Écoquenéauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Écoquenéauville
Écoquenéauville
Église Saint-Laurent d'Écoquenéauville et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Carentan
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué Virginie Letourneur
2016-2020
Code postal 50480
Code commune 50170
Démographie
Gentilé Écoquenéauvillais
Population 78 hab. (2017)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 09″ nord, 1° 17′ 27″ ouest
Altitude Min. 5 m
Max. 37 m
Superficie 3,52 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Sainte-Mère-Église
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Écoquenéauville
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Écoquenéauville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Écoquenéauville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Écoquenéauville

Écoquenéauville est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 78 habitants[Note 1], commune déléguée au sein de Sainte-Mère-Église depuis le 1er janvier 2016.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au cœur du parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin, le paysage vide est formé de prés humides.

La commune se compose du bourg principal (Écoquenéauville) et de trois hameaux excentrés[1] : le Grand Hameau, le Moulinet, le Hamelet. Il existe aussi deux habitats isolés : la Tournerie et Beaumont.


Communes limitrophes d’Écoquenéauville[2]
Sainte-Mère-Église Sainte-Mère-Église Turqueville
Sainte-Mère-Église Écoquenéauville[2] Turqueville
Sainte-Mère-Église Sébeville Turqueville,
Sébeville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Escoghernevilla, Escoguerneauvilla (sans date); Escoquernovilla en 1200; Escogernesvilla (lire Escogernelvilla) vers 1280[3],[4].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural », dont le premier élément Écoquenéau- peut représenter un nom de personne conformément au cas général[4].   Le premier élément Escogherneau- semble basé sur l'anthroponyme norrois Skógi ou SkógR[4],[5] (surnom d'après skógr « bois, forêt » cf. islandais skogur, norvégien skog, danois skov), suivi d'un affixe -nel difficilement analysable. Le nom de personne originel devait être du type *Skogernel, non attesté en l'état des sources[4], -nel peut être roman, ce qui ferait de *Skogernel un hybride romano-scandinave. On remarque cependant que la déclinaison définie pluriel de l'ancien norrois skógr « bois, forêt », d'où est tiré ce surnom, est précisément skogarnir « les bois, les forêts ».

Remarque : c'est sans doute cet appellatif scandinave skógr que l'on rencontre associé au nom de la mythique forêt de Scissy, c'est-à-dire la forêt de Quokelonde dans la baie du Mont-Saint-Michel (la forest de Quokelunde vers 1155), ainsi qu'un homonyme dans le pays de Bray : Les Coglandes (Seine-Maritime, Massy, Cultura de Coquelonde 1248) et apparenté à Coquesart « essart du bois »[6] (Seine-maritime, Tancarville, Coquessart XVe siècle[6], équivalent romano-norrois du nom de lieu norvégien Skogtveit cf. Thuit). Coquelonde correspondrait aux Skoglund norvégiens et Skovlunde danois. En français, l'évolution /sk/ > /esk/ > /ék/ correspond à un phénomène régulier d'épenthèse dans le groupe [s] + consonne, en gallo-roman, puis il y aurait eu aphérèse de [e] /ékok-/ > /kok-/ (Coq-).

Le gentilé est Écoquenéauvillais[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1972, Écoquenéauville s'est associé à Turqueville et Sébeville pour former la nouvelle commune de Criqueville-au-Plain. Elle a repris son autonomie en 1980.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 1995 Jacques Duchemin FN[8]  
1995 2008 Janine Malassis    
2008 avril 2014 Christine Duchemin    
avril 2014[9] En cours Virginie Letourneur SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et deux adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11],[Note 2].

En 2017, la commune comptait 78 habitants, en diminution de -7,14 % par rapport à 2012 (Manche : 0,44 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182221242235230221220216193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
183179187178161161121143125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12512312710910684949295
1962 1968 1982 1990 1999 2008 2013 2017 -
7487685568699178-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent (XIVe siècle, partie du XIIe), romane et gothique. Église assez singulière, comprenant de nombreux remaniements, comme la nef par exemple qui ne paraît pas antérieure au XVIIIe et cependant possède sur le côté une petite porte romane. La cloche (Françoise-Barbe) du XVIIIe et une Vierge à l'Enfant du XIVe sont classées à titre d'objets aux Monuments historiques[14].
  • Ferme du Moulinet (petit moulin en ruine).
  • Ferme du Colombier (notamment le vieux pressoir).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nathalie Kosciusko-Morizet y dispose d'une résidence familiale[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes : répertoire géographique des communes[16].
  • Coordonnées, superficie : IGN[17].
  1. http://www.geoportail.fr/?c=-1.2919,49.4019&l=Scan%2850%29,Admin&z=7#
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 113
  4. a b c et d Dominique Fournier « Ecoquenéauville#Toponymie » in WIKIMANCHE [1].
  5. Site de Nordic Names : étymologie de Skógr (lire en anglais) [2]
  6. a et b G. Chartier, « Les toponymes des Xe et XIe siècles relatifs aux défrichements sur le territoire de l'actuelle Seine-Maritime » in Annales de Normandie, Année 1997 47-1, p. 34.
  7. « Ouest-france.fr - Mairie d'Écoquenéauville » (consulté le 19 février 2010)
  8. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000299022&pageCourante=04787
  9. a et b « Ecoquenéauville (50480) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 .
  14. « Œuvres mobilières à Écoquenéauville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Ouest-france.fr - Les fleurs de la colère des chasseurs sauvaginiers » (consulté le 9 juin 2013)
  16. Site de l'IGN.
  17. « Écoquenéauville sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]