Lescun (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lescun.
Lescun
Vue en direction du Pas d'Azuns, depuis le GR 10.
Vue en direction du Pas d'Azuns, depuis le GR 10.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Accous
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Aspe
Maire
Mandat
Pierre-Félix Cauhapé
2014-2020
Code postal 64490
Code commune 64336
Démographie
Population
municipale
182 hab. (2011)
Densité 3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 06″ N 0° 38′ 01″ O / 42.935, -0.63361111111142° 56′ 06″ Nord 0° 38′ 01″ Ouest / 42.935, -0.633611111111  
Altitude Min. 468 m – Max. 2 504 m
Superficie 60,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lescun

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lescun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lescun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lescun

Lescun est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Lescunois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la vallée d'Aspe. Elle est située à 900m d'altitude ce qui fait d'elle la plus haute commune des Pyrénées Atlantique. Elle possède un cirque naturel : le cirque de Lescun, l'un des plus beaux belvédères de la vallée d'Aspe.

Cirque de Lescun vue de Massif de Sesques

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le gave d'Aspe et ses affluents :

  • le ruisseau de Copen
  • le gave de Lescun et ses affluents :
    • le ruisseau le Barbot
    • le ruisseau Labrénère
    • le ruisseau Landrosque
    • le ruisseau le Larrangus
    • le ruisseau de Lauga et son affluent :
      • le ruisseau d'Anaye
    • le ruisseau de Pédain

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Ansabé
  • Ansabère
  • Anso
  • Bordalat
  • Itchaxe
  • Landrosque
  • Lassablou
  • Lasseube
  • Village

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lescun apparaît sous les formes Lascun (1077[2], chroniques de l'abbaye de la Peña[3]), Alaschu et Alaçchun en 1154[2], puis Alascun en 1170[2] (titres de Barcelone[4]), Lescunium (1398[2], titres de Béarn[5]), Lasquun et Sente-Aulalie de Lescun (1609[2], insinuations du diocèse d'Oloron[6]).

Le nom est d'origine basque, de lats (ruisseau) avec le suffixe locatif -kun/-gun et signifie endroit où il y a des ruisseaux, ce qui correspond bien au site du cirque de Lescun[7].

Son nom gascon est Lascun.

Le lac d'Ansabé, le col d'Ansabère (frontière espagnole) et le port d'Anso (ou Pétrégaïne - col situé entre la vallée espagnole d'Anso et la France), sont trois toponymes mentionnés en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note que la baronnie de Lescun était l'une des grandes baronnies de Béarn, et qu'elle dépendait, tout comme l'abbaye laïque de Lescun, de la vicomté de Béarn.
En 1385[2], Lescun comptait 63 feux et dépendait du bailliage d'Aspe.
Le 7 septembre 1794 vit à Lescun la victoire des Béarnais sur l'Espagne, durant le conflit armé commencé en 1793.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 François Baye DVG  
2008 2014 François Baye DVG  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de quatre structures intercommunales[8] :

  • la communauté de communes de la Vallée d'Aspe ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d'aide matérielle à la scolarisation en vallée d'Aspe ;
  • le syndicat mixte du Haut-Béarn.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 182 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 212 1 245 1 126 1 030 1 118 1 173 1 470 1 478 1 473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 377 1 458 1 571 1 479 1 415 942 1 121 1 033 960
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
992 999 838 668 597 601 473 441 380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
367 314 276 208 198 203 186 181 182
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers l'agriculture et l'élevage (bovins et ovins). La transformation du lait en fromage reste dominante et l'élevage de troupeaux mixtes (vache, brebis) permet la fabrication d'un produit fermier rare aujourd'hui : le fromage mixte[11]. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

C'est aussi un lieu prisé par les randonneurs et amoureux de beaux paysages : chambres d'hôte, gîtes et camping complètent les ressources. On peut aussi y faire du ski de fond en hiver.

Une partie de l'entreprise Toyal Europe est implantée sur la commune de Lescun (à 4 km plus bas que le village).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Maisons des XIVe, XVe, XVIe, XVIIIe et XIXe siècles (four à pain, fenil, étable, porcherie).
  • Maison forte du XIVe siècle, rénovée au XIXe siècle.
  • Gare sur la ligne Pau-Canfranc, fermée au trafic depuis 1970.
  • Le GR10 traverse le village

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le val de Copen (9 ha) est un des sites du conservatoire régional des espaces naturels des Pyrénées.

Équipements[modifier | modifier le code]

Lescun est équipé de chasse neige pour dégager les rues du village de l'accumulation de neige l'hiver.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  3. Titres de l'abbaye de Peña cités par Pierre de Marca dans son Histoire de Béarn
  4. cité par Pierre de Marca dans son Histoire de Béarn
  5. Titres de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, edicions reclams Escola Gaston Febus, 2006 p.43
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 12 juin 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  11. www.fetedufromage-aspe.com

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]