Dognen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dognen
Image illustrative de l'article Dognen
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Navarrenx
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Navarrenx
Maire
Mandat
Gaston Faurie
2008-2014
Code postal 64190
Code commune 64201
Démographie
Population
municipale
210 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 34″ N 0° 44′ 22″ O / 43.2928, -0.739444444444 ()43° 17′ 34″ Nord 0° 44′ 22″ Ouest / 43.2928, -0.739444444444 ()  
Altitude Min. 120 m – Max. 223 m
Superficie 6,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Dognen

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Dognen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dognen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dognen

Dognen /dɔñә͂/ est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Dognénois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par le gave d'Oloron, (affluent du gave de Pau) et par ses tributaires, le Lausset, le Layoû, le Laüs (10,5 km) et le torrent l'Arrieu Tor.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Rive droite du gave :

  • L'Artiguette
  • La Bielle
  • Les Camous
  • Les Chrétiens
  • Crapenx
  • Les Croutzades
  • la Garenne
  • Espious
  • L'Estelle
  • Lannes
  • Lassit
  • Pondique
  • Sarrat

Rive gauche du gave :

  • Arquemale : bois sur les rives du Lausset
  • Arriutort
  • Coutubi

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Dognen apparaît[3] sous les formes Donen (1214)[4], Villa de Donenh (1235)[5], Doneng (XIIIe siècle)[6], Sent Johan de Donenh (1384)[7], Donheen (1546)[5] et Doignen (1673)[8].

Le toponyme Orrognen apparaît[3] sous les formes Ororeng et Ororenh (XIIIe siècle)[6], lo molii d'Ororenh (1384)[7], l'ostau d'Aurorenh (1385)[9], Oronenh et Oronhen (respectivement 1538 et 1571)[5] et Oroignen (1655)[3].

Le toponyme Sensaudens, manifestement un faux hagionyme[10], apparaît[3] sous les formes Senct-Saudeng (1267)[11], l'ostau de Sent-Saudenh (1385)[9], Sen-Saudenh (1391)[12], Sent-Saudenh (1385[9] et 1536)[13], Saint-Saudains, Saint-Saudeins et Sensaudens (respectivement 1675, 1676 et 1684)[5] et Saint-Saudens (1863)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Dognen dépendait du bailliage de Navarrenx et comptait 35 feux.
Dognen a hébergé quatre châteaux dont :

  • le château d'Orrognen dont les ruines sont visibles près du pont. Le fief d'Orrognen dépendait du bailliage de Navarrenx et relevait de la vicomté de Béarn. En 1655, il fut érigé en baronnie, incluant Lay, Orrognen et Préchacq-Navarrenx. Orrognen a appartenu[3] à la commune de Lay-Lamidou ;
  • le château de Sensaudens. Le fief de Saint Saudens était un vassal de la vicomté de Béarn, et dépendait du bailliage de Navarrenx ;
  • le château d'Espalungue (Latin spēlunca 'grotte') ;
  • la maison Domecq est aujourd'hui détruite.

Le village a été marqué par la présence du camp de Gurs, implanté en partie sur ses terres.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Gaston Faurie    
2008 2014 Gaston Faurie    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de huit structures intercommunales :

  • communauté de communes du canton de Navarrenx
  • SIVOM du canton de Navarrenx
  • SIVU du Layou
  • syndicat intercommunal des Gaves et du Saleys
  • syndicar mixte forestier des chênaies des vallées basques et béarnaises
  • syndicat de la perception de Navarrenx
  • syndicat AEP de Navarrenx
  • syndicat départemental d'électrification.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 210 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
464 492 505 518 570 542 538 518 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510 469 489 458 469 466 471 475 448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
461 469 401 339 323 302 312 284 270
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
269 247 230 208 209 194 217 217 214
2011 - - - - - - - -
210 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le gave alimente une micro-centrale électrique. On y cultive principalement le maïs.

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un tumulus protohistorique, dit tumulus du camp de Gurs, est présent[17] sur la commune.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste date[18] du XIXe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

On trouve à Dognen des sites de pêche au saumon de renommée internationale: La Sablière, l'Ancienne Réserve, Lacrampe et Coutubi.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Dognen
  3. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Sauvelade, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. a, b, c et d Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. a et b Titres de Préchacq - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a et b Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Insinuations du diocèse d'Oloron — Manuscrits du XVIIe siècle — Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a, b et c Censier de Béarn — Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. probablement un nom médiéval en -enc
  11. Titres de la commune de Monein - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Notaires de Lucq-de-Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. dénombrement de NavarrenxManuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles — La maison noble de Sent-Saudenh sciza a ung treyt et miey de baleste de Donhen — Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  14. Bailliage de Navarrenx, f° 11;2171
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  17. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur le tumulus du camp de Gurs
  18. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean-Baptiste

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]