Saint-Sauveur-le-Vicomte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Sauveur-le-Vicomte
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Le château.
Blason de Saint-Sauveur-le-Vicomte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Éric Briens
2020-2026
Code postal 50390
Code commune 50551
Démographie
Gentilé Saint-Sauveurais
Population
municipale
2 132 hab. (2017 en diminution de 1,16 % par rapport à 2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 12″ nord, 1° 31′ 56″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 91 m
Superficie 34,27 km2
Élections
Départementales Canton de Bricquebec
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-le-Vicomte
Liens
Site web www.ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr

Saint-Sauveur-le-Vicomte est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 132 habitants[Note 1] (les Saint-Sauveurais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la Douve, la ville se trouve dans le Cotentin. Couvrant 3 427 hectares, le territoire de Saint-Sauveur-le-Vicomte est le plus étendu de l'arrondissement de Cherbourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancti Salvatoris de 1060 à 1066, Saint Sauveor en 1313, Saint Sauveour en 1324[2], Saint Sauveur sur Douve de 1793 à 1814, puis de 1848 à 1851[3].

Une chapelle y fut bénite en 914 par l'évêque Herbert, sous le vocable de la Sainte Trinité et Saint Sauveur[4].

L'hagiotoponyme Saint-Sauveur désigne le Christ.

Du Vicomte de Cotentin, le seigneur Roger (I)[5], de la Famille de Saint-Sauveur[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1360, le traité de Brétigny rend à la France toutes les places fortes du Cotentin, à l'exception de celle de Saint-Sauveur et de Saint-Vaast qui restèrent anglaises[7].

En 1420, Jean de Robersart, seigneur d'Escaillon et de Bruilles, enlève la duchesse Jacqueline, comtesse de Hainaut, pour la conduire en Angleterre. Le roi d'Angleterre lui donne entre autres la ville de Saint-Sauveur-le-Vicomte[8].

Le , Louis XIV donne la vicomté de Saint Sauveur à Marin Pouchin issu d'une vieille famille de la noblesse normande. Celui-ci en devient vicomte à titre héréditaire ainsi que maire perpétuel de la ville et lieutenant général de police[réf. souhaitée].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porte le nom de Sauveur-sur-Douve[3].

L'affaire criminelle Esteban Albillo a lieu à Saint-Sauveur-le-Vicomte et est jugée par la cour d'assises de la Manche le [9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Sauveur-le-Vicomte

Les armes de la commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte se blasonnent ainsi :
De gueules aux deux fasces accompagnées d'un château de trois tours en cœur et de six bars adossés et accolés deux à deux, quatre en chef et deux en pointe, le tout d'or.

Ce blason est inspiré des armoiries de la famille de Harcourt (subsistante), anciens seigneurs de la baronnie de Saint-Sauveur, et qui portent : de gueules à deux fasces d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
    Vincent-Félix-Barbey    
1854 1874 Paul-Louis-Amédée Foubert[10] Orléaniste avocat, conseiller général (1864-1877)
         
janvier 1878 janvier 1886
(décès)
Paul-Louis-Amédée Foubert[10] Orléaniste avocat, sénateur inamovible (1875-1885), conseiller général (1881-1885)
mars 1886[réf. nécessaire]   Paul-Alfred-Marie Foubert
(fils du précédent)
Républicain haut fonctionnaire, conseiller général (1883-1887)
         
