Teurthéville-Bocage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Teurthéville-Bocage
Teurthéville-Bocage
L'église Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Joanna Antoine
2020-2026
Code postal 50630
Code commune 50593
Démographie
Gentilé Teurthévillais
Population
municipale
590 hab. (2018 en diminution de 1,83 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 31″ nord, 1° 23′ 46″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 116 m
Superficie 21,47 km2
Élections
Départementales Canton du Val-de-Saire
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Teurthéville-Bocage
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Teurthéville-Bocage
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Teurthéville-Bocage
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Teurthéville-Bocage

Teurthéville-Bocage est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 590 habitants[Note 1] (les Teurthévillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Saire.

OpenStreetMap Limite communale

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Torquetevilla entre 1180 et 1182, Tourqueteuville en 1299, Turquetheuville en 1515[2], Teurteville par abréviation en 1640, Theurqueteville fin du XVIIIe siècle[2], Teurthéville depuis 1790.

La forme Tor- resta usitée jusqu'au début du XVIIe siècle, et disparaîtra lentement pour la forme actuelle Teur-. Ce toponyme vient probablement du nom normand Turquetil ou Thorketill, du norrois Thorketil, basé sur Thor (dieu du tonnerre dans la mythologie nordique) et ketil (« chaudron » (sacrificiel)[3],[4].

Appellatif roman ville, « domaine rural ») au Xe siècle, soit : le « domaine de Thorketill ».

C'est aussi depuis la Révolution que le mot bocage lui fut ajouté en raison du paysage et pour la distinguer de la commune de Teurthéville-Hague. Teurthéville est encore appelé dans le pays, en langue normande : Tourtaville. Turqueville et Torqueville contiennent la forme abrégée du nom de personne norrois : Torkell.

L'ancien prénom norrois Thorketill se perpétue dans les patronymes normands Turquetil (surtout Cotentin), Turquetille (pays de Caux), Turquety, Teurquetil, Teurquety (pays de Caux) et Truptil (pays de Caux).

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant les guerres de religion, après un siège de plusieurs mois les Ligueurs prennent le château. En , des huguenots tendent une embuscade à un détachement de catholiques. Ce lieu est désormais connu sous le nom de le Piège.

En 1818, l'ancienne commune de Sainte-Croix-Bocage fut rattachée à Teurthéville. Il ne reste aucun vestige de son église ni de son cimetière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? 1795 Louis Trohel    
1795 1800 Hyacinte Le Trecher    
1800 1807 Thomas Trohel    
1807 1830 Prosper Simon de Vaudreville    
1830 1843 Jean-Baptiste Raynel   Laboureur
1843 1859 Léonor Victor de Béatrix-Déménérinaine   Propriétaire
aou. 1860 nov. 1860 Guillaume Bouché   Cultivateur
1860 1865 Jean-Louis Vautier   Propriétaire
1865 1874 Bienaimé Magdelaine Letailly   Négociant en vins
1874 1884 Auguste Rouxel    
1884 1893 Olivier Legoupil    
1893 1896 Léon Guérin   Lieutenant-colonel
1896 1909 Arsène Bouché   Propriétaire
1910 1919 Octave Bouché   Propriétaire-Cultivateur
1919 1941 Jean Hubert    
1941 1945 Albert Legoupil    
1945 1946 Jean Hubert (fils)    
1946 1947 Albert Legoupil    
1947 1965 Bienaimé Lepoittevin   Agriculteur
1965 1986 Louis Legendre   Cultivateur
1983 avril 2016*[5] Serge Laurent[6] SE Agriculteur
3 mai 2016 En cours Joanna Antoine[5] SE Agent de maitrise
Une partie des données est issue de liste établie par Jean Pouëssel et Serge Laurent
issue de l'ouvrage "601 communes et lieux de vie de la Manche" [7]
et par le50enlignebis

* En 2016, après 33 ans de mandat, le maire Serge Laurent démissionne et décède quelques semaines après, juste quand le préfet approuve la décision.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 590 habitants[Note 2], en diminution de 1,83 % par rapport à 2013 (Manche : −0,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3121 5841 5751 7971 7521 6751 6091 5981 592
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4381 3531 3781 2721 2651 1621 1431 0751 089
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0091 052952834856805745724707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
665622534503523535564600595
2018 - - - - - - - -
590--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le haut-relief.
  • Église Sainte-Trinité, contenant notamment à l'extérieur un haut-relief classé[12] et à l'intérieur un bas-relief[13] datés tous deux de la fin du XIVe siècle.
  • Prieuré de Barnavast, dépendant de Montebourg, puis de Lessay.
  • Prieuré de la Salle (sur Sainte-Croix-Bocage), fondé en 1214, dépendait de Graville (Seine-Maritime).
  • Château de la Préfontainerie (XIXe siècle) (sur Sainte-Croix-Bocage).
  • Maison de Teurthéville du XVIIIe siècle. Château bâti en 1710[14], en remplacement d'un château plus ancien dont certains vestiges, comme un linteau de granit sculpté posé sur des jambages en calcaire, ont été réemployés.
  • Château de Teurthéville-Bocage du XVIe – XIXe siècle avec deux ailes différentes, l'une du XVIe siècle ressemblant aux fermes-manoirs et la seconde du XIXe siècle au dessus d'un jardin[15].
  • Manoir de la Vacquerie.

Il ne reste aucune trace de l'église de Sainte-Croix-Bocage démolie en 1802.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1025 - (ISBN 2600001336).
  3. Régis Boyer, Le monde du double: la magie chez les anciens Scandinaves, Berg international, 1986.
  4. Société académique du Cotentin (archéologie, belles-lettres, sciences et beaux-arts), Coutances, 1900.
  5. a et b Joanna Antoine succède à Serge Laurent à la Mairie, Ouest-France, 19 mai 2016
  6. Réélection 2014 : « Teurthéville-Bocage (50630) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 mai 2014)
  7. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche [détail des éditions]
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Haut-relief : La Trinité », notice no PM50001175, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Bas-relief : Saint Marcouf, Saint Etienne, Saint Laurent et Saint Clair », notice no PM50001176, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 232.
  15. Girard et Lecœur 2005, p. 271.

Liens externes[modifier | modifier le code]