Le titre de cette page ne peut être modifié.

Caroline du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caroline.

35° 30′ 00″ N 80° 00′ 00″ O / 35.5, -80

North Carolina
(fr) Caroline du Nord
Sceau
Sceau
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec la Caroline du Nord en rouge.SurnomTar Heel StateEn français : « L'État du Tar Heel »DeviseEsse quam videri (latin)« Être plutôt que sembler »
Carte des États-Unis avec la Caroline du Nord en rouge.

Surnom
Tar Heel State
En français : « L'État du Tar Heel »

Devise
Esse quam videri (latin)
« Être plutôt que sembler »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Raleigh
Adhésion à l’Union 21 novembre 1789 (12e État)
Gouverneur Pat McCrory (R)
Sénateurs Richard Burr (R)
Kay Hagan (D)
Nombre de représentants 13
ISO 3166-2 US-NC
Fuseau horaire -5
Démographie
Gentilé Nord-Carolinien/Nord-Carolinienne
Population 9 535 483 hab. (2010[1])
Densité 68 hab./km2
Rang 10e
Ville la plus peuplée Charlotte
Géographie
Altitude 215 m (min. : 0 m) (max. : Mont Mitchell 2 038 m)
Superficie 139 509 km2
Rang 28e
– Terre 126 256 km2
– Eau (%) 13 253 km2 (9.5 %)
Coordonnées 34° N à 36°21' N (901 km)
75°30' W à 84°15' W (240 km)
Divers
Langues officielles Anglais
Liens
Site web www.nc.gov

La Caroline du Nord (en anglais North Carolina) est un État du Sud des États-Unis. Sa capitale est Raleigh, et sa plus grande ville est Charlotte et son agglomération (Metrolina). Avec 9 535 483 habitants en 2010 sur une superficie de 139 509 km2, l'État est le 10e du pays par sa population et le 28e par sa taille. Longeant l'océan Atlantique à l'est, elle est bordée par la Caroline du Sud et la Géorgie au sud, le Tennessee à l'ouest, et la Virginie au nord. Territoire colonisé et occupé par les Européens dès le XVIe siècle, la Caroline du Nord est l'une des Treize colonies qui fondèrent les États-Unis d'Amérique. Elle est divisée en cent comtés. En grande partie rurale, elle présente des paysages divers, entre les plateaux du Piedmont, les îles des Outer Banks et le Cap Hatteras, et les Blue Ridge Mountains, partie de la chaîne des Appalaches. Le Mont Mitchell, point culminant de l'est des États-Unis, se trouve dans l'ouest de l'État.

Le territoire est peuplé depuis plus de 12 000 ans par des tribus amérindiennes, dont les Cherokees et les Tuscaroras. Découverte en 1512 par Juan Ponce de León, la Caroline du Nord est colonisée par des Espagnols, des Français et des Anglais durant le XVIe siècle et le XVIIe siècle. Dans les années 1730, de nombreux immigrants écossais s'installent au pied des Appalaches, et se révoltent contre la domination britannique lors de la Guerre d'Indépendance. Le 21 novembre 1789, la Caroline du Nord devient le 12e État de l'Union. A partir de 1870, elle connaît une forte expansion démographique, et voit sa population doubler entre 1970 (cinq millions d'habitants) et 2010 (9,5 millions). L'agglomération Raleigh-Durham, appelée aussi Research Triangle, compte à elle seule plus de 1,8 million d'habitants.

Depuis les années 1950, l'économie de la Caroline du Nord connaît une phase de transition, passant de l'industrie manufacturière (tabac, textile, biens de consommation) à une économie plus diversifiée, notamment dans les secteurs de l'énergie, des biotechnologies et de la finance. L'État est traditionnellement conservateur et soutient généralement le Parti républicain, mais il est désormais considéré comme un swing state. Marqué par l'importance de la religion évangélique baptiste, il appartient à la Bible Belt. En outre, la Caroline du Nord compte de nombreux établissements universitaires, dont la prestigieuse Université Duke. Enfin, la ville de Charlotte accueille plusieurs équipes sportives, dont les Panthers de la Caroline (football américain) et les Hornets de Charlotte, l'une des équipes évoluant en NBA (basket-ball).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Caroline est tiré du nom latin Carolus (Charles), en l'honneur du roi Charles Ier d'Angleterre (qui a fait la concession de terres d'origine en 1629).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Caroline du Nord.
Sir Walter Raleigh (et son fils), explorateur anglais.

