Colonie de Roanoke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 55′ 42″ N 75° 42′ 15″ O / 35.928259, -75.704098

Carte de la colonie de Roanoke, par John White, 1584

La Colonie de Roanoke sur l'Île Roanoke dans la Caroline du Nord actuelle fut le tout premier établissement anglais en Amérique, financé et organisée par Sir Walter Raleigh pour le compte d'Élisabeth Ire d'Angleterre dans les années 1580.

Deux groupes de colons essayèrent d'y habiter. Le deuxième a disparu après trois ans sans approvisionnement venant d'Angleterre. C'est pourquoi l'île s'appelle « La Colonie Perdue ».

Contexte[modifier | modifier le code]

Après le demi-échec de Humphrey Gilbert pour s'emparer de Terre-Neuve (1583), Walter Raleigh, favori de la reine et captivé par l'ouvrage de Bartolomé de Las Casas (The Spanishe Colonie, 1583), obtient une charte pour tenter de s'implanter au nord de la « Floride » espagnole en 1584.

Première expédition[modifier | modifier le code]

Walter Raleigh envoya en éclaireur une expédition menée par les capitaines Philip Amadas et Arthur Barlowe. Les journaux de bord des deux capitaines, publiés par Richard Hakluyt, fournissent un récit détaillé de ce voyage.

Hésitant à s'engager dans le détroit de Floride, la flottille doubla le Cap Fear et mit au mouillage dans l'île de Roanoke, une île de l'archipel côtier des Outer Banks, le 5 juillet 1584. La taille de cette île fut estimée à vingt miles de longueur (environ trente kilomètres) et six miles de largeur (environ dix kilomètres).

Barlowe et Amadas ramenèrent en Angleterre deux indiens algonquins de la tribu des Powhatans.

La base militaire[modifier | modifier le code]

Fortifications reconstruites à Fort Raleigh National Historic Site

L'abondance de la région en bois (des « cèdres » notamment, que Verrazano avait déjà décrits ; sans doute des conifères de l'espèce Pin rouge), en fruits (une variété de raisins, sans doute des muscadines) et en poisson, décida Raleigh à lancer une seconde expédition, cette fois pour coloniser cette région baptisée Virginie (en hommage à Élisabeth Ière d'Angleterre, la « Reine-Vierge »).

Une flottille de sept navires commandée par Richard Grenville quitte Plymouth en avril 1585 avec 600 hommes à bord. Après une escale à Porto Rico, les anglais arrivent en Caroline du Nord en juin. Grenville fait bâtir un fort avant de repartir pour l'Angleterre. Par manque de vivres, il laisse sur place une centaine d'hommes seulement, sous la direction de Ralph Lane. Ils explorent la région vers le nord à la recherche de mines ou d'un passage vers le Pacifique mais leur plus grande découverte est la baie de Chesapeake.

La situation se tend avec les amérindiens au cours de l'hiver 1585-86. Ceux-ci, ayant épuisés leurs réserves, ne peuvent rapidement plus échanger de nourriture avec les colons. Craignant un assaut général, Lane décide d'attaquer les villages des autochtones en juin 1586. Une semaine plus tard, Francis Drake, de retour d'une opération contre les espagnols plus au sud, arrive avec des vivres. Lane décide alors de rentrer en Angleterre avec tous les colons.

En juillet 1586, Grenville revient avec des renfort et trouve le site abandonné. Il laisse néanmoins sur place une quinzaine d'hommes face à une population amérindienne hostile[1].

Pour autant, l'année passée sur ces rivages permit à Thomas Harriot de livrer une étude détaillée du pays et de la langue des algonquiens, et au graveur John White de livrer les premières planches illustrées de la vie des indiens d'Amérique du Nord : ces planches paraîtront plus tard dans la réédition par Théodore de Bry de la relation d'André Thévet, « Les singularitez de la France Antarctique » . Les colons rapportèrent également en Angleterre l'usage de plantes réputées médicinales, le tabac et le sassafras.

La colonie de peuplement[modifier | modifier le code]

En 1587, Raleigh organise une nouvelle expédition. Signe que l'objectif n'est plus d'établir une base militaire mais de fonder une colonie de peuplement, parmi les 110 colons, principalement des fermiers et des artisans, 18 femmes sont du voyage. John White, qui avait vécu dans la première colonie de Roanoke, est nommé chef de l'expédition et gouverneur de la future colonie. Les trois navires partent d'Angleterre en mai. Leur mission est de retrouver les 15 hommes laissés par Grenville et de s'établir ensuite dans la baie de Chesapeake jugée plus appropriée que Roanoke.

A leur arrivée en juillet, ils ne retrouvent personne mais décident de rester à Roanoke. La fille de White donne naissance à Virginia Dare, premier enfant anglais né sur le sol des futurs États-Unis, le 18 août 1587.

White, décida de retourner en Angleterre en septembre 1587 afin de convaincre les autorités d'envoyer de nouveaux colons et surtout du matériel de construction. Mais à son retour, qui par suite de l'attaque de l'Invincible Armada sur les côtes anglaises, ne put s'effectuer qu'en août 1590, cette seconde colonie avait également disparu sans laisser de trace, à l'exception du mot Croatoan gravé sur un poteau. Des recherches archéologiques et génétiques, en cours, tentent de connaître le sort fait à cette colonie perdue.

Le film Lost Colony évoque une hypothèse sur cette disparition.

Troisième colonie[modifier | modifier le code]

La région fut finalement colonisée depuis le nord à partir de la colonie de Jamestown et à la suite de la pacification des terres bordant la Baie de Chesapeake, obtenue par le célèbre capitaine John Smith, entre 1603 et 1607. À cette date, les revenus tirés de la vente du tabac en Europe permirent de couvrir les frais d'entretien de la colonie et firent de la Virginie un établissement prospère.

Article détaillé : Virginia Company.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Van Ruymbeke, L'Amérique avant les Etats-Unis, Flammarion,‎ 2013 (ISBN 978-2-0821-0543-9), p. 67

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Outer Banks
  • Thomas Harriot
  • Richard Grenville
  • La Tempête du siècle, œuvre de Stephen King s'est librement inspiré de la colonisation manquée de Roanoke.
  • L'Empire des Ombres, film qui fait référence à la disparition mystérieuse de la colonie,
  • Profession_profiler (Mindhunters), film de Renny Harlin (2004), y fait également référence,
  • Freakylinks, épisode 1 saison 1, où le frère jumeau du personnage principal s'intéresse à cette histoire de colonie disparue.
  • Supernatural, épisode 9 saison 2, où une épidémie transforme tous les habitants d'une petite ville en démons, mentionnant que c'est ce qui s'est produit à Roanoke.
  • American Horror Story, saison 1, épisode 12 (la naissance) où l'histoire de la colonie et du rituel utilisant le mot Croatoan est raconté.
  • Dans le roman de science fiction La Dernière Colonie de John Scalzi (L'Atalante, coll. La Dentelle du cygne, 2008 ((en) The Last Colony, 2007), l'auteur fait référence à la colonie perdue de Roanoke.
  • Falling Skies, épisode 4 saison 4, où Hal Mason utilise le terme Croatoan pour dire à son père que leur groupe est parti se réfugier.

Liens externes[modifier | modifier le code]