Margaret Thatcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Thatcher » redirige ici. Pour les autres significations, voir Thatcher (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dame de fer.
Margaret Thatcher
Margaret Thatcher.
Margaret Thatcher.
Fonctions
71e Premier ministre du Royaume-Uni
4 mai 197928 novembre 1990
(&&&&&&&&&&&0422611 ans, 6 mois et 24 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouvernement Thatcher
Législature 48e, 49e et 50e Parlements
Prédécesseur James Callaghan
Successeur John Major
Chef du Parti conservateur
11 février 197528 novembre 1990
(&&&&&&&&&&&0576915 ans, 9 mois et 17 jours)
Prédécesseur Edward Heath
Successeur John Major
Ministre de l'Éducation et des Sciences
20 juin 19704 mars 1974
(&&&&&&&&&&&013533 ans, 8 mois et 14 jours)
Premier ministre Edward Heath
Prédécesseur Edward Short
Successeur Reginald Prentice
Députée au Parlement du Royaume-Uni
pour la circonscription de Finchley
8 octobre 19599 avril 1992
(&&&&&&&&&&01187232 ans, 6 mois et 1 jour)
Prédécesseur John Crowder
Successeur Hartley Booth
Biographie
Nom de naissance Margaret Hilda Roberts
Date de naissance 13 octobre 1925
Lieu de naissance Grantham (Royaume-Uni)
Date de décès 8 avril 2013 (à 87 ans)
Lieu de décès Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur
Conjoint Sir Denis Thatcher
Enfant(s) Hon. Carol Thatcher
Sir Mark Thatcher
Diplômée de Somerville College
Profession Chimiste
Barrister (avocate)
Religion Méthodisme (1925–1951)
Anglicanisme (1951-2013)

Signature

Margaret Thatcher
Premier ministre du Royaume-Uni

Margaret Hilda Thatcher, baronne Thatcher, née Roberts le 13 octobre 1925 à Grantham et morte le 8 avril 2013 à Londres, est une femme d'État britannique.

Fille d'un épicier et d'une couturière, d'abord chimiste puis avocate de profession, elle fait son entrée au Parlement du Royaume-Uni en 1959. Elle est la seule femme à avoir dirigé le Parti conservateur, de 1975 à 1990. C'est également la seule femme à avoir occupé les fonctions de Premier ministre du Royaume-Uni, du 4 mai 1979 au 28 novembre 1990. Arrivée au pouvoir dans un pays en situation d'instabilité, Margaret Thatcher en redresse l'économie en mettant en place une série de réformes radicales. Remportant trois élections générales consécutives, elle effectue le plus long mandat ininterrompu de Premier ministre au Royaume-Uni depuis le début du XIXe siècle, et devient « par sa personnalité autant que par ses réalisations, la plus renommée des leaders politiques britanniques depuis Winston Churchill[1]. »

Attachée à ses convictions chrétiennes méthodistes, conservatrices et libérales, invoquant la souveraineté britannique, la protection de l'intérêt de ses administrés et les principes de droit, elle mène une politique étrangère marquée par l'opposition à l'URSS, la promotion de l'atlantisme, la guerre des Malouines en 1982 ou la promotion d'une Europe libre-échangiste au sein de la Communauté économique européenne. Sa politique économique, fortement influencée par les idées issues du libéralisme économique, est marquée par d'importantes privatisations, la baisse des impôts directs, la dérégulation financière, la maîtrise de l'inflation et du déficit public ainsi que par l'affaiblissement des syndicats. Elle s'accompagne d'une hausse du chômage, d'un accroissement des inégalités économiques, d'une augmentation des impôts indirects et prélèvements obligatoires, et d'un certain nombre de conséquences sociales jugées négatives. L'ensemble de ses politiques, et notamment sa politique économique libérale, reste connu sous le nom de « thatchérisme ».

Margaret Thatcher est à la fois l'une des figures politiques britanniques les plus admirées et les plus détestées. Le surnom de « Dame de fer », que le journal soviétique L'Étoile rouge, organe de l'armée soviétique, lui décerna en janvier 1976 dans le but de stigmatiser son anticommunisme, symbolise sa fermeté face aux grévistes de la faim de l'IRA provisoire en 1981 ou aux mineurs grévistes en 1984-1985. Elle reste associée à la « révolution conservatrice » des années 1980. En effet, l'influence de son passage au gouvernement du Royaume-Uni est souvent qualifiée de « révolution » sur les plans politique, idéologique, et économique[2],[3],[4],[5],[6].

Au-delà des conservateurs, elle a influencé une partie des travaillistes, notamment Tony Blair[7].

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Maison natale de Margaret Thatcher à Grantham.
Plaque commémorative ornant la maison natale de Margaret Thatcher[8].

Margaret Thatcher naît le 13 octobre 1925 à Grantham, en Angleterre. Elle est issue des classes moyennes[9], voire d'un milieu modeste[10]. Avec sa sœur Muriel, elle est la fille d'Alfred Roberts (1892 – 1970) et de Beatrice Roberts, née Stephenson (1888 – 1960). Sa mère est couturière[11], un de ses grands-parents, gallois, est cordonnier, l'autre, irlandais, est cheminot[11]. Membre du Parti conservateur local, son père est à l'origine un petit épicier de quartier qui va connaître une ascension sociale grâce au travail et à l'épargne[10] au point de devenir brièvement maire de Grantham en 1945-1946, perdant son poste de conseiller municipal lorsque le Parti travailliste remporte pour la première fois les élections municipales en 1950. Sa sœur aînée, Muriel, est née en 1921 dans l'appartement au-dessus de la boutique familiale[12].

Margaret Thatcher va pendant sa jeunesse aider à faire fonctionner l'épicerie[11], donnant naissance à des intuitions favorables au libre-échange et au marché[10]. Elle suit une éducation rigoureuse et très imprégnée par le méthodisme, pour lequel son père prononce des sermons[13]. La foi de Margaret Thatcher est l'un des fondements du thatchérisme : sa morale religieuse préconise aux hommes de « travailler dur »[14], afin d'élever leur position sociale par l'épargne et le mérite, dénotant un lien évident avec L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme de Max Weber[15]. Elle confia à ce propos : « Nous étions méthodistes, c'est-à-dire que nous aimions l'ordre, la précision et la rigueur[11] ». Elle découvre très jeune la politique à travers l'engagement de son père[16].

Élève brillante, elle se révèle être un bourreau de travail, aptitude qu'elle préservera toute sa vie durant[17]. Elle étudie jusqu'au lycée à Grantham, rejoignant la Kesteven and Grantham Girls' School avec une bourse. Elle y passe la première partie de la Seconde Guerre mondiale[18]. En 1943, elle est admise, sur concours après repêchage, au Somerville College de l'Université d'Oxford, pour un cursus de chimie[19]. Elle est alors la première de sa famille à entrer dans une « Oxbridge »[20], qu'elle finance grâce à des bourses[21]. Elle étudie la cristallographie sous la tutelle de Dorothy C. Hodgkin (prix Nobel de chimie en 1964)[22], et effectue des recherches sur la gramicidine B, un antibiotique polypeptidique[23]. Elle sort de l'université avec une licence de chimie[11]. Elle rejoint dès son arrivée l'Oxford University Conservative Association (OUCA), l'association des étudiants conservateurs d'Oxford et, en octobre 1946, elle en devient la présidente, étant la troisième femme à accéder à ce poste[24]. Son origine sociale et son engagement politique en font une personnalité atypique, la plupart des étudiants étant progressistes et de milieu social élevé[10]. Alors qu'elle a une aventure avec un étudiant d'un milieu aristocratique, elle est humiliée par la famille de celui-ci pour son rang social inférieur[10]. Malgré le snobisme ambiant, elle parvient à faire passer le nombre de membres de l'OUCA de 400 à son arrivée à plus de 1 000 durant sa présidence[25]. En 1946, elle participe au congrès du Parti conservateur britannique à Blackpool[26], où pour la première fois elle rencontre la base militante du Parti conservateur[27].

De 1947 à 1951, elle travaille dans le secteur de la recherche en chimie, dans l'industrie des plastiques, chez BX Plastics. En 1949, désignée candidate conservatrice dans la circonscription de Dartford dans le Kent ; elle déménage de Colchester et rejoint la compagnie J. Lyons and Co. (en)[28].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Margareth Thatcher, à la résidence des premiers ministres

Aux élections de 1950, elle tente de se faire élire députée dans le bastion travailliste que le parti lui a assigné à Dartford, dans le Kent, mais elle échoue, réduisant néanmoins de 6 000 voix l'avance travailliste[29]. À 24 ans, elle est la plus jeune femme candidate du pays[30]. Il est rare à l'époque qu'une femme fasse de la politique, ce qui est d'ailleurs généralement mal vu. L'année suivante, elle se représente et prend 1 000 voix supplémentaires à son concurrent travailliste. Ses discours reflètent déjà les idées qui guideront sa politique future, tel ce discours tenu à Dartford[31] :

« Notre politique n'est pas fondée sur la jalousie ou sur la haine, mais sur la liberté individuelle de l'homme ou de la femme. Nous ne voulons pas interdire le succès et la réussite, nous voulons encourager le dynamisme et l'initiative. En 1940, ce n'est pas l'appel à la nationalisation qui a poussé notre pays à combattre le totalitarisme, c'est l'appel de la liberté. »

Margaret Thatcher commence des études juridiques en 1950, y consacrant ses soirées ou ses weekends durant trois années[32]. Elle rencontre à cette époque Denis Thatcher (1915 – 2003), un divorcé de milieu aisé[11]. Celui-ci recherche une relation stable et sûre, tandis qu'elle recherche un mari qui pourra subvenir à ses besoins pendant qu'elle se consacre à la politique[10]. Ils se marient le 13 décembre 1951. Si leur mariage n'est pas passionnel, leur relation sera extrêmement forte et la mort de Denis, en 2003, l'affectera considérablement[33]. De leur union naissent des jumeaux, en 1953 : Mark et Carol, prématurés de six semaines[34]. Ce mariage marque également une rupture : elle quitte sa ville d'origine et son milieu social, se convertit à l'anglicanisme, religion de son mari[12]. L'année suivante, elle devient barrister spécialisée en droit fiscal[1].

Elle tente à plusieurs reprises d'obtenir l'investiture du parti dans des circonscriptions conservatrices. En 1958, elle est choisie pour être la candidate conservatrice au Parlement dans la circonscription de Finchley (nord de Londres)[35], qui a la caractéristique d'avoir une forte communauté israélite[36], ce qui aura sans doute des répercussions sur sa politique étrangère future, plutôt pro-israélienne, quand la tradition conservatrice était plutôt pro-arabe[10]. Le 8 octobre 1959, elle remporte l'élection avec 29 697 voix contre 13 437 à son adversaire travailliste, et entre pour la première fois à la Chambre des communes. Elle sera élue sans discontinuer aux Communes jusqu'en 1992, soit pendant 32 ans[17].

Les débuts politiques de Margaret Thatcher ne sont pas facilités par le sexisme qu'elle doit subir, en particulier dans le Parti conservateur[19].

La première loi qu'elle propose, le 5 février 1960, vise à permettre à la presse de relater les délibérations des conseils municipaux[37]. À l'issue de son maiden speech (en) (premier discours donné par un nouveau membre du Parlement britannique), sa proposition de loi est adoptée par 152 voix contre 39 et son talent d'oratrice est salué, tant par ses collègues députés que par la presse, le Daily Express titrant d'elle « une nouvelle étoile est née[38] ». C'est à cette occasion qu'elle rencontre Keith Joseph, qui restera très proche d'elle et l'influencera fortement[39].

À la faveur d'un remaniement, en octobre 1961, elle devient Junior Minister (fonction semblable à celle de sous-secrétaire d'État durant la IIIe République française) auprès du ministre des Retraites et de l'Assurance sociale au sein du gouvernement de Harold Macmillan[40], où sa maîtrise du dossier, complexe, des retraites impressionne très favorablement ses collègues[11]. À ce poste, elle découvre la lourdeur de l'administration, critique notamment le fait qu'on « paye davantage une femme quand elle est sans-emploi que quand elle travaille », soutient l'instauration de la retraite par capitalisation afin d'augmenter la retraite de base[41]. Elle considère, à titre privé, que son parti a abandonné ses valeurs et notamment la liberté d'entreprendre[42]. Pour The Guardian, « elle paraissait capable de les mettre tous à la retraite et de faire leur job »[42]. Elle conserve ses fonctions jusqu'au départ des conservateurs du pouvoir, à l'issue des élections de 1964, où elle est réélue à Finchley avec 8 802 voix d'avance sur le candidat du Parti libéral John Pardoe (en)[43].

Margaret Thatcher soutient alors Edward Heath à la tête du parti tory contre Reginald Maudling. De 1964 à 1970, elle occupe la fonction de porte-parole de son parti à la Chambre des communes[44]. En tant que députée, elle est l'un des seuls conservateurs à soutenir la dépénalisation de l'homosexualité masculine et la légalisation de l'avortement[45]. Parallèlement, elle prend parti contre l'abrogation de la peine de mort et contre l'assouplissement des lois sur le divorce[46]. Lors du congrès du Parti conservateur du 1966, elle s'oppose fortement au Parti travailliste et à sa politique fiscale, qu'elle juge être un pas en direction « non seulement du socialisme mais aussi du communisme »[47],[48].

Réélue à Finchley lors des élections de 1966, elle rejoint le « Cabinet fantôme » conservateur d'Edward Heath en octobre 1967 et se voit confier le ministère de l'Énergie, puis celui des Transports en 1968 et l'Éducation nationale quelques mois plus tard, à la veille des élections de 1970[49].

Ministre de l'Éducation et des Sciences[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales de 1970, elle est réélue dans sa circonscription avec une majorité de plus de 11 000 voix, tandis que les conservateurs l'emportent au niveau national. Elle est nommée, sans surprise, ministre de l'Éducation et des Sciences par Edward Heath le 20 juin 1970[50].

Sa politique est marquée par la volonté de protéger les « grammar schools » (sélectives et spécialisées), contre les « comprehensive schools (en) » (généralistes)[51], ce qu'elle ne parvient pas à faire, principalement du fait des réticences du Premier ministre, l'opinion publique étant alors majoritairement en faveur des comprehensive schools[52]. Elle défend également l'Open University, système d'enseignement à distance que le Chancelier de l'Échiquier, Anthony Barber (en), voulait supprimer pour des raisons budgétaires[53].

