Léren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léren.
Léren
Image illustrative de l'article Léren
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Salies-de-Béarn
Intercommunalité Communauté de communes de Salies-de-Béarn
Maire
Mandat
Jean Pommiers
2014-2020
Code postal 64270
Code commune 64334
Démographie
Population
municipale
222 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 10″ N 1° 02′ 37″ O / 43.5028, -1.0436111111143° 30′ 10″ Nord 1° 02′ 37″ Ouest / 43.5028, -1.04361111111  
Altitude Min. 7 m – Max. 53 m
Superficie 4,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Léren

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Léren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Léren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Léren
Liens
Site web http://www.leren.fr

Léren est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Léren est située au nord du département, à dix kilomètres au sud de Peyrehorade, sur la rive gauche du gave d'Oloron.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 28.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le gave d'Oloron et le ruisseau le Baniou, tous deux affluents du gave de Pau.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Baix Léren
  • Haut Léren

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Léren est mentionné au XIIe siècle[2] (cartulaire de Sorde[3]) et apparaît sous la forme Sent-Bisentz de Leren (1472[2], notaires de Labastide-Villefranche[4]).

Graphie occitane[modifier | modifier le code]

Son nom occitan gascon est Lèren.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note que Léren dépendait de l'archiprêtré de Rivière-Gave, nom d'un archiprêtré du diocèse de Dax qui tirait son nom du gave de Pau. La commune ressortissait au duché de Gramont.

Le village de Léren a une étymologie incertaine. Peut-être "La run" qui veut dire "frontière". Le village confronte au Béarn et à la Gascogne. Jusqu'en 1790 il dépendait du duché de Gramont, principauté de Bidache. Le village a toujours son petit château de Bergeras, siège d'une justice seigneuriale depuis le XVIe siècle et supprimée en 1790. L'église conserve de beaux vitraux fabriqués par Gestas qui réalisa aussi ceux de plusieurs églises de Biarritz. Le village fut un important lieu de passage vers Compostelle. Un pont sur le gave est mentionné au Moyen Âge, il fut remplacé par un gué puis un bac. On découvrit vers 1990, plusieurs corps de pèlerins enterrés au chevet de l'église. Le village comptait aussi une ancienne hospitalerie pour soigner les pèlerins, l'actuelle maison Lartique. Enfin, il faut y voir aussi la très ancienne maison Lassalle, qui date du XVIe siècle, et qui fut le siège d'une notairie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 1995 Claudine Bordes    
1995 2001 Claudine Bordes    
2001 2008 Claudine Bordes    
2008 2014 Jean Pommiers UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Léren fait partie de sept structures intercommunales[5] :

  • la communauté de communes de Salies-de-Béarn ;
  • le SIGOM ;
  • le SIVU des cinq villages ;
  • le SIVU pour le regroupement pédagogique des communes de Léren, Saint-Pé-de-Léren, Saint-Dos et Auterrive ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 222 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 398 367 473 436 467 431 431 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
446 436 446 421 408 424 405 381 364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
397 367 338 313 328 322 307 265 245
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
216 210 203 192 182 192 221 225 222
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent présente dans son cimetière la sépulture de l'abbé Laclède, et de Jean Labarthe, idéologue de la Seconde Guerre mondiale. Il est l'auteur de nombreux travaux principalement politiques.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Léren dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre de Salles mousquetaire du roi et magistrat du duc de Gramont est né au village.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Léren, consultée le 13/07/09
  2. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Cartulaire de l'abbaye Saint-Jean de Sorde, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  4. Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 12 juin 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Ichas, Historial de Léren

Article connexe[modifier | modifier le code]