L'Étang-Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Étang-Bertrand
L'Étang-Bertrand
Église Saint-Siméon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Bricquebec
Intercommunalité CA du Cotentin
Maire
Mandat
Michel Lechevalier
2014-2020
Code postal 50260
Code commune 50176
Démographie
Gentilé Étanchois
Population
municipale
339 hab. (2015 en diminution de 7,12 % par rapport à 2010)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 56″ nord, 1° 33′ 41″ ouest
Altitude Min. 9 m
Max. 81 m
Superficie 8,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
L'Étang-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
L'Étang-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Étang-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Étang-Bertrand

L'Étang-Bertrand est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 339 habitants[Note 1] (les Étanchois).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au centre de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 6 km à l'est de Bricquebec, à 10 km au sud-ouest de Valognes et à 12 km au nord de Saint-Sauveur-le-Vicomte[1].

Communes limitrophes de L'Étang-Bertrand[2]
Rocheville Rocheville, Négreville Négreville
Bricquebec L'Étang-Bertrand[2] Morville
Bricquebec Magneville Magneville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes molendinum de Stagno en 1241[3], l'Estanc au XIIIe siècle, borgeiz de l'Estanc en 1300, stagnum Bertran en 1303[3].

Ce toponyme commence son existence en tant que lieu-dit et désigne une retenue d'eau sur la Douve alimentant un moulin appartenant aux Bertran, seigneurs de Bricquebec. La mention de ces derniers dans le toponyme n'apparaît qu'au début du XIVe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'Estanc au XIIIe siècle est un lieu-dit désignant une retenue d'eau sur la Douve alimentant un moulin. Ce moulin qui appartient à la famille seigneuriale des BERTRAN est également à l'origine du nom du chemin appelé la Carrière Bertran, et, dans le Calvados, de celui de la commune de Barneville-la-Bertran. Ce patronyme est issu d'un nom de baptême médiéval Bertran, du germanique Berhthramn, combinaison des éléments berht- « brillant » et -hramn « corbeau ». La graphie Bertrand, plus tardive, n’est pas étymologique, mais s’est développée par analogie avec d’autres noms ainsi terminés, tels que Durand ou Amand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un moulin appartenant aux Bertran, seigneurs de Bricquebec, correspond encore aujourd'hui au lieu-dit le Moulin à L'Étang-Bertrand, est mentionné à plusieurs reprises dans les cartulaires de Bricquebec : ainsi, au début du XIIIe siècle, Robert Bertran donne, à la chapelle Sainte-Croix et aux deux prêtres qui la desservent, une rente de vingt-deux quartiers de froment, à prendre sur le moulin de l'Estanc, ainsi que la dîme des anguilles de la pêcherie de ce moulin[4]. Le 5 novembre 1278, Lucas dit Le Caneluy, de Portbail, vend à Robert Bertran, chevalier, sire de Bricquebec, une rente de six boisseaux de froment à prendre sur les moulins de l'Estanc, à Bricquebec[5], etc.

La mention des borgeiz de l'Estanc en 1300 montre qu'à cette époque existait déjà une agglomération, qui prendra, petit à petit, davantage d'importance. Elle est assez étendue à partir du XVIIe sièclepour commencer à figurer sur diverses cartes de la Normandie. Une église paroissiale est créée par ordonnance du 3 juin 1845 dans l'ancienne chapelle Sainte-Croix, qui devient l'église Saint-Siméon-Stylite, et la commune de l'Étang-Bertrand est finalement détachée de celle de Bricquebec en 1895.

Commune créée, avec Rocheville, par démembrement de Bricquebec en 1895[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'Étang-Bertrand, Manche.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? 1996 Jean Castelein SE Menuisier
1996 en cours Michel Lechevalier[7] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1896. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 339 habitants[Note 2], en diminution de 7,12 % par rapport à 2010 (Manche : +0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Au premier recensement après création, en 1896, L'Étang-Bertrand comptait 415 habitants, population jamais atteinte depuis.

Évolution de la population  [ modifier ]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
415 339 344 331 324 312 284 318 319
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009
323 248 243 205 245 264 280 293 354
2014 2015 - - - - - - -
340 339 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

À partir de L’Étang-Bertrand (lieu-dit Menuel), l'électricité produite par la centrale de Flamanville est distribuée dans le réseau français[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Siméon (XVIIIe siècle) remaniée au XIXe siècle avec son cimetière : statuaire (début XIXe siècle), remplacement du clocher de l'église en novembre 2013.
  • La Dalle (XVIIe siècle).
  • La Piletterie.
  • Méandres de la Douve.
  • Ancien camp romain.
  • Stèle à la mémoire d'un aviateur dont l'avion est tombé sur la commune lors de la Seconde Guerre mondiale.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Une fête annuelle, la Saint-Louis, a lieu dans la commune, mais, faute de bénévoles, n'a pas eu lieu en 2013.

Les activités locales ordinaires (comité des fêtes, bibliothèque, association des parents d'élève du RPI, etc.) sont complétées par un moto club, les Goublins, et un auto club, l'auto club étanchois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1077.
  4. Léopold Delisle, Les cartulaires de la baronnie de Bricquebec, impr. F. Le Tual, Saint-Lô, 1899, p. 7, n° 34.
  5. Léopold Delisle, op. cit., p. 10, n° 79.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - L'Étang-Bertrand », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 2 août 2012)
  7. Réélection 2014 : « Michel Lechevalier réélu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. [PDF] Réseau de transport d'électricité RTE voir page 65.

Liens externes[modifier | modifier le code]