Devant couper dans les dépenses de son ministère, elle décide de supprimer, en 1971, la distribution gratuite de lait pour les enfants de sept à onze ans[54], prolongeant la politique du Parti travailliste qui l'avait supprimée pour les classes secondaires[55], obtenant en contrepartie une augmentation des crédits pour l'éducation[11]. Cette décision suscite une importante vague de protestations et lui valut le quolibet de « Thatcher Thatcher, Milk Snatcher »[n 1]. En revanche, elle s'oppose à l'introduction de nouveaux frais pour l'accès aux bibliothèques. S'étant considérablement exposée politiquement sans obtenir de gain en contrepartie, elle tirera de cette expérience une leçon politique : n'aller à l'affrontement que pour les combats majeurs[56],[10].

Par ailleurs, Margaret Thatcher instaure la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans, lance un grand programme de rénovation des écoles primaires, passablement délabrées, et augmente le nombre de crèches[57]. En ce qui concerne la recherche, Thatcher, à cette époque pro-européenne, investit des sommes substantielles dans le CERN, qui lui doit en grande partie son existence[58].

Après le U-Turn (la volte-face) du Premier ministre Edward Heath, qui change radicalement de politique devant la pression de la rue, elle renonce un temps à pratiquer une politique libérale et n'est alors pas plus économe que ses prédécesseurs[10], ce qui lui permet de gagner en popularité[59]. Plus tard, elle se montrera critique envers son bilan au gouvernement[60].

À la suite de la courte défaite des conservateurs aux élections de février 1974, lors desquelles elle est réélue avec une majorité de 6 000 voix, elle devient shadow ministre de l'Environnement (qui englobe à cette époque le Logement et les Transports[61]).

À la tête de l'opposition[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher, le 18 septembre 1975.

Alors que de nombreux conservateurs sont favorables au keynésianisme, Margaret Thatcher se rapproche de Keith Joseph et devient vice-présidente du Centre for Policy Studies, dont elle partage les analyses sur les causes de la défaite des conservateurs : tous deux estiment que le gouvernement Heath a perdu le contrôle de la politique monétaire et s'est discrédité par ses revirements permanents (« U-turns »). Peu à peu, un nombre croissant de conservateurs perçoit que la politique menée a conduit le pays au déclin relatif puis absolu, et recherche une alternative à Edward Heath[10]. Margaret Thatcher estime que le déclin du pays, que l'on dit alors « homme malade de l'Europe », n'est pas inéluctable si l'on se réfère aux conceptions libérales et si l'on cesse de plier face aux syndicats, dont les grèves massives paralysent épisodiquement le pays[19].

De nouvelles élections générales ont lieu en octobre 1974. Margaret Thatcher est au centre de la campagne, principalement du fait de la proposition que Heath lui a demandé de défendre : l'abolition des rates, les impôts locaux[62]. Le 10 octobre 1974, elle est réélue avec une majorité assez étroite (3 000 voix) dans sa circonscription. Au niveau national, le Parti travailliste remporte la majorité des sièges et Harold Wilson devient Premier ministre.

Edward Heath remet son poste de chef du Parti conservateur en jeu. Initialement candidat, Keith Joseph se retire à la suite d'une « gaffe » dans un discours[63],[10]. Margaret Thatcher décide alors de se présenter. Le 4 février 1975, après avoir méthodiquement mené campagne auprès des députés, elle obtient 130 voix et, à la surprise générale[n 2], devance Edward Heath (119 voix), qui annonce aussitôt son retrait[12]. Le Daily Mail écrit que « le mot “sensationnel” est à peine adéquat pour décrire l'onde de choc qui secoua Westminster après l'annonce des résultats »[64]. Au second tour, elle recueille 146 voix contre 79 à William Whitelaw[65]. Elle prend la tête du parti le 11 février 1975[66].

Héritant d'une formation politique idéologiquement déboussolée et ayant perdu deux élections consécutives, Margaret Thatcher se donne comme mission de redonner une doctrine politique claire au Parti, et de le préparer à la victoire pour les prochaines élections[19].

À la tête du parti tory, elle adopte une attitude anticommuniste, en particulier lors de discours comme celui de Kensington, le 19 janvier 1976, dans lequel elle accuse les Soviétiques d'aspirer à la domination du monde et de sacrifier le bien-être de leur population à cette fin[67]. Cela lui valut le surnom de « dame de fer de l'Occident », donné par le journal du ministère de la Défense soviétique, L'Étoile rouge[68], et popularisé par Radio Moscou ; ce surnom lui restera dès lors attaché. Pour se forger une stature internationale, elle se rend dans trente-trois pays et rencontre de nombreux dirigeants, parmi lesquels Gerald Ford, Jimmy Carter, Valéry Giscard d'Estaing, Anouar el-Sadate, Mohammad Reza Pahlavi, Indira Gandhi, Golda Meir[69]. En 1978, avec la plupart des chefs de partis conservateurs européens, elle participe à la création de l'Union démocrate européenne[70].

Sur le plan intérieur, critiquée par plusieurs figures conservatrices, Margaret Thatcher fait appel aux services d'une agence de publicité, Saatchi and Saatchi, pour gérer sa campagne, comme cela se fait déjà aux États-Unis, mais pas encore en Europe. Des affiches sont imprimées, représentant une file de chômeurs sur fond blanc (les figurants étaient en fait des adhérents du Parti conservateur[71]), illustrée du slogan à double sens Labour Isn't Working (« Le travaillisme ne marche pas » / « Les travailleurs sont au chômage »)[72]. La presse reprend et diffuse ces affiches, qui n'avaient été imprimées qu'à une trentaine d'exemplaires, offrant à la campagne de Margaret Thatcher un large écho[73].

Les difficultés rencontrées par le gouvernement travailliste, obligé de demander trois prêts au FMI comme n'importe quel pays sous-développé[74], relancent les conservateurs, qui attaquent le bilan du gouvernement sur le chômage ou la surrégulation. En outre, l'hiver du mécontentement de 1978-1979, lors duquel des grèves massives paralysent le pays, a des conséquences désastreuses pour l'économie et la population (mise au chômage technique de plus d'un million de personnes, fermetures d'écoles, de crèches, absence de soins pour les malades, coupures régulières d'électricité, etc.)[75]. Margaret Thatcher en profite pour dénoncer le « pouvoir immense des syndicats »[76] et propose, « dans l'intérêt national », son soutien au gouvernement en contrepartie de mesures visant à réduire leur influence[77], mais le gouvernement refuse. Le 31 janvier 1979, Margaret Thatcher déclare[78] :

« Quelques syndicats défient le peuple britannique. Ils défient les malades, ils défient les vieux, ils défient les enfants. Je suis prête à me battre contre ceux qui défient les lois de ce pays. […] Ce sont les tories qui doivent prendre seuls sur leurs épaules les responsabilités […] que ce gouvernement ne veut pas assumer. »

Les conservateurs sont dès lors largement en tête dans les sondages[réf. nécessaire]. Le 28 mars 1979, le gouvernement Callaghan est renversé, à une voix près, par une motion de censure à l'initiative de Margaret Thatcher, soutenue notamment par le Parti libéral et par le Parti national écossais. Le lendemain, le Premier Ministre annonce la dissolution du Parlement et la tenue d'élections le 3 mai[79],[80].

Formation intellectuelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thatchérisme.
Friedrich Hayek, prix Nobel d'économie 1974, est l'une des inspirations intellectuelles de Margaret Thatcher[11], tout comme Milton Friedman[6].

La politique économique et sociale de Margaret Thatcher, le « thatchérisme », est, avec le « reaganisme », son pendant américain à la même époque, l'un des deux principaux avatars de la « révolution conservatrice » que connaît le monde à la suite de la phase de récession s'ouvrant avec les deux chocs pétroliers et la crise du keynésianisme. Si l'on peut dégager une série d'éléments qui le caractérisent, l'historien Eric J. Evans (en) souligne que la plupart des commentateurs contemporains s'accordent pour dire que le thatchérisme ne constitue pas une idéologie cohérente en soi[81].

C'est dans les années 1970 que le thatchérisme prend forme, sous l'influence des penseurs et think tanks (clubs de réflexion) libéraux. Le thatchérisme se définit par trois caractéristiques fondamentales : le conservatisme politique, le libéralisme économique et le traditionalisme social[82]. Margaret Thatcher se revendique d'Edmund Burke, économiquement libéral mais politiquement conservateur[83].

Margaret Thatcher accorde une grande importance aux valeurs victoriennes du travail, de l'ordre, de l'effort et de self-help (auto-assistance), qu'elle reçut dans son éducation et dont elle dit dans ses Mémoires qu'elles jouèrent un grand rôle dans son parcours[11]. Dès ses années d'université, elle se familiarise avec les idées libérales, à travers la lecture de La Société ouverte et ses ennemis de Karl Popper, La Route de la servitude ou, plus tard, La Constitution de la liberté de Friedrich Hayek[84]. Il s'agit là d'une source d'inspiration importante de sa pensée, avec les ouvrages libéraux que lui conseillera Keith Joseph[85]. De façon générale, le thatchérisme puise son inspiration politique et économique dans ces théories et dans celles de l'École monétariste de Chicago, incarnée par Milton Friedman, de l'école de l'offre d'Arthur Laffer et de l'École autrichienne, connue à travers Friedrich Hayek[réf. nécessaire].

Les libéraux classiques, comme Adam Smith, ont aussi eu une importante influence sur Margaret Thatcher, qui était convaincue de la justesse de la métaphore de la « main invisible ». Elle encourage de ce fait les libertés économiques individuelles, car elle les considère comme permettant le bien-être de la société tout entière[86].

Margaret Thatcher suivra ces théories en mettant en place à son arrivée au pouvoir une politique monétariste pure, caractérisée par des taux d'intérêts élevés visant à juguler l'inflation par la maitrise de la masse monétaire ; en abolissant le contrôle des changes ; en dérégulant le marché du travail pour basculer sur une politique de l'offre ; et en privatisant une partie de ses actifs[87]. Nigel Lawson, chancelier de l'Échiquier entre 1983 et 1990, déclare ainsi en 1980 :

« La politique économique du nouveau conservatisme repose sur deux principes : le monétarisme et le libre marché en opposition à l'intervention de l'État et à la planification centralisée »

— Nigel Lawson, Conférence du « Bow Group » en août 1980

Elle revendique également des idées antisocialistes et écrit dans ses Mémoires : « je n'ai jamais oublié que l'objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d'accroître la dépendance. La pauvreté n'était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l'effet délibérément recherchée. »[88] Dans un discours devant le Conseil central de son parti, en mars 1990, elle déclare[89] : « Le socialisme a l'État pour credo. Il considère les êtres humains ordinaires comme le matériau brut de ses projets de changements sociaux. » Les think tanks libéraux britanniques comme le Centre for Policy Studies, fondé en 1974 par Keith Joseph transmettent les idées de Thatcher au parti conservateur[17].

Premier ministre du Royaume-Uni (1979-1990)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gouvernement Thatcher.
Margaret Thatcher et Jimmy Carter, le 17 décembre 1979 à la Maison-Blanche.

C'est dans un contexte marqué par une crise à la fois économique, sociale, politique et culturelle que Margaret Thatcher mène les conservateurs à la victoire le 3 mai 1979 (43,9 % des voix et 339 élus, contre 36,9 % et 269 élus aux travaillistes)[90]. Le lendemain, elle devient la première femme à diriger le gouvernement d'un pays européen[19].

Le nouveau Premier ministre apparaît alors relativement novice en politique, puisqu'elle dirige le Parti conservateur depuis seulement quatre années et qu'elle n'a pas occupé de poste véritablement de premier plan auparavant. Se décrivant elle-même comme « une femme de convictions[91] », elle entend mettre en pratique un programme, appuyé sur quelques principes fondamentaux, pour enrayer le déclin du pays. Elle déclare le 10 octobre 1980 que « la dame ne fait pas demi-tour[92] ! », s'affichant ainsi en opposition avec les revirements de l'ancien Premier ministre conservateur Edward Heath[93].

Le président américain Ronald Reagan et la Première ministre britannique Margaret Thatcher en 1986, à Camp David.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Économie et redéfinition du rôle de l'État[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher orchestre une réduction importante du rôle de l'État, accompagnée du renforcement de son autorité sur les domaines qu'il conserve[19], au détriment des corps intermédiaires[94].

Elle lance ses réformes les plus importantes aux débuts de ses mandats, lorsque sa légitimité démocratique est incontestable[95]. Lors de son premier mandat, elle commence l'assainissement de l'économie et la réduction de la dépense publique, et donc du déficit et de la dette publics. Elle profite de sa deuxième victoire, en 1983, pour lancer un programme de privatisations et réduire le pouvoir des syndicats. Enfin, lors de son troisième mandat, son projet de réforme des impôts locaux provoque sa chute[95].

Politique monétaire[modifier | modifier le code]

Lors de son premier mandat, afin de répondre à ses promesses électorales de réduire l'inflation, elle reprend la politique monétariste entamée en 1976 par son prédécesseur travailliste, qui, combinée à d'autres mesures, a permis de ramener l'inflation de 24 % en 1975 à 8 % en 1978. Elle augmente donc, via le taux préférentiel d'escompte les taux d'intérêts de façon à restreindre l'accès au crédit, et dans l'objectif de limiter fortement l'évolution de l'agrégat £M[n 3]. Dans le même temps, le contrôle des changes exercé par le gouvernement est aboli en octobre 1979. L'objectif est que les fonds britanniques soient investis à l'étranger, afin de diminuer cet agrégat monétaire. Ces choix rencontrent de fortes réticences au sein de son équipe, qui a en mémoire les conséquences politiques engendrées par la précédente politique d'austérité, et qui connaît l'assimilation faite entre monétarisme et réduction des dépenses publiques, quand ses membres ne sont pas tout simplement keynésiens dans l'âme. Rapidement, ces choix se révèlent contre-productifs. Le secteur industriel privé juge financièrement insupportable la hausse du crédit, le taux de refinancement bancaire passant de 12 % à 17 % en quelques mois. Et l'objectif escompté de diminution de l'agrégat n'est pas atteint, les investisseurs plaçant en masse et à court terme leurs fonds sur des comptes aussi bien rémunérés. Une autre conséquence est l'augmentation de la livre sterling, qui acquiert le statut de pétromonnaie lors du second choc pétrolier de 1978-1979, le Royaume-Uni exploitant des champs pétroliers en mer du Nord. Cette hausse s'avère comporter des effets favorables à la lutte contre l'inflation, le pays étant globalement importateur net. Par contre, elle nuit à la compétitivité des entreprises exportatrices, et donc à la croissance. Le gouvernement revoit donc ses objectifs de décroissance de l'agrégat pour l'année suivante, et fixe au contraire comme cible une augmentation de 11 %. Cette décision produisant les mêmes effets, les faillites augmentent, et le nombre de chômeurs atteint trois millions de personnes. En 1981, le gouvernement prend donc la décision d'abaisser les taux d'intérêts[96].

