Navailles-Angos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Navailles et Angos.
Navailles-Angos
L'église de Navailles-Angos.
L'église de Navailles-Angos.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Thèze
Intercommunalité Communauté de communes des Luys en Béarn
Maire
Mandat
Francis Hunault
2014-2020
Code postal 64450
Code commune 64415
Démographie
Population
municipale
1 332 hab. (2011)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 53″ N 0° 20′ 28″ O / 43.4147, -0.341111111111 ()43° 24′ 53″ Nord 0° 20′ 28″ Ouest / 43.4147, -0.341111111111 ()  
Altitude Min. 167 m – Max. 302 m
Superficie 14,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Navailles-Angos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Navailles-Angos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Navailles-Angos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Navailles-Angos

Navailles-Angos est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Navaillais[1].

Mur de galets d'une maison béarnaise de Navailles.
La mairie
Le monument aux morts
L'école de Navailles-Angos.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine à sept kilomètres au nord de Pau, fait partie du Vic-Bilh[2].

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 134 et la départementale 206.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[3] par le ruisseau le Balaing, affluent du Luy de France et par les ruisseaux l'Aubiosse et le Gées, tributaires du Luy de Béarn.

Le ruisseau le Bédat, affluent du Gées, coule également sur la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Navailles : Baradat - Bessagnet - Bonnecaze - Brassé - Brun - Cazala - Château - Claverie - Deuze - Dibet - Fourcade - Grange Péré - Labroustère - Lagahé - Lajunte - Lapoudge - Lavignette - Mendousse - Mesplès - Mire-Castet - Mounet - Pédurthe - Pène - Péret - Plaà - Poueygros - Tilh - Tisné - Tounère - Vignolles - Carrère Hayet - Carrère Castet - Carrère Sèque
  • Angos : Bacqué - Bayle - Bounat - Brescou - Carboué - Carros - Cazaux - Desclaux - Guichané - Guichou - Guinlet - Lassus - Mondat - Paloumet - Pédeupé - Péhaut - Pintadou - Plasteig - Plouraboué - Poublan - Pouey - Saraillé - Tauret - Tauziet
  • Brocq
  • Lamayson

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Navailles apparaît sous les formes Navales et castrum de Navalhes (respectivement XIIe siècle[2] et 1205[2], cartulaire de Lescar[4]), Navalha (1270[2], cartulaire du château de Pau[5]), Navalliœ (1283[2], titres de Béarn[6]), Nauvalhes et Nabalhas (respectivement 1546[2] et 1547[2], réformation de Béarn[7]).

Le toponyme Angos, village de Navailles, apparaît sous la forme Anguos (1402[2], censier de Béarn[8]).

Le toponyme Brocq, apparaît sous la forme Le Brocar (1385[2], censier de Béarn[8]).

Le toponyme Lamayson, apparaît sous la forme La Masoo (1385[2], censier de Béarn[8]).

Le toponyme Guichané, apparaît sous la forme Guixarner (1402[2], censier de Béarn[8]).

Le toponyme Péret, une ferme, est mentionné en 1385[2] (censier de Béarn[8]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, Navailles comptait soixante-et-un feux et Angos huit. Angos et son village dépendaient du bailliage de Pau.

la baronnie de Navailles

Cette baronnie, vassale de la vicomté de Béarn, était la première des grandes baronnies de Béarn et englobait Astis, une partie d'Auriac, Lasclaveries, Navailles, Saint-Armou et Saint-Peyrus.

la notairie de Navailhès

Navailles était le chef-lieu de cette notairie qui comprenait les communes d'Anos, Argelos, Astis, Auga, Auriac, Barinque, Buros, Carrère, Claracq, Garlède-Mondebat, Higuères-Souye, Lalonquette, Lasclaveries, Lème, Maucor, Miossens-Lanusse, Montardon, Navailles, Saint-Peyrus, Saint-Armou, Saint-Castin, Saint-Jammes, Saint-Laurent-Bretagne, Serres-Castet, Sévignacq et Viven.

Angos s'est unie à Navailles le .

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1890 Élie de Gontaut-Biron    
1958 1977 Louis Cazala    
1977 1983 Pierre Davezies    
1983 1989 Pierre Davezies    
1989 1995 Pierre Davezies    
1995 2001 Pierre Davezies    
2001 2008 Pierre Davezies    
2008 2014 Francis Hunault    
2014 en cours Francis Hunault    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Navailles-Angos fait partie de quatre structures intercommunales[9] :

  • la communauté de communes des Luys en Béarn ;
  • le SIVU pour la réalisation et la gestion d'un pont-bascule à Navailles-Angos ;
  • le syndicat AEP de la région du Luy et du Gabas ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 332 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
768 616 705 697 762 745 832 844 850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
881 844 836 777 734 720 730 709 730
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715 699 709 597 531 537 567 540 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
586 588 630 875 1 123 1 196 1 304 1 321 1 329
2011 - - - - - - - -
1 332 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11])
Histogramme de l'évolution démographique


Navailles-Angos fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Navailles est mentionné dès 1088. Il demeure des vestiges[12] de cette partie édifiée au XIe siècle. Le château actuel, profondément remanié au XIXe siècle conserve une tour ou donjon du XIVe siècle (Gaston Fébus).

Une croix de chemin[13], élevée sur une pile romaine, date de 1696.

La commune présente un ensemble de demeures et de fermes[14] du XVIe au XIXe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

À Angos, l'église Saint-Jean-Baptiste[15] date partiellement du XIIe siècle tout comme l'église de Navailles, l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie[16], complètement remaniée entre 1912 et 1945. Ces deux églises recèlent des statues[17],[18], des objets[19],[20], des tableaux[21],[22] et du mobilier[23],[24] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Navailles-Angos dispose d'une école primaire.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Navailles-Angos est desservie par le réseau de bus Idelis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Notice du Sandre sur Navailles-Angos, consultée le 15/07/09
  4. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. Manuscrits en deux volumes, XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Manuscrit du XVIe siècle au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. a, b, c, d et e Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Intercommunalité des Pyrénées-Atlantiques » (consulté le 25 janvier 2012)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les vestiges médiévaux du château
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la croix de chemin
  14. Une ferme au lieu-dit Navailles-Tilh - Ferme dite maison Plastegt au lieu-dit Angos-Bayle - Ferme du XVIIIe siècle au lieu-dit Navailles-Tilh - Ferme du XVIIe siècle au lieu-dit Navailles-Poueygros - Ferme du XVIIe siècle au lieu-dit Navailles-Grange Péré - Ferme dite Maison Pêne au lieu-dit Navailles-Mounet - Maison du XIXe siècle au lieu-dit Navailles-Claverie - Ferme du XVIIe, XVIIIe, XIXe siècle au lieu-dit Navailles-Lagahé - Château Fort Château de Navailles, au lieu-dit Navailles-Château - Une Croix de Chemin du XVIIe siècle au lieu-dit Angos - Église Paroissiale de L' Assomption-de la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Navailles. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les maisons et fermes anciennes
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean-Baptiste
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  17. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la statue de l'église Saint-Jean-Baptiste
  18. Sculpture buste : saint Loup. Église de Navailles - sculpture demi-relief : tête d'homme, dite tête de saint Loup -l'église paroissiale de l' Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur la statue de l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  19. Une ferronnerie - église paroissiale ; Saint-Jean-Baptiste - Une pièce d'orfèvrerie ; bronze d'art - Une sculpture - Une pièce de menuiserie ; sculpture - église paroissiale ; Saint-Jean-Baptiste à Angos. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets de l'église Saint-Jean-Baptiste
  20. Une céramique - Un ostensoir (ostensoir-soleil) - Une pièce d'orfèvrerie ; bronze d'art - chandeliers d'autel (6), croix d'autel (série, garniture d'autel) - Une bannière de procession, de paroisse (tissu) - église paroissiale de l' Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets de l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  21. Un chemin de croix (estampe) - Un tableau (tableau d'autel) : Christ en croix entre saint Jean et la Vierge Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur la lithographie et le tableau de l'église Saint-Jean-Baptiste
  22. Un tableau : repos pendant la Fuite en Égypte - Un tableau : Assomption. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les tableaux de l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  23. Un banc de fidèles : banc d'église - Un bénitier en marbre - Des fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion) - Un autel (maître-autel, autel tombeau) - Un retable (retable architecturé) - Un gradin d'autel, tabernacle (tabernacle à ailes et exposition) - Un parement d'autel - Un ensemble du maître-autel (parement d'autel, gradin d'autel, tabernacle, retable, croix d'autel) . Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Jean-Baptiste
  24. Un lutrin ( meunuiserie) - Un bénitier en marbre - autel, gradins d'autel (2), tabernacle (autel tombeau, tabernacle à exposition) - Des autels (3), gradins d'autel (3), tabernacles (3) (maître-autel, autel secondaire, autel tombeau, tabernacle à exposition), maître-autel, autel de saint Joseph, autel dtité du mod. Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Knoll Jean-Marie et Kartz Jacques: Navailles-Angos, essai de monographie historique, géographique et économique - Pau Imprimerie Marrimpouey, juillet 1987.

Article connexe[modifier | modifier le code]