Alberto Cavalcanti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavalcanti.

Alberto Cavalcanti

Nom de naissance Alberto de Almeida Cavalcanti
Naissance
Drapeau du Brésil Rio de Janeiro (Brésil)
Décès
Drapeau de la France Paris (France)
Profession Réalisateur
Films notables Went the Day Well ?
Champagne Charlie
Au cœur de la nuit

Alberto Cavalcanti (Rio de Janeiro, 6 février 1897 - Paris, 23 août 1982), de son vrai nom Alberto de Almeida Cavalcanti, est un scénariste, directeur-producteur et réalisateur de cinéma d'origine brésilienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alberto Cavalcanti arrive à Paris au début des années 1920, et s’installe très tôt en France. Il se lie rapidement aux milieux d'avant-garde de l’époque et, après diverses expériences en tant que décorateur (notamment de L'Inhumaine de Marcel L'Herbier), il commence sa carrière de réalisateur en 1926 avec son premier film, Rien que les heures. La même année, il prend la nationalité française.

Maître authentique de l’art cinématographique brésilien du XXe siècle, Cavalcanti a enraciné sa réputation en tant que documentariste en Grande-Bretagne pendant les années 1930, avant de renforcer sa renommée par la production de quelques grands films pour les studios Ealing.

Cinéaste cosmopolite, on le découvre à Londres aux côtés de John Grierson dans les années 1930 pour la réalisation d'un documentaire Coal Face ou au département son de Courrier de nuit (Night Mail, 1936) produit par Grierson. Il participe au grand mouvement documentaire-réaliste

À la fin des années 1940, de retour au Brésil, il tente de redonner une nouvelle impulsion au cinéma national.

Il tournera ensuite en République fédérale d'Allemagne Maître Puntila et son valet Matti (Herr Puntila und sein Knecht Matti, 1956), en Italie, et de nouveau au Brésil Le Chant de la mer (O Canto do mar, 1954).

« Cavalcanti crée le prototype de la symphonie urbaine, sans histoire, mais non sans charpente interne, dramatise le documentaire, pour la première fois peut-être » (Jean-Loup Passek).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Plus une dizaine de films inédits réalisés durant son exil aux USA.

Liens externes[modifier | modifier le code]