Bricquebec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bricquebec
Bricquebec
Vue du centre de Bricquebec et du château.
Blason de Bricquebec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
Statut commune déléguée
Maire délégué Denis Lefer
2020-2026
Code postal 50260
Code commune 50082
Démographie
Gentilé Bricquebétais
Population 4 014 hab. (2018)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 12″ nord, 1° 37′ 45″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 161 m
Superficie 32,66 km2
Élections
Départementales Bricquebec
Historique
Commune(s) d'intégration Bricquebec-en-Cotentin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Bricquebec
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Bricquebec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bricquebec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bricquebec

Bricquebec est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Bricquebec-en-Cotentin[1].

Elle est peuplée de 4 014 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les hivers relativement doux caractéristiques d'un climat océanique permettent la culture de palmiers ou de camélias.

La ville de Bricquebec se situe au centre de la péninsule du Cotentin, à environ 20 km au sud de la côte nord, 15 km de la côte ouest et 25 km de la côte est de la presqu'île. Elle occupe le fond d'une cuvette naturelle de quelques kilomètres de diamètre, dont les pentes sont visibles par exemple au travers de la côte de Cattigny qui mène au nord vers Cherbourg via Quettetot. La rivière l'Aizy, affluent de la Scye, traverse la ville du nord vers le sud.

Les principaux axes routiers relient Bricquebec à Cherbourg au nord, Saint-Sauveur-le-Vicomte au sud D 900, Valognes à l'est et Barneville-Carteret au sud-ouest (D 902). Cette situation de nœud routier a probablement joué un rôle dans le développement de la bourgade, qui aujourd'hui s'étire schématiquement sur 3 km le long des routes de Valognes, Barneville-Carteret et de l'axe secondaire qui mène vers Surtainville à l'ouest. La possibilité de surveiller les collines environnantes depuis l'emplacement qui au Moyen Âge sera occupé par le château fut sans doute aussi un élément déterminant.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Bricquebec.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bricrebec en 1050 - 1066, Brichebec en 1180, Brikebec, Brichebec au XIIe siècle[2].

Il s'agit d'un composé toponymique avec deux appellatifs : le second élément -bec représente manifestement l'ancien normand bec « ruisseau » issu du norrois bekkr « cours d'eau »[2].

Le premier élément Bricque- est plus difficilement identifiable : peut-être faut-il y voir le vieux norrois brekka « pente »[2], mais dans ce cas, il serait devenu Brecque- et il serait situé en seconde position, comme dans le microtoponyme Houllebrecque à Saint-Aubin-de-Crétot[3]. Reste le vieux norrois bryggja « pont » ou encore Briki, anthroponyme norrois déjà rencontré dans les Bricqueville[2], cependant le nom de personne Briki est hypothétique et devrait être noté *Briki. Les mêmes éléments se retrouvent aussi dans Bricquebosq (Brichebot v. 1100, Brickebo 1224), Bricquebost (avec, à côté, le hameau de Bricqueville), Briquedalle à Sassetot-le-Mauconduit, Briquemare à Cauville-sur-Mer et peut-être Briquetonne à Saint-Aubin-sur-Risle.

Le gentilé est Bricquebétais.

Histoire[modifier | modifier le code]

La toponymie atteste de l'importance de l'apport scandinave dans le développement régional, et en effet peu de vestiges significatifs témoignent de l'occupation du site avant la fin du Haut Moyen Âge. La présence éparse de fragments de tuiles et artefacts gallo-romains laisse néanmoins penser à une occupation rurale relativement dense[4].

La tradition attribue la fondation de la place forte et de la baronnie qui s'y installe, aux alentours de l'an Mille, au Normand Anslech, d'origine scandinave (Asleikr; cf. Anlec, patronyme encore attesté à Hémevez en 1420 et dans tous les Anneville de Normandie), un personnage proche du duc de Normandie Guillaume Longue Épée (v.927-942). L'édifice original devait revêtir l'aspect d'une motte féodale, forme primitive du château médiéval. Il est probable que cette construction ait eu pour objet d'affermir l'emprise ducale sur ces territoires occidentaux récemment conquis sur les Bretons.

En 1332, une charte donnée par Jean, duc de Normandie, fils aîné du roi de France et futur Jean le Bon, pour la forêt de Bricquebec, exempte les barons de Bricquebec du « tiers et danger » (droits à verser au roi sur les ventes de tout bois)[5]. À la Libération, l'affaire Élisa Lefèbre de Plinval est jugée devant la cour de justice de la Manche, du au [6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bricquebec

Les armes de la commune de Bricquebec se blasonnent ainsi :
D'or au lion de sinople armé et lampassé de gueules.

Ce blason ('le lion vert') fut celui de la célèbre famille Bertrand et du maréchal de France Robert VIII Bertrand de Bricquebec.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Ferdinand Lucas   Capitaine de gendarmerie
1946 1963 Marcel Grillard   PDG industrie laitière
1963 1977 Joseph Thiébot   Notaire
1977 1996 Paul Philippe   PDG des carrières Leroux-Philippe
1998 avril 2014 Henri-Louis Védie UMP Professeur à HEC
avril 2014[8] déc. 2016 Patrice Pillet UMP Vétérinaire
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.
Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[9] mai 2020 Patrice Pillet UMP-LR Vétérinaire
maire de Bricquebec-en-Cotentin
conseiller départemental (depuis 2015)
mai 2020[10] En cours Denis Lefer DVD Chef d'entreprise à la retraite
maire de Bricquebec-en-Cotentin

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 4 014 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Bricquebec[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 2664 0004 3454 3494 2554 4144 4844 5044 446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 9883 9693 7793 6223 6673 7573 6473 6612 761
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7782 8172 8162 5362 5962 6042 6822 8822 732
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 8733 0633 1423 7244 3634 3604 2214 2604 087
2018 - - - - - - - -
4 014--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Marché tous les lundis matin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges du château.
Rempart.

À la suite de la création du pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin en 2001, Bricquebec bénéficie avec Valognes et Saint-Sauveur-le-Vicomte du label Villes et Pays d'art et d'histoire accordé par le ministère de la Culture.

  • Château de Bricquebec (XIIe siècle) : c'est l'un des mieux préservés de la région, avec ses remparts, ses tours et son donjon polygonal (classé monument historique). La Tour de l'Horloge abrite un petit musée régional (meubles, médailles, minerais). Le château de Bricquebec, des XIIe et XVe siècles, est dominé par l'imposante silhouette du donjon. Ses 22 mètres de haut viennent s'ajouter aux 18 mètres de la motte sur laquelle il est assis. Il est séparé du châtelet d'entrée, appelé tour de l'Horloge dominée de son clocheton, par une forte courtine. Le chartrier[Note 3], enserré dans le rempart, renfermait quelque 8482 pièces d'archives[5].
  • Château des Galleries (XVIe – XVIIe siècle).
  • Château Saint-Blaise (XVIIIe – XIXe siècle)[14]. Le château est bâti dans le 4e quart du XVIIIe siècle par René de Traynel avec l'aide de la dot de 100 000 livres de son épouse Marie Fouques de Teufles[15], au centre d'un parc de 18 hectares. À noter également les communs qui méritent d'être vu. Dans la seconde moitié du XIXe siècle on lui adjoint un pavillon et on construit un haras dans les dépendances. À l'intérieur, en réemploi dans une salle du rez-de-chaussée, une cheminée du XVIIe siècle provenant du château de Sotteville. Le jardin d'hiver est édifié dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le château fait l'objet d'un recensement à l'inventaire général des monuments historiques[16].
  • Manoir du Quesnay (XVIIe siècle). En 1646, la terre du Quesnay est la possession de maître Jacques Cheron[17]. Elle est ensuite entre les mains de Jacques Le Poitevin du chef de sa femme, Anne Cheron. Se succèdent, Charles-Auguste Le Poitevin, né à Bricquebec le , écuyer, qualifié de sieur du Quesnay, puis de son frère utérin Adrien-François Pinel (mort en 1761), écuyer, patron et seigneur de Golleville. Son fils, Jean-Charles-Adrien Pinel (1756-1833) vend le Quesnay le à maîtres Magloire Née et Pierre-François Née[18], qu'ils revendent par acte du , pour 35 250 livres, à René-Louis Traynel, écuyer, sieur de Saint-Blaise, seigneur et patron de Bolleville, résidant en son château des Vallées à Bricquebec (actuel château Saint-Blaise). Le domaine passe à son fils Jules de Traynel (1784-1833) , maire de Bricquebec, puis par partage du au fils de ce dernier Henri de Traynel (1831-1893), qui le vend le à M. Auguste Sébire. Sans postérité, ce sont ses neveux qui hérite du domaine. Le château sera vendu aux enchères le à M. Auguste Travers, dont les descendants y résident encore [19].
  • Manoir de la Ramée. Le manoir est décrit dans l'acte de vente du entre Olive Le Roux et Georges Le Roux ainsi : « un corps de logis construit de « villes pierres » (grès armoricain) et couvert d'ardoise et d'une autre maison à usage de grange. ». La ferme actuelle est construite par Georges Le Roux. Antoine Le Sage, sieur du Longval, devenu propriétaire de la Ramée en 1748 en modifie les dispositions intérieures, et le manoir est profondément remanié par François Vattier qui en fait l'acquisition le [20].
  • Manoir des Petits Prés (début XVIe siècle). En 1508, Guillaume Le Verrier en fait aveu à Guyon d'Estouteville, baron de Moyon, Bricquebec et Gacé[21]. Le , Guillaume Le Verrier fait aveu pour sa terre des Petits Prés au baron de Bricquebec[22]. François Le Verrier, la vend le à Jean-Pierre Loir, chevalier, seigneur du Lude, baron de Néhou, habitant à Saint-Sauveur-le-Vicomte, contre la somme de 10 000 livres de principal et 500 litres de vin[23]. Daniel-Raoul Loir la revend le à maîtres Jean Deschateaux et Joseph Deschateaux, frères, pour le prix de 12 000 livres[24].
  • Le Piqueret (fin XVIe siècle). La terre du Piqueret est dans la dernière partie du XVIe siècle la possession de Philippe Coller, sieur de Sainte-Barbe, et passe à sa fille, Annette Coller, puis au fils cadet de cette dernière, Philippe Pinel, sieur du Danois et Darnetal[25]. Vincent Pinel, sieur d'Éroudeville, au profit de François-Alexandre Guillebert, résident à Vasteville. En 1775, y habitait Jean Le Laidier et sa famille[26].
  • Abbaye Notre-Dame-de-Grâce (cistercienne) (XIXe siècle).
  • Vestiges de l'église romane : détruite en 1897, il n'en subsiste que trois arcades à chapiteaux romans à la sortie de la ville en direction de Saint-Sauveur-le-Vicomte, et son portail qui a été remonté dans la rue principale du bourg[27].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • La Sainte-Anne, grande fête foraine traditionnelle, le dernier week-end de juillet.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. La famille de Gontaut-Biron a accepté de déposer le chartrier de Bricquebec aux Archives départementales de la Manche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de la Manche » (consulté le 10 décembre 2015).
  2. a b c et d François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 87 - 88.
  3. (en) Eilert Ekwall (en), The Concise Oxford Dictionary of English Place-names, Oxford, Oxford University Press, , 4e éd..
  4. Consulter l'inventaire archéologique de la Manche, disponible par exemple à la bibliothèque municipale de Valognes
  5. a et b Jack Lepetit-Vattier, « La baronnie de Bricquebec - L'emprise d'un grand domaine seigneurial », Vieilles maisons françaises (vmf), patrimoine en mouvement, no 232,‎ , p. 23-24 (ISSN 0049-6316).
  6. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, De Borée, Paris, avril 2012.
  7. Jacques Blin, étude sur les maires des communes du canton de Bricquebec à partir des registres d'état civil
  8. « Patrice Pillet devient premier magistrat de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 avril 2014)
  9. « Bricquebec-en-Cotentin a élu son maire et ses adjoints », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 janvier 2016).
  10. « Denis Lefer premier magistrat de la cité du Donjon », sur actu.fr, La Presse de la Manche (consulté le 8 juin 2020).
  11. Date du prochain recensement à Bricquebec, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  14. Norbert Girard et Maurice Lecœur, Trésors du Cotentin : Architecture civile & art religieux, Mayenne, Éditions Isoète, , 296 p. (ISBN 978-2-9139-2038-5), p. 233.
  15. Girard et Lecœur 2005, p. 27.
  16. « Château de Saint-Blaise », notice no IA50000080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Lepetit-Vattier 2001, p. 40.
  18. Lepetit-Vattier 2001, p. 47.
  19. Lepetit-Vattier 2001, p. 48.
  20. Lepetit-Vattier 2001, p. 68-72.
  21. Jack Lepetit-Vattier, Demeures de Bricquebec et de ses environs, Saint-Lô, Société d'Archéologie et d'Histoire de la Manche, coll. « Études et documents », , 306 p. (ISBN 2-914329-03-2), p. 23.
  22. Lepetit-Vattier 2001, p. 24.
  23. Lepetit-Vattier 2001, p. 26.
  24. Lepetit-Vattier 2001, p. 27.
  25. Lepetit-Vattier 2001, p. 31.
  26. Lepetit-Vattier 2001, p. 37.
  27. Girard et Lecœur 2005, p. 55.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :