Accra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Accras et Acra.
Accra
Grand Accra
Centre-ville d'Accra, quartier des affaires
Centre-ville d'Accra, quartier des affaires
Administration
Pays Drapeau du Ghana Ghana
District Accra métropolitain
Région Grand Accra
Maire Alfred Okoe Vanderpuije
Démographie
Population 2 263 785 hab. (2009)
Densité 12 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 33′ 29″ N 0° 12′ 04″ O / 5.5580302, -0.2010765 ()5° 33′ 29″ Nord 0° 12′ 04″ Ouest / 5.5580302, -0.2010765 ()  
Altitude 61 m
Superficie 18 500 ha = 185 km2
Superficie de l'agglomération 89 400 ha = 894 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ghana

Voir sur la carte Ghana administrative
City locator 14.svg
Accra
Liens
Site web http://ama.ghanadistricts.gov.gh/

Accra est la capitale du Ghana. Il s'agit de la ville la plus peuplée du pays (1 658 937 habitants en 2000 [1], 2 263 785 en 2009 [2]) dont elle constitue le centre politique, administratif, économique et financier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un marché à Accra en 1903

Le site d'Accra se trouve en territoire Ga, une ethnie encore aujourd'hui dominante dans la Région du Grand Accra. Le site s'est développé à partir des forts qui ont été bâtis par les Européens pour la traite négrière (Britanniques, Néerlandais et Danois) au XVIIe siècle.

Le premier fut Fort Christiansborg, ou Fort Osu, construit par le marchand néerlandais Henry Caerlof en 1652 avec la permission du roi d'Accra, son partenaire en affaires. En 1660, le contrôle est passé à la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales puis au Danemark, au service duquel, en 1657, Henry Caerlof s'était placé.

En 1877, Accra remplace Cape Coast comme capitale de la colonie britannique de Côte-de-l'Or. Elle devient un centre économique avec la construction d'une voie ferrée vers l'arrière-pays minier et agricole. Elle demeure la capitale lorsque le Ghana accède à l'indépendance, le 6 mars 1957.

En 1958, la Conférence panafricaine des Peuples, réunissant l'Afrique subsaharienne ainsi que le Maghreb et l'Égypte, se réunit à Accra et décida de soutenir les mouvements d'indépendance en Afrique. La commission de la Défense de l'Organisation de l'unité africaine est basée à Accra depuis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et cadre physique[modifier | modifier le code]

Accra est une ville côtière sise sur le Golfe de Guinée. La ligne de la côte est faite de plages et de lagons dont l'un - le lagon de Korle - pénètre jusqu'aux abords du marché de Makola, au cœur de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

La zone d'Accra est arrosée par une moyenne de 725 mm d'eau par an[3] qui tombe principalement durant une première saison des pluies qui s'étend d'avril à juin et d'une seconde saison des pluies moins marquée de septembre à novembre. Les températures maximales sont en moyenne comprises entre 24 °C et 31 °C[3] mais peuvent atteindre près de 40 °C. Elles sont observées avant la saison des pluies, pendant les mois de février et mars. Les minimales sont en moyenne comprises entre 23 °C et 27 °C[3], pendant la période estivale située entre les deux saisons des pluies (juillet et août).

Districts limitrophes[modifier | modifier le code]

L'agglomération d'Accra est entourée par 3 districts de la Région du Grand Accra et est bordée par le Golfe de Guinée au Sud :

Ga est
Ga ouest Accra Tema municipalité
Golfe de Guinée

Quartiers et secteurs de la ville[modifier | modifier le code]

Accra Central, Makola[modifier | modifier le code]

Vue d'Accra Central

Ce quartier est le cœur de la ville, le centre d'activité principal où de très nombreux ghanéens se rendent pour faire leurs affaires ou leurs achats, à tel point que la population locale désigne cette partie de la ville par le nom de la ville elle-même. Bâti le long de deux avenues orientées nord-sud (avenue Kwame Nkrumah et avenue Kojo Thompson), Accra Central abrite les marchés de Makola, Makola II (ou Agbogbloshie), Kantamanto ou June-4th ainsi que de nombreux bâtiments publics comme le siège de Cocobod.

Adabraka[modifier | modifier le code]

Situé juste au Nord d'Accra Central et s'étendant jusqu'à Ring Road, le quartier d'Adabraka est un ancien quartier résidentiel d'Accra dominé depuis les années 1990 par la tour Trust Tower. Ce quartier abrite à présent quelques industries, des bureaux de PME et des résidences populaires, logées dans d'anciennes maisons autrefois cossues.

Airport Residential[modifier | modifier le code]

Ce quartier est un quartier résidentiel où on trouve également de nombreux bureaux d'organisations internationales et de sociétés privées. C'est un des quartiers les plus chics de la ville, bâti en vis-à-vis du site de l'Aéroport international de Kotoka par rapport à l'avenue de l'Indépendance.

Cantonments[modifier | modifier le code]

Ce quartier est une zone résidentielle relativement ancienne où se trouvent de nombreuses ambassades, notamment l'imposante ambassade des États-Unis. C'est un quartier très boisé.

Christianborg[modifier | modifier le code]

Ce quartier, situé au pied du château du même nom, est un des plus anciens de la ville. Il est peuplé par une population majoritairement Ga et abrite également le quartier cosmopolite d'Osu où la communauté expatriée aime profiter des nombreux magasins et restaurants, notamment le long d'Oxford Street.

Architecture[modifier | modifier le code]

La Cour Suprême
L'Arc d'Indépendance

L'architecture d'Accra est caractérisée par une faible concentration verticale, notamment en raison de l'espace disponible à la construction. Le centre de la ville recèle de nombreux bâtiments de l'époque coloniale, bâtis des années 1920 aux années 1950.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de la Ville d'Accra
Année Population
1931[4] 61 000
1950[5] 160 000
1960[5] 390 000
1970[6] 624 091
1984[6] 969 195
2000[6] 1 658 937
2001[6] 1 661 400

La ville d'Accra est une ville à forte croissance qui attire une population nombreuse : plus de 200 migrants viendraient s'y établir chaque jour[7], en provenance de l'ensemble des régions du Ghana, mais aussi des pays limitrophes, notamment le Togo, le Burkina Faso ou encore la Côte d'Ivoire. La ville joue ce rôle d'aimant économique depuis de nombreuses années. Déjà à l'époque coloniale, à partir des années 1910, les vagues successives de migrations de "gold-coastiers" venus de l'Afrique-Occidentale française pour travailler dans les grandes entreprises d'État ont débouché sur la création de quartiers entiers de la ville, tels Nima ou Sabon Zongo[8],[9]

Économie[modifier | modifier le code]

Centre-ville d'Accra, marché de Makola

L'économie d'Accra est riche et variée. Si les bureaux sont disséminés dans la ville (notamment les quartiers d'Accra Central, Adabraka, Cantonments et Airport Residential), l'activité manufacturière est elle concentrée dans la North Industrial Area du quartier de Kaneshie, et dans une moindre mesure dans le quartier d'Adabraka. Les activités industrielles principales sont la transformation alimentaire de produits agricoles, les industries du bois et la fabrication de contreplaqué, le textile, l'habillement et l'industrie chimique.

La ville dispose de nombreux marchés dont les plus importants sont ceux de Makola I et Makola II (Agbogbloshie), Kaneshie et dans une moindre mesure Nima et Dansoman. Accra possède une bourse.

Dans la ville s'est mise en place une chaîne marchande autour de la gestion des déchets électroniques. Selon Nyaba Ouedraogo, photographe franco-burkinabé, « Les Ghanéens installés en Europe et aux États-Unis récupèrent les vieux ordinateurs et les envoient par bateau au port de Tema, où des grossistes rachètent les stocks. Les machines sont ensuite acheminées vers la décharge d’Accra, où des acheteurs les récupèrent pour les faire brûler par des enfants. »[10]

Transport[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Accra se situe sur le corridor routier ouest-africain Abidjan-Lagos. Une route de qualité la relie donc à Aflao en Région de la Volta (ville frontière avec le Togo) ainsi qu'avec la métropole côtière de l'Ouest, Takoradi via la ville historique de Cape Coast. Le tronçon routier entre Accra et le port de Tema est une autoroute à deux fois deux voies avec un terre-plein central, baptisée Kwame Nkrumah Motorway. La route de Kumasi est quant à elle le principal axe de circulation pour les véhicules allant ou venant du Nord, reliant ainsi Accra aux villes de Nsawam et Nkawkaw en Région Orientale, Kumasi en Région d'Ashanti, Techiman et Sunyani en Région de Brong Ahafo, Wa en Région du Haut Ghana occidental, Tamale en Région du Nord, Bolgatanga et Navrongo en Région du Haut Ghana oriental. C'est également cet axe qui est emprunté par les voyageurs et les transporteurs qui relient Accra et Tema aux voisins sahéliens du Ghana comme le Burkina Faso, le Mali ou le Niger.

À l'intérieur de la ville, de nombreux axes sont de qualité comparables aux grands boulevards des capitales occidentales. Le squelette du réseau urbain est formé par Ring Road, un boulevard circulaire qui enserre la ville en partant du littoral pour finir sur le littoral en dessinant un arc de cercle collé à la côte. Parsemés le long de ce petit périphérique on trouve 5 intersections majeures qui sont autant de points de passage pour le trafic entrant ou sortant du centre-ville.

Réseau ferré[modifier | modifier le code]

Gare d'Accra

Le modeste réseau ferré ghanéen, qui date de l'époque coloniale, part d'Accra et est relié au principal port en eaux profondes du pays, Tema, ainsi qu'au second port ghanéen Takoradi, à la deuxième ville du pays, Kumasi et aux champs aurifères des régions Ashanti et occidentale.

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Cotonou Tema Non précisé Takoradi Abidjan
Lomé Tema Non précisé Kumasi Ouagadougou

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Accra est le hub principal du Ghana et abrite l'Aéroport international de Kotoka (code AITA : ACC et code OACI : DGAA). Cet aéroport dispose également d'un terminal domestique d'où sont opérés des vols commerciaux vers les villes de Tamale, Kumasi et Takoradi.

L'Aéroport de Kotoka, situé au nord-est du centre-ville à 62 mètres d'altitude, accueille aussi bien des vols civils que des vols militaires sur son unique piste de 3 403 mètres de long et 61 mètres de large[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Accra accueille plusieurs institutions culturelles parmi les plus prestigieuses du pays : le Musée National, l'Académie Ghanéenne des Arts et des Sciences et la Bibliothèque Nationale. On y trouve en outre les Archives Nationales du Ghana, le Théâtre National, Accra Centre for National Culture et la Librairie Centrale du Ghana. L'agglomération regroupe également de nombreux centres culturels tels Artists Alliance à La, sur la route de Teshie, ou encore l'Atelier Kane Kwei, creuset de la culture du « cercueil fantaisie » Ga à Teshie. La présence culturelle étrangère est également représentée par le British Council, le Goethe-Institut et l'Alliance française d'Accra.

Musique[modifier | modifier le code]

On trouve à Accra une scène musicale assez riche dans différents répertoires, notamment la musique gospel, hiplife et le highlife, dont le musicien le plus illustre est Ebo Taylor.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le centre du cinéma ghanéen, parfois nommé Ghallywood, se situe à Accra, où de nombreux films et séries télévisuelles sont tournés, la plupart du temps en anglais ou en langue twi.

Médias[modifier | modifier le code]

On trouve à Accra le siège des médias les plus importants du pays : les journaux The Daily Graphic, The Ghanaian Time, mais aussi celui de la Ghana Broadcasting Corporation.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plage Labadi
Mémorial de Kwame Nkrumah

Accra est une destination touristique de relative importance au Ghana. La ville offre les atouts d'une capitale, à savoir une offre d'hébergement de standard international dans les grands hôtels, ainsi qu'un certain nombre de lieux d'intérêt au nombre desquels on trouve le Mémorial de Kwame Nkrumah, situé dans le centre-ville, en bordure de mer, face à la Cour Suprême, l'Arche de l'Indépendance ou encore le phare de Jamestown. Quelques plages aménagées dans les secteurs de La et Labadi sont également des lieux de distraction connus des locaux, tandis que des restaurants offrant des cuisines variées sont disponibles dans différentes parties de la ville, notamment à Osu.

Éducation[modifier | modifier le code]

Accra regroupe les meilleures établissements du pays comme l'Université du Ghana, basée à Legon dans la périphérie d'Accra, ainsi que la prestigieuse École d'Achimota, fondée en 1924 et basée à Achimota, dans la banlieue Nord d'Accra. La ville accueille également des établissements secondaires comme Ghana International School (GIS), une structure privée à but non lucratif établie en 1955, Lincoln Community School, de type privé à but non lucratif également et établie en 1968, ainsi que l'American International School of Accra et l'École française Jacques-Prévert.

Religion[modifier | modifier le code]

Accra est le siège d'un archevêché catholique.

Sports[modifier | modifier le code]

On trouve à Accra de nombreuses équipes de football ainsi qu'un stade de 44 000 places, le stade Ohene Djan, qui accueille l'équipe de la ville, Hearts of Oak mais aussi l'équipe nationale des Black Stars.

La Coupe d'Afrique des nations de football 2008 a été organisée par le Ghana. Accra a été un temps le centre du monde du football africain puisque 9 matches de cette compétition s'y sont joués.

Enfin, un marathon annuel, le Accra International Marathon, est organisé depuis 2007 entre le village côtier de Prampram et la ville.

Personnalités célèbres nées à Accra[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Accra est jumelée avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://unstats.un.org/unsd/demographic/products/dyb/dyb2008/Table08.pdf
  2. http://unstats.un.org/unsd/demographic/products/dyb/dyb2009-2010/Table08.pdf
  3. a, b et c (en) « Average Conditions Accra, Ghana », sur BBC weather (consulté le 9 septembre 2009)
  4. (en) Paul Nugent, Africa Since Independence, A Comparative History, New York, Palgrave Macmillan,‎ 2004, poche, 620 p. (ISBN 978-0-333-68273-9), p. 61
    tiré de William Hance, The Geography of Modern Africa, Columbia University Press, New York et Londres, 1964, p. 54
  5. a et b (en) Paul Nugent, Africa Since Independence, A Comparative History, New York, Palgrave Macmillan,‎ 2004, poche, 620 p. (ISBN 978-0-333-68273-9), p. 61
    tiré de Charles M. Becker et Andrew R. Morrison, The Growth of African Cities: Theory and Estimates, in Afie Mafeje et Samir Radwan, Economic and Demographic Change in Africa, p.122-15 et Anthony O'Connor, The African City, Hutchinson, Londres, 1983, p.48
  6. a, b, c et d « City Population », sur citypopulation.de,‎ 16 avril 2010
  7. Pierre Cappelaere, Ghana, les chemins de la démocratie, Paris, éditions L’Harmattan, coll. « Points de vue concrets »,‎ 2007, 282 p. (ISBN 978-2-296-03916-2)
  8. Jean Rouch, Migrations au Ghana (Gold Coast) (Enquête 1953-1955), Paris, Société des Africanistes/Musée de l'Homme,‎ 1956, 175 p.
  9. Martin Verlet, Grandir à Nima (Ghana), Les figures du travail dans un faubourg populaire d'Accra, Paris, IRD-Karthala,‎ 2005, 325 p. (ISBN 978-2-84586-666-9 et 2-84586-666-6)
  10. Blaise Mao, « Le Ghana, poubelle pour les « e-déchets » », Geo.fr, 29 janvier 2009
  11. « Great Circle Mapper », sur www.gcmap.com,‎ 3 mai 2010
  12. (en) « Chicago Sister Cities », sur chicagosistercities.com (consulté le 14 avril 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard Grant, Globalizing city : the urban and economic transformation of Accra, Ghana, Syracuse University Press, Syracuse, N.Y., 2009, XVIII-187 p. (ISBN 978-0-8156-3172-9)
  • (en) Deborah Pellow, Landlords and lodgers : socio-spatial organization in an Accra community, University of Chicago Press Edition, Chicago, 2008, 261 p. (ISBN 978-0-226-65397-6)
  • (fr) Mary Esther Kropp Dakubu, Parlons ga : langue et culture d'Accra (Ghana), L'Harmattan, Paris, 2006, 158 p. (ISBN 978-2-296-01713-9)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]