Traité anglo-irlandais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Traité anglo-irlandais

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Les signatures du traité.

Articles d'accord pour un Traité entre la Grande-Bretagne et l'Irlande
Dépôt Archives nationales d'Irlande
Langues Irlandais, Anglais
Signé 6 décembre 1921
(Londres, Angleterre, Royaume-Uni)
Effet 6 décembre 1922
(Création de l'État libre d'Irlande)
Parties
Partie 1 Partie 2
Signataires Drapeau de l'Irlande République irlandaise Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni

Le traité anglo-irlandais ou traité de Londres signé le 6 décembre 1921 donne naissance à l'État libre d'Irlande à l'issue de la guerre d'indépendance irlandaise et organise la partition du pays, le nord de l'Irlande à majorité protestante restant au sein du Royaume-Uni.

Origine[modifier | modifier le code]

David Lloyd George, Premier Ministre britannique (1916-1922).

Lassé par une guerre qu'il ne peut gagner et constatant que l'écrasante majorité des Irlandais a basculé du côté des nationalistes, le gouvernement de David Lloyd George s'accorde avec Éamon de Valera, président de la République irlandaise sur les termes d'un cessez-le-feu. Les nationalistes, et en particulier l'organisateur de l'IRA pendant la guerre d'indépendance irlandaise, Michael Collins, de leur côté, se sont aperçus qu'il ne pourraient obtenir une victoire complète après le semi-échec de leur stratégie d'attaque frontale contre les forces britanniques. Les deux parties sont donc contraintes de négocier, Éamon de Valera refuse de se rendre à Londres et nomme Arthur Griffith chef de la délégation irlandaise pour négocier avec le gouvernement britannique.

Négociateurs[modifier | modifier le code]

Pour le gouvernement britannique 
Pour le gouvernement irlandais 

Termes du traité[modifier | modifier le code]

  • Est créé l'État libre d'Irlande, constitué de la majeure partie de l'Irlande.
  • Les forces britanniques doivent évacuer le territoire de l'État libre à l'exception de trois bases militaires souveraines stratégiques, soit Berehaven (ou Castletownbere), Queenstown (actuelle Cobh) et Lough Swilly, établies lors du Treaty ports.
  • L'État libre a le statut de dominion à l'image du Canada ou de l'Australie, le souverain britannique est le chef de l'État et est représenté par un Gouverneur général.
  • Les membres du Dáil Éireann doivent prêter allégeance à la couronne britannique.
  • L'Irlande du Nord (séparée institutionnellement du reste de l'Irlande depuis 1921), pourra choisir de rester au sein du Royaume-Uni, ou de se rattacher à l'état libre.
  • Si l'Irlande du Nord choisit de demeurer au sein du Royaume-Uni (ce qui sera le cas), une commission de modification du tracé de la frontière sera désignée afin de permettre le rattachement à l'Irlande du Sud des régions catholiques d'Irlande du Nord le désirant.
  • L'État libre devra assumer une partie de la dette contractée par le Royaume-Uni pendant la guerre.

La séparation des Six comtés de l'Ulster formant l'Irlande du Nord (à majorité protestante et pro-britannique) n'est pas décidée par le traitée, elle est officielle depuis 1921. À l'époque, il ne s'agissait pas d'échapper à l'indépendance, mais de permettre à deux régimes de home rule (autonomie interne) différenciés d'exister  : un pour les régions protestantes, et un pour les régions catholiques. Le traité n'aborde ce point qu'à travers l'hypothèse d'une réunification volontaire, et à défaut d'une redéfinition de la frontière pour les régions catholiques.

Ratification[modifier | modifier le code]

Le traité est signé à Londres le 6 décembre 1921 par les membres des délégations. Pour entrer en vigueur, il doit être ratifié par la Chambre des communes britannique et le Dáil Éireann, rassemblant les élus du Sinn Féin.
Il est ratifié facilement à la Chambre des communes par un vote de 401 contre 58 le 14 décembre 1921.

