Armée de terre britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
British Army
Drapeau de la British Army
Drapeau de la British Army

Période 1661 - aujourd'hui
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Allégeance Personal flag of Queen Elizabeth II.svg Monarque britannique
Ministère de la Défense
Branche Armée de terre
Type Armée
Fait partie de British Armed Forces
Commandant Elizabeth II

La British Army (littéralement : Armée britannique) est la branche terrestre de l'armée du Royaume-Uni. Elle fait partie, avec la Royal Navy et la Royal Air Force, des Forces armées britanniques (British Armed Forces). Elle a pris part à de nombreux conflits à travers les années et à travers le monde, lui conférant un grand prestige dans l'Histoire militaire.

Elle est composée, en 2009, de plus de 114 000 soldats réguliers, ainsi que 35 000 soldats de réserve, soit un total de près de 150 000 soldats, effectifs en baisse depuis. La British Army est la seconde plus grosse armée de l'Union européenne, après l'armée française. Elle est déployée dans de nombreuses zones de conflits, en tant que force expéditionnaire ou force de maintien de la paix sous couvert des Nations unies, et est actuellement positionnée au Kosovo, à Chypre, en Allemagne, en Afghanistan, etc.

Contrairement à la Royal Navy, aux Royal Marines et à la Royal Air Force, la British Army ne contient pas « Royal » dans son nom pour des raisons historiques : elle fut déclarée Armée du Parlement (au lieu d'Armée de la Couronne) par la Déclaration des droits (Bill of Rights) de 1689. Cependant, beaucoup des régiments et unités de la British Army ont conservé le préfixe « Royal » dans leurs noms, et bénéficient du commandement de certains membres de la famille royale.

Le Chef d'État-Major général de l'armée professionnelle est actuellement le Général Sir David Richards GCB CBE DSO.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la British Army.

Création[modifier | modifier le code]

Il n'existait pas d'armée terrestre permanente avant la guerre civile en Angleterre en 1642. Au besoin, le roi levait alors un groupe d'hommes suivant la loi féodale d'alors. Après la guerre civile, le parlement, fraîchement créé, assuma et créa une armée en s'inspirant du New Model Army de Cromwell. Le 26 janvier 1661, le roi Charles II fonde officiellement l'armée britannique.

Au début du XVIIIe siècle, après être sortie victorieuse de la guerre de Succession d'Espagne où l'armée forgée par Guillaume d'Orange et le duc de Malborough s'était brillamment comportée, la majeure partie de celle-ci fut licenciée et son effectif passa de 75 000 hommes en 1710 à 51 000 hommes en 1783.

Elle était surtout composée de mercenaires, où les Allemands jouaient pour une grande part (Hanovriens, Hessois) et elle était désormais vouée à des opérations extérieures, en Europe continentale et Outre-mer. Elle est assez marginale par rapport à la nation, sauf en ce qui concerne le corps des officiers.

Malgré ses efforts, elle ne put remporter la Guerre d'indépendance des États-Unis.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres contre le Premier Empire virent les britanniques et leurs alliés affronter l'armée française en de nombreuses occasions. La bataille de Waterloo en 1815 fut le point final à ces presque vingt années de guerre.

Suite aux problèmes rencontrés lors de la guerre de Crimée où les Français, les Turcs et les Britanniques se battirent ensemble contre la Russie, le gouvernement britannique entama une réorganisation de la British Army.

Les secrétaires à la guerre (Edward Cardwell et Hugh Childers) développèrent et mirent sur pied entre 1873 à 1881 une refonte complète des unités d'infanterie pour aboutir en 1881 au système que nous connaissons de nos jours.

Leur but était le suivant : avoir un bataillon en opération pendant que l'autre était en dépôt pour la formation des nouvelles recrues et leur entraînement. Les bataillons en dépôt pouvaient être aussi considérés comme une force d'appoint en cas de besoin.

Ces dépôts d'entraînement formèrent des régiments qui prirent le nom de leur district. Les bataillons de réserve s'unirent également à ces régiments-dépôts et prirent le numéro suivant des unités d'active.

Conflits mondiaux[modifier | modifier le code]

L'armée britannique participa à la Première Guerre mondiale avec ses propres troupes, mais également avec les troupes du Commonwealth (alors appelé l'Empire : Canada, Nouvelle-Zélande, Inde, Australie et pays de l'Afrique et des Antilles). Elle combattit sur les fronts de France et de Belgique, des Balkans, du Moyen-Orient et d'Afrique.

À l'entrée en guerre en 1914, ces effectifs étaient extrêmement réduits, l'armée réguliére britannique compte 164 000 hommes, 27 500 animaux et 80 véhicules motorisés, au total 182 000 militaires de carrière qui renforcés par les réservistes sont dispersés dans les colonies.

Dans un premier temps, le Royaume-Uni peut débarquer sur le continent un corps expéditionnaire. Leurs effectifs se montent à 6 divisions d’infanterie dont seules 4 divisions seront embarquées pour le continent sur décision de Lord Kitchener, ministre de la guerre et une division de cavalerie. Les 80 000 hommes de ce corps expéditionnaire sont commandés par Sir John French.

En mars 1918, ce sont cinquante-six divisions en France faisant face à l'armée impériale allemande et quatre en Italie qui sont présentes sur le front de l'Ouest, en mai, on compte 52 divisions d'infanterie (plus 10 divisions cadres) et trois de cavalerie en France[1], sans compter les troupes engagées contre l'Empire ottoman au Moyen-Orient, dans les Balkans et sur les autres théâtres d'opérations.

En novembre 1918, les effectifs seront de 5 363 352 militaires, 895 770 animaux et 121 702 véhicules[2].

Vers la fin de la guerre en 1918, plus de sept millions d'hommes et de femmes avaient servi dans l'armée britannique.

Les pertes furent lourdes, 724 407 tués, 2 064 451 blessés, 270 117 disparus recensés dans un rapport de 1919 dont 270 117 prisonniers de guerre sans compter les forces de l'empire britannique qui eurent dans les 200 000 tués et 400 000 blessés[3].

Durant l'entre-deux-guerres, la situation politique et économique de l'empire britannique fit que les forces armées eurent leur format réduit au strict minimum. Bien que l'armée de terre fût dotée de matériels modernes (en 1939, elle était la seule armée entièrement motorisée), ses effectifs réduits furent largement insuffisants pour tenter d'appuyer une politique étrangère qui aurait été plus volontariste[4].

Voici quelle était au début de 1937 la répartition géographique des effectifs de l'armée régulière :

Grande-Bretagne : 121 000 hommes ; Bermudes : 400 ; Jamaïque : 700 ; Gibraltar : 2 700 ; Malte : 3 700 ; Chypre : 200 ; Égypte : 10 000 ; Soudan : 1 900 ; Palestine : 2 900 ; Aden : 200 ; Île Maurice : 150 ; Ceylan : 400 ; Singapour : 6 300 ; Hong Kong : 8 500 ; Indes et Birmanie (British Indian Army) : 57 500[5].

Durant la Seconde Guerre mondiale, elle envoya des troupes en France comme pour la première Guerre Mondiale. Cependant, durant la bataille de France, elle dut battre en retraite en raison des victoires à répétition de l'armée allemande. Elle put sauver le personnel de son Corps Expéditionnaire mais perdit son matériel lourd à Dunkerque. En juin 1940, l'armée de terre britannique était composée de 22 divisions d'infanterie et d'une division blindée. Les divisions d'infanterie étaient, en moyenne, à la moitié de leur effectif théorique, avaient seulement un sixième de leur dotation normale en artillerie, et manquaient presque totalement de moyens de transport. De plus, il y avait une grave pénurie de munitions, si bien qu'aucune ne pouvait être gaspillée pour l'entraînement. Le VII Corps a été formé pour encadrer la réserve générale, et a compris la 1re division blindée.

