
Population 16 077 hab. (2014)
Densité 935 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 27″ nord, 1° 34′ 44″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 132 m
Superficie 17,19 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Cherbourg-en-Cotentin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Tourlaville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Tourlaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tourlaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tourlaville
Liens
Site web www.mairie-tourlaville.fr

Tourlaville est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 16 077 habitants[Note 1] (les Tourlavillais).

Les cinq conseils municipaux de Cherbourg-Octeville, Équeurdreville-Hainneville, La Glacerie, Querqueville et Tourlaville ayant voté le la fusion de leurs communes respectives, la nouvelle commune prend après cette fusion le , le nom de Cherbourg-en-Cotentin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au nord de la péninsule du Cotentin, aux portes du Val de Saire, Tourlaville fait partie de la communauté urbaine de Cherbourg (CUC), banlieue est du chef-lieu d'arrondissement. La ville est située en bordure de mer, en majeure partie au sein de la grande rade de Cherbourg, à 2,5 km à l'est du centre-ville de Cherbourg et à 15 km à l'ouest de Saint-Pierre-Église[1].

La commune a perdu une partie de son territoire, d'abord au profit de Cherbourg (actuellement quartier du Val-de-Saire) puis par la scission de La Glacerie en 1901 qui représentait plus de la moitié de sa superficie (18,7 km2).

Communes limitrophes de Tourlaville[2]
Cherbourg-Octeville Mer de la Manche Digosville
Cherbourg-Octeville Tourlaville[2] Digosville
La Glacerie La Glacerie Digosville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme à finale latinisée Torlachvilla en 1063-66[3].

Il semble que le nom de Tourlaville ait pour origine la « ville » (au sens ancien de « domaine rural ») d'un certain Thorlakr, nom de personne norrois. L'anthroponyme Thorlakr est basé sur le nom de Thor, le nom du dieu scandinave, suivi de lakr, variation de leikr, « jeu ». Il se rencontre également dans Tout-la-Ville (Torlavilla 1198 ; à Saint-Martin-aux-Chartrains) et dans Tous-les-Mesnils (Toulamesnil 1328 ; Ouville-la-Rivière)[3]. Le nom de famille normand Tourlaque subsiste jusqu'au XXe siècle et un sieur de ce nom est à l'origine de la rue Tourlaque, dans le 18e arrondissement de Paris[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'affaire criminelle Mohamed ben Mohamed Kerdjemil s'est déroulée dans la commune et fut jugée le 17 juin 1925 par la cour d'assises de la Manche, à Coutances[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tourlaville

Les armes de la commune de Tourlaville se blasonnent ainsi : D'azur à la tour d'argent ouverte et ajourée de sable, au chevron d'or brochant sur le tout[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de trente-trois membres dont le maire et neuf adjoints[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Camille Leclerc radical-socialiste  
1947 juin 1995 Georges Fatôme SFIO puis PS Charpentier-tôlier, conseiller général et régional,
président de la CUC
octobre 2012 André Rouxel PS Dessinateur industriel, conseiller général
octobre 2012[8] décembre 2015 Gilbert Lepoittevin[7] PS Technicien DCNS
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.
Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[9] en cours Gilbert Lepoittevin PS Technicien DCNS
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[10],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 16 077 habitants, en diminution de -0,08 % par rapport à 2009 (Manche : 0,44 % , France hors Mayotte : 2,49 %) Au 1er janvier 2010, Tourlaville est la quatrième ville du département de la Manche après Cherbourg-Octeville, Saint-Lô et Équeurdreville-Hainneville.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 328 3 721 3 237 3 717 3 624 3 938 4 130 4 549 4 877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 511 5 824 5 831 5 543 5 757 6 207 6 831 7 382 8 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 228 7 525 7 879 7 263 7 387 7 501 8 395 9 071 9 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
11 569 12 062 12 197 15 590 17 516 17 551 16 649 15 836 16 077
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourlaville accueille plusieurs industries liées à la construction navale et la métallurgie : les chantiers navals des CMN et de JMV, les bâtiments de Sanmina, les ateliers de Construction métallique de l'Ouest.

Plusieurs zones artisanales et commerciales ont profité de l'étalement urbain de Cherbourg, pour devenir un des plus importants pôles commerciaux de la communauté urbaine de Cherbourg, accueillant un hypermarché, des concessionnaires automobiles, des services aux entreprises (Mainco, SMI...).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château des Ravalet, ou château de Tourlaville, du XVIe siècle, de style Renaissance, est propriété de la commune de Cherbourg depuis 1935. Il fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 4 mars 1996[13].

L'église Notre-Dame est du XIVe siècle et abrite une chaire à prêcher du XVIIIe classée à titre d'objet aux Monuments historiques[14]. L'édifice est aujourd'hui rattaché à la nouvelle paroisse Saint-Clair du doyenné de Cherbourg-Hague[15].

Le parc paysager de Bagatelle couvre quatre hectares variant espaces aménagés et naturels[16] au centre de la ville.

Le port du Becquet a été construit en 1783 pour le transport des blocs de pierre pour le projet de la grande digue de Louis-Alexandre de Cessart. Il tient son nom des deux pointes rocheuses qui l'encadrent, les becquets. Son originalité tient à sa jetée de pierres sèches et de pierres plates verticales.

La grande zone côtière du Collignon a été aménagée pour accueillir une base de loisirs avec, aux côtés de la seule plage surveillée de l'agglomération, une piscine, un camping, la Maison du littoral et de l'environnement…

Le port et le fort des Flamands, au nord-ouest, jouxtent la rade de Cherbourg.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive de Tourlaville fait évoluer deux équipes de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[17].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard, 1986.
  4. Marianne Mulon, Origine et histoire des noms de famille, éditions Errance, 2002.
  5. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, avril 2012.
  6. « GASO, la banque du blason - Tourlaville Manche » (consulté le 29 décembre 2013)
  7. a et b Réélection 2014 : « Gilbert Lepoittevin rendosse le costume du maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  8. « Gilbert Lepoittevin, nouveau maire de Tourlaville », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  9. Premier conseil municipal pour Cherbourg-En-Cotentin
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Domaine du château de Tourlaville », notice no PA00110621, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Chaire à prêcher », notice no PM50001527, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. Site du diocèse
  16. « Site de la ville de Tourlaville - Tourisme : le parc paysager de Bagatelle » (consulté le 21 mai 2011)
  17. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – AS Tourlaville » (consulté le 29 décembre 2013)
  18. « Lydie Blaizot - Diffusion Distribution Lokomodo » (consulté le 21 mai 2011) (archive Wikiwix).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :