Montebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montebourg
Montebourg
L'église Saint-Jacques.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Maire
Mandat
Jean-Pierre Mauquest
2020-2026
Code postal 50310
Code commune 50341
Démographie
Gentilé Montebourgeois, Cassins
Population
municipale
2 106 hab. (2019 en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 16″ nord, 1° 22′ 46″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 116 m
Superficie 5,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Valognes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montebourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montebourg
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Montebourg
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Montebourg
Liens
Site web mtbg341.jimdo.com

Montebourg est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 2 106 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est de la péninsule du Cotentin. Son bourg est à 7,5 km à l'est de Valognes, à 10 km au nord-ouest de Sainte-Mère-Église et à 17 km au sud-ouest de Saint-Vaast-la-Hougue[1].

Montebourg est desservie par la ligne no 1 (Cherbourg-Octeville - Valognes - Carentan - Saint-Lô) du transport en commun départemental par bus Manéo.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 11,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 847 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ste Marie du Mont », sur la commune de Sainte-Marie-du-Mont, mise en service en 1997[9] et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[10],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,4 °C et la hauteur de précipitations de 913,5 mm pour la période 1981-2010[11].

Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 24 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,7 °C pour 1981-2010[14], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montebourg est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[16],[17],[18].

La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (60,1 %), zones urbanisées (17,5 %), terres arables (15,3 %), mines, décharges et chantiers (6,1 %), zones agricoles hétérogènes (1 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme latinisée Montis Burgi en 1042[23].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -bourg. L'appellatif bourg est issu dans la région du vieux normand burc, borc, semblable à l'ancien français borc (> bourg). Il apparaît dans des noms de lieux régionaux tels que Cherbourg, Jobourg, Cabourg, Vambourg, Caillebourg, etc. dans des formations qui peuvent être d'origine saxonnes ou anglo-scandinaves. Cependant Montebourg est un composé roman, puisque l'élément Monte- remonte ultimement au latin. Il s'agit sans doute d'un déverbal utilisé au sens de « monte bourg », c'est-à-dire « le bourg vers lequel on monte » et non pas un « bourg du mont » comme l'indique la forme latine, qui aurait donné *Montbourg[23].

Le site de Montebourg, dit René Lepelley, s’élève à environ 70 mètres au-dessus du niveau de la mer alors que Valognes, à cinq kilomètres de là, n’est qu’à 35 mètres.

Le gentilé est Montebourgeois. Les habitants sont également couramment appelés « Cassins », ce qui évoque la fondation de l'abbaye sur le modèle bénédictin de Mont-Cassin en Italie[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

On connaît peu de choses des origines de la paroisse de Montebourg qui apparaît dans les sources médiévales en 1042 dans un acte de Guillaume de Normandie pour l’abbaye Saint-Vigor de Cerisy, dans lequel celui-ci concède des droits dans la forêt de Montebourg[25]. Mais, à cette époque, on n’a pas encore mention d’une communauté d’habitants ni d’une paroisse. C'est Guillaume, qui dans la deuxième moitié du XIe siècle fonde l'abbaye Notre-Dame, qui est du domaine ducal. La paroisse est à nouveau mentionnée dans des actes du duc Robert Courteheuse.

Au début de la guerre de Cent Ans, l'armée d'Édouard III d'Angleterre, fraîchement débarquée à la Hougue le prend et ravage la ville avant d'entamer sa chevauchée qui se terminera par la bataille de Crécy et la reddition de Calais.

En 1379, la place est tenue par Guillaume des Bordes, lieutenant du roi de France en Basse-Normandie. Froissart raconte que ce dernier, cette année là, à la Saint-Martin d'été (Saint-Martin le bouillant), le , il part avec ses principaux lieutenant pour marcher sur Cherbourg, dont le commandant Anglais, John Harliston, par hasard sort lui aussi. Les deux troupes se rencontreront dans la forêt de Brix[26].

En juin 1944, Montebourg, qui se situe à quelques kilomètres au nord-ouest d'Utah Beach, sera le lieu de durs combats dès les premiers jours de la bataille de Normandie[27]. Dès leur débarquement sur les plages proches, les Américains essayent de progresser vers le nord pour prendre Cherbourg et son port, vital pour l'approvisionnement des troupes alliées. Ils vont se heurter à hauteur de Montebourg à une forte résistance allemande. Ainsi du au , la 4e division d'infanterie américaine commandée par le général Barton et une partie de la 29e division d'infanterie américaine vont être bloquées devant une ligne Le Ham - Éroudeville - Montebourg - Quinéville par la résistance des 243e Infanterie-Division commandée par le général Hellmich (sur le secteur d'Éroudeville - Montebourg) et de la 709e Infanterie-Division allemandes commandée par la général von Schlieben (secteur de Montebourg - Quinéville)[27].

Montebourg est en grande partie détruite pendant ces combats. Cette résistance poussera le commandement américain à favoriser une attaque vers l'ouest, à travers les zones inondées du Merderet, conduisant à la coupure du Cotentin.

Foires de Montebourg[modifier | modifier le code]

Depuis le XIe siècle, Montebourg est dans le Cotentin une importante ville de foire, réputée pour les bovins, avec pas moins de onze foires annuelles, drainant des marchands vers la commune.

C'est au cours du XIIIe siècle qu'est créée la foire annuelle de La Chandeleur ()[28]. D'autres foires se déroulaient à Montebourg : les Brandons (en février) ; le se tenait la foire dite de la Maresque ; à la veille des Rameaux, la foire de la Fleurye ; aux Rogations le jeudi après l'Ascension, celle de Rouvaysons ; une autre foire le (ventes de moutons), ainsi que, à une époque plus récente, celle de la Saint-Floxel en septembre (concours de poulinières), sur la place Saint-Jacques[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montebourg

Les armes de la commune de Montebourg se blasonnent ainsi :
De gueules à la croix ancrée d’or.[30]


On trouve ce blason dans l’église Saint-Jacques, sur un cartouche au pied du christ en croix sur la « perque » qui marque la séparation du chœur et de la nef entre les deux piliers de l’arc triomphal. L’écu de Montebourg est placé sur deux bourdons (bâtons de pèlerins) posés en sautoir ; en dessous pend une coquille Saint-Jacques, qui rappelle le passage des pèlerins anglais en marche vers le Mont-Saint-Michel et plus loin, Compostelle en Espagne.

La commune est décorée de la croix de guerre 1939-1945 par décret du , avec palme de bronze[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Albert Pèlerin   Garagiste, conseiller général jusqu'en 1964
1959 1965 Raymond Éliard   Médecin
1965 1989 Henri Le Cacheux CNIP Conseiller général 1964-1976 et 1982-1988
1989 1995 Alain Huraux   Kinésithérapeute
1995 mars 2001 Louis Le Cacheux   Agriculteur retraité (neveu d'Henri Le Cacheux, ancien maire)
mars 2001[32] En cours Jean-Pierre Mauquest[33] DVD Technicien de maintenance
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et deux adjoints[33].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[35].

En 2019, la commune comptait 2 106 habitants[Note 8], en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013 (Manche : −0,97 %, France hors Mayotte : +2,17 %). Montebourg a compté jusqu'à 2 535 habitants en 1836.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1342 3912 4272 5342 5232 5352 5022 4942 471
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2612 2142 3042 1722 2342 2332 1492 0492 161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1751 9571 8311 6471 6141 5671 5421 2121 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8272 0262 0391 9562 0522 0222 0132 0982 085
2019 - - - - - - - -
2 106--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Montebourg.
La statue équestre de Jeanne d'Arc.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Amicale sportive de Montebourg fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[42].

La Société des amis des écoles laïques de Montebourg (SAEL) propose différentes disciplines (tir à l'arc, boxe française, tennis de table, badminton…).

Manifestations[modifier | modifier le code]

Une « foire de la chandeleur », dont l'origine remonte au Moyen Âge[43], a lieu chaque année à Montebourg fin janvier ou début février[44].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de Carbonnel de Canisy (baptisé vers 1656 - mort en 1723), abbé commendataire de l'abbaye de Montebourg ; en 1718, il fonde l'hôpital de Montebourg.
  • Charles-François Tiphaigne de La Roche (né le à Montebourg où il est mort le ), médecin et écrivain français.
  • Guillaume Besnard-Duchesne (né en 1747 à Montebourg - 1826), homme politique français, lieutenant particulier du bailliage de Valognes, député du tiers état aux états-généraux de 1789, député de la Manche, en 1815, pendant les Cent-Jours.
  • Ernest Le Nordez (né en 1839 à Montebourg, mort à Marseille en 1905), journaliste-écrivain français ; frère ainé d'Albert Le Nordez.
  • Albert Le Nordez (né en 1844 à Montebourg, et mort en 1922 dans cette même ville), conférencier et prélat catholique français. Il est aussi connu pour l'affaire Le Nordez, simple polémique devenue affaire d'État, précipitant l'adoption de la loi de séparation des Églises et de l'État, en 1905.
  • Paul Le Cacheux (né en 1873 à Montebourg - 1938), historien et archiviste français.
  • Edmond-Marie Poullain (né le à Montebourg, mort le à Granville), magistrat, peintre-graveur et aquafortiste français.
  • Joseph Lecacheux (né en 1880 à Montebourg - 1952), homme politique français, médecin de profession.
  • Maurice Lucas (1896 - 1988), homme politique français, ingénieur agricole de formation. Il fonde la laiterie de Montebourg en 1935 et en reste président pendant une cinquantaine d'années.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Ste Marie du Mont - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Montebourg et Sainte-Marie-du-Mont », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Ste Marie du Mont - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Montebourg et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. a et b François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Éditions Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4), p. 160.
  24. Jean-Yves Cuquemelle, Montebourg et le pays cassin, 1982, Heimdal, ASIN : B0014KB05O.
  25. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de lieux de la Manche attestés entre 911 et 1066 », dans Annales de Normandie, janvier 1951, p. 30.
  26. Maurice Lecœur, Le Moyen Âge dans le Cotentin : Histoire & Vestiges, Isoète, , 141 p. (ISBN 978-2-9139-2072-9), p. 15.
  27. a et b Yann Magdelaine, Atlas du Débarquement, éd. Ouest-France, , 103 p. (ISBN 978-2-7373-5657-5), p. 42.
  28. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et Manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 176 p. (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 20.
  29. Comité Gille de Gouberville et al. (préf. Annick Perrot, ill. Kévin Bazot, sous la direction de Julien Deshayes), Voyage en Cotentin avec Gilles de Gouberville, Éditions Heimdal, , 95 p., 30 cm, illustrations couleur (ISBN 978-2-84048-581-0, EAN 9782840485810, BNF 46897276), p. 77-79.
  30. « GASO, la banque du blason - Montebourg » (consulté le ).
  31. [PDF] « Mémorial Dormans - Communes décorées de la croix de guerre 1939-1945 » (consulté le ).
  32. « Jean-Pierre Mauquest », sur jean-pierre-mauquest.jimdo.com (consulté le ).
  33. a et b Réélection 2014 : « Montebourg (50310) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 408.
  39. « Église », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Œuvres mobilières à Montebourg », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « Monument à Jeanne d'Arc ou statue de Jeanne d'Arc », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Am. S. Montebourg » (consulté le ).
  43. Michel Hébert et André Gervaise, Châteaux et Manoirs de la Manche, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, (ISBN 978-2-84706-143-7), p. 20.
  44. Marie-Brigitte Leflot, « La Chandeleur 2017 à Montebourg », sur Francebleu.fr, (consulté le ).
  45. (de) Aachen-Walheim-Montebourg..