Sainte-Mère-Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Mère-Église
Sainte-Mère-Église
Vue de l'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Alain Holley
2020-2026
Code postal 50480
Code commune 50523
Démographie
Gentilé Sainte-Mère-Églisais
Population
municipale
3 074 hab. (2018)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 32″ nord, 1° 19′ 04″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 41 m
Superficie 52,27 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Carentan-les-Marais
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Sainte-Mère-Église
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Sainte-Mère-Église
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Mère-Église
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Mère-Église
Liens
Site web www.saintemereeglise.fr

Sainte-Mère-Église est une commune française, chef-lieu de canton du département de la Manche, dans la région Normandie, peuplée de 3 074 habitants[Note 1].

La commune est connue pour être l'une des premières communes de France continentale libérées le 6 juin 1944 lors de la bataille de Normandie.

Le 1er janvier 2016, elle est créée sous le statut de commune nouvelle après la fusion des communes de Sainte-Mère-Église, Beuzeville-au-Plain, Chef-du-Pont, Écoquenéauville et Foucarville[1] étendue le 1er janvier 2019 à Carquebut et Ravenoville[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sainte-Mère-Église est une commune du département de la Manche, dans la région Normandie. Elle est située à 14 km de Carentan et à 37 km de Saint-Lô.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Mère-Église est traversée par la rivière le Merderet[4]

Accès[modifier | modifier le code]

Réseau routier de la Manche

La commune est traversée dans le sens nord-sud par la RN 13 (2 × 2 voies).

Transport inter-urbain[modifier | modifier le code]

Sainte-Mère est associée aux transports en commun départementaux par bus (Manéo) via la ligne 1 : Cherbourg-Octeville - Valognes - Carentan - Saint-Lô.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[7]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 667 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ste Marie du Mont », sur la commune de Sainte-Marie-du-Mont, mise en service en 1997[11] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[12],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,4 °C et la hauteur de précipitations de 913,5 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 34 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[15] à 10,7 °C pour 1981-2010[16], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Mère-Église est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[18],[19],[20]. La commune est en outre hors attraction des villes[21],[22].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[23]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[24],[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes latinisées : Sancte Marie Ecclesia 1080 - 1082, Ecclesia de Sancte Maria. Mention de 1317 : Saincte-Mariglise. Sainte-Mariglise, « Sainte-Marie-Église », a été altéré en Sainte-Mère-Église. En effet, les formes anciennes impliquent une référence à Marie[26], sans rapport donc avec Méréglise (Eure-et-Loir) qui est attesté sous la forme Mater ecclesia, église-mère[27].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mère-Libre[28].

Le gentilé est Sainte-Mère-Églisais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte Sainte-Mère-Église (commune nouvelle)
Carte Sainte-Mère-Église (commune nouvelle, 2019)

L'histoire de la commune est celle des anciennes communes fusionnées.

En 2018, deux communes ont exprimé le souhait de rejoindre la commune nouvelle : Ravenoville[29] alors que cette dernière avait rejeté l'option en 2015[30] et Carquebut[31].

En 2019, un arrêté complémentaire a été pris le 27 décembre 2018 pour rétablir un accent aigu sur le mot Église[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de tous les conseillers municipaux issus des conseils des anciennes communes. Le maire de chacune d'entre elles devient maire délégué[1].

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Sainte-Mère-Église (commune déléguée)
(siège)
50P26 CC de la Baie du Cotentin 17,68 1 604 (2018) 91


Beuzeville-au-Plain 50051 CC de la Baie du Cotentin 2,04 47 (2018) 23
Chef-du-Pont 50127 CC de la Baie du Cotentin 3,78 670 (2018) 177
Écoquenéauville 50170 CC de la Baie du Cotentin 3,52 78 (2018) 22
Foucarville 50191 CC de la Baie du Cotentin 5,06 124 (2018) 25
Carquebut 50103 CC de la Baie du Cotentin 8,54 297 (2018) 35
Ravenoville 50427 CC de la Baie du Cotentin 11,65 254 (2018) 22

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la commune nouvelle
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[33] mai 2020 Jean Quétier SE Cadre retraité
Réélu maire de la commune nouvelle pour le mandat 2019-2020[34]
mai 2020 En cours Alain Holley    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 3 074 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2018
2 5682 5502 5313 0773 074
(Sources : Insee à partir de 2014[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Une pharmacie et plusieurs médecins sont présents dans la commune.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sainte-Mère-Église est rattachée à l'académie de Caen.

