Port-Bail-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Port-Bail-sur-Mer
Port-Bail-sur-Mer
La vieille ville, le pont et le havre vus du ciel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
François Rousseau
2020-2026
Code postal 50580
Code commune 50412
Démographie
Gentilé Port-Baillais
Population
municipale
2 567 hab. (2018)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 10″ nord, 1° 41′ 41″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 90 m
Superficie 38,50 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Pieux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Port-Bail-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Port-Bail-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Port-Bail-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Port-Bail-sur-Mer

Port-Bail-sur-Mer est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 567 habitants[Note 1].

Elle est créée le sous le statut de commune nouvelle après la fusion de Portbail, Saint-Lô-d'Ourville, Denneville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 771 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Barneville Carteret », sur la commune de Barneville-Carteret, mise en service en 1986[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 603,9 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 34 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Port-Bail-sur-Mer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Port-Bail-sur-Mer fait référence à Portbail, attesté sous les formes Portus Ballii en 746 et 753 et Port Bahil en 1027[23] et à sa localisation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la commune nouvelle

L'histoire de la commune est celle des anciennes communes fusionnées.

En 2015, les élus de plusieurs communes issues de la Communauté de communes de la Côte des Isles, voire plus précisément de l'ancienne communauté de commune de la région de Portbail, engagent une réflexion sur une commune nouvelle à entre les communes de Port-Bail, Saint-Lô-d'Ourville, Denneville, Canville-la-Rocque, Fierville-les-Mines et Le Mesnil[24]. Le projet est cependant reporté[25] en raison du refus des habitants du Mesnil[26] et du retrait de Canville-la-Rocque. Fierville-les-Mines était également concerné par un périmètre visant à regrouper le syndicat scolaire des 7 Lieux dont l'école de Saint-Maurice-en-Cotentin était à conforter.

Finalement, le projet se concrétise en 2018 autour de trois communes littorales[27]. La première délibération du conseil municipal du mardi 26 juin a permis d'entériner la création d'une commune nouvelle[28] : les quinze élus de Portbail ont voté unanimement en faveur de la création, les deux autres conseils réunis simultanément ont enregistré un vote majoritaire. La commune est finalement créée au par un arrêté préfectoral du [29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Portbail
(siège)
50412 CA du Cotentin 19,56 1 551 (2016) 79
Denneville 50160 CA du Cotentin 8,24 577 (2016) 70
Saint-Lô-d'Ourville 50503 CA du Cotentin 10,7 512 (2016) 48