mai 1896 octobre 1919 Raoul Hersan    
décembre 1919 mai 1929 Pierre Le Marinel    
mai 1929 mars 1931 Albert Férey    
mars 1931 janvier 1948 Ernest Legrand    
janvier 1948 janvier 1982
(décès)
Auguste Cousin[11] RI agriculteur, conseiller général (1958-1982), sénateur de la Manche (1979-1982)
février 1982 juin 1995 Jean Tardif DVD pharmacien, conseiller général (1982-2001)
juin 1995[12] mars 2014 Michel Quinet DVD puis NC-UDI médecin
mars 2014[13] 2018 Jacques Regnault SE retraité
septembre 2018[14] En cours Éric Briens SE cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2017, la commune comptait 2 132 habitants[Note 2], en diminution de 1,16 % par rapport à 2012 (Manche : -0,49 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6662 6512 9702 9572 8362 8962 7742 8462 818
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7552 7222 7542 5422 6592 6592 7652 6682 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5252 4352 2662 1222 1092 0922 1242 1052 211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 1042 1352 1682 2142 2572 2042 0822 0632 044
2013 2017 - - - - - - -
2 1952 132-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur-le-Vicomte est dénommée « commune touristique » depuis [18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château, datant des XIe – XIIe siècles, a été assiégé deux fois pendant la guerre de Cent Ans. Il subsiste l'enceinte fortifiée flanquée de tours et un donjon massif. Ces ruines sont classées monument historique depuis 1840[19].
  • L'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte de l'ordre bénédictin, fondée au XIIe siècle et restaurée au XIXe siècle à l'initiative de sainte Marie-Madeleine Postel. Une partie de cette abbaye abrite désormais le collège de l'Abbaye, collège privé. L'église abbatiale est également classée monument historique depuis 1840[20].
  • Musée Barbey-d'Aurevilly. Il se trouve dans la maison, inscrite aux monuments historiques[21], qui a vu naître l'écrivain, en plein bourg de Saint-Sauveur.
  • L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste est en partie du XIIIe ou XIVe siècle[22].
  • Les hameaux de Selsouef et de Hautmesnil ont chacun leur église. L'église Saint-Claude de Selsouëf est d'origine romane et abrite une Vierge à l'Enfant du XIVe siècle classée à titre d'objet aux Monuments historiques[23]. L'église de Hautmesnil est du XIXe siècle.
  • Château des Fresnais.
  • Château de Beaulieu, du XVIIIe siècle, près de l'église de Taillepied.
  • Château du Lude, de style victorien.
  • Manoir des Bréholles : manoir du XVIe siècle[24] qui présente une face arrière percée sur quatre niveaux de rares ouvertures.
  • Manoir Desmaires ou des Maires : son portail d'entrée à double porte, charretière avec un arc en plein cintre et piétonne à arc surbaissé, en est la partie la plus ancienne. Les deux arches sont encadrés par trois colonnes surmontées de chapiteaux corinthiens de style Renaissance classique, sculptées dans le même style[25].
  • La forêt domaniale de Saint-Sauveur est l'un des rares espaces forestiers du département. Elle couvre 233 hectares à l'ouest du territoire[26].

Particularité du découpage communal : la mairie et l'église paroissiale de Taillepied se trouvent sur le territoire de Saint-Sauveur-le-Vicomte[27]. L'église Saint-Jean-Baptiste est du XVIIIe siècle.

À la suite de la création du pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin en 2001, Saint-Sauveur-le-Vicomte bénéficie avec Valognes et Bricquebec du label Villes et Pays d'art et d'histoire accordé par le ministère de la Culture.

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fin 2008, un salon du livre consacré à Barbey d'Aurevilly y a été organisé[28] par le Comité du Bicentenaire de la naissance de l'écrivain[29].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Réveil sportif saint-sauveurais fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, , p. 1524.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Abbé Lecanu, « Histoire du diocèse de Coutances et d’Avranches », vol. 2, , p. 329 et suivantes.
  5. Léopold Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Valognes) : pièces justificatives, vol. 48, , p. 59.
  6. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe – XIIe siècles) : étude historique et topographique », vol. XII, Archéologie médiévale, , p. 180.
  7. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et Manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, (ISBN 978-2-847-06143-7), p. 22.
  8. Statistique archéologique du département du Nord, 1867, p. 615, archivé au Harvard College Library numérisé par Google Books.
  9. Jean-François Miniac, Les Nouvelles affaires criminelles de la Manche, de Borée, avril 2012.
  10. a et b Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p. 244.
  11. « Site du sénat : Anciens sénateurs Ve République : Auguste Cousin » (consulté le 12 juin 2010).
  12. « Michel Quinet décoré de la médaille de vermeil », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 décembre 2014).
  13. a et b « Jacques Regnault nouveau maire de Saint-Sauveur », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2014).
  14. « Éric Briens a été élu samedi », Ouest-France, site internet, 1er octobre 2018 (lire en ligne).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  18. « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - Août 2011 ».
  19. « Ruines du château », notice no PA00110603, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Ancienne abbaye Sainte-Madeleine-Postel », notice no PA00110602, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Maison de Jules Barbey d'Aurevilly », notice no PA00110604, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte : Patrimoine, Eglise Saint Jean-baptiste, Le Bourg » (consulté le 1er novembre 2011).
  23. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM50001085, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 161.
  25. Girard et Lecœur 2005, p. 163.
  26. « Site officiel de Saint-Sauveur-le-Vicomte : Commune de Saint-Sauveur-le-Vicomte : La forêt Domaniale, Arboretum » (consulté le 23 novembre 2010).
  27. « Taillepied et Saint-Sauveur-le-Vicomte » sur Géoportail..
  28. Musée Barbey d'Aurevilly, http://museebarbeydaurevilly.over-blog.com/article-23694973.html
  29. http://www.ville-saint-sauveur-le-vicomte.fr/documents/bicentenaire-barbey-daurevilly.pdf.
  30. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Rév. S. Saint-Sauverais » (consulté le 28 décembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]