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parc d'activité avec la zone artisanale « les Crutelles ».

Depuis février 2010, Sainte-Mère-Église forme avec Ravenoville et Sainte-Marie-du-Mont un groupement de « communes touristiques »[36].

Pour les services, la commune dispose d'un bureau de poste, d'un office de tourisme et d'une gendarmerie. Pour les loisirs, on trouve notamment un complexe sportif avec salle omnisports et stade. Il y a aussi une bibliothèque.

Le musée Airborne est situé sur la commune.

La commune est labellisée Village étape depuis 2018.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les lieux et monuments de la commune sont ceux des anciennes communes déléguées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Église de Sainte-Mère-Église, avec un mannequin de parachutiste accroché au clocher
  • Henri Basnage de Franquesnay (1615 à Sainte-Mère-Église - 1695), avocat.
  • François-Edouard Hasley (1825-1888), successivement évêque de Beauvais, archevêque d'Avignon puis archevêque de Cambrai.
  • Jean François Oury, capitaine d’Empire et membre du conseil d’arrondissement, maire de Sainte-Mère.
  • Félix Roumy (1861 à Sainte-Mère-Église - 1935), homme politique, président du conseil général de Nouvelle-Calédonie de 1925 à 1926.
  • Paul Cirou (1869 à Sainte-Mère-Église - 1951), peintre local de la famille d'Aigremont.
  • Amand Louis Malençon (1911 à Sainte-Mère-Église - 1995), chercheur et inventeur dentaire.
  • John Steele (1912-1969), parachutiste américain qui doit sa renommée pour être resté accroché au clocher de l'église de Sainte-Mère la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sainte-Mère-Église

Les armes de la commune de Sainte-Mère-Église se blasonnent ainsi :
D'azur à l'église d'argent, couverte d'or et surmontée de deux parachutes aussi d'argent soutenant chacun une étoile du même, l'église chargée des lettres A et M capitales de sable, à la champagne cousue de gueules chargée d'un léopard aussi d'or[37].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Damien Fantauzzo, Sainte-Mère-Église, première ville libérée de France, Esprit du livre, , 256 p.
  • Yves Lecouturier, Les Plages du Débarquement, Éditions Ouest-France, (ISBN 978-2-7373-2339-3)
  • Maurice Lecœur, Sainte-Mère-Église 1082-1944, Éditions Fanval, 1988

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Manche, n° 79 », .
  2. Recueil des actes administratifs de la Manche du 27 décembre 2018 (pages 3 à 6)
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  4. Notice du Sandre sur le Merderet, consultée le 26/10/09
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Station Météo-France Ste Marie du Mont - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Sainte-Mère-Église et Sainte-Marie-du-Mont », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Ste Marie du Mont - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Sainte-Mère-Église et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  24. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. Noms de lieux de Normandie, Lepelley, Paris, 1999 (ISBN 2862532479).
  27. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1985.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Sainte-Mère-Église », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  29. Fusion avec Sainte-Mère : « Un vrai atout à jouer »
  30. Commune nouvelle. Le conseil de Ravenoville a dit non
  31. Le conseil a dit oui à Sainte-Mère-Église
  32. Arrêté n° 18-71 du 2 janvier 2019 portant modification de l'arrêté n° 18-66 du 27 décembre 2018 créant la commune nouvelle de SAINTE-MERE-ÉGLISE
  33. Jean Quétier, maire de la commune nouvelle
  34. « Sainte-Mère-Église. Élection du maire de la commune nouvelle », La Manche libre,‎ (lire en ligne).
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  36. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - février 2010 » (consulté le ) : page 4.
  37. « GASO, la banque du blason - Sainte-Mère-Église Manche » (consulté le ).