Siouville-Hague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Siouville-Hague
Siouville-Hague
La mairie annexe
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Denis Chanteloup
2020-2026
Code postal 50340
Code commune 50576
Démographie
Gentilé Siouvillais
Population
municipale
1 033 hab. (2017 en diminution de 4,97 % par rapport à 2012)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 32″ nord, 1° 50′ 18″ ouest
Altitude Min. 5 m
Max. 99 m
Superficie 6,37 km2
Élections
Départementales Canton des Pieux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Siouville-Hague
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Siouville-Hague
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Siouville-Hague
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Siouville-Hague
Liens
Site web ville-siouville-hague.fr

Siouville-Hague (Siouville jusqu'en ) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 033 habitants[1] (les Siouvillais).

Cette petite station balnéaire possède une belle et immense plage de sable fin. Le site est réputé pour la pratique du surf, du char à voile et de la planche à voile. La commune abrite aussi un centre de rééducation fonctionnelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Siouville-Hague se situe sur la côte ouest du Cotentin, dans le canton des Pieux, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Cherbourg, entre Héauville et Flamanville.

La localité est arrosée par le Petit Douet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Seovilla avant 1161, Seolvilla vers 1200, Syovilla vers 1280[2].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural »[2]. Le premier élément Siou- représente sans doute un nom de personne[2] conformément à la majorité des cas pour ce type de formation. Par ailleurs, la Normandie est la région de France dans laquelle les noms de lieux en -ville sont les plus fréquents.

François de Beaurepaire qui se base sur la forme du XIIIe siècle propose les anthroponymes anglo-saxons Sigeweald (comprendre sans doute Siġeweald) / Siwold (variante du précédent) ou germanique continental (occidental) Saewulf / Seulfus[2]. Curieusement, il n'évoque pas le nom de personne scandinave SǽulfR / Siólfr (variante)[3] qui colle mieux aux formes anciennes. Jean Renaud compare Sciotot, situé à moins de 10 km de Siouville, à Sjötofta (Suède) qui contiendrait l'ancien scandinave sjór « mer », d'où le sens global de « ferme près de la mer »[4]. Sciotot n'est mentionné sous les formes Siautot qu'en 1689 et Siotot qu'en 1753 - 1785[5]. Malgré l'absence de formes suffisamment anciennes, il semble que Siouville / Sciotot (avec une graphie aberrante pour Siotot) forment une paire toponymique et contiennent le nom d'un seul et même personnage, comme cela se retrouve fréquemment dans la toponymie normande. En outre, l'association de l'appellatif -tot (< ancien scandinave topt, toft) avec un nom de personne est aussi fréquente qu'avec un autre appellatif ou un adjectif, en revanche l'association de cet élément avec un anthroponyme germanique continental rare est peu probable et jamais assurée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, la population se convertit au protestantisme. Plus qu'une véritable adhésion spirituelle, il s'agit pour elle de signifier au curé du village son courroux après qu'il a donné la préférence au seigneur de Flamanville sur ses ouailles dans un litige sur les droits liés à la récolte du varech. Un temple, construit en 1842, témoigne de cette conversion. C'est désormais une salle communale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1971 André Michel DVD Chef d'entreprise
1971 2008 Roger Bonnemains SE Artisan
mars 2008 décembre 2011[6] Marcel Letablier SE Retraité
février 2012 avril 2014 Yves Amy SE Chef d'équipe menuiserie
avril 2014[7] mai 2020 Bertrand Bottin SE Employé
mai 2020[8] En cours Denis Chanteloup SE Technicien documentaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2017, la commune comptait 1 033 habitants[Note 1], en diminution de 4,97 % par rapport à 2012 (Manche : -0,49 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
664611851750818780792750736
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697645665619609598534521476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445503419381388395402417440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4624274718219969951 0631 1161 074
2017 - - - - - - - -
1 033--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis , Siouville-Hague forme avec Les Pieux et Auderville un groupement de « communes touristiques »[13].

Le raz Blanchard présente un potentiel énergétique énorme. C'est la raison pour laquelle, dans le cadre du développement des énergies renouvelables, une liaison HVDC est planifiée entre le Cotentin et l'Angleterre; elle passerait par Siouville[14],[15] (voir Merville-Franceville).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Longue plage de sable fin.
  • Église Saint-Pierre (1778-1781), remarquable tour carrée surmontée d'une coupole hexagonale. Elle est aujourd'hui rattachée à la nouvelle paroisse Saint-Germain du doyenné de Cherbourg-Hague[16].
  • Manoir du Valciot (XVIe siècle).
  • Ancien temple protestant (1842).
  • Ferme de la Redoute.
  • Le fort dominant la plage.
  • Rives du ruisseau le Petit Douet.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La place des Tamaris.
  • Tennis (club FFT).
  • Football.
  • Planche à voile / funboard.
  • Surf / longboard / bodyboard.
  • Plage : surveillée en juillet et août par des sapeurs pompiers du canton des Pieux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Hamel, Siouville, Manche. Le schisme protestant de 1837, 1992, 111 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[17].
  1. Population municipale 2017.
  2. a b c et d François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 219
  3. Site de Nordic Names : le nom de personne norrois SǽulfR [1]
  4. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie. Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, éditions OREP, 2009 (ISBN 978-2-915762-89-1), p. 97b
  5. Dominique Fournier, « Élément -tot » in Wikimanche [2]
  6. « Siouville-Hague : le maire a démissionné ce vendredi soir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  7. « Le conseil siouvillais est installé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  8. « Municipales à Siouville-Hague. Denis Chanteloup succède à Bertrand Bottin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 juillet 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - mars 2010 » : page 17.
  14. « Des câbles électriques sous-marins entre la France et l'Angleterre », sur France 3 Basse-Normandie, (consulté le 18 avril 2019).
  15. Réseau de transport d'électricité.
  16. Site du doyenné
  17. « Siouville-Hague sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :