Aurions-Idernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aurions et Idernes.
Aurions-Idernes
Image illustrative de l'article Aurions-Idernes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Lembeye
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Lembeye en Vic-Bilh
Maire
Mandat
Nadine Oulie
2008-2014
Code postal 64350
Code commune 64079
Démographie
Gentilé Aurionais
Population
municipale
107 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 20″ N 0° 08′ 14″ O / 43.5389, -0.137222222222 ()43° 32′ 20″ Nord 0° 08′ 14″ Ouest / 43.5389, -0.137222222222 ()  
Altitude Min. 136 m – Max. 284 m
Superficie 6,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Aurions-Idernes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Aurions-Idernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aurions-Idernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aurions-Idernes

Aurions-Idernes est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Aurionais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Aurions-Idernes est une commune du Vic-Bilh, située au nord-est du département et de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par les routes départementales 205 et 219.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[2] par le Larcis, affluent du Léez, et par ses tributaires, les ruisseaux de Libet et de Barsious.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Aurions apparaît sous les formes Ryons (1227[3], registres de Bordeaux[7]), Aurios (1385[3], censier de Béarn[8]), Riontz (1538[3], réformation de Béarn[9]), Aurious sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[10]) et Aurious (1801[11], Bulletin des lois).

Le toponyme Idernes apparaît sous les formes Ydernes (1385[3], censier de Béarn[8]), Ydernas (vers 1540[3], réformation de Béarn[9]) et Idernes sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[10].

Michel Grosclaude indique qu’Aurions provient du nom d’homme latin Aurius augmenté du suffixe -onis pour donner « domaine d’Aurius »[10]. En revanche l’origine du toponyme Idernes reste obscure[10]. Le nom béarnais de la commune est Aurions-Idèrnas.

L'Abbat et Les Barsious sont mentionnés dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3] de 1863 et désignaient des landes.

Cailhabet est une ancienne ferme citée par le dictionnaire de 1863[3].

Castéra était un écart d’Aurions-Idernes, mentionné dans le dictionnaire topographique de 1863[3], tout comme les Tapiotes.

Le toponyme Disse, ancien hameau des communes d'Aurions-Idernes et de Mont, apparaît sous les formes Düsse (1487[3], registre des Établissements de Béarn[12]), Dissa et Dyssa (respectivement 1538[3] et 1546[3], réformation de Béarn[9]).

L'Enclos est un ancien hameau de la commune, mentionné en 1863[3].

Serramone était un fief de la commune, vassal de la vicomté de Béarn. Il est mentionné en 1538[3] (Serramona) et 1675[3] (Sarramonne) dans les recueils de la réformation de Béarn[9], puis en 1780[3] (Sarramoune) dans le terrier d’Aurions[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Aurions et Idernes dépendaient du bailliage de Lembeye et comptaient respectivement onze et trois feux.

Idernes s'est unie à Aurions en 1844. En 1846, la commune, jusque là membre du canton de Garlin, est ajoutée au canton de Lembeye.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 André Lagrave    
2008 2014 Nadine Oulie    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aurions-Idernes fait partie de cinq structures intercommunales[14] :

  • la communauté de communes du canton de Lembeye en Vic-Bilh ;
  • le SIVU de la voirie du canton de Lembeye ;
  • le SIVU de regroupement pédagogique d'Aurions-Idernes, Arrosès, Séméacq-Blachon et Moncaup ;
  • le syndicat AEP de Crouseilles ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 107 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204 239 251 205 275 302 432 451 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406 391 343 331 306 286 284 262 273
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236 223 228 191 201 191 189 175 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
169 174 144 157 141 117 114 113 107
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[15])
Histogramme de l'évolution démographique

De 1793 à 1836, la population indiquée ne reflète que celle d'Aurions, encore séparé d’Idernes, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[16].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
107 102 122 107 114 119
(Sources : Cassini)

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Des ensembles fortifiés aux lieux-dits Barsious[4] et Le Tétour[6] d'Aurions témoignent de l'histoire médiévale du village.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[17], dont une partie est classée par les monuments historiques[18], à Aurions, date partiellement du XIIe siècle. Elle recèle du mobilier (chaire à prêcher[19], retable[20], tabernacle[21], autel et gradins[22],[23] et ensemble du maître-autel[24],[25]), une lithographie[26], un tableau[27] et des objets (nappes de clôture de chœur[28] et chandeliers d'autel[29]) inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose d'une école maternelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Aurions-Idernes, consultée le 15/12/08
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. a et b « L'ensemble fortifié du lieu-dit Barsious », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 30 juillet 2012)
  6. a et b « L'ensemble fortifié du lieu-dit Le Tétour », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Extrait des registres de Bordeaux, publiés dans l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  8. a et b Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a, b, c et d Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. a, b, c et d Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3)
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Manuscrits des XVe et XVIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  14. Cellule informatique préfecture 64, « Intercommunalité des Pyrénées-Atlantiques » (consulté le 30 juillet 2012)
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  16. Fiche d'Idernes sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  17. « L'église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « L'église Saint-Pierre - Partie classée », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « La chaire de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Le retable de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « Le tabernacle de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « L'autel et les gradins de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Les gradins d'autel de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « L'ensemble du maître-autel de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « Le maîter-autel de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  26. « La lithographie de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  27. « Le tableau de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  28. « Les nappes de clôture de chœur de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Les chandeliers de l'église Saint-Pierre », base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]