Histoire de Sierra Leone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Histoire de la Sierra Leone)
Aller à : navigation, rechercher
Fragments de poteries préhistoriques découverts à l'abri sous-roche de Kamabai, dans le nord du pays[1]

Cet article présente les faits saillants de l'histoire de la Sierra Leone, un pays d'Afrique de l'Ouest.

Époque précoloniale[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'actuelle Sierra Leone fut le refuge de nombreux peuples, tels que les Kissi, les Sherbro et les Krim, lors des conflits politiques de la savane.

Au XVe siècle, refoulant les premiers occupants, des peuples mandingues s'y établissent, les Mendé sur la côte orientale, les Temne vers la frontière de l'actuel Liberia et les Soussou dans le centre.

En 1460, l'explorateur portugais Pedro de Sintra donne le nom de Serra Leoa (rebaptisée plus tard « Sierra Leone » par les Espagnols, littéralement la « montagne du lion ») à la presqu'île où sera plus tard la capitale Freetown.

Au XVIe siècle, la traite négrière commence véritablement. Des Européens, avec la participation des populations côtières, commencent le commerce triangulaire dans le pays.

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

En 1787, les Britanniques achètent l'emplacement où sera bâtie la capitale Freetown. La première vague de peuplement est constituée de 400 Noirs en provenance de Londres. Puis s'y ajoute, par le biais de la Sierra Leone Company, une partie des loyalistes noirs, des esclaves, affranchis en contrepartie de leur engagement dans le camp britannique pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. Après avoir transité par la Nouvelle-Écosse ou par Londres, la majorité d'entre eux sont envoyés à Freetown. Le peuplement est complété par les Nègres marrons de Jamaïque (reconquise en 1796) déportés en Nouvelle-Écosse et un nombre croissant de recaptives, Noirs arrachés par les croiseurs britanniques aux bateaux négriers de contrebande. La Sierra Leone devient en 1792 la première colonie britannique de l'Afrique de l'Ouest et, en 1794, le poste de gouverneur en est confié à Zachary Macaulay. La colonie, dont l'assise reste fragile, doit faire face à l'assaut des troupes révolutionnaires françaises.

La population de Sierra Leone ne cesse de croître par la suite : de 2 000 habitants en 1807, elle passe à 11 000 en 1825 et à 40 000 en 1850. Manquant de main-d'œuvre pour les travaux agricoles, les anciens esclaves se lancent dans le commerce. Les Saros (Sierra Leonians), formés dans des écoles chrétiennes, donnent naissance à une bourgeoisie de fonctionnaires et de professions libérales très brillante et à une classe entreprenante de commerçants, agents des missions, travailleurs manuels, qui essaimeront de la Gambie au Cameroun, voire à l’Angola. Ils seront particulièrement nombreux au Nigeria après le retour de 3 000 recaptives egba vers 1850 à Abeokuta.

Au cours du XIXe siècle, la Sierra Leone développe une culture originale mêlant éléments traditionnels africains et influence européenne. Le langage local, le krio, combine une syntaxe yoruba et un vocabulaire en partie européen. En 1868, un sixième de la population est scolarisé, soit un taux supérieur à celui du Royaume-Uni. La Sierra Leone accueille aussi le Collège de Fourah Bay, première université de type occidental établie en Afrique sub-saharienne. À la fin du siècle, toutefois, le déclin du commerce et l'accroissement de la pression européenne conduisent à la perte d'influence de l'élite africaine noire, comme dans l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest.

En 1951, un programme de décolonisation est préparé. Milton Margai, ancien médecin et chef du Parti du peuple de Sierra Leone (Sierra Leone People's Party), est nommé gouverneur général en 1954.

Depuis l'indépendance[modifier | modifier le code]

Répartition des groupes ethniques en 1969

Le , le pays obtient son indépendance. Mais à cause de luttes entre ethnies, le pays connaît une grande instabilité politique. Albert Margai, frère de Milton Margai, lui succède comme Premier ministre en 1964.

En mars 1967, Siaka Stevens, chef du parti All People's Congress (APC), remporte les élections, mais son accession au pouvoir est retardée jusqu'en avril 1968 par une série de coups d'État militaires. Le , il instaure un régime de parti unique. Il tente alors d'assainir la vie politique, en luttant contre la corruption par exemple. Mais il abandonne vite cette voie pour exploiter les mines de diamants au nord du pays.

Sierra Leone, un quart Golde célébrant le 5e anniversaire de l’Indépendance

En 1971 la Sierra Leone adopte la conduite à droite[2].

Le , avec 14 autres États, la Sierra Leone fonde la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest.

Siaka Stevens laisse sa place au commandant en chef des armées, Joseph Saidu Momoh, en novembre 1985. Ce dernier est officiellement élu président en janvier 1986. En novembre 1987, Momoh décrète « l'état d'urgence économique » et prend des mesures d'austérité draconiennes. Mais l'exploitation des mines de diamants continue toujours de rapporter beaucoup d'argent aux principaux chefs du régime.

La guerre civile[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile de Sierra Leone.

La Guerre civile de Sierra Leone se déroula de mars 1991 au . Cette guerre avait pour principal but le contrôle des zones diamantifères.

Elle causa la mort de 100 000 à 200 000 personnes et le déplacement de plus de 2 millions de personnes (ce qui représente le tiers de la population de l'époque). De nombreuses mutilations eurent également lieu, ainsi que l'emploi massif d'enfants soldats.

Depuis la fin de la guerre civile[modifier | modifier le code]

Le 14 mai 2002, le président sortant, Ahmad Tejan Kabbah, est réélu avec 70,6 % des voix.

Le pays est actuellement en paix. Les différentes mesures prises par l'ONU sont progressivement réduites, voire supprimées, comme l'atteste la levée de l'embargo sur les exportations de diamants du sang. De même, les effectifs de la MINUSIL (casques bleus) sont diminués. Après un pic de 17 500 hommes en mars 2001, les effectifs sont ramenés à 13 000 en juin 2003 et à 5 000 en octobre 2004.

Cependant, pour des raisons économiques, de nombreux enfants travaillent toujours dans les mines de diamants, qui sont très dangereuses. La propagation du SIDA chez eux est également très importante : 16 000 enfants de moins de 15 ans sont séropositifs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. John H. Atherton, « Excavations at Kamabai and Yagala rock shelters, Sierra Leone », in West African journal of archaeology, 2, 1972, p. 39-74
  2. http://www.rue89.com/2009/09/06/samoa-des-aujourdhui-je-conduis-a-contresens, Rue89, 6 septembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) L. Bonnet , Salone, roman historique, Editions Vents d'Ailleurs, 2012, ISBN 978-2-36413-017-3
  • (en) C. Magbaily Fyle et Cyril P. Foray, Historical dictionary of Sierra Leone, Scarecrow Press, Lanham, Md., 2006 (nouvelle édition révisée), LII-288 p. (ISBN 978-0-8108-5339-3)
  • (en) Ernest Graham Ingham, Sierra Leone after a hundred years, Frank Cass, Londres, 1968, XI-368p. (reproduction en fac-similé de l'éd. de Londres, Seeley and C° Ltd, 1894)
  • (en) Alexander Peter Kup, A history of Sierra Leone, 1400-1787, Cambridge University Press, Cambridge, 1961, 211 p.