En 1941, l'armée britannique (avec l'appui de ses alliés, Forces belges libres, Forces françaises libres, armée polonaise de l'ouest) fut la première armée victorieuse face à l'Italie, premier pays de l'Axe à subir de graves revers face aux armées alliées après le désastre de 1940. Même l'arrivée des renforts de troupes allemandes, ne changea pas les choses. Bien qu'au début le maréchal Rommel fit reculer les armées britanniques, grâce à la résistance des troupes de la 1re brigade française libre à Bir-Hakeim, les forces britanniques reprirent l'initiative, et dans les batailles d'El-Alamein, elles mirent en déroute les forces allemandes et italiennes.

Au cours de l'année 1942, l'armée britannique, aidée par les troupes de l'Empire réussit le raid audacieux contre le port de Saint-Nazaire. Toutefois, elle subit également un revers sanglant lors du débarquement de Dieppe cette même année. Cette défaite lui permit de s'améliorer et de corriger beaucoup d'erreurs dans le domaine des opérations amphibies.

Par la suite, elle prit sa revanche en Italie et débarqua durant la bataille de Normandie et s'enfonça au cœur de l'Allemagne. En dehors de l'Europe, elle dut faire face à l'avance des troupes japonaises en Asie.

Conflits du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Janvier 1991, entrainement avant l'offensive

Après avoir participé avec les forces du Commonwealth à la guerre de Corée, l'Armée britannique participa avec succès à des opérations de guerre au Kenya contre une rébellion, au Yémen durant une guerre civile et en Malaisie contre une guérilla communiste et l'infiltration de troupes indonésiennes sur l'île de Bornéo durant les années 1950/1960.

De 1945 à nos jours, elle maintient d'important effectifs en Allemagne. La British Army of the Rhine regroupait durant la guerre froide pas moins de trois divisions blindées. Depuis la fin de cette période, elle a été renommée en 1994 Forces britanniques en Allemagne et elle regroupe 3 brigades blindées et 2 brigades de soutien dans les années 2000.

Elle s'engagea plus tard dans deux conflits majeurs (guerre des Malouines (1982) et guerre du Koweït (1990-1991)).

Elle envoya également des troupes de maintien de la paix sous l'égide de l'ONU ou de l'OTAN. Citons comme exemple les opérations en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo ou à Chypre. Certaines de ces opérations durent encore, notamment dans les Balkans.

Conflits du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

De nos jours, l'Armée britannique mène des opérations dans la guerre d'Afghanistan et à opéré en Irak aux côtés des forces américaines.

Avec les coupes dans les effectifs depuis la fin de la fin de la guerre froide (152 900 militaires d'active en 1990, 113 900 en 1998, 99 707 en 2008), de nombreuses unités sont dissoutes ou changent d'affectation, le nombres de régiments de chars de combat passant par exemple de 13 à 5 et celui de bataillons d’infanterie entre 1990 et 2008[6]. Le programme Army 2020 prévoit, en 2018, un total de 88 000 militaires d'actives et 30 000 réservistes[7].

Déploiements actuels[modifier | modifier le code]

Opérations militaires[modifier | modifier le code]

Présence permanente[modifier | modifier le code]

Structure actuelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Structure de la British Army.

Actuellement, la British Army comporte 99 000 militaires, et à l'horizon 2015 les effectifs devraient tomber à 88 000 hommes. Actuellement la composition est de six divisions réparties comme ceci :

Nom Quartier général Sous-unités
1ukdiv.svg 1re division blindée Herford, Allemagne 3 brigades blindées et mécanisées
British 2nd Infantry Division.svg 2e division d'infanterie Craigiehall, près d'Édimbourg 4 brigades régionales
British 3rd Infantry Division2.svg 3e division d'infanterie Bulford, Salisbury 2 brigades mécanisées, 1 brigade légère et 1 brigade d'infanterie
4th UK Infantry Division.svg 4e division d'infanterie Aldershot 3 brigades régionales
5th UK Infantry Division.svg 5e division d'infanterie Shrewsbury 4 brigades régionales, 1 brigade d'assaut aérien et la Garnison de Colchester.
British 6th Infantry Division Insignia.svg 6e division d'infanterie York Division déployable. Créée pour le soutien du QG de commandement en Afghanistan.

À ces grosses unités, sont à ajouter deux commandements indépendants : le London District et le commandement de l'Irlande du Nord.

Divisions de combat[modifier | modifier le code]

1re division blindée[modifier | modifier le code]

Stationnée en Allemagne, la 1re division blindée représente la dernière division de l'ancienne British Army of the Rhine. Ce corps regroupait durant la guerre froide pas moins de trois divisions blindées. Depuis la fin de cette période, elle a été renommée en 1994 Forces britanniques en Allemagne elle regroupe 3 brigades blindées et 2 brigades de soutien :

Brigades de combat 
  • 4e brigade mécanisée (Mechanized Brigade)
  • 7e brigade blindée (Armoured Brigade), « The Desert Rats » (les rats du désert)
  • 20e brigade blindée (Armoured Brigade), «  The Iron Fist » (le poing de fer)
Brigades de soutien 
  • 120e brigade logistique (Logistic Brigade)
  • 4e brigade de déploiement rapide (République tchèque) (Czech Rapid Deployment Brigade)

2e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Stationnée en Écosse, la 2e division d'infanterie regroupe entre autres 4 brigades régionales :

  • 15e brigade du Nord-Est (North East Infantry Brigade)
  • 38e brigade irlandaise (Irish Infantry Brigade)
  • 42e brigade du Nord-Ouest (North West Infantry Brigade)
  • 51e brigade écossaise (Scottish Infantry Brigade)

3e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Stationnée au Royaume-Uni, la 3e division d'infanterie regroupe 4 brigades de combat et 1 brigade logistique :

Brigades de combat 
  • 1re brigade mécanisée (Mechanised Brigade)
  • 12e brigade mécanisée (Mechanised Brigade)
  • 19e brigade légère (Light Brigade)
  • 52e brigade d'infanterie (Infantry Brigade)
Brigades de soutien 
  • 101e brigade logistique (Logistic Brigade)

4e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Stationnée au Royaume-Uni, la 4e division d'infanterie regroupe 3 brigades régionales :

  • 2e brigade du Sud-Est (South East Brigade)
  • 43e brigade du Wessex (Wessex Brigade)
  • 145e brigade du Sud (South Brigade)

Elle est également le siège administratif de deux des brigades de Gurkhas :

  • Gurkhas britanniques du Népal (British Gurkhas Nepal)
  • Gurkhas britanniques de Brunei (British Garrison Brunei)

5e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Stationnée au Royaume-Uni, la 5e division d'infanterie regroupe 3 brigades régionales et 1 brigade aérienne :

  • 49e brigade de l'Est (Eastern Brigade)
  • 143e brigade des Midlands de l'Ouest (West Midlands Brigade)
  • 42e brigade du Pays de Galles (Wales Brigade)
  • 16e brigade d'assaut aérien (Air Assault Brigade)

Elle intègre aussi la gestion administrative de :

6e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, la 6e division d'infanterie est gérée par la force internationale d'assistance et de sécurité (International Security Assistance Force) pour le soutien militaire en Afghanistan.

Commandements indépendants[modifier | modifier le code]

Dans l’armée britannique, il existe divers commandements indépendants sur le territoire du Royaume-Uni en raison de leur spécificité.

London District[modifier | modifier le code]

Article détaillé : London District (British Army).

