Saint-Pierre-d'Arthéglise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.
Ne doit pas être confondu avec Saint-Pierre-Église.

Saint-Pierre-d'Arthéglise
Saint-Pierre-d'Arthéglise
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Les Pieux
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Michel Dubost
2014-2020
Code postal 50270
Code commune 50536
Démographie
Gentilé Saint-Pierrais
Population
municipale
132 hab. (2015 en diminution de 12,58 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 52″ nord, 1° 41′ 39″ ouest
Altitude Min. 29 m
Max. 141 m
Superficie 5,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Arthéglise

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Arthéglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Arthéglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-d'Arthéglise
Liens
Site web stpierredartheglise.fr

Saint-Pierre-d'Arthéglise est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 132 habitants[Note 1].

Elle est, depuis 2005, le lieu de tournage de l'émission de télévision Silence, ça pousse !, diffusée sur France 5, dans la propriété que Stéphane Marie a héritée de son oncle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'ouest de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 7,5 km au nord-est de Barneville-Carteret, à 9,5 km au sud-ouest de Bricquebec, à 15 km à l'ouest de Saint-Sauveur-le-Vicomte et à 19 km à l'est des Pieux[2].

Le territoire communal — en particulier son bourg  — est sur la ligne de partage des eaux entre la Gerfleur et la Douve. La majeure partie septentrionale est dans le bassin de la Scye (affluent de la Douve) par deux de ses affluents : le ruisseau du Moulin Chuquet et le ruisseau du Renon, ce dernier faisant fonction de limite nord-est. Le sud-ouest est dans le bassin de la Gerfleur qui prend sa source à Hôtel Tellier, tandis qu'une petite partie sud-est est un versant qui alimente la Saudre, autre affluent de la Douve, qui nait sur le territoire de la commune de Saint-Maurice-en-Cotentin voisine.

Le point culminant (141 m) se situe à l'ouest, sur une pente qui culmine à 145 m aux éoliennes de la commune voisine de Sortosville-en-Beaumont. Le point le plus bas (29 m) correspond à la sortie du territoire du ruisseau du Renon, affluent de la Scye, au nord-est.

Communes limitrophes de Saint-Pierre-d'Arthéglise[3]
Sortosville-en-Beaumont Sortosville-en-Beaumont Sortosville-en-Beaumont,
Bricquebec-en-Cotentin
Sortosville-en-Beaumont Saint-Pierre-d'Arthéglise[3] Bricquebec-en-Cotentin
Saint-Maurice-en-Cotentin Saint-Maurice-en-Cotentin Bricquebec-en-Cotentin,
Fierville-les-Mines

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sancti Petri de Archetiglise vers 1150, Sancti Petri de Argetiglise vers 1280, Saint Pierre d'Arteglise en rivière en 1760[4],[5].

Le toponyme est un composé de l'hagionyme Saint-Pierre et du lieu Arthéglise qui signifie « l’église d’Arnketill »[6],[7], c'est-à-dire « fondée ou construite par Arnketill ». Arnketill est un nom de personne de type scandinave formé avec l'élément ketill ou kætill qui signifie « chaudron », arn voulant dire « aigle ».

Ce type de formation toponymique : nom de personne scandinave + église ou (-glise, par aphérèse de /é/) se rencontre également dans l'Écluse (Manche, Saint-Martin-le-Gréard, Coleclesia vers 1000, c'est-à-dire *Coliglise / *Coléglise, sur nom de personne scandinave Koli) et Buglise (Seine-Maritime, Ecc. de Buiglise vers 1240, sur nom de personne scandinave Búi). Elle n'est donc pas atypique et isolée. Ces formations toponymiques romanes septentrionales sont de type précoce (vraisemblablement antérieures au XIe siècle). Elles sont parallèles aux toponymes germaniques occidentaux et scandinaves en -kirch(e), -kerk(e), -kirk, -kirkja « église » souvent précédés d'un nom de personne. En Normandie, la formation avec l'appellatif d'origine scandinave kirkja « église » est illustrée par Yvecrique (Seine-Maritime), il est précédé du nom de personne d'origine germanique Ivo > Yves.

L'évolution *Arnketill- > Archeti- (Argeti-) > *Artete- > Arte- est comparable en toponymie à celle observée pour d'autres anthroponymes comprenant l'élément ketill / kætill « chaudron » cf. Teurthéville-Hague (Manche, Torquetevilla XIIe siècle) ou Ancteville (Manche, Ansketevilla 1196, Anschetelvilla, sans date). Le digramme ch (ou trigramme sch) note parfois [k] (ou [sk]) (cf. aussi Ancourteville, Seine-Maritime, Anschetilvilla vers 1024 ou Turquetil d'Harcourt souvent noté Turchetel, Turchetil). En effet, le passage du groupe /ke/ à /te/ est une assimilation ([k] et [t] étant toutes deux des consonnes occlusives sourdes) suivi d'une haplologie.

Remarque : Cette formation toponymique archaïque ne peut donc pas être rattachée à un personnage connu tardivement, frère Archer, dont aucune forme ancienne du type *Archeri ecclesia ne vient conforter le rapport avec ce toponyme. Archer est un patronyme et ne peut donc pas se retrouver dans un type de formation toponymique obsolète à l'époque des premiers noms de famille. En outre, phonétiquement on devrait avoir abouti à *Archeréglise ou *Archéglise.

Le gentilé est Saint-Pierrais[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Alain Leblond    
mars 2001[9] avril 2014 Roger Lechevalier SE Retraité
avril 2014[10] en cours Michel Dubost SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2015, la commune comptait 132 habitants[Note 2], en diminution de 12,58 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Saint-Pierre-d'Arthéglise a compté jusqu'à 389 habitants en 1831.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355319350342389357364292297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274277246247247243252271278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
284304307271232238253285257
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
240232191163142128151150132
2015 - - - - - - - -
132--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-de-Boulogne.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

La salle communale abrite la plupart des manifestations de déroulant à Saint-Pierre-d'Arthéglise, comme la fête de la Saint-Ortaire, saint patron de la commune. Organisée par le comité des fêtes, elle se déroule sur trois jours le week-end de l'Ascension.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Article sur Silence, ça pousse ! »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur revuenews.com du 7 avril 2011.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 209
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1570
  6. François de Beaurepaire, op. cit.
  7. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253247-9), p. 55
  8. « Ouest-france.fr - Mairie de Saint-Pierre-d'Arthéglise » (consulté le 17 février 2010)
  9. « Le maire souhaite poursuivre les chantiers en cours », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 octobre 2014)
  10. a et b « Michel Dubost succède à Roger Lechevalier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. « Bas-relief : La Flagellation du Christ », notice no PM50001067, base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]