Île de Bunce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bunce.
Île de Bunce
L'île de Bunce aux environs de 1727
L'île de Bunce aux environs de 1727
Géographie
Pays Drapeau de Sierra Leone Sierra Leone
Localisation Baie de la rivière Sierra Leone ou Baie de Freetown
Coordonnées 8° 34′ 17″ N 13° 02′ 23″ O / 8.57148, -13.039728° 34′ 17″ N 13° 02′ 23″ O / 8.57148, -13.03972  
Administration
Statut Partie du parc naturel de la zone humide du Sierra Leone River Estuary (Convention de Ramsar)

Autres informations
Fuseau horaire UTC+0

Géolocalisation sur la carte : Sierra Leone (relief)

(Voir situation sur carte : Sierra Leone (relief))
Île de Bunce
Île de Bunce

L'île de Bunce (anciennement nommée Bence, Bense ou Bance) se situe en Sierra Leone dans la baie de Freetown (Freetown Harbour ou Sierra Leone River Estuary), formée par la rivière Rokel et Port Loko Creek, ouverte sur l'océan Atlantique.

Elle est un des lieux de mémoire de la traite des esclaves en Afrique, tels l'île de Gorée (Sénégal), le château d'Elmina ou le fort de Cape Coast (Ghana). Sa situation, au fond d'une baie profonde, est exceptionnelle pour une plate-forme esclavagiste. Celles-ci étaient habituellement des terminaux côtiers.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Plan de l'île de Bunce (env. 1727).

Cette petite île de 503 m sur 106 m, bien abritée, se situe à une trentaine de kilomètres à l'est de la ville de Freetown, elle-même à l'embouchure de la baie.

Sur la tête nord de l'île, au milieu d'une végétation luxuriante, émergent les ruines du fort.

L'important dépôt d'esclaves[modifier | modifier le code]

Le fort de Bunce est construit à partir de 1672, par The Gambia Adventurers[1],[2] puis par la Royal African Company, au même moment que les forts des îles de Sherbro[3] et Tasso[4] en Sierra Leone[5]. Il passe aux mains de marchands afro-portugais, dirigés par Jose Lopez da Moura en 1727, puis en 1750 entre celles de Grant, Sargent et Oswald, des négociants en esclaves pour la Caroline du Sud[6], et de John et Alexander Anderson. L'apogée de l'activité négrière sur l'île, correspond à cette dernière période.

Les bâtiments de l'île ont été reconstruit au cours du XVIIIe siècle.

Le fort de Bunce, sur la « Côte du riz », est le lieu où le flot d'esclaves capturés dans l'hinterland est vendu par les négriers ou, souvent, par d'anciens esclaves libérés[réf. nécessaire] vivant dans l'enclave de liberté de Freetown. Ces esclaves, achetés aux ports de Charleston (Caroline du Sud) et de Savannah (Georgie) puis envoyés de là dans les grandes plantations de riz américaines, ont constitué la communauté afro-américaine des Gullah, toujours active aujourd'hui.

La traite s'y prolonge jusqu'au Slave Trade Act britannique de 1807[7], puis l'île est abandonnée vers 1840.

Recherches récentes[modifier | modifier le code]

L'île de Bunce en 1805.

L'anthropologue américain Joseph Opala a entrepris des recherches sur Bunce et les populations Gullah dans les années 1970. Il est, entre autres, le directeur de la Bunce Island Coalition, une association à but non lucratif pour la préservation du site et la création, à Freetown, d'un musée sur l'esclavage. Il a aussi réalisé une reconstitution virtuelle en 3D du fort et du camp de transit des esclaves.

De plus, l'historien David Hancock a décrit la vie de la Grant, Oswald & Company en 1995[8], et l'archéologue Christopher DeCorse a effectué un inventaire complet des ruines de l'île de Bunce dans un rapport pour le gouvernement de Sierra Leone en 2007.

L'île est, depuis la fin de la guerre civile en 2002, un lieu de visite et de pèlerinage pour de nombreux Afro-Américains.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. George E. Brooks, 2003, p. 173
  2. (en) Arnold Hughes, David Perfect, Historical dictionary of The Gambia [4th ed.], Lanham (Md.), etc., Scarecrow Press, 2008 (Historical dictionaries of Africa, 109) (ISBN 978-0-8108-5825-1).
  3. Île de Sherbro 7° 33′ N 12° 42′ O / 7.55, -12.7
  4. Île de Tasso 8° 33′ N 13° 05′ O / 8.55, -13.08
  5. Puy-Denis 1998, p. 39
  6. Puy-Denis 1998, p. 40
  7. Puy-Denis 1998, p. 53
  8. (en) David Hancock, Citizens of the world : London merchants and the integration of the British Atlantic community, 1735-1785, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1995 et 1997 (ISBN 0-521-62942-X).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christopher DeCorse, avec la collab. de Joseph Opala et Vera Viditz-Ward, Bunce Island cultural resource assessment, Freetown, United States Embassy in Sierra Leone, 2007 (OCLC 310119670).
  • George E. Brooks, Eurafricans in western Africa : commerce, social status, gender, and religious observance from the sixteenth to the eighteenth century, Athens, Ohio University Press et Oxford, James Currey, 2003 (ISBN 0-8214-1485-2) (OCLC 470221301).
  • Patrick Puy-Denis, La Sierra Leone, Paris, Karthala,‎ 1998 (ISBN 2-86537-723-7, OCLC 421977490)
  • Patrick Puy-Denis, Le Ghana, Paris, Karthala, 1994 (ISBN 2-86537-465-3)
  • Alexander Peter Kup, Sierra Leone : a concise history, Newton Abbot [Eng.], David & Charles, 1975 (ISBN 0-7153-6805-2).
  • Walter Rodney, A History of the upper Guinea Coast : 1545-1800, Oxford, Clarendon press, 1970 (Oxford studies in African affairs) (ISBN 0-19-821651-3).

Webographie[modifier | modifier le code]