Comme Londres est la capitale du Royaume-Uni, London District comprend non seulement des unités de combat, mais également des troupes de parade et de garde des lieux importants (comme Buckingham Palace ou la Tour de Londres).

London District regroupe 3 bataillons réguliers et 1 de réserve ainsi que 3 compagnies d’infanterie.

Commandement en Irlande du Nord[modifier | modifier le code]

Article détaillé : QG Irlande du Nord.

Créé en raison de la guerre interne (et civile) en Irlande du Nord, le Commandement en Irlande du Nord regroupe 2 brigades d’infanterie (8th Infantry Brigade et 39th Infantry Brigade), 1 centre d’entraînement en Irlande du Nord, anciennement la 107e brigade, ainsi que les unités de soutien.

Le commandement en Irlande du Nord regroupe non seulement des bataillons d’infanterie légère tournants et un de réserve, mais également des unités de Home Defense. Ces dernières sont des reliquats de la guerre dans cette région. Ils servent en tant qu’unité de sécurité et regroupent du personnel d’active à plein temps et à temps partiel.

Unités de la British Army[modifier | modifier le code]

Unités de combat[modifier | modifier le code]

Unités de soutien[modifier | modifier le code]

Services de soutien au combat[modifier | modifier le code]

Unités militaires d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Grades[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de l'armée britannique.
Grade en anglais Traduction la plus proche
Flag officers (Officiers généraux)
Field Marshal Maréchal de campagne
General Général d'armée
Lieutenant General Général de corps d'armée
Major General Général de division
Brigadier[9] Général de brigade
Field Grade officers (Officiers supérieurs)
Colonel Colonel
Lieutenant Colonel Lieutenant-colonel
Major[9] Commandant
Junior officers (Officiers subalternes)
Capitain Capitaine
Lieutenant Lieutenant
Second Lieutenant Sous-lieutenant
Non-commissioned officers (Sous-officiers)
Warrant officer class 1 Adjudant-chef[10]
Warrant officer class 2 Adjudant-maître[11]
Staff Sergeant / Colour Sergeant Sergent d'état-major / Sergent d'étendard / Adjudant
Sergeant Sergent
Enlisted men (Hommes du rang)
Corporal Caporal-chef
Lance-Corporal caporal
Private Soldat

Personnel[modifier | modifier le code]

Statistiques[12]
Personnel (Armée régulière) 114 260
Personnel (Territorial Army) 35 500
Total (British Army) 149 760

Équipement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipement de la British Army.
Armement individuel 
Véhicules blindés 

Hélicoptères :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Les deux batailles de la Marne
  2. J.M Winter, La Première Guerre mondiale, Sélection du Reader's Diges, 1990, ISBN 2-7098-0291-0, p. 95
  3. (fr) Les pertes de l'empire britannique
  4. (fr) La fin de la règle des 10 ans et le corps expéditionnaire britannique
  5. Marc Benoist, Les Marines étrangères, 1938
  6. Pierre Chareyron, Les armées britanniques. Un modèle en crise, Institut français des relations internationales,‎ Juillet 2010, 45 p. (lire en ligne), p. 39
  7. (en)« Army 2020 : Army by reduce to 23 units », sur British Army,‎ 5 juillet 2012 (consulté le 7 juillet 2012)
  8. Philippe Chapleau, « Plus aucun soldat britannique ne stationnera en Allemagne en 2019 », sur Ouest-France,‎ 6 mars 2013 (consulté le 6 mars 2013)
  9. a et b À noter que, contrairement aux grades français, le grade de brigadier est un grade d'officier général, et le grade de major un grade d'officier.
  10. La traduction la plus littérale de warrant officer est « officier par autorisation » . Cette autorisation distingue les warrant officers, des sous-officiers, des officiers qui sont dits commissioned officers (officiers brevetés).
  11. Les adjudants dans certaines armes s'appellent sergent-majors.
  12. Armed forces.co.uk

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :