Montfarville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Montfarville
Montfarville
L'ancienne mairie devenue bibliothèque municipale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Val-de-Saire
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
François Lecœur
2014-2020
Code postal 50760
Code commune 50342
Démographie
Gentilé Monfarvillais
Population
municipale
811 hab. (2015 en augmentation de 1,38 % par rapport à 2010)
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 16″ nord, 1° 16′ 11″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 28 m
Superficie 5,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Montfarville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Montfarville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montfarville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montfarville

Montfarville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 811 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-est de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 2 km au sud de Barfleur, à 7,5 km au nord de Quettehou et à 12 km à l'est de Saint-Pierre-Église[1].

Communes limitrophes de Montfarville[2]
Gatteville-le-Phare Barfleur Mer de la Manche
Sainte-Geneviève,
Valcanville
Montfarville[2] Mer de la Manche
Anneville-en-Saire Anneville-en-Saire, Réville Mer de la Manche,
Réville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes Morfarvilla (sans date), Morfavilla vers 1210 et Morfarvilla en 1260, Morfarvilla en 1280[3],[4], Monfarville en 1760, le t de Mont- n'apparaît qu'en 1792[3].

Si l'élément -ville — de l'ancien français vile dans son sens originel de « domaine rural » issu du gallo-roman VILLA (latin villa rustica) — est bien identifié par les auteurs, il n'en est pas de même pour le premier élément, qui représente vraisemblablement un anthroponyme, du moins en partie.

Albert Dauzat croit y décéler l'anthroponyme germanique Faro précédé de l'appellatif Mont-[5], cependant il ne cite aucune forme ancienne, preuve qu'il n'en connaît pas. Cette explication est incompatible avec la nature des formes les plus anciennes toutes en Mor- ; en outre, la topographie discrédite cette hypothèse.

Pour Ernest Nègre, il pourrait s'agir du germanique Morfridus[4], ce qui suppose un hypothétique passage de Morfrid- à Morfar-. On s'attendrait régulièrement à *Morfreville (voir Gonfreville ou Amfreville)

François de Beaurepaire propose le nom de personne scandinave Morfar qui fut très utilisé dans le nord de l'Angleterre[3]. René Lepelley lui emboite le pas[6].

Homonymie probable avec Marfauville à Fontenay (Seine-Maritime) également situé dans la zone de diffusion de la toponymie scandinave, attesté sous la forme tardive Marfoville au XIIIe siècle, sans doute liée à la métathèse *Morfarville > *Marforville > Marfoville explicable par l'attraction des noms de lieux en -mare, Mare, très fréquents dans le pays de Caux.

Le gentilé est Monfarvillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été réunie à celle de Barfleur de 1804 à 1831[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2008 Jean Lecœur   Agriculteur
mars 2008[8] mars 2014 Paul Cauhapé SE Retraité (banque)
mars 2014[9] en cours François Lecœur SE Directeur territorial retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2015, la commune comptait 811 habitants[Note 2], en augmentation de 1,38 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Réunie à Barfleur de 1804 à 1831, la commune n'a pas de recensement séparé entre ces dates. Montfarville a compté jusqu'à 1 682 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
1 463 1 494 1 633 1 676 1 682 1 680 1 419 1 319 1 317
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 303 1 216 1 212 1 218 1 181 1 186 1 224 1 256 1 191
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 066 1 028 976 928 940 954 901 914 862
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
763 866 860 814 800 811 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Article détaillé : église Notre-Dame de Montfarville.

L'église Notre-Dame est construite vers 1763, en granit blanc, avec un clocher préexistant du XIIIe siècle.

La voûte de la nef est riche de dix-neuf toiles peintes par le Révillais Guillaume Fouace et restaurées par Michel Adrien Servant, représentant des scènes bibliques connues comme l'Annonciation, la fuite en Égypte ou la marche des rois mages. La cène est reproduite dans le chœur de l'église. Les personnages sont inspirés d'habitants de la région, dont la femme du peintre. Ces toiles sont classées à titre d'objets aux Monuments historiques ainsi que d'autres œuvres dont statues et autels[13].

Douze verrières ont été réalisées de 1922 à 1924 par les ateliers Lorin de Chartres, alors dirigés par Charles Lorin. Elles sont répertoriées dans l'inventaire général du patrimoine culturel[14].

L'édifice est inscrit et ses décors intérieurs classés au titre des Monuments historiques depuis le 21 décembre 1994[15].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a, b et c François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 160
  4. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 944
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963 (réédition guénégaud 1979), p. 466a
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 179
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. « Paul Cauhapé élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 février 2015)
  9. a et b « François Lecoeur élu maire succède à Paul Cauhapé », sur Ouest-france.fr (consulté le 7 avril 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Œuvres mobilières à Montfarville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Ensemble de 12 verrières hagiographiques : Vie du Christ, Vie des saints », notice no IM50002422, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Église », notice no PA00132898, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :