Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin
Image illustrative de l'article Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin
Vue vers le marais du Cotentin de l'église-mémorial de Graignes
Catégorie UICN V (paysage terrestre/marin protégé)
Identifiant 31233
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Départements Manche et Calvados
Ville proche Carentan-les-Marais
Coordonnées 49° 18′ 18″ nord, 1° 17′ 57″ ouest
Superficie 1 466,5 km2
Population 74 000 habitants en 2010
Création
Renouvellement
Prolongation
Renouvellement
Administration Fédération des parcs naturels régionaux de France
Nombre de communes 150
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Normandie

(Voir situation sur carte : Normandie)
Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin

Le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin est un parc naturel régional français, situé en Normandie. Le parc régional est créé le par décret ministériel en raison de l'importance de sa zone humide que les crues hivernales recouvrent ou « blanchissent ».

Il est actuellement présidé par Marc Lefèvre et est composé de 150 communes.

Ces communes ont signé une charte élaborée en collaboration avec différents acteurs de la vie locales (élus, collectivités, associations...). Cette Charte, appelé La charte du Parc, est le projet de territoire qui prévoit et rend concret la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel remarquable tout en travaillant sur le développement économique, social et culturel en lien avec ses habitants (développement durable)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud de la presqu’île du Cotentin, cette vaste étendue de marais et de polders abrite une faune et une flore uniques, notamment dans la baie des Veys où l'on peut observer les différentes espèces d’oiseaux qui trouvent là une nourriture abondante ou encore dans la Réserve de Beauguillot qui recèle d’espèces végétales rares ou protégées.

Le Parc couvre un territoire de 146 650 hectares dont 30 000 de zones humides constituées par les marais du Cotentin et du Bessin (Ramsar[2], Natura 2000, et 3 réserves naturelles) fortement marqué par l'activité agricole.

Le Parc contient plusieurs espaces naturels protégés dont 3 réserves naturelles nationales :

Dans les marais intérieurs, on retrouve les vallées de l’Aure, l’Ay, la Douve, la Taute, la Vire, ainsi que les marais de la côte Est abritent une grande diversité d’habitats naturels. Parmi les plus remarquables, on peut distinguer : les prairies tourbeuses, les fossés et cours d’eau. Profondeur et types de tourbe, pratiques agricoles et niveaux d’eau sont les trois principaux facteurs influençant la répartition de la végétation. Leurs variations génèrent une extraordinaire biodiversité qui place les marais du Cotentin et du Bessin parmi les plus riches zones humides de France.

Sur le littoral, le paysage du Parc est constitué de dunes, prés-salés, estuaires.

Les landes sont installées sur un plateau de grès et de placages de sables, très peu fertiles. Elles se caractérisent par une végétation fruste, le plus souvent rase. C’est à la fin de l’été, avec la floraison des bruyères et des ajoncs, que ce paysage est le plus spectaculaire. La grande majorité de ces landes se développe en sous-bois ou dans les clairières des forêts de Pins maritimes.

Le bocage développe son réseau de haies sur 115 000 hectares. Trois types de bocage peuvent être identifiés : l’ancien bocage à orme dégradé par la graphiose, le bocage à chêne bien structuré et le bocage à chêne dégradé[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Il y a quelque 8 000 ans, les marais du Cotentin et du Bessin formaient de profondes vallées. La fonte des calottes glaciaires provoqua une remontée du niveau de la mer. À chaque marée basse, une couche d’argiles et de sables se déposait. C’est de cette accumulation que sont nés les cordons dunaires à l’embouchure de la baie des Veys.

1 000 ans plus tard, à cause de ces cordons, la mer ne parvint que difficilement à pénétrer dans les marais, ce qui permit l’accumulation de dépôts tourbeux d’eau douce pendant 5 000 ans. Puis, la mer réussit de nouveau à submerger partiellement les vallées. Une sédimentation fluvio-marine, la tangue, se déposa sur la sédimentation organique antérieure, la tourbe, qu’elle fossilisa.

C’est dans ces fonds de vallées progressivement comblés que les marais sont nés. Fréquemment inondés, par les pluies hivernales trop lentement évacuées à marée basse, ils restaient souvent infranchissables.

De nombreux aménagements ont été réalisés afin de valoriser les marais (canaux, fossés, chaussées, voies ferrées...) et structurent aujourd’hui le paysage[4].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Cinq fleuves principaux alimentent les marais : d'est en ouest, l'Aure, la Vire, la Taute, la Douve et l'Ay.

Les marais du Cotentin ont été aménagés au XVIe siècle grâce à de gros travaux d'assainissement sous la direction du maréchal de Bellefonds. Ceux-ci consistaient en la construction de portes à flots et d'un réseau de fossés permettant le pâturage des bêtes. Ainsi, les prairies grasses peuvent être accessibles plus de 6 mois par an (généralement de mai à octobre).