Devant l'échec du monétarisme, la politique de Margaret Thatcher s'infléchit après son premier mandat, et s'oriente vers un pilotage par les taux de change, avec un objectif principal de lutte contre le chômage[97].

Politique fiscale[modifier | modifier le code]

L'autre levier pour diminuer l'agrégat est de diminuer l'endettement de l'État, ce qui passe par une réduction du déficit public ou une hausse des impôts. Ce premier levier s'avère difficile à mettre en œuvre au tout début du premier mandat : les conservateurs ont en effet promis lors de la campagne électorale d'augmenter les salaires des fonctionnaires ; par la suite, le gouvernement s'est engagé auprès de l'OTAN à accroître ses dépenses dans le secteur de la Défense au rythme de 3 % par an[96]. Il est donc décidé, pour le premier budget, une hausse globale des impôts. Celle des impôts directs étant exclue pour des raisons politiques (ils sont au contraire abaissés), ce sont les impôts indirects qui augmentent, la fonction redistributrice de l'impôt étant mise à l'écart, ce qui fera titrer au Sun « La guerre aux pauvres ». Les taux passent de 83 % à 60 % pour la tranche marginale la plus élevée de l'impôt sur le revenu, et de 33 % à 30 % pour le taux de base. Le taux de TVA, variant entre 8 et 12 % selon les produits, est augmenté uniformément à 15 %, venant mécaniquement restreindre la demande intérieure et alimenter l'inflation[98].

Politique industrielle et privatisations[modifier | modifier le code]

Les privatisations, déjà entamées sous le premier mandat avec British Petroleum, British Aerospace, British Sugar, et la vente de licences à Mercury Communications pour rompre le monopole de British Telecom, s'intensifient par la suite. La privatisation la plus notoire est celle de British Telecom en 1984, consentie à un prix très bas, afin de garantir un profit aux actionnaires[99]. Celle de British Gas, en 1987, s'accompagne de campagnes de publicité en faveur de l'actionnariat populaire[99]. En 1987, c'est le tour de British Airways ; ce transporteur aérien déficitaire devient l'une des meilleures et plus rentables compagnies au monde[100]. L'année suivante, British Steel est privatisée. Sous la présidence d'Ian McGregor, cette compagnie doit s'aligner sur la productivité des industries étrangères : en 1975, elle a en effet une productivité une fois et demi inférieure à la productivité allemande et deux fois et demi inférieure à la productivité américaine. À partir de 1979, elle augmente de 10 % par an[101]. Cette entreprise perdant un milliard de livres par an avant sa privatisation devient ainsi le plus gros producteur d'acier européen.

Cette politique rencontre quelques critiques : l'État est accusé de « brader les bijoux de famille », et le public est déçu de voir que les privatisations ne bénéficient pas aux consommateurs, avec des prix plus bas ou une offre de produits et services de meilleure qualité, mais à de nouveaux oligopoles où souvent les politiques prennent les rênes une fois partis du gouvernement ; par ailleurs, la multiplication du nombre d'actionnaires ne doit pas cacher que nombre d'entre eux préfèrent revendre rapidement leurs titres une fois des plus-values à court terme assurées, et le programme de privatisations, bien que continuant, cesse d'être présenté comme un argument électoral[102].

Pour Les Échos, « la restructuration - nécessaire - de l'industrie a été conduite avec une rare brutalité, faisant grimper le nombre des chômeurs de près de 2 millions à 3,2 millions entre 1980 et 1986 », avec une forte chute de la production industrielle entre mai 1979 et mars 1981[103]. Le taux de chômage, de 5,5 % en 1979, atteint 12 % en 1983, avant de redescendre à 6,8 % à la fin de son dernier mandat[104],[105].

Vision du rôle de l'État[modifier | modifier le code]

Illustration de sa volonté de faire évoluer le rôle de l'État, Margaret Thatcher déclarait dans un discours en 1975[106][réf. insuffisante] :

« Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu'il gagne, de posséder sa propriété, d'avoir l'État pour serviteur et non pour maître. Ce sont là les héritages britanniques. Ils sont l'essentiel d'une économie libre et de cette liberté dépendent toutes les autres. »

Margaret Thatcher promeut une politique économique qui sera ultérieurement appelée « capitalisme populaire »[107] : elle encourage la classe moyenne à augmenter ses revenus grâce à la Bourse[107] (le nombre de détenteurs d'actions au Royaume-Uni passe de trois millions en 1980 à onze millions en 1990[108]). Elle permet, dès 1980, avec le Housing Act 1980, le rachat de logements sociaux par leur locataire, c'est-à-dire le Right to Buy, permettant en 7 ans la privatisation de plus d'un million de logement sociaux, détenus avant cela par les collectivités locales[107],[109].

Cette réduction du rôle de l'État s'accompagne d'une diminution du nombre de corps intermédiaires : on observe la disparition de plusieurs centaines de Quangos (Quasi-Autonomous Non-Government Organisations : organismes paritaires) et plusieurs conseils de comté sont démantelés ou supprimés[110]. À Londres, la suppression fin 1986 de la Greater London Council, dirigée par le populaire leader travailliste Ken Livingstone, est considérée comme une mesure politicienne.

Si la politique économique de Margaret Thatcher met l'accent sur la réduction de la dépense publique et la maîtrise du déficit public, les Archives nationales britanniques indiquent qu'elle se montre également économe dans sa gestion du 10 Downing Street, insistant par exemple pour en payer la planche à repasser[111].

Syndicalisme[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher s'occupe également de la question des syndicats, qui disposent d'une influence considérable sur l'économie britannique lors de son arrivée au pouvoir : des responsables syndicaux non élus peuvent en effet provoquer d'importants mouvements de grève paralysant le pays[107], comme ce fut le cas à l'occasion de l'hiver du mécontentement avant l'élection de Thatcher. Cette puissance est pour une part due à leur influence au sein même du Parti travailliste, alors nettement ancré à gauche[112]. Le conflit le plus significatif entre le nouveau pouvoir et les syndicats est la longue grève des mineurs britanniques de 1984-1985, dont Thatcher sort victorieuse[113]. Cette grève, qui dure un an sans s'étendre aux autres activités du pays ou en grève générale, avait pour enjeu direct la question de la fermeture des puits de charbon déficitaires, une perspective catégoriquement rejetée par Arthur Scargill, le chef du NUM, le syndicat national des mineurs. Les films Billy Elliot et Les Virtuoses évoquent ces grèves.

Durant son passage au pouvoir, cinq lois sur les syndicats sont votées : en 1980, 1982, 1984, 1987 et 1988. Ces lois ont pour objectif premier de mettre fin au « closed shop », qui permet à un syndicat de n'autoriser que les recrutements de travailleurs syndiqués[114].

La question irlandaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conflit nord-irlandais.

La situation en Irlande du Nord se dégrade au début de son mandat ; Lord Mountbatten, cousin de la reine et organisateur de l'indépendance de l'Inde, est assassiné par l'IRA le 27 août 1979[115]. En 1980, plusieurs membres de l'Armée républicaine irlandaise provisoire et de l'Irish National Liberation Army incarcérés à la prison de Maze se lancent dans une grève de la faim pour obtenir le statut de prisonniers politiques, qui avait été supprimé en 1976 par les travaillistes, mais dont certains prisonniers continuaient à bénéficier. Elle dure 53 jours, sans que les grévistes n'obtiennent quelque chose. En 1981, une deuxième grève est organisée par Bobby Sands. Malgré la mort de dix grévistes de la faim (dont Bobby Sands, élu entre-temps membre du Parlement) au bout de 66 jours de grève et des pétitions envoyées du monde entier, Thatcher se montre inflexible[116],[117], déclarant par exemple à la Chambre des communes que Bobby Sands « a choisi de se donner la mort ; c'est un choix que son organisation ne laissait pas à beaucoup de ses victimes »[12],[n 4].

Des attentats visent Hyde Park et Regent Street en 1982, puis Harrods en 1983, faisant respectivement 23 et 9 morts. En octobre 1984, l'explosion d'une bombe à retardement de l'IRA au Grand Hôtel de Brighton, où se tient le congrès annuel du Parti conservateur, manque de provoquer la mort de Margaret Thatcher et de plusieurs membres de son gouvernement[118]. Le sang-froid dont elle fait preuve au cours de cet attentat à la bombe dans le Grand Hôtel de Brighton suscite le respect et l'admiration de la population britannique[119]. L'attentat fait cinq morts et de nombreux blessés, dont la femme, restée paralysée, de Norman Tebbit, un des principaux ministres. Concernant Margaret Thatcher, sa salle de bain est détruite mais pas son bureau, où elle travaillait encore, ni sa chambre, où dormait son mari. En 1987, un attentat de l'IRA à Enniskillen fait onze morts. Le 8 décembre 1981, elle rencontre à Dublin le Premier ministre irlandais Charles James Haughey. À la suite de ces premières discussions, la coopération entre la République d'Irlande et le Royaume-Uni est intensifiée, aboutissant aux accords d'Hillsborough Castle (en anglais, l'Anglo-Irish Agreement), signés le 15 novembre 1985, dans lesquels elle reconnaît la « dimension irlandaise » en échange d'avancées en matière de sécurité, qui ne verront pas le jour[120]. Ils ont cependant été considérés comme un important pas en avant dans la résolution du conflit[121]. À la fureur des Unionistes, l'accord donne des garanties au gouvernement irlandais et aux pacifistes et affirme la nécessité de la règle majoritaire pour toute évolution du statut de la province. Cela ne suffit néanmoins pas à mettre totalement un terme aux violences[122].

Questions de société[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni connait une vague croissante d'immigration après les chocs pétroliers des années 1970[123], notamment en provenance de ses anciennes colonies aux Caraïbes, mais aussi et surtout du Pakistan, de l'Afghanistan et de l'Inde. De nouveaux types de problèmes sociaux apparaissent dans des quartiers souvent considérés comme des ghettos ethniques, particulièrement touchés par le chômage. C'est également à cette époque que le phénomène des skinheads, mouvement culturel (devenu majoritairement raciste et antisémite dans les années 1980) appelant à l'usage de la violence contre les immigrés, la gauche et l'extrême-gauche, devient relativement important au Royaume-Uni. En 1981, le Parlement adopte le British Nationality Act 1981. Cette loi redéfinit les statuts de citoyenneté (citoyens nationaux, citoyens d'Outre-mer, citoyens de territoires dépendants), et cherche à réduire l'accès au droit du sol, interdisant également l'acquisition du droit de résidence aux citoyens non-britanniques, et refusant l'obtention de la citoyenneté par simple mariage.

Médias[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher se fait conseiller dans sa stratégie de communication, notamment par le directeur de presse du Number 10, Bernard Ingham (en)[124]. Elle suit des cours de maintien et d’élocution afin de perfectionner son accent Oxbridge (accent de ceux qui sont passés par les universités de Cambridge ou Oxford) et faire passer une image de fermeté et d'assurance, qui assure sa crédibilité dans les médias audiovisuels.

Ses rapports avec la BBC sont houleux. Margaret Thatcher reproche à la chaîne sa neutralité lors du conflit des Malouines en 1982, lors du bombardement de la Libye en 1986[125], ou plus généralement sa façon de présenter ses décisions politiques, ce qui conduit à une polémique publique en 1986[126] et à des pressions politiques et financières sur la chaîne[125]. En revanche, la « dame de fer » entretient de bonnes relations avec certains journaux, tout particulièrement ceux de Rupert Murdoch, jugés plutôt favorables à sa politique bien que les tribunes du Guardian et de The Independent soient largement ouvertes à ses opposants politiques[127],[128].

Éducation[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher visitant l'université de Salford, en 1982.

En 1983, le gouvernement Thatcher augmenta les frais d’inscription pour les étudiants étrangers[129].

Le Local Management of Schools Act accorde aux conseils d'administration des établissements d'enseignement (composés pour moitié de personnel enseignant, pour l'autre de parents d'élèves) une liberté totale des ressources financières et de leur utilisation[130]. En pratique, le salaire des enseignants pouvait être modulé au mérite, ce qui irrita fortement les syndicats d'enseignants[131]. Cette mesure fut en revanche plébiscitée par les parents d'élèves, puisqu'en 1993, 75 % des écoles choisirent la rémunération au mérite[131].

Margaret Thatcher fait aussi adopter le National Curriculum, qui unifie le niveau de connaissance des élèves, indépendamment de leur comté, le « socle commun » étant le même pour tous jusqu'à 16 ans[132].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher, participant au G7 de Williamsburg, en 1983.

Sa politique étrangère fut guidée par plusieurs idées fortes, notamment l'anticommunisme, l'atlantisme et l'euroscepticisme.

Guerre des Malouines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre des Malouines.

Le 2 avril 1982, la junte argentine envahit deux archipels au large de l'Argentine dans l'Atlantique Sud : les îles Malouines (Falkland Islands en anglais) et la Géorgie du Sud, toutes deux possessions britanniques. Margaret Thatcher décide rapidement de recourir à la force contre cette occupation. Dès le 5 avril, une flotte dirigée par l'amiral Sandy Woodward appareille pour l'Atlantique Sud et la Géorgie du Sud qui est reprise le 25 avril. La reconquête des Malouines prit trois semaines (21 mai-14 juin) et fit 293 morts britanniques contre 712 argentins[133] ou 649 Argentins, selon les sources[134].

La guerre des Malouines se solda par la défaite de l'armée argentine qui précipita la chute de la dictature militaire. L'inflexibilité de Margaret Thatcher dans ce conflit a partiellement contribué à son surnom de « dame de fer » ; alors que sa popularité était au plus bas avant le conflit[135],[136], l'élan de patriotisme puis le succès militaire contribuèrent à sa première réélection. Parallèlement, elle augmente l'effort militaire jusqu'au milieu des années 1980, dans un contexte de « guerre fraîche » entre les deux blocs.

Une des conséquences indirectes de ce conflit est la création d'une relation très forte avec les dirigeants du Chili. Thatcher remerciera en effet le général Augusto Pinochet pour le soutien qu'il avait apporté à l'armée britannique durant le conflit en mettant à sa disposition les radars chiliens et en recueillant les blessés. L'Argentine et le Chili, tous deux gouvernés par des dictatures militaires, entretenaient en effet des relations tendues en raison d'un conflit territorial à propos du canal de Beagle, qui avait manqué de déclencher une guerre entre les deux pays du Cône Sud. Thatcher remerciera encore publiquement et personnellement Pinochet en 1999, après sa mise en résidence surveillée au Royaume-Uni à la suite d'un mandat d'arrêt international lancé par le juge espagnol Baltasar Garzón pour les violations des droits de l'homme commis sous son gouvernement. S'exprimant en faveur de sa libération, elle déclara alors[137] : « je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une constitution appropriée à la démocratie, vous l'avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir »[138]. Selon l’écrivain chilien Ariel Dorfman, cette affirmation est aussi « absurde » que si l’on disait « qu’elle a apporté le socialisme à la Grande-Bretagne »[139].

Politique européenne[modifier | modifier le code]

« Photo de famille » au palais royal de Bruxelles, durant la présidence belge de l'UE de 1987.

Eurosceptique, elle demanda que le Royaume-Uni puisse ne pas payer plus que ce qu'il reçoit de l'Europe. Elle fait cette déclaration célèbre : « We are simply asking to have our own money back »[140] (Nous voulons récupérer notre argent). Le Royaume-Uni, alors en pleine récession, paie en effet beaucoup plus que ce qu'il reçoit. Le 18 octobre 1984, elle justifie sa position par un discours dans lequel elle déclare : « La Grande-Bretagne ne peut accepter la situation actuelle du budget. [...] Je ne peux jouer les Père Noël de la Communauté alors que mon propre électorat est prié de renoncer à des améliorations dans le domaine de la santé, de l'éducation [...] et ainsi de suite[141]. » Elle obtient gain de cause en 1984[1], avec ce qu'on appelle le « rabais britannique ». Ses relations avec le président de la Commission européenne, le socialiste français Jacques Delors, sont exécrables[142]. Celui-ci est en faveur d'une Europe fédérale et administrée, ce qui est en opposition complète avec les idées de Thatcher, et a des répercussions sur la politique européenne du Royaume-Uni[143].

Dans son fameux discours de Bruges du 20 septembre 1988, elle réaffirme son opposition à une Europe fédérale et déléguant plus de pouvoirs à Bruxelles[144] tout en défendant sa vision de l'Europe, une Europe des patries[145]. Son discours de Bruges défend donc trois idées fondamentales : l'Europe doit fonctionner selon la méthode coopérative, elle doit être l'outil de la création du marché commun[146] et les États-membres doivent se placer dans une logique internationaliste. Elle s'est également opposée à ce que la Communauté européenne dispose de ressources propres.

Margaret Thatcher avait approuvé l'adhésion à la Communauté économique européenne (CEE)[147] et considérait que celle-ci ne devait être qu'un moyen de mettre en place le libre-échange et de garantir la concurrence économique. Elle déclara ainsi : « Nous n'avons pas réussi à repousser les frontières de l'État avec succès en Grande-Bretagne pour nous les voir réimposées au niveau européen, avec un super-État européen exerçant une nouvelle domination depuis Bruxelles[148]. » Le discours, très critiqué par les autres Européens, révéla les divisions des conservateurs sur la question européenne[1]. C'est d'ailleurs l'Europe qui accéléra la chute de son cabinet avec la démission de l'europhile Geoffrey Howe.

Relation avec les États-Unis[modifier | modifier le code]

Les Thatcher et les Reagan à la Maison-Blanche, avant un dîner officiel, le 16 novembre 1988.

L'amitié avec un dirigeant étranger qui marque le plus son mandat est celle avec le président américain Ronald Reagan, qu'elle connaît depuis 1975, et dont elle partage les principes, notamment l'anticommunisme et le libéralisme économique. Ronald Reagan la surnommait « the best man in England », alors qu'elle le qualifiait de deuxième homme le plus important de sa vie[149]. Les deux dirigeants s'étaient rencontrés en 1975 alors que Reagan n'était encore que gouverneur de Californie[150]. Les deux dirigeants s'apporteront à maintes occasions un soutien réciproque inébranlable.

Avant même l'arrivée de Reagan au pouvoir, Thatcher entreprit de resserrer les liens avec les États-Unis. Sur le plan du nucléaire, elle confirma, notamment par un échange de lettres avec le président Carter, les accords de Nassau signés par MacMillan en 1962 alors que les travaillistes avaient un temps envisagé un rapprochement avec la France sur cette question[151],[152].

Elle montrera tout au long de sa carrière un attachement profond à la doctrine de la dissuasion nucléaire. En 1986, lors du sommet de Reykjavik, elle convainc ainsi Ronald Reagan de décliner la proposition de Mikhaïl Gorbatchev d'éliminer l'ensemble des systèmes offensifs soviétiques et américains à moyenne portée.

Réunion de travail des cabinets ministériels de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher, en 1981.

Malgré de nombreux points de convergence, les deux chefs d'État seront en désaccord sur quelques points ponctuels. Concernant la guerre des Malouines, les intérêts américains penchaient originellement du côté argentin. Alors que les États-Unis tenteront dans un premier temps de trouver un compromis susceptible de sauver la face de leur protégé Galtieri, ils fourniront finalement au Royaume-Uni une importante aide logistique et militaire (en particulier les missiles Sidewinder qui feront changer le déroulement du conflit).

Concernant la politique de sanctions contre la Pologne réprimant le syndicat Solidarité, Margaret Thatcher reprocha aux Américains d'avoir unilatéralement décrété des sanctions qui affectaient les économies de ses alliés occidentaux bien plus que la leur[153]. Leur relation bilatérale n'en sera cependant pas affectée.

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher adopta une politique opposée à l'URSS et à ses satellites, et soutient activement l'OTAN et la capacité de dissuasion nucléaire indépendante britannique[1]. En 1979, elle condamne l'invasion par l'Armée rouge de l'Afghanistan. En 1980, à la suite de cette invasion, le Royaume-Uni fait partie des 50 pays qui protestent aux Jeux olympiques de Moscou en y participant sous la bannière olympique. Jusqu'en 1985, elle renforce les moyens militaires britanniques, avec une hausse du budget de la défense de plus de 75 % entre 1979 et 1985[154]. Avec la détente et l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, les relations s'améliorent et les dépenses militaires décroissent à nouveau.

Margaret Thatcher est largement créditée d'avoir contribué à la chute du communisme et la fin de la guerre froide[155]. Elle est pour cette raison célébrée en véritable héroïne en Europe de l'Est[155].

Relations avec le Commonwealth[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher passant en revue les troupes des Bermudes, le 12 avril 1990.

Thatcher s'intéresse assez peu aux vestiges de l'Empire durant ses mandats ; les intérêts du Royaume-Uni étant sa priorité[156].

Dès son entrée en fonction en 1979, elle imprime sa marque en réglant en un peu plus de six mois le problème rhodésien vieux de 15 ans avec les accords de Lancaster House[157].

La Grenade, ancienne possession britannique membre du Commonwealth depuis son indépendance en 1974, est envahie par les troupes américaines en 1983. Margaret Thatcher se déclara alors « consternée et trahie »[151]. Son soutien au régime grenadais ne se traduisit cependant que par quelques protestations devant l'Assemblée générale des Nations unies.

Elle s'oppose à de dures sanctions contre le régime sud-africain qui pratique l'apartheid, les jugeant nocives aux intérêts britanniques, voire dangereuses pour la stabilité de la région[158]. Elle convainc ses partenaires du Commonwealth d'accepter les mesures graduées et moins radicales de la Communauté européenne en juin 1986[159]. Ses prises de position relatives à l'apartheid ont été critiquées et ont créé des tensions au sein du Commonwealth. Le Premier ministre français de l'époque, Laurent Fabius, s'est même déclaré lors d'un entretien tout à la fois fasciné et épouvanté par les vues qu'elle lui avait exposées lors d'un repas[160]. Dans ses Mémoires, Thatcher soutient qu'une abolition immédiate de l'apartheid, sans compromis (et donc propre à pousser l'establishment à l'obsidionalité) et imposée de l'extérieur (et donc ignorante des contraintes locales telles que les différences ethniques), aurait produit l'anarchie dont les noirs comme les blancs auraient pâti[161]. Pour le diplomate américain John Campbell, les positions de Margaret Thatcher étaient bien plus fondées sur les principes que ses détracteurs ne l'admettaient mais il estime qu'elle a fait erreur en ne percevant pas que l'ANC était attaché aux valeurs démocratiques et humanistes[162] allant jusqu'à qualifier l'organisation de « terroriste »[163]. Margaret Thatcher et Nelson Mandela se rencontrent finalement à Downing Street en avril 1990, en dépit de l'opposition de la direction de l'ANC[164].

Après des négociations sino-britanniques très difficiles, et l'affirmation par Deng Xiaoping du principe « un pays, deux systèmes »[165], elle signe le 19 décembre 1984 la déclaration commune sino-britannique sur la question de Hong Kong qui prévoit la restitution à la République populaire de Chine de l'île de Hong Kong et de la presqu'île de Kowloon (cédées à perpétuité par les traités de 1842 et 1860), conjointement avec les Nouveaux Territoires (loués en 1898 pour 99 ans), avec effet au 1er juillet 1997[166].

Élections[modifier | modifier le code]

Les électeurs britanniques lui donnèrent la majorité à trois reprises, lui confiant le plus long mandat de Premier ministre au Royaume-Uni depuis le XVIIIe siècle[1].

En 1979, dans un contexte de déclin économique, social et politique, elle fait campagne sur les questions économiques, donnant la priorité à la maîtrise de l'inflation et au contrôle du pouvoir des syndicats. Elle est à la recherche de l'électorat travailliste traditionnel, qui n'a jamais voté conservateur auparavant, de l'électorat jeune votant pour la première fois ou de l'électorat libéral de 1974[167]. Sur la forme, sa campagne est orchestrée par Gordon Reece et Timothy Bell. Les conservateurs auraient gagné dans cette élection 11 % de voix supplémentaires dans la classe ouvrière qualifiée et 9 % chez la classe ouvrière non-qualifiée[168]. De plus, Margaret Thatcher a reçu le soutien de ministres travaillistes déçus : Reginald Prentice[169], Richard Marsh[170], Alfred Robens[171] et Lord Chalfont[172],[n 5].

En 1982, sa situation était difficile et sa popularité faible. La guerre des Malouines restaura cependant son autorité morale et le Falklands Factor (Facteur des Malouines) joua un rôle important dans sa réélection. Néanmoins, pour l'historien Philippe Chassaigne, c'est surtout l'amélioration de la situation économique qui explique cette réélection[173]. Les tories obtiennent finalement 397 députés sur 635 en 1983[3].

En 1987, les tories remportent à nouveau la victoire mais avec une moindre avance puisqu'ils gagnent 375 sièges sur 650[3]. Les travaillistes sont à chaque fois distancés, en nombre de sièges mais surtout sur le terrain des idées. Michael Foot, le dernier « archéo-travailliste »[À attribuer], laisse la place à des dirigeants plus modérés en 1983[174].

Les dissensions au sein du parti se multiplient néanmoins, en partie à cause de son autoritarisme, qui suscite des brouilles avec Francis Pym, Geoffrey Howe ou Nigel Lawson.

Chute[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher, en 1990.

En 1990, l'instauration d'un nouvel impôt local remplaçant la taxe d'habitation, la poll tax – très impopulaire, au point d'entraîner des émeutes[175] –, sa politique monétaire (taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre à 15 % en 1989[176]) et sa réserve face à l'intégration du Royaume-Uni dans les Communautés européennes la mettent en minorité dans son propre parti, alors très divisé sur ces sujets[177]. Elle accepte cependant, après dix ans de débats internes, l'adhésion du Royaume-Uni au Mécanisme de taux de change européen en octobre 1990[178].

Le 31 octobre 1990, son Vice-Premier ministre Geoffrey Howe, l'un de ses plus anciens alliés, mais europhile, démissionne pour protester contre sa politique européenne[179]. Il en appelle à quelqu'un de nouveau pour mener une nouvelle politique[180]. Michael Heseltine, ancien ministre de la Défense, fait alors acte de candidature pour diriger le Parti conservateur, défiant Margaret Thatcher.

Le scrutin a lieu le 19 novembre 1990, alors qu'elle participe au Sommet de Paris de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Elle obtient 204 voix contre 152 à Michael Heseltine et 16 abstentions. Toutefois, les statuts du Parti disposent qu'un candidat doit obtenir une avance de 15 % des votants pour l'emporter, faute de quoi un second tour doit avoir lieu. Il manque quatre voix seulement au Premier ministre pour atteindre ce seuil, ce qui permet à Heseltine de la mettre en ballotage[181],[182]. Un second tour est prévu une semaine plus tard, le 27 novembre.

Après son retour du Sommet de Paris, le 21 novembre 1990 au matin, elle reçoit un à un ses ministres pour les consulter sur la position à adopter quant au second tour. Un certain nombre d'entre-eux lui renouvellent leur soutien, mais la majorité lui conseille de démissionner[183],[184],[185],[186], estimant que le second tour risque de lui être plus défavorable que le premier[187],[188],[189],[190]. Deux autres, enfin, l'informent que, dans l'hypothèse où elle gagnerait, ils démissionneraient de leur poste de ministre[191],[192],[193].

À l'issue de ces consultations, elle annonce son retrait du second tour et par conséquent sa démission de chef du Parti conservateur et du poste de Premier ministre[1]. Elle invoque la nécessité de choisir quelqu'un de nouveau qui pourrait mener les conservateurs à la victoire dès l'échéance électorale suivante. Elle apporte son soutien à son ancien dauphin John Major, qui gagne la primaire conservatrice par 185 voix contre 131 pour Heseltine (au second tour, la règle des 15 % ne s'applique plus)[194], et qui lui succède donc au poste de Premier ministre dès le 28 novembre 1990.

Elle reste à ce jour le Premier ministre à avoir tenu le plus longtemps (onze ans et six mois) les rênes du pouvoir au Royaume-Uni depuis Lord Salisbury[195](quatorze ans et deux mois).

Après le 10 Downing Street[modifier | modifier le code]

Thatcher assistant à la cérémonie commémorative du 5e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, avec Dick Cheney et sa femme Lynne.
Margaret Thatcher lors des obsèques d'État de Ronald Reagan, le 11 juin 2004.

Retrait progressif de la vie publique[modifier | modifier le code]

Après avoir démissionné, en novembre 1990, du 10 Downing Street, elle donne des conférences un peu partout dans le monde, et se consacre à sa fondation[11]. Elle est nommée pair du Royaume-Uni, en 1992, comme baronne « Thatcher of Kesteven in the County of Lincolnshire[195] », sur proposition de son successeur John Major, siégeant ainsi à la Chambre des Lords[195]. En 1995, la reine Elizabeth II l'honore de l'Ordre de la Jarretière, plus haute distinction britannique[195].

Le 6 septembre 1997, elle assiste, en compagnie de son époux et de plusieurs autres personnalités, aux obsèques de Lady Diana Spencer à l'abbaye de Westminster.

Après plusieurs petites attaques cérébrales et sur avis de ses médecins, elle se retire de la vie publique en 2002 pour ménager sa santé, tout en restant impliquée dans la politique[22],[11].

Dernières années[modifier | modifier le code]

Très affectée par le décès de son époux en 2003, Margaret Thatcher continue néanmoins à faire quelques apparitions publiques. Elle tient ainsi à assister aux funérailles de son grand ami, l'ancien président américain Ronald Reagan, qui ont lieu le 11 juin 2004 en la cathédrale nationale de Washington. Pour les cinq ans de l'anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, elle se rend au Pentagone à Washington, en compagnie de la Secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice, afin de rendre hommage aux victimes étrangères[n 6].

Le 21 février 2007, elle assiste à l'installation de sa statue à la Chambre des communes, aux côtés des effigies de Winston Churchill, David Lloyd George et Clement Attlee. Premier chef de gouvernement britannique à avoir sa statue de son vivant, elle déclare à cette occasion : « J'aurais préféré une statue en fer, mais le bronze me convient. Au moins, elle ne rouillera pas. Et, cette fois, j'espère que la tête restera en place »[196] (elle fait allusion à une précédente sculpture d'elle, en marbre, du sculpteur Neil Simmons, exposée à la Guildhall Art Gallery et décapitée en 2002 par l'artiste Paul Kelleher dans un geste de protestation symbolique)[197].

Le 10 juin 2007, le Sunday Telegraph publie des extraits d'un entretien exclusif accordé par la « dame de fer » à la chaîne de télévision BBC, qui a été depuis diffusé le 19 juin. Peu avant le 10e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong, elle évoque la journée du 30 juin 1997, lorsque le Royaume-Uni rétrocéda Hong Kong à la Chine : elle déclare avoir, ce jour-là, ressenti de la tristesse, affirmant qu'elle aurait souhaité que Hong Kong restât sous contrôle de l'administration britannique.

Sa fille Carol indique dans un livre, qui sort le 4 septembre 2008, que sa mère souffre de troubles importants de la mémoire depuis sept ans[198]. Elle présente des troubles cognitifs importants secondaires à une démence vasculaire, consécutive à plusieurs accidents vasculaires cérébraux[199].

Le 5 mai 2009, elle fête, au Carlton Club, le 30e anniversaire de son élection en tant que première femme Première ministre du Royaume-Uni, puis rencontre Benoît XVI au Vatican le 27 mai suivant[200], après s'être recueillie devant la tombe de Jean-Paul II, sur laquelle elle a déposé un bouquet de roses blanches et une dédicace : « à un homme de foi et de courage ». Le 23 novembre 2009, elle participe à une réception donnée par le Premier ministre Gordon Brown en compagnie du chef du Parti conservateur David Cameron, au 10 Downing Street, pour l'inauguration d'un portrait de l'artiste Richard Stone la représentant ; elle est la première parlementaire à être honorée de son vivant par un portrait à Downing Street et le troisième chef de gouvernement après Winston Churchill et David Lloyd George[201]. Elle effectue une visite à Downing Street le 8 juin 2010, à l'invitation du nouveau chef du gouvernement, David Cameron, qui a mis fin le mois précédent à une période de treize années dans l'opposition pour le Parti conservateur. Margaret Thatcher avait également été invitée à rendre visite aux Premiers ministres travaillistes Tony Blair et Gordon Brown peu après leur prise de fonctions, respectivement en 1997 et 2007[202]. En présence des autres anciens Premiers ministres et du Premier ministre en exercice, elle assiste à l'allocution donnée par le pape Benoît XVI à Westminster Hall, le 17 septembre 2010, lors de sa visite d’État au Royaume-Uni. En raison de son état de santé, elle décline ensuite plusieurs invitations, et n'assiste pas au mariage du prince William et de Catherine Middleton le 29 avril 2011[203]. En septembre 2011, elle participe à la fête d'anniversaire donnée pour le 50e anniversaire du Secrétaire d'État à la Défense, Liam Fox, dans son appartement à Admiralty House. Liam Fox déclare alors « être ravi d'avoir deux Premiers ministres (Margaret Thatcher et David Cameron) de son parti pour son 50e anniversaire ».

Pour son 87e anniversaire en octobre 2012, elle fait une apparition publique en déjeunant dans un restaurant londonien avec son fils Mark et son épouse. Elle est ensuite hospitalisée, le 20 décembre 2012, et opérée d'une tumeur à la vessie le lendemain[204]. Elle ressort de l'hôpital avant la Saint-Sylvestre mais ne regagne pas sa résidence du quartier de Belgravia sur Chester Square, son état physique ne lui permettant plus en effet de monter les marches de sa maison. Elle est relogée à l'hôtel du Ritz de Londres par ses propriétaires David et Frederick Barclay, qui furent de fervents soutiens à l'ancien Premier Ministre.

Décès et funérailles[modifier | modifier le code]

Cortège dans les rues de Londres, transportant le cercueil de Margaret Thatcher vers la cathédrale Saint-Paul.

Elle meurt le 8 avril 2013 à l'hôtel Ritz londonien, des suites d'un accident vasculaire cérébral, à l'âge de 87 ans[205],[206],[207].

Des obsèques cérémonielles (comme celles qui avaient été organisées pour la princesse Diana et pour la reine-mère), avec les honneurs militaires et retransmises en direct à la télévision, ont lieu le 17 avril en la cathédrale Saint-Paul de Londres. Fait exceptionnel, la reine Élisabeth II (qui n'assiste qu'aux enterrements des membres de sa famille ou de chefs d'État, à la seule exception des obsèques de l'ancien Premier ministre britannique Winston Churchill en 1965) et son époux le prince Philip d’Édimbourg assistent à la cérémonie. Outre le Premier ministre britannique David Cameron, quelques 2 300 personnes et personnalités internationales ont été invitées[208]. À l'issue de cette cérémonie, conformément à ses volontés, Margaret Thatcher est incinérée. Le 28 septembre 2013, en présence de ses enfants Mark et Carol, ses cendres sont enterrées dans les jardins de l'hôpital royal de Chelsea, aux côtés de celles de son mari Denis, mort en 2003 ; une pierre tombale, portant la simple inscription « Margaret Thatcher 1925 - 2013 » surplombe sa dernière demeure[209].

Réactions à l'annonce de son décès[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, Margaret Thatcher est saluée par l'ensemble du spectre politique[170]. Le Premier ministre, David Cameron, rend hommage à celle qui a « sauvé son pays » et salue son « immense courage[210] ». Indiquant sa tristesse d'avoir perdu « un grand leader, un grand Premier ministre, une grande Britannique », il estime que Margaret Thatcher restera dans les mémoires comme « le meilleur Premier ministre du pays en temps de paix[170] ». Ed Miliband, dirigeant de l'opposition, déclare que « les travaillistes ont souvent été en désaccord avec elle, ce qui ne nous empêche pas d'éprouver le plus grand respect envers ses accomplissements politiques et sa force de caractère[170]. » Le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, a lui indiqué sur Twitter que la « dame de fer » avait changé la Grande-Bretagne « pour toujours » et que chaque citoyen du Royaume « lui doit beaucoup ». La Reine, quant à elle, fait connaître sa tristesse à l'annonce de cette nouvelle[211]. À l'instar de Diana Spencer, Margaret Thatcher bénéficiera des honneurs militaires durant ses funérailles à la Cathédrale Saint-Paul de Londres, un grand honneur accordé par autorisation royale[212], mais une cérémonie avec moins de pompe que les obsèques nationales, réservées aux souverains et aux personnalités politiques les plus importantes (amiral Nelson, Winston Churchill)[213].

Les réactions sont plus contrastées chez ses opposants, le travailliste Ken Livingstone, ancien maire de Londres, considérant que « chacun des problèmes économiques que nous avons aujourd'hui constitue un héritage de sa politique et vient du fait qu'elle avait fondamentalement tort »[214]. Le réalisateur Ken Loach, opposant de longue date à sa politique, propose de « privatiser ses funérailles »[215]. Si la presse nationale et internationale salue la stature exceptionnelle de Margaret Thatcher, nombre de périodiques soulignent également qu'elle reste une personnalité controversée[11],[216] et que l'annonce de sa mort continue à diviser l'opinion publique britannique. The Daily Mirror déclare que « sa mort est un deuil pour la moitié du pays, mais pour l'autre moitié, elle est cause de célébration, car jamais figure politique n'a provoqué autant de divisions dans notre histoire »[214]. Des fêtes pour « célébrer » son décès ont lieu spontanément ou sont organisées au Royaume-Uni et en Argentine[217],[218]. The Economist parle d'un héritage qui divise encore les Britanniques, utilisant la formule « adorez-la ou haïssez-là » et analysant que « ce n'est pas seulement parce qu'elle a été une figure polémique, mais surtout parce que les débats qu'elle a provoqués continuent de diviser […] Le thatchérisme est aussi pertinent aujourd'hui qu'il ne l'était dans les années 1980 »[219].

À l'étranger[modifier | modifier le code]

L'annonce de son décès fait les unes de la presse mondiale[220].

Le président américain Barack Obama salue l'« un des grands avocats de la liberté[221] » ; il indique par ailleurs que son mandat de Première ministre « est un exemple pour nos filles : aucun plafond de verre n'est impossible à briser[170]. » Le président russe Vladimir Poutine a lui rendu hommage à « l'une des personnalités politiques les plus remarquables du monde moderne[222]. » L'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, interlocuteur direct de Margaret Thatcher lors de son mandat de Première ministre, rend hommage à une « personne brillante » qui restera « dans nos mémoires, comme dans l'Histoire[221]. » La chancelière allemande Angela Merkel reconnaît en Margaret Thatcher un « leader extraordinaire de notre époque[221]. » Le président français François Hollande estime que Margaret Thatcher « aura profondément marqué l'Histoire de son pays. » « Tout au long de sa vie publique, avec des convictions conservatrices qu’elle assumait pleinement, elle fut soucieuse du rayonnement du Royaume-Uni et de la défense de ses intérêts », ajoute-t-il dans un communiqué[223]. Valéry Giscard d'Estaing, qui l'a côtoyée de son vivant, se souvient de leurs « rapports courtois et amicaux ». Il reconnaît le succès de sa politique, estimant que les réussites de ses successeurs sont « largement dues à son action », et se souvient de sa « volonté inébranlable » et de son « caractère indomptable[223]. » Lech Wałęsa, chef historique du syndicat polonais Solidarność, souligne quant à lui l'engagement de Margaret Thatcher pour la délivrance de l'Europe de l'Est du communisme[221]. Fervent catholique, il annonce « prier pour elle[221]. » Gianni Alemanno, le maire de Rome, indique que malgré ses désaccords politiques avec Margaret Thatcher, il « ne peut que s'incliner face à une femme qui a été une figure majeure non seulement de l'histoire européenne, mais également de celle du monde[224]. » Elle est également saluée en Israël, où est louée son action en faveur de la paix au Moyen-Orient (Margaret Thatcher avait été à l'origine d'un accord de paix entre Israël et la Jordanie)[225]. La Chine lui rend également hommage en la qualifiant de « remarquable personnage d'État », ayant contribué « de façon importante au développement des relations sino-britanniques et en particulier à la solution pacifique négociée pour Hong Kong »[226]. En Australie, Julia Gillard, également la première femme à devenir Premier ministre dans son pays, déclare : « En tant que femme, j'admire son exploit d'être la première femme à diriger le Royaume-Uni[227]. » ; membre du Parti travailliste (gauche), elle reconnaît ne pas partager la vision politique de Margaret Thatcher, mais indique que « c'est une femme qui a changé l'histoire des femmes[227]. » Plus largement, l'ensemble de la classe politique australienne (l'Australie est membre du Commonwealth) rend hommage à Margaret Thatcher[227].

Bilan du thatchérisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thatchérisme.

Margaret Thatcher est l'une des rares personnalités politiques britanniques à avoir donné son nom à une politique : le thatchérisme[228]. The Economist note que si Winston Churchill a mené la Grande-Bretagne à la victoire contre le Troisième Reich durant la Seconde Guerre mondiale, il n'a jamais fait de son nom un « -isme[155]. »

À son arrivée au pouvoir, le Royaume-Uni est dans une situation économique et sociale très difficile. Le déclin de la production industrielle, régulier depuis la fin de la guerre, s'est accéléré lors des années 1970. La priorité absolue donnée à la défense des droits sociaux et au soutien de la consommation par les gouvernements qui se sont succédé depuis 1945 atteint ses limites à la suite des nombreuses dépréciations de la livre sterling, qui creuse le déficit de la balance des paiements. Dans les années 1970, conservateurs et travaillistes alternent chacun politique de relance et politique de rigueur, tenaillés entre le besoin de croissance et celui de rétablir les finances publiques[229]. Le très puissant pouvoir syndical paralyse le pays par son recours répété aux grèves massives[229],[230],[17]. La crise atteint son paroxysme en 1978, avec un doublement du taux de chômage à 5,5 % et une inflation très forte[229]. On désigne alors souvent le pays comme l'« Homme malade de l'Europe »[19],[231],[232]. L'« hiver du mécontentement », pendant lequel les syndicats lancent de longues grèves que le gouvernement travailliste ne parvient plus à maîtriser, contribue à la victoire de Margaret Thatcher aux élections générales[19],[233].