L'opposition au traité est vive au sein du Dáil, Éamon de Valera et Cathal Brugha affrontent violemment Michael Collins et Arthur Griffith, refusant la partition et le serment d'allégeance et demandent son rejet.

Après des débats houleux, le traité est finalement ratifié par 64 voix contre 57 le 7 janvier 1922. Sa proclamation royale, le 6 décembre 1922, au Royaume-Uni entraîne son entrée en vigueur.

Ce vote entraîne la démission de de Valera en tant que président du Dáil, remplacé par Arthur Griffith qui forme alors le gouvernement provisoire de l'État Libre, dont la Constitution sera votée en décembre 1922 par l'assemblée.

En accord avec les termes du traité, des élections générales sont organisées pour réélire un nouveau Dáil remplaçant à la fois le Dáil précédent et la Chambre des communes d'Irlande du Sud instituée auparavant par les Britanniques.

Ces élections (mars 1922) sont avant tout une approbation du traité par le peuple irlandais, qui donne à ses partisans la victoire.

Éamon de Valera, premier Président de la République d'Irlande.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Refusant les résultats du vote, Éamon de Valera, ancien leader du mouvement indépendantiste et une partie de l'IRA s'opposent au traité. En avril 1922, Rory O'Connor et 200 membres de l'IRA opposés au traité occupent le palais de justice de Dublin (four Courts), espérant entrainer une confrontation générale avec la Grande-Bretagne, et provoquer l'échec du traité.

Soumise à une forte pression britannique, la nouvelle direction de l'état libre d'Irlande, en particulier le président du Dáil, Arthur Griffith, et le commandant en chef de l'armée nationale Michael Collins, font bombarder le palais de justice en juin 1922.

Le pays plonge alors dans la guerre civile d'Irlande entre les anciens compagnons de lutte. Éamon de Valera s'affirme comme chef politique des républicains, et affronte Michael Collins et Arthur Griffith. La guerre est finalement gagnée par les partisans du traité, en mars 1923.

En 1925, le gouvernement britannique refuse l'application des modifications de frontière envisagées par le traité au bénéfice des régions d'Ulster à majorité catholique. La boundary commission (commission des frontières) formée pour l'occasion est donc un échec. Le gouvernement irlandais accepte finalement le statu-quo en échange d'une remise sur sa dette à l'égard de la Grande-Bretagne, à un moment de grande difficulté financière. Le maintien d'une très forte minorité catholique en Irlande du Nord, couplée à une politique très discriminatoire de la majorité protestante, mènera aux violences séparatistes des années suivantes, particulièrement entre 1969 et 1997.

Soldats de la cavalerie britannique quittant l'Irlande en 1922.

En décembre 1931, le statut de Westminster accorde l'indépendance formelle à tous les dominions, donc également à l'Irlande. Cette modification est cependant plus symbolique que pratique, les pouvoirs du gouvernement irlandais s'étendant déjà à tous les domaines classiques de la souveraineté.

En 1932, le Fianna Fáil de de Valera gagne les élections. La plupart des limitations du traité, à l'exception de la division de l'Irlande, sont alors révoquées. Le serment est supprimé, les versements financiers à la Grande-Bretagne cessent et l'institution de Gouverneur général représentant la Couronne est abolie. En décembre 1936, une réforme constitutionnelle fait d'un président élu par le Dail le chef de l'État, achevant ainsi de rompre les liens constitutionnels avec Londres. Pour des raisons symboliques, la république n'est cependant pas officiellement proclamée, cette proclamation étant renvoyée à la réunification avec le Nord. Les successeurs de de Valera la proclameront en 1949, malgré l'absence de cette réunification.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

(fr)

  • Pierre Joannon, Histoire de l'Irlande et des Irlandais, Perrin, 2005.

(en)