Robert Lytton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bulwer-Lytton.
Robert Lytton

Edward Robert Bulwer-Lytton (8 novembre 1831, Hertford – 24 novembre 1891, Paris), 1er comte de Lytton, vicomte de Knebworth et 2e baron de Lytton de Knebworth, fut un diplomate, un homme d'État et un poète britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès sa plus jeune enfance, il se mit à lire avec voracité et se mit à écrire, développant une vraie passion pour la littérature. Il étudia à Twickenham, puis fut envoyé à Brighton en 1842 et Harrow en 1845, avant de rejoindre l'université de Bonn avec un précepteur anglais en 1849. À dix-huit ans, il devint secrétaire privé (sans rétribution) de son oncle, Sir Henry Bulwer-Lytton, ministre plénipotentiaire du Royaume-Uni aux États-Unis.

Par la suite, il suivit une carrière diplomatique dans différentes cours d'Europe, comme deuxième secrétaire à Florence (1852), Paris (1854), La Haye (1857) et Vienne (1859), puis comme secrétaire de légation à Copenhague (1863), Athènes (1864), Lisbonne (1865), Madrid (1868), Vienne (1868) et Paris (1875), enfin ministre plénipotentiaire au Portugal en 1875 et en France (de 1887 à sa mort). Fréquentant le grand monde parisien, il tomba amoureux de la belle comtesse Greffulhe[1]. Cette promotion rapide d'une cour européenne à l'autre témoigne de l'estime dans laquelle Lytton fut tenu par les ministres des Affaires étrangères successifs. En 1864, juste avant de rejoindre son poste à Athènes, il épousa Edith, la fille d'Edward Villiers, frère du comte de Clarendon. Au début de 1875, il refusa une offre de nomination comme gouverneur de Madras et, en novembre de la même année, fut nommé gouverneur général des Indes (vice-roi) par Disraeli, à un moment critique pour l'Inde.

En Asie centrale, l'expansion russe semblait inexorable, et l'émir de l'Afghanistan, Shir Ali, était déterminé à assurer sa position en devenant vassal du tsar. Pendant dix-huit mois, Lytton tenta vainement de négocier avec l'émir pour obtenir son amitié. Devenue inévitable, la guerre fut déclenchée en novembre 1878. À la fin de la même année, l'armée organisée par Lytton avait obtenu la victoire avec une grande économie de moyens. En fuite, l'émir devait mourir peu après. Par le traité de Gandamak, en mai 1879, Ya'qub Khan, le fils de Shir Ali, fut reconnu comme émir, les zones de Kuram, de Pishin et de Sibin étant assignées à l'administration britannique et un résident britannique permanent étant installé à Kaboul. L'administration interne de l'Afghanistan devait être aussi peu affectée que possible, mais l'accord est fondé sur la puissance et la bonne volonté de Ya'qub Khan. Après le massacre de l'envoyé britannique, une seconde guerre débuta en 1879. Les opérations militaires n'étaient pas achevées quand Lytton démissionna de son poste en avril 1880.

Il avait succédé à son père comme second baron Lytton en 1873. En 1880 fut créé pour lui le vicomté de Knebworth, du nom de Knebworth, dans le Hertfordshire, et il se vit conférer le titre de comte de Lytton, dans le Derbyshire, pour les services rendus dans les guerres afghanes. Il vécut à Knebworth jusqu'en 1887, année où il fut nommé ambassadeur à Paris, où il mourut en 1891 d'un caillot de sang au cœur, alors qu'il récupérait apparemment d'une maladie sérieuse.

Il publia plusieurs ouvrages sous le pseudonyme d'Owen Meredith, parmi lesquels on peut compter : Clytemnestra et autres poésies (1855), The Wanderer (1858), Chroniques et caractères (1867), Orval, ou l'imbécile du temps (1868), Fables dans la chanson (1874), Glenaveril, ou métamorphose (1885), le Roi Poppy (1889), Marah (1892). Le plus populaire est Lucile, un roman en vers.

Il était le fils unique du romancier Edward Bulwer-Lytton (1803-1873), premier baron Lytton et auteur des Derniers jours de Pompéi, et de son épouse Rosina (1802-1882).

Par ailleurs, il était membre de l'Ordre du Bain, de l'Ordre de l'Étoile d'Inde, de l'Ordre de l'Empire indien et du Conseil privé du Royaume-Uni.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Photographie de Robert Lytton, par Thomas Annan (1829-1887)

Le 4 octobre 1864, il se maria avec Edith Villiers (avant 1843-17 septembre 1936), fille d'Edward Ernest Villiers (1806-1843) et d'Elizabeth Charlotte Liddell. Leurs grands-parents paternels étaient George Villiers (1759-1827) et Theresa Parker, leurs grands-parents maternels Thomas Liddell, 1er baron Ravensworth, et Maria Susannah Simpson.

George Villiers était le fils de Thomas Villiers, 1er comte de Clarendon, et de Charlotte Capell. Theresa Parker était la fille de John Parker, 1er baron Boringdon, et de sa seconde épouse, Theresa Robinson. Maria Susannah Simpson était la fille de John Simpson et d'Anne Lyon.

Charlotte Capell était la fille de William Capell, 3e comte d'Essex, et de Lady Jane Hyde. Theresa Robinson était la fille de Thomas Robinson, 1er baron Grantham, et de Frances Worsley. Anne Lyon était la fille de Thomas Lyon, 8e comte de Strathmore et de Kinghorne, et de Jean Nicholsen.

Lady Jane Hyde était la fille d'Henry Hyde, 4e comte de Clarendon, et de Jane Leveson-Gower.

Ils eurent sept enfants :

Choix d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Clytemnestra, The earl's return, The artist, and other poems, 1855.
  • The Wanderer, 1858.
  • Lucile. A Poem, 1860.
  • Serbski Pesme, Or National Songs of Serbia, 1861.
  • Tannhäuser, Or The Battle of the Bards. A Poem (avec Julian Henry Charles Fane), 1861.
  • The Ring of Amasis, From the Papers of a German Physician, 1863.
  • Chronicles and characters, 1867.
  • Orval, Or The Fool of Time : and Other Imitations and Paraphrases, 1868.
  • Fables in Song, 1874
  • The Poetical Works of Owen Meredith (Robert, Lord Lytton), 1875.
  • The National Songs of Servia, 1877.
  • The Life, letters and literary remains of Edward Bulwer, lord Lytton, by his son, 1883, 2 vol.
  • Glenaveril, or the Metamorphoses, a poem in six books, 1885.
  • Rachel, Or The Jewess of Constance. A Play in Five Acts, 1886.
  • After Paradise, Or, Legends of Exile, with Other Poems, 1887.
  • King Poppy, a fantasia (in verse) by *****, 1889.
  • Marah, 1892.
  • Personal and literary Letters of Robert, first earl of Lytton (publiées par lady Betty Balfour), 1906, 2 vol.
  • Letters from Owen Meredith (Robert, First Earl of Lytton) to Robert and Elizabeth Barrett Browning, 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laure Hillerin, La comtesse Greffulhe, L'ombre des Guermantes, Flammarion,‎ 2014 (lire en ligne), pp.244-246

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William Joseph Eastwick, Lord Lytton and the Afghan War, R. J. Mitchell & sons, 1879
  • Aurelia Brooks Harlan, Owen Meredith. A Critical Biography of Robert, First Earl of Lytton, Columbia university press, 1946, 292 p.
  • E. Neill Raymond, Victorian Viceroy. The Life of Robert, the First Earl of Lytton, Regency Press, 1980, 317 p.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]