Neuville-au-Plain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuville-au-Plain
Neuville-au-Plain
Le bourg avec l'église et le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Florence Bérot
2020-2026
Code postal 50480
Code commune 50373
Démographie
Population
municipale
90 hab. (2018 en diminution de 8,16 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 39″ nord, 1° 19′ 48″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 36 m
Superficie 4,70 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Carentan
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Neuville-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Neuville-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-au-Plain

Neuville-au-Plain est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 90 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuville-au-Plain est une commune de l'est de la presqu'île du Cotentin située à 3 km au nord de Sainte-Mère-Église, 15 km de Valognes, 35 km de Cherbourg et 50 km de Coutances et de Saint-Lô. Elle fait partie du Plain, bas plateau de calcaire argileux, souvent tapissé de limon et qui porte un bocage à mailles irrégulières (alternance de parcelles de tailles variées). La faible densité de la commune (23 habitants par km2 est à mettre en relation avec le dépeuplement précoce du Plain, remontant au milieu du XVIIe siècle et quasiment continue depuis.

De petite taille, le territoire communal est réparti entre plusieurs hameaux de quelques maisons, desquels le chef-lieu, Neuville, se distingue par son église, son cimetière, le presbytère et son château. Le chef-lieu est assez excentré au nord de la commune. La N 13 coupe en deux la commune du pont de Neuville au nord au lieu-dit les Herbages au sud.

Les principaux hameaux, fermes ou écarts sont : Vau-du-Bois (mairie), Grasmont, la Roche (petit château du XIXe), les Bergeries, le Port et le Brot, face aux marais de Neuville, la Campagne, la Perrinerie, le Grand Hamel, Brusel et les Licornets. Cet habitat dispersé est le fait du maillage bocager, qui rend l'arbre omniprésent (comme partout en Normandie occidentale), bien que les bois soient inexistants (excepté le parc du château de Grandval), ménageant de nombreux chemins creux. Le nord-ouest de la commune, enfin, est bordé de marais, jouxtant le Merderet et les ruisseaux tributaires.

Le point culminant de la commune est au lieu-dit les Vienvilles, à l'est, en limite communale, à 27 mètres d'altitude. Les prés avoisinant le Merderet descendent jusqu'à 2 mètres d'altitude. Les principaux cours d'eau sont : le Merderet (tributaire de la Douve) et ses nombreux affluents : le ruisseau du Brocq, le ruisseau de la Vallée de Misère.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuville-au-Plain est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Novilla au XIIe siècle[6].

Le déterminant locatif, -au-Plain, fait référence à un petit territoire qui avait autrefois formé le doyenné du Plain. Cette appellation est issue de l'ancien français plain « pleine campagne, plaine ». Voir également Angoville-au-Plain et Beuzeville-au-Plain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Neuville revendique le titre de premier village de France continental libéré en 1944. Lors du débarquement de Normandie, les 82e et 101e divisions aéroportées furent larguées dans les environs dans la nuit du 5 au pour protéger le débarquement des troupes sur Utah Beach proche. Le film Il faut sauver le soldat Ryan y situe certaines scènes de combat du film (mais ce dernier n'a pas été tourné en France).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neuville-au-Plain

Les armes de la commune de Neuville-au-Plain se blasonnent ainsi(1) :
De sable au sautoir d'argent cantonné, en chef et en pointe, d'un croissant du même et, à dextre et à senestre, d'une molette d'éperon d'or.

(1) : Selon les informations reçues des mairies par La Banque du Blason, Neuville-au-Plain n'a point de blason officiel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 1989 Camille Duchemin    
1989 avril 2014 André Pouthas SE  
avril 2014[7] En cours Florence Bérot SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 90 habitants[Note 3], en diminution de 8,16 % par rapport à 2013 (Manche : −0,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210193246251224242296312294
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
284290287255227236231216200
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
183170142142134136149149161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
135150112928894106108109
2013 2018 - - - - - - -
9890-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Grandval.
L'église Sainte-Marguerite.
  • Église Sainte-Marguerite (1688) et son cimetière. Le chœur et l'arc triomphal sont du XIIIe siècle, le chœur a été transformé au XVIe et XVIIe siècles. La tour porte une inscription : DOM 1698.
L'église renferme quatre panneaux à épitaphes en bois polychrome avec des écus doubles timbrés d'une couronne de marquis et supportés par deux lions affrontés.
  • Le premier panneau porte les armes de Jacques Andrey de Fontenay (décédé le , âgé de 82 ans), de sable au sautoir d'argent cantonné aux 1 et 4 d'un croissant du même et aux 2 et 3 d'une molette d'éperon d'or et de son épouse (), Françoise Scelles (décédée le , dans sa 83e année), de gueules à trois boucles d'or.
  • Le second, celles de Charles-Claude Andrey de Fontenay et de son épouse (), Marie-Madeleine de Fontaines Cardonville (décédée le , âgée de 88 ans) , d'or à la bande d'azur et de leur fille Élisabeth Andrey de Fontenay (décédée le , âgée de 46 ans).
  • Le troisième, celles de Charles-Alexandre Le Fèvre d'azur à la fasce d'or accompagnée de deux croix fleurdelysées d'or en chef et d'une rose d'argent en pointe, et de son épouse (), Françoise-Hilaire Andrey de Fontenay, décédée le , dans sa 82e année.
  • Le quatrième et dernier panneau, celles de François-César Andrey de Fontenay, décédé le , dans sa 69e année, et de son épouse (), Charlotte-Thérèse du Mesnileurry, de sable fretté de six pièces d'argent[12].
  • Château de Grandval (XVIIIe siècle), inscrit au titre des monuments historiques depuis le [13].
  • Château de Grammont (XVIIIe siècle).
  • Château de la Roche (construit en 1888 par la famille Duchemin).
  • Les Bergeries.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1426, (ISBN 2600028846).
  7. « Florence Bérot, nouveau maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 octobre 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. Collectif, Blasons armoriés du Clos du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 214 p. (ISBN 2-85480-543-7), p. 103.
  13. « Château de Grandval », notice no PA00125301, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :