Saint-Vaast-la-Hougue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vaast.
Saint-Vaast-la-Hougue
Vue vers le fort de la Hougue.
Vue vers le fort de la Hougue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Val-de-Saire
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Saire
Maire
Mandat
Jean Lepetit
2014-2020
Code postal 50550
Code commune 50562
Démographie
Gentilé Saint-Vaastais
Population
municipale
1 896 hab. (2013)
Densité 302 hab./km2
Population
aire urbaine
3 692 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 17″ Nord 1° 16′ 03″ Ouest / 49.588056, -1.2675
Altitude Min. 0 m – Max. 10 m
Superficie 6,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-la-Hougue
Liens
Site web www.saintvaast.fr

Saint-Vaast-la-Hougue est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 896 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la côte est du Nord-Cotentin, Saint-Vaast-la-Hougue abrite un port de plaisance.

À environ un kilomètre de la côte, l'île de Tatihou fait partie de la commune. Elle est accessible à pied à marée basse et un bateau amphibie assure une liaison régulière avec le port. Une tour y a été érigée en 1694 par Benjamin de Combes, élève de Vauban.

Au sud, le fort de la Hougue, aussi construit en 1694 par Benjamin de Combes, est une base militaire ouverte une fois par an au public lors des journées du patrimoine.

La commune est traversée par la Saire.

Tout comme les grands chalutiers amarrés au port, les parcs à huîtres visibles à marée basse entre Tatihou et la côte témoignent de la prédominance de l'activité maritime à Saint-Vaast qui est le plus ancien bassin ostréicole de Normandie[2].

Carte de Saint-Vaast-la-Hougue.


Le port de Saint-Vaast.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est dédiée à Vaast d'Arras, évêque d'Arras puis de Cambrai au VIe siècle. Hougue, commun en Cotentin, dérive du scandinave haugr et désigne une hauteur[3].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porte les noms de La Hougue et de Port-la-Hougue. Elle reprend le nom de Saint-Vaast jusqu'en 1888, date à laquelle elle devient Saint-Vaast-la-Hougue[4].

Le gentilé est Saint-Vaastais.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1001, près de Saint-Vaast-la-Hougue, Néel Ier de Saint-Sauveur repousse un débarquement anglo-saxon du roi Æthelred le Malavisé : l'invasion anglo-saxonne, échoue grâce à l'énergie de Néel de Saint-Sauveur qui extermine les envahisseurs à la bataille du Val de Saire. Guillaume de Jumièges explique que ce débarquement visait à capturer la personne du duc Richard[5]. L'historien François Neveux émet quelques doute sur cette affirmation, constatant l'éloignement de Rouen du champ de bataille. Pour lui, il s'agit juste d'un raid de pillage en représailles des expéditions vikings dans le royaume anglo-saxon[6].

Avant la bataille de Crécy en 1346, Édouard III entreprend une campagne ayant pour but de prendre Paris. Il prépare un nouveau débarquement, qu'il ne sait encore où fixer. Son adversaire, le roi de France, lui épargne de trop longues hésitations en condamnant à l'exil un grand seigneur normand, Geoffroy d'Harcourt, sire de Saint-Sauveur-le-Vicomte, lequel court se réfugier à la cour d'Angleterre, offrant ainsi à Édouard III le prétexte idéal d'un libre accès en Cotentin. Le 11 juillet, le roi d'Angleterre réunit un millier de navires dans les rades de Portsmouth, Southampton et de l'île de Wight et met les voiles. Le lendemain, la baie n’étant pas fortifiée, il débarque avec 20 000 hommes à Saint-Vaast-la-Hougue et s'empare de la Normandie.

Article détaillé : Chevauchée d'Édouard III en 1346.

En 1692, la bataille de la Hougue voit s'affronter au large de Barfleur la France menée par l'amiral de Tourville et la flotte anglo-hollandaise. Au terme d'une rude bataille, onze vaisseaux français ne purent regagner Saint-Malo et seront échoués puis brûlés près de la Hougue et de l'île de Tatihou.

Tour Vauban de la fortification de la Hougue.

À la suite de cette défaite, deux tours fortifiées sont construites à partir de 1694, par un élève de Vauban, Benjamin de Combes, sur la butte de la Hougue et sur l'île de Tatihou. Ces tours permettent de défendre les baies de Saint-Vaast et de Morsalines contre les agresseurs. Les travaux de fortifications se poursuivent jusqu'au XIXe siècle.

Le port de Saint-Vaast-la-Hougue est aménagé au cours du XIXe siècle. La grande jetée est construite de 1828 à 1845 puis les quais de 1846 à 1852[7]. Des brise-lames sont ensuite ajoutés pour délimiter le port.

Le 21 juin 1944, le port de Saint-Vaast-la-Hougue est le premier port de la Manche libéré par les alliés.

Comme dans la ville voisine de Barfleur, le port se vide à marée basse. Une écluse à l'entrée du port est inaugurée en 1982 pour en faire un bassin à flot, partagé entre un port de pêche et un port de plaisance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner

Les armes de la commune de Saint-Vaast-la-Hougue se blasonnent ainsi :
Parti d'azur à la tour de Tatihou d'or ouverte et ajourée de sable et de sable à la tour de la Hougue aussi d'or ouverte et ajourée aussi de sable sur une mer d'azur ondée de sable et d'azur de l'un en l'autre ; enté d'argent à l'ancre de gueules ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé de deux léopards adossés d'or[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1848 1860 Gabriel Lamache   Propriétaire de parcs et négociant d'huîtres, conseiller général
1861 1865 Hyacinthe de Boyer    
         
1995 mars 2001 Georges Cazin    
mars 2001[9] en cours Jean Lepetit[10] SE Directeur d'école primaire
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 896 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans [11] et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1]. Saint-Vaast-la-Hougue a compté jusqu'à 4 313 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 398 3 089 2 792 3 184 3 502 3 575 4 081 3 905 4 313
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 193 4 162 4 098 3 664 3 283 2 805 2 844 2 713 2 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 832 2 635 2 549 2 156 2 079 2 041 2 084 2 264 2 273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
2 431 2 391 2 268 2 347 2 134 2 097 2 080 2 095 1 904
2013 - - - - - - - -
1 896 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Parc à huîtres près du port de Saint-Vaast.
Le port de plaisance.

L'ostréiculture est une activité notoire de la ville, avec plusieurs producteurs qui vendent en France et à l'exportation. Saint-Vaast-la-Hougue, berceau de l'huître normande, dispose de 250 hectares de parcs.

Le port de pêche et le port de plaisance sont en eau profonde, accessibles à marée haute, et bénéficient de l'orientation à l'est de ce côté de la côte du Cotentin. Le port de plaisance, en activité depuis 1980, comporte 665 places.

Le tourisme est une activité importante, la ville est une station balnéaire qui compte des hôtels et restaurants et aussi un camping. Saint-Vaast-la-Hougue est dénommée « commune touristique » depuis avril 2011[13].

Ressources agricoles de culture maraîchère.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le marché se tient rue de Verrüe le samedi matin.

Santé[modifier | modifier le code]

Maison de retraite de Saint-Vaast-la-Hougue.

La commune compte une maison de retraite médicalisée.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle et l’école primaire Marcel-Lepaysant, réunies sur un seul site, le collège Guillaume-Fouace et la ferme aquacole du lycée maritime de Cherbourg qui prépare au baccalauréat professionnel Cultures marines.

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte un club de football, un de tennis et une école de voile (CNBSV). Les aménagements comportent un skate-parc.

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'église Saint-Vaast.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Vaast-la-Hougue dans la littérature[modifier | modifier le code]

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1983, un timbre faisant partie de la série Personnages célèbres à l'effigie de Max-Pol Fouchet, rouge et noir, de valeur 1,80 franc surtaxé de 0,40 franc, comporte Vézelay en 2e plan. Ce timbre a bénéficié d'une vente en 1er jour le 30 avril à Saint-Vaast-La-Hougue et à Vézelay. Il porte le n° YT 2282[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Pascal Leygoute, « À la pointe du Cotentin », L'Express du 6 décembre 2004,
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4(édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 242
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Guillaume de Jumièges, Histoire des Normands, éd. Guizot, 1825, p.114-115.
  6. François Neveux, La Normandie des ducs aux rois (Xe-XIIe siècle), Éd. Ouest-France, Rennes, 1998, p.68
  7. Constructeurs de navires à Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue, Musée maritime de l'île de Tatihou, 2002.
  8. « GASO, la banque du blason - Saint-Vaast-la-Hougue Manche » (consulté le 31 juillet 2012)
  9. « Le maire, Jean Lepetit, est candidat à sa propre succession », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 novembre 2015)
  10. a et b Réélection 2014 : « Jean Lepetit réélu maire pour un troisième mandat », sur Ouest-france.fr (consulté le 7 avril 2014)
  11. Date du prochain recensement à Saint-Vaast-la-Hougue, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  13. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - avril 2011 » : page 20.
  14. « Site du festival - Programme 2013 » (consulté le 14 juin 2013)
  15. « Notice no PA00110607 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Les fortifications Vauban inscrites au patrimoine mondial », NouvelObs.com, 7 juillet 2008
  17. Catalogue Yvert et Tellier, Tome 1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :