Créances

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Créances
Créances
L'église Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Intercommunalité Communauté de communes Côte Ouest Centre Manche
Maire
Mandat
Henri Lemoigne
2020-2026
Code postal 50710
Code commune 50151
Démographie
Gentilé Créançais
Population
municipale
2 105 hab. (2018 en diminution de 4,62 % par rapport à 2013)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 04″ nord, 1° 34′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 35 m
Superficie 20,32 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Créances
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Créances
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Créances
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Créances
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Créances
Liens
Site web www.ville-creances.fr

Créances est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 105 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Créances est une commune littorale de la Manche en Basse-Normandie. Dotée d'une plage de sable fin et d'un estran permettant la pêche à pied de coques (Cerastoderma edule) et lançons, Créances est la commune la plus peuplée du canton de Lessay (au recensement de 2011). Le territoire se compose de paysages variés : landes, dunes, havre…

La plage « Printania » toute de sable fin, peu fréquentée, permet baignades et bains de soleil. Depuis quelques années, un camping et des bungalows de bois attirent de nombreux touristes hollandais et allemands. Centre agricole, Créances devient de plus en plus un lieu de villégiature. De nombreuses familles s'y installent chaque été depuis la fin des années 1990. Deux restaurants, un centre commercial, une pharmacie, plusieurs boutiques (boulangeries, pâtisseries, marchand de journaux, charcutier-traiteur, ), des gîtes ruraux et des villas à louer facilitent l'accueil des touristes.

Communes limitrophes de Créances[1]
Mer de la Manche (havre de Saint-Germain-sur-Ay) Mer de la Manche (havre de Saint-Germain-sur-Ay), Lessay Lessay
Mer de la Manche Créances[1] Lessay
Pirou Pirou La Feuillie

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Créances est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (28,2 %), terres arables (24,6 %), prairies (17,8 %), forêts (13,2 %), zones urbanisées (7,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5 %), zones humides intérieures (1,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,6 %), zones humides côtières (0,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Crienciæ en 1056[12], Crientiis entre 1035 et 1066[13], Crientiæ en 1144[14], Dionis[us] de Crienciis en 1176[15], ecclesia de Crienciis entre 1185 et 1188[16], Criences entre 1172 et 1189[17], Crienches vers 1190[14], Criencie en 1235[18], Crienciis en 1288[14], ecclesia de Crienchiis en 1332[19], parrochia de Creenciis en 1332[20], Crienches en 1377[14], Creances en 1418[21], Creances en 1427[22], en 1634[23] et en 1635[24], Créences en 1677[25], Creance enre 1791[26] et 1792[27], Créances en 1793[28] et en 1801[29], la Créance en 1804[30].

Le toponyme pourrait être issu de l'anthroponyme gallo-romain Crientius[31] ou encore, selon René Lepelley, du bas latin credentia, « confiance », sens qu'avait originellement l'ancien français créance et qui reste en français actuel l'un des sens de ce substantif. René Lepelley considère ainsi que Créance aurait été « la cité à laquelle on pouvait se fier »[32].

Le gentilé est Créançais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Certains historiens et la tradition populaire[Lesquels ?] font remonter la création de Créances au naufrage au début du Moyen Âge d'un navire portugais sur la côte. Les marins et leurs compagnes seraient restés dans les marais. Ce qui expliquerait les particularités du patois local, parfois très différent du normand parlé aux alentours. Longtemps, les femmes créançaises étaient vêtues de noir et on trouvait bon nombre d'habitants à la peau mate, les yeux noirs et les cheveux bruns. Mais aucun document écrit n'a jamais pu confirmer cette tradition. En outre, il existe de nombreux villages côtiers où sont racontées des histoires analogues le long des côtes de la Manche, aussi bien en Normandie, en Bretagne qu'en Angleterre ou en Irlande et cela pour expliquer le type foncé supposé de ses habitants, il s'agit le plus souvent d'Espagnols de l'invincible armada ayant échoué sur ses côtes ou encore d'Italiens, comme dans le quartier du Pollet à Dieppe. Mais aucune preuve tangible ne vient étayer ces dires.

On trouve au début du XVe siècle un certain Foulque IV Paynel, baron de Hambye et de Bricquebec, seigneur de Chanteloup, de Moyon, de Créances, d'Apilly (Saint-Senier-sous-Avranches), du Merlerault et de Gacé, puissant seigneur de Normandie, chevalier banneret qui regroupe sous ses armes, quatre bacheliers et de dix à quatorze écuyers. Son frère Nicole Paynel lui succédera[33].

Longtemps sous la domination des comtes de Créances qui avaient sur le territoire délégation de haute-justice, la vie était rude pour les Créançais. Des terres marécageuses, une mer parfois difficile et des chemins peu praticables faisaient de ces lieux un endroit pauvre et les conditions de vie y étaient difficiles. En 1786 le registre paroissial (archives de la Manche) fait état de 34 décès, 49 en 1787 et 41 en 1788[Note 3].

Peu à peu, les techniques évoluant, l'agriculture s'organisa et les conditions de vie s'améliorèrent, arrêtant l'exode des jeunes gens et faisant du village un centre agricole florissant.

Il subsiste peu de vestiges de ce passé difficile. Jusque dans les années 1920, on pouvait voir les ruines de l'« auditoire » (tribunal) et de la prison seigneuriale (lieu-dit la Comté). L'église, souvent reconstruite, abrite un bel autel baroque en bois polychrome et un très beau bas-relief d'albâtre de l'époque médiévale. Le manoir de Bellée, ancienne résidence des comtes de Créances, garde des traces architecturales des XVIe et XVIIe siècles, notamment un somptueux colombier à étages situé au milieu de la cour d'honneur, une chapelle (XVIIe siècle) et la grange certainement construite au Moyen Âge, qui permettait de recevoir les marchandises reçues au titre des impôts dus au seigneur. À l'intérieur du manoir, un bel escalier du XVIIe siècle subsiste avec sa rampe d'origine, ainsi que de grandes cheminées. Ailleurs sur le territoire de la commune, se trouvent les vestiges du moulin comtal.

À la création des cantons, Créances est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801)[34]. Un canton de Créances est à nouveau créé en mars 2015.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1904 Jean-Baptiste Moulin    
1904 1935 Auguste Larose    
1935 1945 Henri Isabet SFIO  
1945 1953 Ernest Lefebvre    
1953 1955 Louis Anne    
1955 1960 Julien Dauvin    
1960 mars 1971 Jean Fer    
mars 1971 mars 1983 Lucien Legueltel PS  
mars 1983[35] En cours Henri Lemoigne[36] DVD Cadre d'établissement public, président de la CC Côte Ouest Centre Manche
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[37].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2018, la commune comptait 2 105 habitants[Note 4], en diminution de 4,62 % par rapport à 2013 (Manche : −0,79 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Créances a compté jusqu'à 2 414 habitants en 1821.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9401 9101 9892 4142 3432 3502 3272 3082 280
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2332 1952 1502 1052 0212 0182 1012 0801 966
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9741 8311 8371 6731 7491 7321 6881 7221 960
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 1312 0331 9331 9351 9262 0142 1112 1262 140
2013 2018 - - - - - - -
2 2072 105-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Dans la Manche, la ville de Créances est nommée « le pays de la carotte » car il y a de moins en moins de maraîchers dans cette ville. La carotte de Créances est connue pour son goût sucré dû à son implantation dans les « mielles[Note 5] » (champs de sable).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Trinité dont le clocher est fortifié, dotée d'un autel en bois polychrome du XVIIIe et de statues et bas-relief médiévaux. Le groupe sculpté Saint Michel terrassant le démon est classé à titre d'objet aux Monuments historiques[41].
  • Chapelle Notre-Dame du Buisson.
  • Havre de Lessay, pointe du Becquet.
  • Dunes.
  • Le Château Blanc.
  • Manoir du Bellée.
  • Étang du Brocq .
  • Étang du Hocquet.
  • Oratoire de Notre-Dame-de-Lourdes.
Panorama 270° de la plage de Créances, appelée aussi « Printania-Plage », avec les dunes.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Créances Sports fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[42].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Créances a sa fête de la carotte qui se déroule toujours le deuxième samedi d'août. Lors de cette fête, le grand Maitre de la confrerie des mangeurs de carottes intronise des personnes vivant à Créances et ayant aidé à la culture maraichère. Cette fête attire des curieux de toute la région et de nombreux touristes s'y rendent depuis quelques années. Vide-greniers, camelots, rôtisseries traditionnelles normandes, attractions se déroulent toute la journée du lever du soleil à tard dans la nuit.

Le hameau du Buisson célèbre chaque année en juillet la Sainte Anne. Après une messe traditionnelle, souvent agrémentée par les trompettes d'une fanfare, le maire, entouré de la population et des anciens combattants de l'agglomération, rend hommage aux soldats tombés sur le champ d'honneur. Puis un vin d'honneur, un grand repas pris en commun et des attractions attirent de nombreux Créançais.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Nullement d'une inondation suivie d'une pandémie responsable de 1 000 décès.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. « Dunes » en normand.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 mai 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 12 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Charte de fondation de l'abbaye de Lessay, citée par Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 432.
  13. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 359, § 167.
  14. a b c et d François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 107.
  15. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 391, § 253.
  16. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 299, § DCLXXIX.
  17. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 317, § DCXC.
  18. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 66a, § 412.
  19. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 291E
  20. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 363C.
  21. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 9b, § 79
  22. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 258, § LXXXVIII.
  23. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  24. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  25. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  26. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791
  27. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  28. Site Cassini.
  29. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  30. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 97c.
  31. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  32. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 30.
  33. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 80.
  34. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. « Municipales à Créances. Le maire Henri Lemoigne sera bien candidat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 mai 2014).
  36. Réélection 2014 : « Henri Lemoigne entame son 6e mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juillet 2014).
  37. « Créances (50710) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 mai 2014).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  41. « Groupe sculpté : Saint Michel terrassant le démon », notice no PM50000333, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « Créance S. », sur Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 25 août 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]