Peuplé par l'homme depuis plus de 12 000 ans au gré des vagues de migration, son territoire est partagé par diverses tribus dont les Cherokees, Tuscarora, Cheraw, Pamlico, Meherrin, Coree, Machapunga, Indiens du Cape Fear, Waxhaw, Saponi, Tutelo, Waccamaw, Coharie, Woccon et Catawba. Elle fut le second territoire américain colonisé par l'Angleterre. Découvert en 1512 par l'Espagnol Juan Ponce de León et connu longtemps à partir de 1663 sous le nom de colonie d'Albemarle, du nom de l'estuaire d'Albemarle, Aumale en français (ainsi désigné en l'honneur du conseiller George Monck fait duc d'Aumale et bénéficiaire du comté de Moncks Corner par Charles II), le pays fut concédé en 1584 par Élisabeth à Walter Raleigh, qui tenta, mais sans succès, d'y former un établissement. En 1562, le Français Jean Ribault, envoyé par Charles IX, s'établit dans la Caroline du Sud, et donna au pays le nom de Caroline, en l'honneur de son roi (cf. Fort Caroline) ; mais en 1565 les Espagnols surprirent la colonie française et la massacrèrent. Quelque temps après, Dominique de Gourgues fut envoyé avec trois vaisseaux pour venger le massacre des Français, mais il n'essaya pas de relever la colonie.

Ensuite, pendant un siècle, la présence de l'homme blanc est restée proche de zéro, si l'on exclut un timide hameau installé au sud de la Chesapeake par des colons de Virginie. En 1663, peu après la restauration de la dynastie Stuart et la fin de Première Révolution anglaise, Charles II d'Angleterre donna les terres à huit propriétaires en remerciement de leur soutien militaire : le chancelier Edouard Hyde, premier comte de Clarendon, le général George Monck, duc d'Albemarle, lord Craven, lord John Berkeley, lord Anthony Ashley Cooper, comte de Shaftesbury, sir George de Carteret et sir William Berkeley. La plupart d'entre eux importent des esclaves après la création en 1672 de la Compagnie Royale d'Afrique, pour leurs vastes plantations de tabac.

En 1729, leurs descendants en cédèrent la propriété au gouvernement britannique (sauf John Carteret qui négocia avantageusement ses droits) qui divisa tout le pays en deux États, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, celle-ci incluant la future Georgie, et qui le posséda jusqu'à la déclaration d'indépendance en 1775. En 1670, John Locke avait donné une constitution à la Caroline ; mais cette constitution ne put être appliquée.

La Caroline connut plus tard, dans les années 1730, une forte immigration de familles modestes écossaises qui s'installèrent au pied des Appalaches. Grâce à leur implication, la Caroline sera la treizième des treize colonies qui se sont révoltées contre la domination britannique lors de la guerre d'Indépendance.

Constitution[modifier | modifier le code]

La Caroline du Nord a connu trois constitutions :

  • 1776 : ratifiée le 18 décembre 1776, elle fut la première constitution de l'État indépendant. La Déclaration des droits fut ratifiée le jour précédent ;
  • 1868 : Celle-ci fut rédigée sur le modèle des Reconstruction Acts, après l'intégration de la Caroline du Nord dans l'Union. C'est une modification majeure, et une réorganisation en quatorze articles, de la constitution originale ;
  • 1971 : Consolidation de la constitution de 1868 et des amendements qui en découlèrent.

Symboles[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Répartition de la population de la Caroline du Nord.
Historial
Année
du recensement
Population

1790 393 751
1800 478 103
1810 556 526
1820 638 829
1830 737 987
1840 753 419
1850 869 039
1860 992 622
1870 1 071 361
1880 1 399 750
1890 1 617 949
1900 1 893 810
1910 2 206 287
1920 2 559 123
1930 3 170 276
1940 3 571 623
1950 4 061 929
1960 4 556 155
1970 5.082 059
1980 5 881 766
1990 6 628 637
2000 8 049 313
2010 9 535 483

La Caroline du Nord compte trois régions urbaines avec plus de 1 million d'habitants :

  • Le Metrolina : Charlotte-Gastonia-Salisbury, NC-SC - population 2 191 604 ;
  • Le Triangle : Raleigh-Durham-Chapell Hill, NC - population 1 635 974 ;
  • Le Piedmont Triad : Greensboro-Winston-Salem-High Point - population 1 513 576.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama sur les Blue Ridge Mountains

La Caroline du Nord a des frontières avec la Caroline du Sud au sud, la Géorgie au sud-ouest, le Tennessee à l'ouest, la Virginie au nord, et l'océan Atlantique à l'est. À l'ouest, les Appalaches constituent une frontière naturelle avec le Tennessee.

Ses principales curiosités géographiques sont :

Principaux cours d'eau[modifier | modifier le code]

La Caroline du Nord est un État côtier ; de nombreux fleuves nés dans les Appalaches se jettent dans l'océan Atlantique, par exemple le Chowan, le Roanoke, la Pamlico, le Neuse, le Cape Fear, le Pee Dee et la Catawba. D'autres rivières naissent dans les Appalaches pour se jeter ensuite à l'ouest dans les affluents du Mississippi par exemple, la Hiwassee, la Little Tennessee et la French Broad.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

L'État de Caroline du Nord est divisé en cent comtés (counties).

Principales villes[modifier | modifier le code]

Charlotte, la nuit.

Villages portant des noms cocasses[modifier | modifier le code]

  • Climax (comté de Guilford, près de Greensboro)
  • Lizard Lick (comté de Wake, près de Raleigh)

Politique[modifier | modifier le code]

La Caroline du Nord est un État sudiste conservateur et un ancien bastion du parti républicain. Elle est aujourd'hui considérée comme un swing state.

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Ancien État confédéré, la Caroline du Nord est acquise aux démocrates de la fin de la période de reconstruction jusqu'aux années 1960. Herbert Hoover est le premier candidat républicain à une élection présidentielle à y être élu en 1928.

En 1968, Richard Nixon est le second républicain au XXe siècle à remporter le collège électoral. Il y est réélu en 1972.

Jusqu'en 2008, le seul candidat démocrate à parvenir à s'imposer fut Jimmy Carter en 1976.

Le républicain George W. Bush y avait été facilement élu en 2000 et aussi en 2004 avec 56 % des voix en dépit de la présence de John Edwards, sénateur de l'État, comme candidat à la vice-présidence au côté du démocrate John Kerry.

Lors de l'élection présidentielle américaine de 2008, le candidat démocrate Barack Obama s'impose de justesse, avec 0,33 point d'avance, sur son adversaire républicain John McCain.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le gouverneur de l'État est depuis 2013 le républicain Pat McCrory.

L'Assemblée générale de Caroline du Nord (North Carolina General Assembly en anglais) est composée d'une Chambre des représentants, comportant cent vingt membres, et d'un Sénat, composé de cinquante membres. Les chambres sont toutes deux à majorité républicaine lors de la session 2011-2012.

Représentation fédérale[modifier | modifier le code]

En 2008, au niveau fédéral, les deux sénateurs de l'État sont le républicain Richard Burr et le démocrate Kay Hagan, alors que neuf républicains et quatre démocrates représentent l'État à la Chambre des représentants des États-Unis.

Peine de mort[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 2005, la Caroline du Nord est l'État qui procède à l'exécution du millième condamné à mort depuis le rétablissement, en 1976, de la peine capitale aux États-Unis.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Research Triangle Park est un parc de haute technologie et un lieu d'enseignement situé à Raleigh.

L'aéroport international de Raleigh-Durham ainsi que l'aéroport international Charlotte-Douglas desservent cet État.

Culture[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Collèges et Universités

Sport[modifier | modifier le code]

Équipes professionnelles de sport

Personnalités liées à la Caroline du Nord[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Resident Population Data: Population Change », United States Census Bureau,‎ 23 décembre 2010 (consulté le 8 septembre 2010)
  2. Hélène Crié-Wiesner, « Quand la mer monte », dans Libération du 30.10.2007, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Caroline du Nord » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Liens externes[modifier | modifier le code]