Guerres anglo-néerlandaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les guerres anglo-néerlandaises (en anglais : Dutch wars pour « guerres néerlandaises » ; en néerlandais : Engelse Oorlogen pour « guerres anglaises ») sont une série de quatre guerres au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle entre l'Angleterre (puis le Royaume de Grande-Bretagne) et les Provinces-Unies. Leur enjeu était le contrôle des échanges commerciaux internationaux ; de ce fait, la quasi-totalité des combats furent menés sur mer.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'écroulement de la puissance espagnole après la guerre de Trente Ans.

Première Guerre anglo-néerlandaise[modifier | modifier le code]

La première des quatre Guerres anglo-néerlandaises a lieu de 1652 à 1654. C'est une conséquence imprévue de la Première Révolution anglaise, qui souhaite contrôler le commerce des colonies britanniques, en particulier par le blocus de la Barbade, pour affaiblir les royalistes qui s'y sont réfugiés et couper leurs liens avec ceux qui sont restés en Angleterre. Dans ce but, le parlement anglais a créé de nouvelles taxes à partir de 1643, comme celle qui prélève 25 % des « rentes annuités et offices »[1] pour financer un énorme effort de guerre, en particulier dans la construction de navires[2]. L'Angleterre fit un énorme effort de modernisation de sa flotte dans les années 1640, construisant pendant les quatre premières années plus de navires que pendant les 25 précédentes. Le parlement craint en particulier que les royalistes exilés à l'étranger ne contrôlent progressivement toute la flotte marchande par la piraterie. Une loi du 10 novembre 1650 créée une taxe de 15 % sur la cargaison de tous les navires marchands, pour financer leur protection, sous forme de convois escortés par des navires de guerre.

Les Actes de Navigation devinrent la justification de la croissance de la Royal Navy[3]. Les anglais décident d'intercepter les navires français travaillant pour les royalistes anglais des colonies, puis capturent des dizaines de bateaux hollandais lors du blocus de la Barbade en 1651.

La guerre commença par des attaques anglaises de navires marchands néerlandaises. Les Pays-Bas répliquèrent plus violemment que prévu en raison de conflits internes pour pouvoir. Le tout dégénéra en grandes batailles navales entre les navires du Commonwealth de l'Angleterre et ceux des Provinces-Unies. Même si la guerre fut indécise, la marine anglaise y a gagné en assurance, dans le sillage des Actes de Navigation.

Deuxième Guerre anglo-néerlandaise[modifier | modifier le code]

La Deuxième Guerre anglo-néerlandaise a lieu de 1665 à 1667.

Elle fait suite à la Première Guerre anglo-néerlandaise, qui s'était conclue par une victoire anglaise. Tout comme la première, la Deuxième Guerre anglo-néerlandaise avait pour principal enjeu la maîtrise des principales routes commerciales maritimes, sur lesquelles la Hollande et la Zélande exerçaient pour l'instant une nette domination.

Elle se conclut par le traité de Bréda le 31 juillet 1667.

Troisième Guerre anglo-néerlandaise[modifier | modifier le code]

La Troisième Guerre anglo-néerlandaise a lieu de 1672 à 1674.

C'est un conflit sous-jacent à la Guerre de Hollande que Louis XIV avait engagé en 1672 et qui ne se termina qu’en 1678. Le parlement anglais contraint finalement le roi Charles II à faire la paix avec les Pays-Bas.

Quatrième Guerre anglo-néerlandaise[modifier | modifier le code]

La Quatrième Guerre anglo-néerlandaise a lieu de 1780 à 1784.

C'est un conflit sous-jacent à la Guerre d'indépendance des États-Unis. La défaite des Provinces-Unies permet à la puissance britannique de soutirer de nombreuses concessions coloniales dans les Indes néerlandaises.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The century of revolution, 1603-1714, par Christopher Hill, page 157
  2. The Command of the Ocean. A Naval History of Britain, 1649-1815, par Nicholas A. M. Rodger
  3. http://ahrf.revues.org/9513

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]