Partant de ce bilan, elle laisse à son départ une situation économique jugée « assainie » par Le Monde[11] ou « en voie de renaissance »[234], et qui peut être caractérisée par quatre éléments : une inflation qui reste non négligeable malgré une nette baisse au milieu des années 1980[n 7], une croissance économique importante[235], un État dont la place dans l'économie s'est réduite malgré la hausse des prélèvements sociaux[236], et un chômage qui atteint 6,8 % lors de la dernière année au pouvoir de Thatcher, en 1990[237],[238], s'installant de façon durable dans les anciens districts industriels[236]. Ses opposants lui reprochent une dégradation des infrastructures due à un manque de financement, une dégradation du secteur public, une augmentation de la précarité salariale[239], la baisse de qualité de l'éducation[11], en raison du manque d'enseignants ou de classes surchargées[240] - ou d'une baisse du niveau général, notamment reprochée par l'aile droite des Tories, avec creusement des inégalités entre établissements[241] -, le doublement du nombre des pauvres, ainsi que de l'accroissement des disparités sociales et régionales[11],[242]. Le niveau de vie britannique a en moyenne augmenté, mais les inégalités de revenus se sont creusées : entre 1980 et 1990, la part des 10 % les plus pauvres de la population a un revenu moyen en baisse de 10 %, tandis que les moyennes des revenus de tous les autres déciles augmentent[n 8],[243]. Si les conséquences sociales et le « style abrasif » de Margaret Thatcher ont suscité des critiques[244],[245], en matière de protection sociale, le système de la santé publique (National Health Service) n'a pas été réformé[17],[n 9].

Margaret Thatcher met en application les théories d'inspiration monétariste en luttant contre l'inflation forte de la fin des années 1970 par des taux d'intérêt élevés et en favorisant l'ouverture économique aux capitaux étrangers ; elle réduit également les impôts directs, sans toutefois parvenir à limiter les prélèvements obligatoires : le pouvoir syndical reste fort au sein du secteur public, préservant les salaires des fonctionnaires restés en poste ; d'autre part, la mise en œuvre de sa politique nécessite des relais et des exécutants pour les responsabilités transférées à des services civils ou à des quangos[246]. Après une hausse durant les quatre premières années de ses mandats, les dépenses publiques sont réduites de façon significatives[247], en partie grâce à la fin de la participation financière de l'État qui soutenait l'activité de plusieurs industries « historiques », notamment des mines déficitaires, attitude qui tranche avec le volontarisme des voisins européens du Royaume-Uni dans leur tentative de sauvetage de l'industrie au cours des années 1980.

Margaret Thatcher a souvent été accusée d'avoir « désindustrialisé la Grande-Bretagne[247],[248]. » En réalité, cette tendance lourde de l'évolution du tissu économique britannique avait déjà commencé avant son arrivée au pouvoir, et, bien qu'elle se soit poursuivie sous ses mandats, la désindustrialisation du pays se faisant à un rythme moins rapide que sous ses prédécesseurs[247].

Le développement de la propriété privée, en particulier grâce à la vente des logements sociaux à leurs occupants, fait partie des conséquences directes de la politique de Margaret Thatcher, conformément à sa volonté affichée de faire du Royaume-Uni une « société de propriétaires ». Ses mandats ont ainsi permis l'émergence d'une classe moyenne de petits propriétaires[17], la proportion de propriétaires-occupants dans la population totale passant de 55 à 67 % entre 1979 et 1989[249]. De même, elle a favorisé le développement de l'actionnariat : si trois millions de foyers détiennent des actions en 1979, ils sont trois fois plus nombreux en 1987[250]. La City, au centre de Londres, devient, sous l'effet d'une dérégulation massive, l'un des centres financiers les plus importants de la planète[251]. Ce vaste mouvement de déréglementation financière de l'histoire moderne se généralise dans le monde entier et, selon certains, à l'instar du démocrate de gauche Romano Prodi[252], est à l'origine des dérèglements qui mènent à l'éclatement de la bulle du capitalisme financier dans les années 2000[253].

Un éditorialiste de The Independent, John Rentoul, estime que l'action de Margaret Thatcher était nécessaire, l'économie étant avant son arrivée inefficiente, et le pays handicapé par la toute-puissance des syndicats. Elle a posé les bases permettant la restauration de la compétitivité internationale, ainsi que de la croissance qu'a connu la Grande-Bretagne, et dont ont bénéficié d'autres pays, durant les décennies suivantes. Estimant que son action a montré au Parti travailliste que le capitalisme était la seule voie possible, il regrette toutefois son dogmatisme en matière de monétarisme, qui a conduit à une hausse très importante des taux d'intérêts, et le coût social de sa politique, qu'il s'agisse du chômage ou du démantèlement du pouvoir syndical, qui constitue, selon lui, un facteur d'explication à la précarité actuelle de nombre de travailleurs pauvres[254].

Héritage politique[modifier | modifier le code]

Reconnaissance nationale[modifier | modifier le code]

Les armoiries personnelles de Margaret Thatcher, après son anoblissement en 1995.

Margaret Thatcher reçoit de nombreux honneurs et décorations britanniques : elle est par exemple faite en 1991 Citoyenne d'honneur de la ville de Westminster, un honneur qui n'avait été accordé jusqu'alors qu'à Churchill[255].

Le blairisme du Premier ministre Tony Blair, qui prend la suite du conservateur John Major en 1997, marque un prolongement du thatchérisme pour sa trame libérale, mais avec des infléchissements[7] : une reconsidération de la question des inégalités, la renationalisation d'entreprises d'intérêt général en déroute, ou encore une attitude moins isolée vis-à-vis de l'Union européenne, sans pour autant remettre fondamentalement en cause l'atlantisme traditionnel du le pays.

Son influence culturelle sur la revitalisation des idées en faveur de l'économie de marché lui a été reconnue par ses adversaires politiques ; Peter Mandelson, député travailliste, écrivit ainsi dans une tribune libre publiée le 10 juin 2002 dans The Times : « Nous sommes tous des thatchériens[9]. » Elle conserve aujourd'hui une aura importante dans le pays et est considérée par les Britanniques comme leur plus grand Premier ministre de l'après-guerre[256]. En 2011, un sondage mené par Ipsos Mori montre que 34 % des Britanniques considèrent Margaret Thatcher comme étant le Premier ministre le plus compétent du pays ces 30 dernières années, la plaçant ainsi en tête du sondage[257]. Elle demeure néanmoins critiquée par plusieurs personnalités politiques, parmi lesquelles le député de la région de Rotherham, Denis MacShane, qui affirme en 2008 « qu'elle a condamné [la population de sa région] à un niveau de vie indigne pendant près de quinze ans, [elle lui voue encore] une haine viscérale[258]. »

Margaret Thatcher a polarisé la vie politique du pays autour d'elle. Plus de 15 ans après son départ, l'intention prêtée en juin 2006 à Tony Blair de lui préparer des obsèques nationales a entraîné de nombreuses réactions ; le Daily Telegraph a consacré le 9 août sa une aux remous de l'affaire au sein du Parti travailliste. Plusieurs membres du parti du Premier ministre évoquent la possibilité de quitter le parti si cette information était confirmée. Les obsèques nationales sont normalement réservées à la famille royale britannique[259]. Mais il existe certaines exceptions, comme en 1965 lors du décès de Winston Churchill, qui avait dirigé le pays pendant la Seconde Guerre mondiale. Devant cette perspective, qui coûterait trois millions de livres, une pétition stipulant que, « en conformité avec son héritage, les funérailles devraient être financées et organisées par le secteur privé afin d'offrir le meilleur choix et rapport qualité-prix aux usagers et autres parties prenantes », reçoit en 2012 plus de 25 000 signatures en deux mois sur le site officiel du gouvernement britannique ; si le seuil des 100 000 signataires est atteint avant l'automne, cette pétition pourra faire l'objet d'un débat parlementaire[260]. Finalement, après l'annonce de son décès, il est révélé qu'elle n'aura pas d'obsèques nationales mais des funérailles à la Cathédrale Saint-Paul de Londres avec des honneurs militaires[261].

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Magaret Thatcher recevant la plus haute décoration civile américaine, la Médaille présidentielle de la liberté, des mains de George H. W. Bush, 1991

Margaret Thatcher a reçu de nombreuses reconnaissances, britanniques ou étrangères. Elle a ainsi été décorée au Royaume-Uni de l'Ordre de la Jarretière et de l'Ordre du Mérite ; elle fait partie de la Royal Society et du Conseil privé de la reine Elizabeth II.

Elle a été également décorée de la Médaille présidentielle de la liberté américaine, du Ronald Reagan Freedom Award et est membre honoraire de la Heritage Foundation. Le magazine libertarien américain Reason l'a célébrée comme « héros de la liberté »[262].

Plusieurs lieux portent son nom dans les Îles Malouines, en souvenir du conflit de 1982 : Thatcher drive à Port Stanley ou la péninsule de Thatcher en Géorgie du Sud. Le 10 janvier est un jour férié dans les Malouines, le « Margaret Thatcher Day ».

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Margaret Thatcher est une source inépuisable de représentations culturelles (cinéma, théâtre, musique, etc.), étant bien plus présente dans les médias et la culture populaire que n'importe quel autre dirigeant politique européen actuel ou passé, dans une dimension de fascination-répulsion des artistes[263]. Ainsi, l'image dans la présentation artistique de son bilan outre-manche est souvent très biaisée car elle fait l'impasse sur sa popularité et les succès de sa politique économique, insistant sur les aspects les plus négatifs de son action ou la représentant comme hystérique[263]. Le prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa est l'un des rares écrivains à revendiquer une admiration pour Thatcher[264].

Musique[modifier | modifier le code]

Plusieurs chanteurs lui ont consacré des chansons, comme Renaud en 1985 avec Miss Maggie dans l'album Mistral gagnant. D'abord écrite pour stigmatiser la catastrophe du Heysel, la chanson prend la forme d'un hymne pour les femmes et est une charge féroce contre Margaret Thatcher (« Moi je me changerai en chien si je peux rester sur la terre, et comme réverbère quotidien je m'offrirai Madame Thatcher »). La chanteuse française Sapho, dans son album de 1982 intitulé Passage d'enfer interprète également une chanson relative à Margaret Thatcher : Thatcher Murderer. En 1982, Roger Waters (chanteur, bassiste et compositeur de Pink Floyd) publie un concept-album, The Final Cut, où il est plusieurs fois question de Margaret Thatcher. Il y critique largement sa politique de l'époque (l'album a pour point de départ notamment la guerre des Malouines), son nom est mentionné à plusieurs reprises : « Oh, Maggie, Maggie, what have we done?, […] Galtieri took the Union Jack / And Maggie over lunch one day took a cruiser with all hands, apparently to make'em give it back ».

Dans son ouvrage biographique Mon éducation - Un livre des rêves, l'écrivain William S. Burroughs rêve de George W. Bush : « ...et alors on pourrait regarder Bush, cette salope au cul cousu de Thatcher »[265]

Portrait de Margaret Thatcher, par Brian Pike (1985).

Le nom du groupe de heavy metal britannique Iron Maiden, bien que désignant un instrument de torture (la vierge de fer), n'est pas sans rappeler le surnom de « dame de fer ». Ils publient en 1980 le single Sanctuary, dont la pochette représente Margaret Thatcher poignardée par Eddie (la mascotte du groupe) pour avoir arraché une de leurs affiches de concert[266]. Sur l'illustration de la première édition, les yeux sont masqués par un bandeau noir afin de faire croire à une décision de censure[n 10]. L'année suivante paraît le single Women in Uniform où apparaît à nouveau la Première ministre du Royaume-Uni, cette fois armée d'un fusil d'assaut et guettant Eddie.

La chanson Shipbuilding (en) dont les paroles ont été écrites par Elvis Costello est un pamphlet à l'encontre de Margaret Thatcher et de « sa » guerre des Falklands Islands. Selon la chanson, la guerre donne du travail dans les chantiers navals abandonnés. Mais, à peine construits, les bateaux conduiront les jeunes ouvriers au combat pour s'y faire tuer[267]. Shipbuilding a été créée en 1983 par Robert Wyatt avant d'être reprise par Elvis Costello, lui-même alors accompagné par Chet Baker.

En 1988, Morrissey lui consacre également une chanson, Margaret on the guillotine, dans son premier album solo Viva Hate. Dans cette chanson, Morrissey s'adresse à Thatcher et lui demande quand elle va mourir (« When will you die? »), car les gens comme elle l'épuisent et le font se sentir mal.

C'est également à cette époque qu'apparaît la Coldwave, littéralement vague froide, référence mortifère à des tonalités froides et torturées avec des groupes tels que Joy Division.

Le mouvement gothique à l'esthétique sombre et macabre et la new wave naissent au Royaume-Uni et développent un style autant musical que vestimentaire, d'une excentricité mélancolique parfois provocatrice, dominée par le noir et le métal et s'inspirant du romantisme sombre. Citons des groupes tels que The Cure, Paradise Lost, les Tears for Fears, Depeche Mode ou Killing Joke.

On assiste également à l'avènement de la musique techno (la house music).

Margaret Thatcher mène une politique obligeant les clubs de musique comme les pubs à fermer plus tôt, à 2 heures du matin, poussant les clubbers à continuer leurs fêtes de façon clandestine via les raves party, permettant l'émergence de ce qui deviendra la free party.

Films[modifier | modifier le code]

L'Angleterre des laissés pour compte de l'ère Thatchérienne est le sujet de nombreux films. Notamment My Beautiful Laundrette (1985) de Stephen Frears, Les Virtuoses (1996) de Mark Herman, The Full Monty (1997) de Peter Cattaneo, Trainspotting (1995) de Danny Boyle, Billy Elliot (2000) de Stephen Daldry, This Is England (2006) de Shane Meadows ou encore la plupart des films de Ken Loach, notamment Raining Stones (1993). En 2009, la BBC diffuse sur sa chaîne un téléfilm, Margaret, qui retrace la chute du Premier ministre incarné par Lindsay Duncan.

En 2011 sort un film biographique, La Dame de fer, avec l'américaine Meryl Streep dans le rôle de Margaret Thatcher, et Jim Broadbent dans celui de Denis Thatcher, son mari. Si ce film est salué de manière quasi-unanime pour son jeu d'acteurs par la critique[268], il n'en est pas de même pour la représentation de la politique et du portrait personnel de la « dame de fer » qui en ressortent. Ainsi, certains journaux, tels que The Guardian, The Telegraph, The Times ou encore The Spectator, estiment qu'il ne témoigne pas, ou mal, des années Thatcher et du thatchérisme[269]. Plusieurs personnalités politiques, notamment parmi les anciens ministres de Margaret Thatcher, insistent sur le côté « très émotionnel » du film, soit en saluant la performance de Meryl Streep, comme Nigel Lawson, soit, au contraire, en condamnant l'image « à moitié hystérique » qui en ressort, comme Norman Tebbit[270]. David Cameron, dans une interview à la BBC, a reproché au film d'être « vraiment un film concernant davantage l'âge, la démence plutôt que l'action d'une ex-première ministre extraordinaire. »[271]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Formule signifiant « celle qui vole (arrache) le lait » sous entendu « …aux enfants » ; et qui repose sur la proximité phonétique entre « Thatcher » et « snatcher » (voleur à l'arraché).
  2. Y compris à la sienne, disant elle-même qu'elle n'aspirait à l'origine qu'à devenir ministre des Finances.
  3. L'agrégat £M regroupe l'agrégat monétaire M1, les dépôts en livres sterling sur les comptes de dépôt et comptes courants, ainsi que les certificats de dépôt libellés en livre du secteur privé.
  4. Le journaliste français Roger Faligot rapporte que « selon des informations convergentes, » elle aurait donné son aval à une série d'assassinats de républicains irlandais en 1980-1981, commis par l'intermédiaire de paramilitaires loyalistes : l'assassinat de la présidente du Parti socialiste républicain irlandais Miriam Daly (en) en juin 1980 ou encore la tentative d'assassinat de Bernadette Devlin et de son mari en janvier 1981. Ces assassinats auraient été destinés à affaiblir les mouvements de soutien aux prisonniers grévistes de la faim. cf Roger Faligot, La résistance irlandaise (1916-2000), Éditions Terre de Brume, 1999, pages 255-256. Ces accusations n'ont cependant été reprises par aucun autre auteur ni aucune biographie de Margaret Thatcher, et n'ont pas donné lieu à des enquêtes ni à des mises en cause officielles de l'ancienne Première ministre britannique.
  5. Le journal The Sun a imprimé une série d'articles de ces ministres travaillistes qui expliquaient pourquoi ils lui apportaient leur soutien.
  6. La secrétaire d'État américaine a rendu, à cette occasion, un hommage particulier à Margaret Thatcher, en déclarant : « Je vous remercie d'avoir inspiré autant de monde, y compris moi-même, parce que vous vous êtes toujours tenue du côté de ce qui était juste ».
  7. L'inflation atteint des niveaux élevés au début de son mandat puis diminue fortement pour atteindre 4,5 % en 1983 et remonter à 8 % en 1990, avec les tensions sur le marché du travail et des salaires en hausse de près de 10 %. Hervé Monet & Jean-Jacques Santini, L'Économie britannique, Nathan,‎ 1992, p. 57
  8. D'autant plus fortement que les revenus sont élevés. Ainsi, celle du deuxième décile a augmenté de 4 % et celle du dernier décile a augmenté de près de 60 %
  9. De fait, les effectifs du NHS ont plutôt augmenté pendant la période, en hausse de 6 % alors que le reste de la fonction publique diminue de 12,5 %. Delas, ibid, p. 159
  10. « La controverse sur ce single fut montée de toutes pièces par le management du groupe. Ils mirent ce bandeau noir sur les yeux de la victime et crièrent à la censure, alors qu'il n'y en avait aucune. Toute cette controverse fut inventée afin de faire la publicité au groupe. C'est un vieux truc et ça fait vendre des disques presque à chaque fois… » (Derek Riggs, auteur de l'illustration concernée).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Margaret Thatcher », Encyclopedia Britannica
  2. Michèle Breuillard, L'Administration locale en Grande-Bretagne entre centralisation et régionalisation, L'Harmattan,‎ 2000, p. 10
  3. a, b et c François-Charles Mougel (2000), p. 90
  4. Catherine Cullen (1991), p. 119
  5. Monica Charlot (1989), p. 22
  6. a et b (en) Margaret Thatcher: Freedom fighter, The Economist, 13 avril 2013
  7. a et b Jean-Louis Thiériot (2007), p. 570
  8. Birthplace of the Rt. Hon.
    Margaret Thatcher, MP
    First woman Prime Minister of Great Britain and Northern Ireland
     :
    « Lieu de naissance de la très honorable
    Margaret Thatcher, Membre du Parlement
    Première femme Premier ministre de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord »
  9. a et b Philippe Chassaigne, « Madame Thatcher », l'Académie des sciences morales et politiques,‎ séance du lundi 5 mai 2003 (lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Émissions de Canal Académie avec Jean-Louis Thiériot : « Margaret avant Thatcher (1/2) De l’Épicerie à la conquête du parti conservateur » et Thatcher après Margaret (2/2) Du Parti conservateur à la Chambre des Lord
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Jean-Pierre Langellier, « Margaret Thatcher, la « Dame de fer » », Le Monde, 8 avril 2013
  12. a, b, c et d Franck Ferrand, « À part bien sûr Mme Thatcher », émission Au cœur de l'histoire, 9 février 2012
  13. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 13 et 102
  14. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 52
  15. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 273
  16. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 61-63
  17. a, b, c, d, e et f « Thatcher, la femme qui a changé la Grande-Bretagne », Le Figaro, 8 mai 2013
  18. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 65
  19. a, b, c, d, e, f, g et h Bertrand Lemonnier, « Thatcher Margaret (1925- ) », Encyclopædia Universalis (lire en ligne), consulté le 9 avril 2013.
  20. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 42
  21. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 44
  22. a et b (en) Biographie sur le site de la Margaret Thatcher Foundation
  23. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 45
  24. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 53
  25. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 75
  26. (en) Speech to Conservative Party Conference, discours prononcé le vendredi 10 octobre 1976, sur le site de la Fondation Margaret Thatcher.
  27. (en) John Campbell, Margaret Thatcher: The Grocer's Daughter, Random House,‎ 2011 (ISBN 1409039994), p. 61
  28. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 82-84
  29. Clare Beckett (2007), p. 24
  30. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 74
  31. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 75
  32. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 97
  33. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 92
  34. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 96
  35. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 101-102
  36. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 103
  37. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 112
  38. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 114
  39. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 108
  40. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 117
  41. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 121
  42. a et b Jean-Louis Thiériot (2007), p. 122
  43. (en) John Campbell, Margaret Thatcher: The Grocer's Daughter, Random House,‎ 2011 (ISBN 1409039994), p. 155
  44. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 127
  45. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 134
  46. (en) John Campbell, Margaret Thatcher: The Grocer's Daughter, Random House,‎ 2011 (ISBN 1409039994), p. 192
  47. (en) John Campbell, Margaret Thatcher: The Grocer's Daughter, Random House,‎ 2011 (ISBN 1409039994), p. 173
  48. (en) Speech to Conservative Party Conference, discours prononcé le 12 octobre 1966.
  49. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 141
  50. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 147
  51. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 152-153
  52. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 154-155
  53. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 161
  54. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 156
  55. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 157
  56. Margaret Thatcher, tome II (1995)
  57. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 160-161
  58. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 162
  59. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 163
  60. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 163-164
  61. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 187
  62. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 189
  63. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 201-202
  64. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 210
  65. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 211
  66. (en) Conférence de presse de Margaret Thatcher à la suite de la victoire, Fondation Margaret Thatcher
  67. (en) « Britain Awake », discours à l'hôtel de ville de Kensington, 19 janvier 1976, Fondation Margaret Thatcher
  68. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 232-233
  69. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 2
  70. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 236
  71. [news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/1222326.stm « « Epoch-making » poster was clever fake], BBC News, 16 mars 2001
  72. Affiche du Parti conservateur en 1979, The Guardian
  73. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 251
  74. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 247
  75. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 254
  76. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 255
  77. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 256
  78. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 257
  79. Royaume-Uni, sur le site de l'Union interparlementaire.
  80. « HER MAJESTY'S GOVERNMENT (OPPOSITION MOTION) » HC Deb 28 March 1979 vol 965 cc461-590.
  81. Evans 2004, p. 2
  82. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 272
  83. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 276
  84. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 55-56, 63 et 84
  85. Margaret Thatcher, tome II (1995), p. 55
  86. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 277
  87. (Champroux 2009, p. 12, 54-55, 144)
  88. Margaret Thatcher, tome I (1993), p. 530
  89. Margaret Thatcher, tome I (1993), p. 538
  90. BBC Politics 97, 3 May 1979, sur le site de la BBC.
  91. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 298
  92. (en) « The lady's not for turning », texte intégral sur wikisource
  93. Sylvie Guillaume et Jean Garrigues, Centre et centrisme en Europe aux XIXe et XXe siècles : regards croisés, Peter Lang,‎ 2006 (ISBN 9052013179), p. 229
  94. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 295
  95. a et b Jean-Louis Thiériot (2007), p. 426
  96. a et b (Champroux 2009, p. 45-48)
  97. (Champroux 2009, p. 84)
  98. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 311-312
  99. a et b Evans 2004, p. 36
  100. Paul Johnson, « Margaret Thatcher », Time,‎ 13 avril 1998 (lire en ligne)
  101. Dormois 1994, p. 147-148
  102. (Evans 2004, p. 37-38)
  103. « Margaret Thatcher, l'indomptable », Les Échos, 8 avril 2013
  104. Taux de chômage au Royaume-Uni Trading economics
  105. Les performances du marché du travail au Royaume-Uni Ministère de l'Économie, janvier 2007
  106. Dormois 1994, p. 157
  107. a, b, c et d (en) Simon Heffer, « Margaret Thatcher: Radical visionary who rescued Britain », The Daily Telegraph,‎ 10 avril 2008 (lire en ligne)
  108. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 377
  109. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 293
  110. François-Charles Mougel (1996), p. 116
  111. « Thatcher économe à Downing Street », Le Figaro, 8 mai 2013
  112. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 167
  113. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 396
  114. François-Charles Mougel (1996), p. 119
  115. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 335
  116. Catherine Cullen (1991), p. 122-123
  117. Axel Delmotte, L'Indispensable de la culture générale : le Royaume-Uni, Studyrama,‎ 2003, 203 p. (lire en ligne), p. 57-58
  118. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 397-398
  119. (en) John Campbell, Margaret Thatcher The Iron Lady, Jonathan Cape,‎ 2003, p. 432
  120. Jacques Leruez (1991), p. 175-176
  121. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 400
  122. CAIN Web Service, « Chronological List of Deaths » (consulté le 21 avril 2013)
  123. (en) Short History of Immigration, BBC
  124. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 443-444
  125. a et b Margaret Thatcher et la BBC : régulation ou manipulation ? Daniel Ruff, Revue Lisa, Vol. IV - no 3, 2006
  126. (en)« Polémique Thatcher-BBC »[vidéo]
  127. « Rupert Murdoch to honour Thatcher in speech », The Guardian
  128. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 445
  129. (en) Education in England - 1979-1990 par Derek Gillard, dans The history of education in England
  130. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 530-531
  131. a et b Jean-Louis Thiériot (2007), p. 531
  132. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 531-532
  133. Philippe Chassaigne (2003), p. 275
  134. (en) Falklands war caused rare friction for Thatcher and Reagan, The New York Times
  135. (es) Ricardo Herren, « Malvinas, 20 Años después : II) Llegó la hora de los cañones », El Mundo,‎ mars 2002 (lire en ligne)
  136. (en) « Political Commentary - The 'Falklands Factor' Revisited » (consulté le 21 avril 2013)
  137. INA, « L’amitié Thatcher/Pinochet ne se dément pas », Soir3,‎ 26 mars 1999 (lire en ligne)
  138. (en) « Thatcher stands by Pinochet », BBC News,‎ 26 mars 1999 (lire en ligne)
  139. Ariel Dorfman, Exorciser la terreur, l'incroyable et interminable procès du général Augusto Pinochet, Grasset,‎ 2003, p. 53
  140. Souvent déformé en « I want my money back! »
  141. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 484
  142. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 490
  143. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 491-492
  144. (en) Discours de Bruges, 20 septembre 1988
  145. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 493
  146. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 487
  147. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 116
  148. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 494
  149. (en) « RICE N PEAS FILMS - The Children of Thatcher & Reagan » (consulté le 21 avril 2013)
  150. (en) « Political soul mates: Reagan and Thatcher dominated 1980s politics », USA Today,‎ 6 mai 2004 (lire en ligne)
  151. a et b Jean-Claude Sergeant, « L'Angleterre et l'Amérique, La « relation spéciale » : anatomie d’un rapport ambigu », Hérodote, no 109 : « Les États-Unis et le reste du monde »,‎ second trimestre 2003, p. 71-82 (lire en ligne)
  152. Pour plus de précisions sur les relations américano-britanniques à l’époque de Margaret Thatcher, voir Jean-Claude Sergeant (1994), p. 197-212
  153. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 470-471
  154. Dormois 1994, p. 160
  155. a, b et c (en) Margaret Thatcher: the lady who changed the world, The Economist, 8 avril 2013
  156. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 497
  157. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 498-499
  158. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 502
  159. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 504-505
  160. Empreintes avec Laurent Fabius, documentaire de Gérard Mordillat, France 5, 2011
  161. Margaret Thatcher, tome I (1993), p. 426-428. Voir aussi p. 441 pour une appréciation de Nelson Mandela
  162. John Campbell (2003), p. 234
  163. John Campbell (2003), p. 329
  164. (en) « Nelson Mandela and Margaret Thatcher: the meeting that never was », sur the Guardian,‎ 28 novembre 2010 (consulté le 21 avril 2013)
  165. « 1984: Britain signs over Hong Kong to China », sur le site de la BBC.
  166. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 501
  167. John Campbell, Margaret Thatcher: The Grocer's Daughter (Jonathan Cape, 2000), p. 432
  168. David Butler et Dennis Kavanagh, The British General Election of 1979 (Macmillan, 1980), p. 343
  169. (en) Lord Prentice of Daventry, The Guardian
  170. a, b, c, d et e (en) Lord Marsh obituary, The Guardian
  171. Tweedale (2008)
  172. (en) Profile : Lord Chalfont; Old soldier above the battle, The Independant
  173. Philippe Chassaigne (2003), p. 277
  174. François-Charles Mougel (2000), p. 93
  175. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 537
  176. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 521
  177. (Jones 1991, p. 119-122)
  178. (Champroux 2009, p. 155-158)
  179. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 547
  180. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 550
  181. (en) Conservative Party (UK) leadership election, 1990
  182. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 552
  183. Le premier à être reçu est Kenneth Clarke (Secrétaire d'État à la santé) qui rapporte : "Je lui ai dit qu'elle avait été battue et qu'elle devait débarrasser le plancher.", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 47'35")
  184. Michel Rifkind (Secrétaire d'État chargé de l'Écosse) : "j'ai été l'un des premiers à lui dire en face qu'il était temps qu'elle s'en aille", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 47'56")
  185. Douglas Hurd (Ministre des Affaires Étrangères) : "Et pour la première fois, je crois, certains lui ont clairement dit ce qu'ils pensaient, que c'était la fin de son règne et qu'elle devait se retirer.", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 48'35")
  186. Norman Lammont (Secrétaire d'État à la Défense) : "C'était dans son intérêt, son propre intérêt, de démissionner. Ce fut l'un des pires moments de ma vie d'avoir à lui dire ça.", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 49'46)
  187. Kenneth Clarke (Secrétaire d'État à la santé) qui rapporte : "Il y avait de plus en plus de gens (membres conservateurs du parlement) qui avaient voté pour elle il y a 2 ou 3 ans et qui étaient décidés à voter pour Heseltine, parce qu'ils étaient convaincus qu'ils allaient perdre leur siège", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 25'50")
  188. John Gummer (Ministre de l'Agriculture) : "Je ne pensait pas qu'elle pouvait gagner, et je le lui ai dit.", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 49'40")
  189. Kenneth Clarke (Secrétaire d'État à la santé) qui rapporta : "La plupart de ceux [les membres du Parlement] qui avaient voté pour elle au premier tour allaient finalement faire comme moi si elle s'accrochait : voter contre elle. Et je venais de lui dire que le ferai".("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 48'20")
  190. Norman Lammont (Secrétaire d'État à la Défense) : "Je ne lui ai pas dit 'vous devez démissionner', mais qu'il 'serait préférable de le faire parce que je crois que vous allez perdre'", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 50'28)
  191. Peter Lilley (Secrétaire d'État au Trésor) : Deux ministres l'ont menacé de démissionner si elle ne se retirait pas". ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, prix FIPA 2009, 49'23")
  192. Malcolm Rifkind (Secrétaire d'État chargé de l'Écosse) a déclaré : "C'était de mon devoir de lui dire sincèrement ce que je pensais, et c'est ce que j'ai fait. Je n'y ai pris aucun plaisir. Je lui ai dit que j'avais décidé, malgré ce que d'autres personnes avaient pu lui dire, que si elle se maintenait au second tour, qu'elle gagnait et restait Premier ministre, je me retirerai du gouvernement". ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 49'00")
  193. Kenneth Clarke (Secrétaire d'État à la santé) qui rapporte : "Son état d'esprit a changé à mesure que chaque ministre, l'un après l'autre, est venu lui dire qu'elle devait démissionner.", ("Mais qui a tué Maggie ? Les derniers jours de Margaret Thatcher", documentaire de Willian Karel, prix FIPA 2009, diffusé sur France 2 le 12 mars 2009 et le 29 mai 2012, 50'18")
  194. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 556
  195. a, b, c et d (en)« Margaret Thatcher's Years As Prime Minister », sur le site officiel du Parlement britannique (consulté le 21 avril 2013)
  196. « I might have preferred iron - but bronze will do. It won't rust. And this time, I hope the head will stay on. » (en) Iron Lady is honoured in bronze, BBC News, le 21 février 2007
  197. Gen Doy, Picturing the Self : Changing Views of the Subject in Visual Culture, éd. I.B.Tauris, 2004, p. 82-83, Stacy Boldrick et Richard S. Clay, Iconoclasm : contested objects, contested terms, éd. Ashgate, 2007, p. 2,Clare Beckett (2007), p. 118
  198. « Margaret Thatcher souffre de démence », sur nouvelobs.com,‎ 25 août 2008 (consulté le 24 avril 2013)
  199. « Margaret Thatcher est sortie de l'hôpital », Le Figaro, 29 juin 2009
  200. (en) « Margaret Thatcher meets Pope Benedict XVI in the Vatican », The Telegraph, 27 mai 2009
  201. « Thatcher de retour au 10 Downing Street pour inaugurer un portrait », swissinfo.ch, 23 novembre 2009
  202. « Thatcher rencontre Cameron », Le Figaro, 8 juin 2010
  203. (en) Royal wedding snub for Blair and Brown criticised by ministers, The Guardian, 27 avril 2011
  204. (en) Margaret Thatcher recovering from operation, The BBC, 22 décembre 2012
  205. (fr) « Margaret Thatcher est morte », sur liberation.fr,‎ 8 avril 2013 (consulté le 8 avril 2013)
  206. (fr) « L'ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher est morte », sur Francetv info,‎ 8 avril 2013 (consulté le 8 avril 2013)
  207. (en) « Margaret Thatcher dies of stroke aged 87 », sur The Daily Telegraph,‎ 8 avril 2013 (consulté le 8 avril 2013)
  208. La présence de la Reine aux obsèques de Margaret Thatcher fait polémique, Le Monde, 11 avril 2013
  209. http://www.france24.com/fr/20130928-cendres-margaret-thatcher-enterrees-hospice-londonien
  210. David Cameron: Margaret Thatcher ‘saved our country’ - video, The Guardian
  211. Margaret Thatcher est morte, Libération, 8 avril 2013
  212. (en) No state funeral for Margaret thatcher, The Guardian
  213. « 2300 invités aux obsèques de Margaret Thatcher », sur LeParisien.fr,‎ 17 avril 2013
  214. a et b Mort de Thatcher : la Grande-Bretagne entre larmes et ressentiment, Le Point, 8/4/2013
  215. « Ken Loach sur Thatcher : "Privatisons ses obsèques !" », sur nouvelobs.com,‎ 8 avril 2013 (consulté le 25 avril 2013)
  216. Revue de presse : Margaret Thatcher "la plus formidable femme politique du XXe siècle, L'Express, 9 avril 2013
  217. [1] Margaret Tgatcher critics plan celebration before funeral
  218. Thatcher, détestée en Irlande du Nord et en Argentine
  219. Thatcher : "Adorez-la ou haïssez-la", Le Monde, 9/4/2013
  220. (en) Margaret Thatcher's death: international newspaper front pages – in pictures, The Guardian, 10 avril 2013
  221. a, b, c, d et e « Décès de Margaret Thatcher : « un grand dirigeant, une grande Britannique » selon Cameron », Lalibre.be, 8 avril 2013
  222. Thatcher était une personnalités politiques des plus brillantes (Poutine), Rianovosti, 8 avril 2013
  223. a et b Mort de Margaret Thatcher : Une « grande dirigeante », « la Première Dame du girl power » ou « une vieille sorcière », 20 minutes
  224. (en) Margaret Thatcher dies: live reaction and updates, The Guardian
  225. Israël rend hommage à Margaret Thatcher, aussi célèbre que Churchill, IsraelValleyNews, 8 avril 2013
  226. Pékin salue Thatcher sur Hong Kong, Le Figaro, 9 avril 2013
  227. a, b et c (en) Julia Gillard leads Australian tributes to Margaret Thatcher, The Guardian, 9 avril 2013
  228. (en) Margaret Thatcher No ordinary politician, The Economist, 13 avril 2013
  229. a, b et c Dormois 1994, p. 141-146
  230. (en) 1979: Public sector strike paralyses country, BBC: on this day
  231. (en) Larry Elliott, Did Margaret Thatchertransform Britain's economy for better or worse ?, The Guardian, 8 avril 2013
  232. (en) Hugh Pym, Margaret Thatcher: How the economy changed, BBC News, 8 avril 2013
  233. Thatcher: a cut above the rest, The Economist
  234. Dormois 1994, p. 146 selon l'économiste Jean-Pierre Dormois
  235. « Croissance du produit intérieur brut pour la Grande-Bretagne », Les Échos
  236. a et b Dormois 1994, Persistence des handicaps
  237. taux de chômage du Royaume-Uni sur Google public data explorer
  238. Alec Cairncross, The British Economy since 1945, Institute of Contemporary British History, p. 226
  239. Margaret Thatcher ou la Dame de fer et du laisser-faire, Alternatives économiques mai 2009
  240. Lowe 2009, Education Reform Act 1988
  241. Evans 2004, p. 73
  242. Dormois 1994, p. 151
  243. Communication de Philippe Chassaigne, Académie des sciences morales et politiques, 5 mai 2003, 23e minute
  244. François-Charles Mougel (1996), p. 121
  245. Roland Marx, Philippe Chassaigne, Histoire de la Grande-Bretagne, Librairie académique Perrin, Paris, 2004
  246. Dormois 1994, p. 141-155
  247. a, b et c (en) How Britain changed under Margaret Thatcher. In 15 charts, The Guardian, 8 avril 2013
  248. Thatcher responsable de la désindustrialisation de la Grande-Bretagne ?, bfmtv.com
  249. Dormois 1994, p. 167
  250. François-Charles Mougel (1996), p. 124
  251. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 378-379
  252. Économiste et ancien président de la Commission européenne ; (it) Romano Prodi, « La Thatcher ha cambiato il mondo ma ha preparato la crisi globale », Il Sole 24 Ore,‎ 9 avril 2013 (lire en ligne)
  253. (frr) Howard Davies, « Margaret Thatcher a-t-elle causé la crise financière ? », La Tribune,‎ 17 avril 2013 (lire en ligne)
  254. (en) John Rentoul: Margaret Thatcher saved the British economy, but at too high a social cost, The Independent, 23 avril 2013
  255. Jean-Louis Thiériot (2007), p. 558
  256. « GB: Mme Thatcher plus grand Premier ministre de l'après-guerre », Romandie actualités,‎ 6 avril 2008 (lire en ligne)
  257. (en) Zoe et Steve Vaughan, « The big question: was Margaret Thatcher a great leader? », sur Msn UK,‎ 19 janvier 2012 (consulté le 24 avril 2013)
  258. Christel de Taddeo, « Le calvaire de la Dame de fer émeut l'Angleterre », JDD,‎ 8 septembre 2008 (lire en ligne)
  259. (en) « State funeral planned for Lady Thatcher », The Guardian,‎ 14 juillet 2008 (lire en ligne)
  260. Marie-Hélène Martin, « La damnation de Maggie », Le Nouvel Observateur, no 2462,‎ 12-18 janvier 2012, p. 38
  261. (en) «Ex-Prime Minister Baroness Thatcher dies, aged 87 »., BBC News
  262. (en) 35 Heroes of Freedom, Reason, décembre 2003
  263. a et b Maggie Thatcher, icône haïe, Le Monde
  264. Éloge de la Dame de fer par Mario Vargas Llosa.
  265. trad. par Sylvie Durastanti, parue chez Christian Bourgois éditeur (2007) (ISBN 978-2-267-01882-0) in Le cabanon sur le lac
  266. lefigaro.fr, « Margaret Thatcher, de Pink Floyd à Renaud », sur Le Figaro,‎ 8 avril 2003 (consulté le 25 avril 2013)
  267. Q, no 260 : « 50 Years of Great British Music », mars 2008
  268. Meryl Streep décroche notamment son 2e Oscar de la meilleure actrice, 19 ans après le premier
  269. « « The Iron Lady », ou « Thatcher sans le thatchérisme » », Le Monde
  270. « Cinéma : Meryl Streep, étonnante en Maggie Thatcher », Le Parisien
  271. « David Cameron critique la Dame de fer », Le Figaro

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Clare Beckett, Thatcher, Haus Publishing Limited,‎ 2007, 166 p. (ISBN 978-1-904950-71-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) John Campbell, Margaret Thatcher, vol. 2 : The Iron Lady, Londres, Jonathan Cape,‎ 2003, 913 p. (ISBN 0-224-06156-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Monica Charlot, L'Effet Thatcher, Économica,‎ 1989, 159 p. (ISBN 9782717816747) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Nathalie Champroux, Entre convictions et obligations : les gouvernements Thatcher et Major face au Système monétaire européen 1979-1997, Presses Sorbonne Nouvelle,‎ 2009, 250 p. (ISBN 9782878544657, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Chassaigne, La Grande-Bretagne dans le monde de 1815 à nos jours, Armand Colin,‎ 2003, 320 p. (ISBN 9782200245986) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Catherine Cullen, Margaret Thatcher, une dame de fer, Éditions Odile Jacob,‎ 1991, 195 p. (ISBN 978-2738101167) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Pierre Dormois, Histoire économique de la Grande-Bretagne au XXe siècle, Hachette,‎ 1994 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Eric J. Evans, Thatcher and Thatcherism, Routledge,‎ 2004, 2e éd., 176 p. (ISBN 9780415270120) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Pierre-François Gouiffès, Margaret Thatcher face aux mineurs, Privat,‎ 2007, 363 p. (ISBN 978-2708968806) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Peter Jenkins, La Révolution de Madame Thatcher, ou la fin de l'ère socialiste, Robert Laffont,‎ 1991, 430 p. (ISBN 978-2221066447)
  • G.W. Jones, « Mais qui a tué Maggie ? », Revue Pouvoirs, no 58,‎ septembre 1991 (lire en ligne [PDF]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Leruez, Le Phénomène Thatcher, Éditions Complexe,‎ 1991, 336 p. (ISBN 9782870273869, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Norman Lowe, Mastering British modern history, Palgrave McMillan,‎ 2009, 826 p. (ISBN 0333693434) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • François-Charles Mougel, L'Angleterre au XXe siècle, Ellipses, coll. « Les essentiels de civilisation »,‎ 2000, 128 p. (ISBN 2-7298-7976-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • François-Charles Mougel, La Grande-Bretagne au XXe, PUF, coll. « Que sais-je »,‎ 1996 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Michel de Poncins, Thatcher à l'Elysée. Le jour où elle est devenue Président de la République, Odilon Media,‎ 2001, 220 p. (ISBN 2-8421-3030-8)
  • (en) Stanislao G. Pugliese (dir.) et Iain Dale (dir.), The Political Legacy of Margaret Thatcher, Politico's Publishing,‎ 2003, 419 p. (ISBN 9781842750254)
  • Jean-Claude Sergeant, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, 1979-1990, PUF,‎ 1994, 266 p. (ISBN 978-2130465102) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Louis Thiériot, Margaret Thatcher, de l'épicerie à la Chambre des Lords, Éditions de Fallois,‎ 2007 (ISBN 978-2877066129) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]