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

À la suite du décret du , la commune est entièrement rattachée au canton des Pieux[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
15 janvier 2019[31] mai 2020 Guy Cholot DVD Retraité de la Police nationale
Ancien maire de Portbail
mai 2020[32] En cours François Rousseau DVG Médecin
Conseiller départemental du canton des Pieux(2001 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 2 567 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018
2 6402 5882 567
(Sources : Insee à partir de 2016[33].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les lieux et monuments de la commune sont ceux des anciennes communes fusionnées.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame, classée monument historique, se distingue par son clocher fortifié couronné de créneaux et de mâchicoulis du XIe siècle, vestige de la guerre de Cent Ans. Cet édifice religieux occuperait l'emplacement d'un ensemble monastique du VIIIe siècle, qui dépendait de l'abbaye de Saint-Wandrille. Lieu d'expositions et de concert d'avril à octobre, visites guidées. Deux statues du XVIe (saint Jacques et Vierge à l'Enfant) sont classées à titre d'objets[34],[35].
  • L'église Saint-Martin de Gouey des XIIe et XVe siècles est l'actuelle église paroissiale depuis 1909. Une Vierge du XIVe, initialement à l'Enfant, est classée à titre d'objet[36].
  • le baptistère de Portbail, vestige de l’époque gallo-romaine, a l’originalité d’être hexagonal. Il fut construit au VIe, au début de la christianisation du Cotentin. C’est l'un des seuls exemplaires de baptistère retrouvé au nord de la Loire et le seul hexagonal en France. Le baptême par immersion y était pratiqué. Il fut transformé au XIIe en chapelle funéraire (avec cimetière) qui a été détruite en 1697. Des ossements y ont été trouvés, et d'autres vestiges[37].
  • Chapelle Saint-Siméon-le-Stylite, abritant une pietà du XVe siècle et une cloche du XVIe classées à titre d'objets aux Monuments historiques[38],[39].
  • Église Saint-Rémi de Denneville (13e/15e/19e)
  • Église Notre-Dame d’Omonville (1759), ruinée
  • Église Saint-Lô-d'Ourville (XVe [40]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le pont aux treize arches et l'église Notre-Dame.
Manoir du Parc
  • Cinq voies romaines arrivent et partent de Port-Bail, ce qui laisse penser que ce port était une escale de la route maritime de l'étain, qui reliait ainsi la Cornouaille au bassin méditerranéen.
  • Le château du Dick, du XVIe siècle, est inscrit au titre des Monuments historiques pour sa cheminée Renaissance[41].
  • Le pont de 1873 menant vers la plage est également intéressant puisqu'il est composé de treize arches, ce qui est souvent signe de mauvais présage. Les jours de fortes marées, il arrive que le pont se trouve au ras de l'eau, ce qui donne l'impression de marcher sur l'eau.
  • La gare de Port-Bail est desservie par le Train touristique du Cotentin.
  • Château d'Omonville (16e/17e) : logis flanqué de tours d'angles circulaires, douves, boiseries Louis XV
  • Château de la Mare
  • Menhir couché
  • Manoir du Parc. Il date du XIIIe siècle. Restauré depuis la fin des années 2000, il a été récompensé par l'association des vieilles maisons françaises en 2015. Racheté en 1998, son propriétaire est Valentin Giard. C'est un ensemble composé d’un donjon, modifié. Il a servi de point d’observation lors de la Seconde Guerre mondiale. Le manoir du Parc d’Ourville est visitable. L'ascension du donjon avec le propriétaire des lieux est possible.[réf. nécessaire]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Havre de Portbail
  • Lindbergh plage

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Bretel (1842-1933), premier producteur industriel de beurre, né dans la commune.
  • René Fenouillère (1882-1916), footballeur international, né dans la commune et mort au front.
  • Flavie Flament, Présentatrice TV est originaire de Portbail où elle passe régulièrement ses vacances.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Barneville Carteret - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Port-Bail-sur-Mer et Barneville-Carteret », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Barneville Carteret - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Port-Bail-sur-Mer et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 992.
  24. Commune nouvelle : on discute mais sans se précipiter
  25. Le projet de commune nouvelle autour de Portbail est reporté
  26. Commune nouvelle autour de Portbail : le « non » des habitants
  27. Port-Bail sur Mer : première commune nouvelle de la Côte des Isles
  28. Portbail-sur-Mer est née
  29. Jean-Marc Sabathé, « Arrêté préfectoral du 20 décembre 2018 portant création de la commune nouvelle de Port-Bail-sur-Mer », Recueil des actes administratifs spécial n°50-2018-94,‎ (lire en ligne [PDF]).
  30. Décret no 2020-212 du 5 mars 2020 modifiant le décret no 2014-246 du 26 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Manche..
  31. « Guy Cholot élu maire de la commune nouvelle de Port-Bail-sur-Mer », La Presse de la Manche,‎ (lire en ligne).
  32. « Municipales à Port-Bail-sur-Mer. François Rousseau maire de la commune nouvelle », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017 et 2018.
  34. « Statue : saint Jacques », notice no PM50000862, base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. « Statue : Vierge à l'Enfant assise », notice no PM50000861, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. « Statue : Vierge », notice no PM50000863, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Normandie 2011, Petit Futé, , p. 338.
  38. « Groupe sculpté : Vierge de Pitié », notice no PM50000864, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. « Cloche dite Lorense », notice no PM50000865, base Palissy, ministère français de la Culture.
  40. Saint L'ô d'Ourville : Eglise Saint Lô
  41. « Château du Dick », notice no PA00110548, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :