Voies romaines en Gaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voie romaine près de Raon-lès-Leau
(Meurthe-et-Moselle)

Les voies romaines en Gaule sont le développement par les Romains d'un réseau routier préexistant.

Historique[modifier | modifier le code]

L'opinion générale selon laquelle les Romains seraient à l'origine de l'ensemble du réseau de voies antiques en Gaules n'est pas exacte.

Ainsi, Jules César, dans son œuvre De Bello Gallico (Commentaires sur la Guerre des Gaules), qui relate ses six années de campagne en Gaule, évoque la rapidité avec laquelle ses légions ont progressé sur le sol gaulois grâce à un réseau routier important et performant.

Mis à part la construction du pont sur le Rhin (« en dix jours, l'ouvrage d'art est achevé et l'armée franchit le Rhin »[1]), rares sont les occasions où le général romain va faire entreprendre des travaux d'aménagement routier pour faciliter le passage de ses soldats. César lui-même dit des Gaulois qu'ils circulent "avec de nombreux chars et beaucoup de bagages selon l'habitude gauloise"[2], donc obligatoirement sur des routes décemment entretenues.

Les voies romaines en Aquitaine

Cela prouve donc qu'à ce moment-là, il y avait en Gaule un réseau routier important et que les communications terrestres se faisaient déjà d'une façon plus que satisfaisante sur des chemins et des routes assez entretenus pour faire évoluer rapidement les légions. À de rares occasions comme à Cagny (Calvados) en 2008[3], ou le chemin Perré à Triguères (Loiret), ont également été mis au jour des vestiges archéologiques de routes gauloises constituées de voies empierrées et encadrées par des fossés. Par ailleurs les romains ont très tôt repris de nombreux mots gaulois désignant des véhicules : le carros, passé en latin sous la forme carrus « char », la carruca « char à deux roues », l’*edsedon ou *adsedon, passé en latin sous la forme esseda, le carbanton « char à deux roues », passé en latin sous la forme carpentus (voir charpente) ou encore le petorriton « char à quatre roues », passé en latin sous la forme petorritum. L'existence de ces nombreux types de chars nécessitait dans les régions accidentées ou humides, des voies où ils pouvaient se déplacer rapidement et sans risque[4].

L'étude de la vie sociale et surtout économique de l'époque celte montre bien qu'à l'arrivée des légions romaines, existaient depuis fort longtemps de grands courants d'échanges commerciaux entre les différents peuples de la Gaule. Pour que ces relations puissent avoir lieu, il était nécessaire de disposer d'un réseau de voies de communication ad hoc.

Après la conquête, les ingénieurs romains ne feront que reprendre dans leur grande majorité ces tracés[4], en les améliorant et en les mettant aux normes des viae de la péninsule italienne. Ces aménagements vont de la rectification des tracés à la construction de ponts, gués ou stations et sont réalisés par les légions.

Bien avant la soumission de l'ensemble des peuples gaulois à la fin du Ier siècle av. J.-C., Rome avait, aux alentours de -120, conquis le sud de la Gaule dans un but purement stratégique : annexer les territoires compris entre l'Italie et les provinces d'Hispanie. La première décision politique prise alors sera la création d'une route dont la construction fut supervisée par le consul Cneus Domitius Ahenobarbus. Il reprit en l'aménageant plus ou moins le tracé de l'antique voie héracléenne et de la route empruntée par l'expédition d'Hannibal. Comme c'était la coutume, il donna son nom à cette voie. La Via Domitia ou voie Domitienne est ainsi la première route construite en Gaule suivant un schéma organisé, dès -118.

Bien que le développement global des voies romaines en Gaule ait débuté sous le règne de Jules César, c'est sous le principat d'Auguste qu'il va prendre son essor. Le pays lentement pacifié sera alors progressivement couvert d'un réseau, en romanisant d'abord ces voies anciennes, ensuite en créant des voies nouvelles qui allaient répondre au besoin nouveau d'expansion. Les travaux des grands axes de la Gaule furent ainsi confiés par Auguste, après son voyage en Narbonnaise en -27, à son gendre et conseiller privilégié Marcus Vipsanius Agrippa. Remarquable et talentueux administrateur, il choisit, pour des raisons d'ordre géographique, la ville de Lugdunum / Lyon comme origine de ces voies. L'aménagement de quatre grands axes fut achevé avant la fin du Ier siècle av. J.-C..

Le géographe Strabon, dans sa Géographie, les décrit ainsi : « Lyon se trouve au milieu de la Gaule comme l'Acropole au milieu d'une ville… c'est pourquoi Agrippa en fit le point de départ des grandes routes qu'il ouvrit. Au nombre de quatre, l'une va chez les Santons et en Aquitaine, la seconde se dirige vers le Rhin par Trèves, la troisième vers la Mer du Nord, la quatrième gagne la Narbonnaise et le rivage de Marseille »[5].

Durant le Ier siècle furent renforcés les axes menant à la Germanie. La mise en place des autres grands axes et voies secondaires fut achevée à l'époque d'Antonin le Pieux. L'extension et l'amélioration des routes se feront ainsi jusqu'au milieu du IIIe siècle, lors des premières incursions des Francs et des Alamans, préfiguration des grandes invasions des Ve et VIe siècles.

Les premières grandes voies romaines en Gaule[modifier | modifier le code]

Les grands itinéraires partant de Lyon[modifier | modifier le code]

France map Lambert-93 topographic-ancient Roman roads.svg

Les autres grands itinéraires[modifier | modifier le code]

Les itinéraires du nord de la France actuelle, centrés sur Bavay
Article détaillé : Voie romaine Reims-Metz.

De nombreuses voies ont relié toutes ces villes, et d'autres de moindre importance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Coulon, Les voies romaines en Gaules, Paris, Errance, (ISBN 978-2-87772-359-6)
  • Jean-Michel Desbordes, Voies romaines en Gaule, la traversée du Limousin, Suppl. num. 8 à Travaux d'Archéologie Limousine et num. 19 à Aquitania, 2010.
  • Stéphane Gendron, La toponymie des voies romaines et médiévales, Paris, Errance, (ISBN 2-87772-332-1)
  • Gabriel Thiollier-Alexandrowicz, Itinéraires romains en France, Archéologia hors Série N°8H. 1996
  • Gabriel Thiollier-Alexandrowicz, Itinéraires romains en France, Éditions Faton, (ISBN 2878440366)
  • Florence Trystram, En route ! La France par monts et par vaux, Découvertes Gallimard. Chapitre 1 : les voies gallo-romaines.
  • Yan Loth, Tracés d'itineraires en Gaule romaine, Amatteis,
  • Pierre-Albert Clément & Alain Peyre, La Voie domitienne : de la Via Domitia aux routes de l'an 2000, Les Presses du Languedoc/Max Chaleil, (ISBN 2-85998-090-3)
  • Raymond Chevallier, Les voies romaines, Paris, Picard éditeur, (ISBN 2-7084-0526-8), p. 200-228
  • Ernest Desjardins, La Table de Peutinger, Paris 1869, Librairie Hachette.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Guerre des Gaules, César - p.118 - Traduction du latin par A.et P. Pilet. Editions Arléa. Mars 1991.
  2. « ... equites ex Gallia cum multis carris magnisque impedimentis, ut fert Gallica consuetudo... ». Dans De Bello Civili, livre, tome 2, Dübner, Paris, 1867, p. 41. Pour la citation, voir encore Les archers de César. Guillaume Renoux. p. 27.
  3. Ouest-France, 28/10/2008
  4. a et b Les Voies antiques de l'Orléanais (Civitas Aurelianorum). Jacques Soyer. Dans Mémoires de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, t. 37. Orléans, 1936. p. 12.
  5. Strabon, Géographie, livre IV, 11 - Les Belles Lettres. 1971.