Ces portes sont actionnées par la seule force des eaux. Elles se referment à chaque marée montante et s’ouvrent à marée basse pour que l’eau douce des rivières, accumulée en amont, puisse s’évacuer. Elles se situent sur les principales rivières : la Douve, la Taute, la Vire, l’Aure, l’Ay et la Sinope.

Logo du parc.

Le marais devient « blanc » en hiver lorsque l’eau recouvre les prairies.

Les zones humides s'étendent sur 27 700 ha de prairies inondables.

Parmi celles-ci, on compte 7 000 ha de marais communaux (dont environ 2 500 ha collectifs), répartis sur 62 communes et 2 syndicats intercommunaux. Les « communaux collectifs » accueillent chaque année quelque 3 000 animaux, bovins et équins.

Faune[modifier | modifier le code]

Le parc héberge de nombreux lépidoptères (dont une espèce particulièrement remarquable : l'Azuré des mouillères), odonates, diptères, coléoptères, reptiles (Orvet, Vipère péliade...), oiseaux (Busard des roseaux, Busard cendré, Engoulevent d'Europe...) et mammifères (Campagnol amphibie, Loutre d'Europe, Crossope aquatique...).

Administration[modifier | modifier le code]

Le siège du parc se situe sur la commune de Les Veys, au manoir de Cantepie. Le Parc naturel régional possède une Maison du Parc à Saint-Côme-du-Mont, il propose une découverte de la réserve ornithologique depuis son observatoire ; des balades fluviales sont également proposées sur la Douve et la Taute. Son rôle est de présenter le territoire à travers un film, une ou des expositions temporaires, un jardin, et l'accès à un Espace Naturel Sensible du Conseil Général de la Manche : les marais du Ponts d'Ouve.

Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin fonctionne comme un établissement public sous la forme d'un syndicat mixte, le Syndicat Mixte du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Il associe différents échelons de collectivités, les 150 communes adhérentes du Calvados et de la Manche (1 délégué par commune), le conseil régional de Basse-Normandie (10 conseillers), le conseil général du Calvados (2 conseillers) et le conseil général de la Manche (8 conseillers).

Lors de l'assemblée générale, les 170 élus élisent les 52 membres du comité syndical, selon les 3 collèges.

Le comité syndical comprend 52 membres issus de 3 collèges (32 élus communaux, 10 conseillers régionaux et 10 conseillers généraux du Calvados et de la Manche). C'est l'instance de gestion du syndicat mixte. Il vote le budget et approuve le compte administratif. Il décide des grandes orientations sur proposition des commissions de travail.

Le bureau est l'équivalent du comité syndical en nombre réduit et comprend 18 membres (8 élus communaux, 5 conseillers régionaux et 5 conseillers généraux du Calvados et de la Manche). Il est l'instance de travail et de débat, de suivi des programmes d'action, de gestion courante de la structure et de son équipe. Il gère au quotidien la mise en œuvre des actions du Parc.

Une équipe pluridisciplinaire composée de 35 personnes impulse et met en œuvre les actions de la charte sur le terrain. Leur action comprend les thèmes de l'eau, de la biodiversité, des paysages, du tourisme et du patrimoine[5].

Un territoire vaste et des enjeux multiples nécessitent un travail avec de nombreux partenaires et acteurs locaux, départementaux ou régionaux. Pour cela, le Parc naturel régional a mis en place des commissions et comités thématiques[6].

Dans ses statuts, le Parc a prévu 5 commissions :

  • Eau et biodiversité
  • Paysage et urbanisme
  • Performance environnementale et énergie
  • Développement socio-économique
  • Appropriation du territoire

Leur rôle est d'informer et d'échanger sur les politiques du Parc, de transmettre des connaissances et de créer du lien entre les projets et les acteurs. Elles associent les délégués, les partenaires et des habitants du Parc.

Il est aussi constitué de huit comités thématiques (associé avec quelques délégués et les partenaires concernés en nombre restreint) :

Ils ont pour rôle le suivi des politiques de la charte, de les faire évoluer, les améliorer ou les infléchir.

Présidents[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1991   Jean-François Legrand SE Président du Conseil général de la Manche
  2015 Rolande Brécy SE vice-présidente du Conseil général de la Manche
2015 en cours Marc Lefèvre SE vice-président du Conseil général de la Manche

Divers[modifier | modifier le code]

Les maisons traditionnelles sont construites en bauge et couvertes avec du roseau.

Le parc inclut également la baie des Veys et le mont Castre.

Le parc en quelques chiffres[modifier | modifier le code]

Dédicace[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens vers les autres projets[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Tapin, « La fenaison dans la région de Marchésieux » (parc des marais du Cotentin), Le Viquet, n ° 104, Saint Jean 1994
  • Architectures en terre, Marais du Cotentin et du Bessin, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]